Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Coucher Avec Une Fille et Sa Mère : L’Enfer ? [FR 48]

coucher avec une fille et sa mère

Field Reports

Coucher Avec Une Fille et Sa Mère : L’Enfer ? [FR 48]

Coucher Avec Une Fille et Sa Mère : L’Enfer ? [FR 48]


J’avais déjà couché avec deux sœurs, j’avais déjà couché avec deux meilleures copines, mais là…

Comme tous les mois, je me rendais dans le sud pour voir des clients, et j’étais en train d’envoyer des textos à mes plans culs pour préparer la soirée.

Quand soudain, une grande blonde me marche sur le pied. J’avoue, flagrant délit de manspreading, j’étais du côté couloir, et ma jambe droite dépassait un peu de mon siège.

Avant même que j’ai le temps de lever la tête, j’entends une voix jeune dire : « Maman, arrête un peu de draguer… »

La voix traîne un peu sur le « dragggggggggggguer ».

Je la joue impassible. Je ne bouge pas. Je ne réponds pas. Je ne relève pas la tête pendant qu’Alicia et sa maman se rendent dans le wagon bar.

Draguer dans le train, ce n’est jamais compliqué.

Je suis en voiture 17 : soit elles viennent de ma voiture ou de la voiture 18 et elles repasseront, soit je me sors les doigts et j’attaque.

Le parfum de la maman, plutôt lourd, associé au commentaire d’Alicia, me font comprendre que la maman a sorti l’artillerie lourde pour retrouver très vite un papa pour la jeune Alicia.

Attention, ne vous méprenez pas : Alicia n’est pas une enfant… Je pense qu’elle a 17-18 ans, malgré ses longs cheveux qui la rajeunissent.

Deux minutes plus tard, je demande à mes voisins de bien vouloir jeter un œil à mes affaires pendant que je file vers le wagon-bar.

Que la partie commence. L’idée de coucher avec une mère et sa fille me motive…

Ma stratégie à un euro pour créer un opener de situation

Quand j’arrive au bar, il y a foule. Il y a bien 10 personnes qui font la queue, bien rangées dans le sens de la marche. Le train est un de mes lieux de rencontre préférés.

Je croise le regard de la maman. C’est bien ce que j’avais cru apercevoir avant qu’elle ne me marche sur le pied.

Grande, blonde, assez élégante, mais avec une petite touche de vulgarité qui me donne envie d’en savoir plus.

Alors que j’essaie de croiser son regard pour évaluer son intérêt pour moi, l’eye contact reçu n’est pas celui espéré.

Si la maman ne me regarde pas, sa fille, juste derrière elle, me lance en revanche un des regards les plus sales et affamés que j’aie jamais vus.

Vite, un plan pour aborder cette fille et sa mère…

Une demi-seconde, je réfléchis à les aborder avec un compliment de merde, du genre « vous êtes sa grande sœur ? »

Mais c’est vraiment trop merdique, il y a du monde derrière elle dans la queue, et ce serait trop inapproprié. Il me faut trouver quelque chose de plus fluide.

En attendant de trouver le bon opener, je me mets dans la file d’attente.

Des relous, des businessmen, des touristes, des Chinois, et les deux devant, qui commandent leurs cafés, et deux bouteilles d’eau.

Je regarde dans ma poche : j’ai dix euros en pièces de 50 centimes, 1 et 2 euros.

J’attends qu’elles aient commandé et reçu leurs breuvages, et dans ma tête les composantes d’un opener de situation parfait viennent s’assembler.

Je commence avec du bon vieux Cialdini en tête pour mieux influencer leur réponse. Cette leçon, c’est celle du « parce que ».

Cialdini nous enseigne qu’il faut toujours demander quelque chose à quelqu’un en motivant notre demande.

Dans l’exemple de son fameux livre, Influence et manipulation, il donne l’exemple de l’étudiant qui grille la fille d’attente à la photocopie.

L’étudiant 1 demande simplement « est-ce que vous pouvez me laisser passer ? », alors que l’étudiant 2 demande aux autres : « Est-ce que vous pouvez me laisser passer parce que je dois faire des photocopies ? »

Dans les deux cas, il s’agit juste de passer devant tout le monde.

Mais la formulation avec « parce que » fonctionne toujours mieux.

Je vais jouer aussi sur sa culpabilité d’avoir sali mes chaussures, et faire mon plus beau sourire.

« Bonjour, je me permets de venir vous voir parce que j’ai oublié ma carte bleue à Paris, et je n’ai trouvé qu’1,50€ au fond de ma poche. Est-ce que vous me prêteriez 1 euro pour un café parce que vous m’avez marché sur le pied en venant ici ? Je vous le rembourse avec intérêt quand je rentre à Paris. Pardon, j’ai oublié de me présenter : Eros.

– Attendez, je dois avoir ça.

– C’est la première fois que je vois un homme en costume faire la manche dans le TGV.

– Elle est taquine, votre petite sœur, quand même.

– Ma fille, Alicia, vous êtes flatteur.

– Ou dragueur… je vous laisse entre adultes, monsieur Costard-Clodo. »

Elle me fait rire, elle est vive, elle est évidemment plus fraîche que sa mère, mais vous connaissez le proverbe aussi bien que moi : « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras », je ne vais donc pas courir deux lièvres à la fois… pour le moment.

Je propose à Martha la maman de lui offrir un second café, avec son propre argent, elle me répond qu’elle essaie de limiter la caféine, merci.

Elle m’explique qu’elle vient ici en vacances avec Alicia pour quinze jours, rejoindre des amis à elle.

C’est l’heure de closer, avant d’en révéler trop sur moi et de briser le mystère qui entoure ma personne :

« Ecoutez Martha, je tombe de fatigue, je vais vite aller dépenser votre euro et boire ce café avant de m’endormir, j’ai des réunions importantes cet après-midi. Je vais juste prendre votre numéro de téléphone pour vous inviter à prendre un café à Paris quand vous reviendrez. »

Là évidemment, le génie que je suis a oublié son téléphone dans le wagon… et ce n’est pas grave.

À l’ancienne, technique utilisée mille fois, mais qui a toujours fonctionné pour prendre le numéro de téléphone d’une femme sans l’embarrasser publiquement.

« Et évidemment, j’ai oublié mon téléphone. Je vais retenir votre numéro, ça me fera bosser la mémoire un peu…

– Vous ne voulez pas plutôt que je vous envoie un texto ? C’est plus simple… »

À ce moment-là, je suis évidemment ravi par l’IOI. Un vrai feu vert, un vrai indicateur d’intérêt. Voire une marque de peur d’une femme qui veut absolument me revoir.

J’en profite pour distiller juste une goutte de doute en elle.

« Non non ! Je vais le retenir, faites-moi confiance. Après tout, vous m’avez déjà fait confiance une fois en me prêtant une fortune ! 06 ?

– 74 84 6X XX

– Parfait. En termes de numérologie, il fait flipper, mais je vous expliquerai ça d’ici 15 jours… Bonne journée Martha !

– Au revoir Eros, enchantée… »

Moins de phone, plus de game

Avance rapide, 15 jours plus tard.

Afin de ne pas perdre ni trop de temps ni trop d’énergie à envoyer des SMS à Martha, je la recontacte au jour 12.

« Bonjour Martha, je suis le banquier d’Eros. Au vu de la somme avancée par vos services, je suis au regret de lui annoncer qu’il devra vous la rembourser avec des intérêts. Afin d’être facilement identifiable, il portera le même costume que le jour de votre rencontre et vous attendra tous les soirs à partir d’aujourd’hui, en terrasse au Fumoir. Il aura avec lui une valise pleine de cash pour rembourser ses dettes. Des talons et une robe blanche seront un dress-code appropriés de votre côté.

– Cher banquier d’Eros, sachez que votre message a bien été traité par nos services… Nous avons contacté notre propre banque pour vos exigences vestimentaires, et il semblerait que ce n’est qu’un uniforme parisien qui viendra vous retrouver, « Petite Robe Noire ». D’autres éléments pourraient être blancs. En revanche, vous pouvez vous épargner trois jours d’attente pour rien. Notre agent ne vous rejoindra que dans 4 soirées. »

Silence radio de ma part pendant une journée.

Puis je lui envoie 3 photos. Une paire de lunettes blanches, des gants blancs, et des cotons-tiges. Des trucs blancs, pour rebondir sur son texto.

Puis elle m’envoie une réponse qui est comme une passe décisive, où je me retrouve seul avec le but grand ouvert : il faudrait être débile pour la mettre à côté ou sur la barre.

Voilà la réponse en question : juste une photo d’un ensemble en dentelle blanche, posé sur son lit.

coucher avec une mère et sa fille

Là, c’est le moment de souffler. De me rappeler que j’ai l’habitude de ça.

Ça fait presque 20 ans que je ne suis plus puceau, j’ai l’habitude des nudes et d’envoyer des sextos.

Ce n’est pas le moment de lui envoyer une photo de mon chibre, même si j’ai envie qu’elle soit encore plus libérée et de la voir nue en photo, pour moi.

« Vendredi soir, 18 heures, le Fumoir.

– Vendredi, 19 heures, le Fumoir. Laissez-moi le temps de prendre une douche brûlante avant de vous rejoindre… »

J’adore cette phase de séduction, surtout quand les femmes ont de la répartie et savent jouer avec les mots.

Dans le style, elle m’a rappelée Princesse, la fille aux SMS.

Quand elle arrive dans sa robe noire, j’ai déjà commandé deux verres de blanc.

C’est un test : soit elle trouve ça viril et acceptera que je la dirige, soit elle jouera l’offusquée.

« Charmante attention », déclare-t-elle.

On se raconte nos vies pendant 45 minutes, je l’embarque sur des conversations sur les voyages, Bali, la Thaïlande, les massages évidemment, et le vignoble

Et comme par hasard une bouteille d’un petit producteur nous attend au frais chez moi (j’ai toujours des vins secs, fruités, fumés, quatre ou cinq bouteilles variées au frigo pour être sûr de toucher ma cible…)

À peine la porte passée, je lui indique que je suis allergique à la dentelle, qui devra rester dans l’entrée.

Je m’agenouille devant elle pour faire glisser sa culotte le long de ses cuisses, sans enlever sa robe.

Quand je me relève, je viens me coller à elle et je l’enlace, et d’un geste éclair, je défais son soutien-gorge.

« Il va falloir m’aider pour retirer celui-ci… » me déclare-t-elle.

Sans avoir le temps de déguster la bouteille qui nous attendait au frigo, je dézippais sa robe en la regardant dans les yeux.

Alors qu’elle dépose délicatement sa robe sur le canapé, elle prend une chaise du salon, la tourne pour me faire face, s’assied dessus et me murmure « Fais de moi ce que tu veux ».

Le reste de la nuit nous appartient…

Et les quelques mois qui suivirent aussi.

Pendant deux ans, elle est souvent venue me rendre visite, assez tard le soir car elle avait beaucoup de boulot et devait s’occuper de sa fille Alicia.

Plus on se voyait, plus elle me parlait de sa vie au bureau, de son ex-mari, de ses copines les MILFs.

Jusqu’au jour où elle m’expliqua qu’elle avait vue Alicia faire des selfies nues dans le miroir de la salle de bain.

Alicia qui devait avoir 19 ou 20 ans maintenant…

Telle mère, telle fille…

Un jour, (enfin on se comprend : une nuit), je suis allé chez elle. Et on a tellement picolé que je suis resté dormir chez elle.

J’avais un rendez-vous client en fin de matinée donc je n’étais pas pressé.

J’ai pris le temps, et après une douche, alors que je me promène torse-nu dans la cuisine en quête des capsules Nespresso, je me fais surprendre par Alicia.

« Vous êtes pas mal en fait… Bon, c’est pas M’Bappé ou Cavani mais ça va…

– On n’a pas le même âge, avec M’Bappé… Tu n’as pas cours ? Tu n’as pas une vie ? Je pensais être seul.

– Non, y’a une sorte de grève. Vous êtes vachement mieux sans chemise, vous devriez bosser comme ça.

– Merci. Vous rangez où le café ?

– Là-haut, me dit-elle en désignant un placard en hauteur, le tissu tendu sur la pointe de ses seins.

– Je t’annonce que je couche avec ta mère ou tu le sais déjà et tu t’en fous, et tu m’allumes quand même en mini-short, dans ta brassière Tshirt crop-top je sais pas comment vous appelez ça là, sans soutif ?

– Alors si je devais plaider devant un jury pour défendre ma cause, je dirais que je t’ai vu avant ma mère…

– Ah donc tu me tutoies maintenant ?

Ma mère m’a bien appris à vouvoyer les hommes avant de coucher avec, et à les tutoyer après. C’est un code à elle et ses copines vieilles. Elles se croient dans les Liaisons Dangereuses

– Et toi ? Ce serait quoi le roman sulfureux de ton époque ? Lady Snapchatterley ?

– Tu as Snapchat ?

– Pas besoin de Snapchat pour savoir que tu t’y prends mal pour tes nudes…

– Bah t’as qu’à les prendre toi-même alors…

– Cap ? »

Et là elle me tend son téléphone, elle l’ouvre sur le mode photo, et me dit « Fais de moi ce que tu veux ».

Une femme m’a rarement rendu aussi dur sans même me toucher…

Faisant fi du fait que je venais de jouir dans la bouche de sa mère quelques heures auparavant…

Et laissant de côté les 15 ans d’écart que j’avais avec Alicia, je commençais à lui ordonner d’enlever son haut.

C’est ce qu’elle avait de plus beau : des seins d’une rondeur et d’une fermeté inégalées. Ils tenaient tout seuls, arrogants, pointus, et j’étais aimanté…

Je me suis dit pendant 10 secondes que c’était immoral, oui. Mais elle était majeure et vaccinée. Et consentante.

Et c’était elle qui me provoquait. Et franchement, est-ce que c’est vraiment tromper quelqu’un, si c’est dans la même famille ?

Après 10 minutes à la prendre en photo et en vidéo sous toutes les coutures, j’ai laissé sortir le Terry Richardson en moi, j’ai mis un peu de musique, et je lui ai ordonné de venir me montrer comment elle suçait.

Réponse : mieux que sa mère. Je sais, c’est cruel pour Martha.

Sa vicelarde de fille Alicia et moi avons continué à nous voir les matins, de temps à autre.

Le matin ne nous appartenait jamais, j’étais toujours assez pressé, mais pour venir jouir dans son petit cul, je prenais tout le temps qu’il fallait.

Une génération de différence, ça fait toute la différence.

Sa mère, douée avec les mots, mais pas vraiment débridée au lit.

Alicia, peu portée sur les mots, mais cul grand ouvert, avec l’envie de pousser ses limites sexuelles toujours plus loin.

Maman et sa fille, c’était vraiment le jour et la nuit.

Avec Alicia, je ne me suis jamais demandé comment faire jouir une femme : elle trouvait toujours mille manières de se finir toute seule quand elle en voulait encore.

Bien évidemment, toutes les bonnes choses ont une fin et la fougueuse et jeune Alicia s’est sentie obligée de blesser sa mère, un soir, lors d’une dispute entre les deux.

Alors que les insultes fusaient dans tous les sens (j’imagine surtout Alicia en train de criser sur sa mère), l’apprentie porn-star s’est vraiment lâchée et a dû envoyer un missile du genre :

« Mais de toute façon, tu fais la belle, tu crois que tu sais tout, mais t’es incapable toi aussi de garder un homme. D’abord papa, et maintenant Eros, tellement insatisfait qu’il vient me retrouver les matins pour me baiser. »

La douche froide pour Martha…

Ça n’a pas été facile de faire face à la colère de Martha, qui m’a traité de tous les noms.

Mais ça a été encore plus dur de dire à Alicia d’arrêter de m’envoyer des textos sexys, maintenant qu’elle était experte.

Après tout, je l’avais formée pour mes goûts personnels, qu’elle connaissait sur le bout des doigts (qu’elle se mettait) …

Comment faire pour nettoyer de mon esprit ces vidéos où elle se caressait pour moi face au miroir ?

Comment oublier ces vidéos qu’elle m’envoyait avec le gode que je lui avais offert ?

Coucher avec une mère et sa fille : gros risque, grosse récompense

La morale de cette histoire ?

J’aborde où je veux, quand je veux (et vous pouvez apprendre vous aussi à le faire dès aujourd’hui).

Mais bon, se taper une mère et sa fille pour un euro seulement… c’était quand même bien kiffant.

Merci la SNCF de nous faire préférer le train…

Ce que vous devez retenir, ce n’est pas tant ma passion pour la perversion.

C’est juste l’audace de voir l’ouverture partout, tout le temps.

Et de ne pas attendre pour aborder cette fille (on vous montre comment faire ici)

Eros, toujours plus loin, plus haut, plus vite, jusqu’au bout de l’extrême limite

 

Lire la suite
18 Commentaires

18 Comments

  1. Desertsheik

    20 août 2019 à 21:05

    Du grand art, magnifique

    • Eros

      21 août 2019 à 20:48

      J’ai le choix, là.
      Répondre à vos commentaires vite fait et jouer à Tinder ce soir,
      ou faire semblant de travailler une présentation pour demain pour le taf…
      Merci Desertsheik !

  2. jc

    21 août 2019 à 10:16

    Bonjour Eros.
    Tu seras pour moi toujours un maître en la matière.
    Je suis admiratif de tes exploits et toujours avec un naturel déconcertant.
    Cette histoire m’a vraiment motivé et j’espère un jour pouvoir faire ne serait-ce que le quart de ce que tu arrives à faire.
    Merci pour tous tes conseils et pour nous motiver tjrs dans ce monde sans pitié qu’est la drague.

    • Eros

      21 août 2019 à 20:51

      J’ai ri en lisant « le quart de ce que j’arrive à faire ».
      J’ai ri parce que je me suis imaginé le quart de cette histoire…
      Prendre un verre avec les deux ?
      Les caresser avec un seul doigt ?
      Ecoute : c’est toujours un plaisir de motiver la jeunesse.
      C’est vraiment une lutte sans pitié. Et même si on est devenu politiquement correct entre 2010 et maintenant, les jeunes qui débutent doivent avoir conscience de la loi de l’évolution, de la compétition pour l’accès aux plus belles femmes.
      C’est la vie. (J’avais bien aimé Sperm Wars à ce sujet, un bon livre !)

  3. Elle

    21 août 2019 à 13:41

    Personnellement, je trouve ça un peu sale…

    Mais enfin c’est surtout la fille qui a été la plus vicieuse.

    • Sélim

      21 août 2019 à 20:55

      Je crois que tout ce trio est fucked up, et j’hésite à donner le podium à la fille : je ne l’ai jamais rencontrée (mais Eros m’en a dit le plus grand bien !)
      Au final,
      je crois qu’Eros s’est pas trop plaint.
      Et dire que j’ai retoqué des dizaines de FR bien plus sales que ça.
      En tant qu’éditeur, je ne peux pas TOUT laisser passer 🙂

    • indiana

      22 août 2019 à 12:56

      Toujours délicat de juger dans des cas pareils mais il est vrai que la fille a l’air d’avoir le cerveau assez sévèrement pourri… Et puis alors elle se prend pas pour n’importe quoi : « ah ouai vous êtes pas mal en fait, c’est pas M’bappé mais ça va… » rien que ça ça en dit long.
      A mon sens le plus grave est que ça se soit répété, après tout on peut faillir une fois…

      Après c’est plus un immense « coup de bol » qu’autre chose selon moi.. Je dis pas que le savoir faire ne joue pas mais Eros est juste tombé sur une femme dont la fille est une nympho accomplie, c’est tout! Il aurait vécu le meme truc avec 99 autres mères ayant une fille de cet âge je pense pas que le phénomène se serait reproduit

    • mademan

      26 août 2019 à 18:20

      Bonjour Eros !

      C’est vrai qu’on ne voit jamais ta bobine, t’as peur de quoi au juste qu’on te reconnaisse enfin et de ne plus pouvoir opérer incognito,on voit Selim maxx je crois aussi à se demander si tu fais réellement partie de l’equipe de choc ads peut être qu’un beau jour on pourra mettre un visage sur ta personne sait on jamais… Je rebondis suite à un com qui s’étonnait à juste titre qu’on ne sait pas qui se cache derrière le super pseudo Eros…Continue de nous épater, c’est vrai que si j’avais eu un fou furieux comme toi avide d’aventures sexuelles sales ou folles ou border line plus jeune,j’aurais sûrement progresser à pas de géants sur la voie de la séduction.

  4. Clem 2.0

    22 août 2019 à 20:18

    Salut !

    Alors EROS, honnêtement, j’ai toujours cru tes FR, et celui-ci aussi je veux bien y croire, mais sérieux, fin je sais pas, tu as dit toi même un jour que physiquement tu n’étais pas forcément un apollon, là c’est ouf quand même qu’une meuf à qui tu n’as jamais parlé avant dans un train rentre aussi facilement dans ton jeu, et même le coup de la fille qui assume autant de sortir ce genre de chose concernant sa mère, à parler de sa mère qui drague, etc … mais je suis sûr qu’il n’y a pas 100 duo mère fille comme ça en France et tu réussis à tomber dessus, fin c’est incroyable quand même, puis forcément c’est sur TON pied qu’elle marche, fin je sais pas quoi en penser tellement c’est improbable que ça tombe sur toi, je sais que la chance se provoque mais quand même ^^ Franchement je tire mon chapeau sur la gestion, la manière dont tu as tourné les choses mais ouah, faut trouver la mère qui a envie et puis encore plus la fille qui va oser chauffer et se taper le mec que sa mère se tape …

    Après je me doute que tu vas me répondre, l’expérience, l’entrainement, l’aura qui est développée par la confiance etc… mais quand même tu doit avoir un truc en plus je sais pas des phéromones, un taux de fer surrélevé dans le sang (ouais me demande pas à priori ça attire les filles par l’odeur, je sais pas comment faudrait que je retrouve l’étude) je sais pas y’a forcément quelque chose de plus !

    Sincèrement je ne sait même pas quoi dire devant ça tellement ça a du être ouf à vivre …

    • Eros

      23 août 2019 à 06:54

      En réalité, j’ai dû le prouver à certains potes qui n’y croyaient pas, donc ça ne m’étonne pas que tu doutes.
      Souvent, vous lirez des FR surréalistes sur le forum, et même moi je doute.
      Puis je me souviens que c’est parfois juste une question de circonstances, de chance évidemment, et de préparation.
      Je suis prêt tout le temps.
      Tout ce qui m’arrive, je suis capable de le transformer en drague.
      Après, le « souci » si tu veux appeler ça comme ça, c’est que je vois des IOI parfois là où il n’y en a pas, et que je prends des râteaux plus violents que la moyenne des mecs qui attendent, attendent, attendent d’être sûrs que les feux soient au vert.
      Moi si je vois ou j’imagine le rouge devenir orange, j’accélère.

      C’est une vision de la vie : davantage de prises de risques, davantage de récompenses.
      PS : le défi suivant, c’est des soeurs en même temps, des cousines en même temps, je ne sais pas. Mais ça me paraît ingérable, ça ne court pas les rues. Ou alors il faudrait que j’aille à un congrès de jumeaux et jumelles…

    • Clem 2.0

      23 août 2019 à 21:47

      C’est même pas que je doute, c’est juste que c’est vraiment trop beau pour que ça soit vrai, c’est juste incroyable que t’ai réussi à réaliser ça ! AÀ ce niveau là c’est même plus de la chance ^^

      Mais tu sais, je crois que tu viens de me faire ouvrir les yeux avec ta réponse. Je viens de me rendre compte que souvent je me demande « c’est pas possible mais où il les trouve les filles aussi ouvertes que ça ? » sauf que si tu ne tentais pas aussi souvent de manière aussi « insolente » (ce n’est pas péjoratif hein), tu n’aurais sans doute pas autant de résultat et tu n’aurais sans doute jamais eu autant de résultat.
      En fait le jour où j’en aurais autant rien à faire que toi du résultat et de me prendre des râteaux, LÀ ! je pourrais espérer réussir ce que tu fais, et c’est ce que je viens seulement de comprendre, là réponse, toi Sélim Sylvain ou d’autres me l’ont déjà donnée mais je crois qu’elle vient seulement de monter au cerveau

      Mais ta vision de la vie me donne envie, c’est ce vers quoi j’ai envie de tirer !

      Bon courage pour le prochain défi !! j’espère pouvoir lire ce FR si tu réussis 😀

  5. AL

    23 août 2019 à 00:45

    J’ai failli avoir un cas similaire. Une mère et sa fille (majeure) en vacances en France. La fille était canon mais ne parlait pas français. La mère maîtrisait le français mais était un peu vieille et moins à mon goût. J’ai pas osé tenter les deux pour m’assurer la fille. Une semaine après, je me dit que j’aurais peut-être dû.

    • Eros

      23 août 2019 à 06:48

      Tu aurais dû 🙂
      Idem, la maman était moins bien physiquement, mais ça allait.
      (Je dois avouer que quand je vois des mères et des filles dans la rue, et que la mère est mieux, ça me rend toujours triste pour la fille)

  6. mademan

    24 août 2019 à 18:20

    Bonjour à toi Euros

    Cela fait fort longtemps que je ne postais plus de com suite à un de tes nombreux exploits…..
    Cette fois ci,je suis abasourdi par cette histoire,à penser que t’as déjà un truc de plus que nous en premier puis un pot de cocu quoique si t’es si avide de sexe sous toutes ses formes,tu dois être et restera un célibataire endurci qui par vague se mettra en couple un court laps de temps un peu comme ton ami Selim,mais qui restera toujours en quête de plus plus,quitte au final à ne plus savoir ce que tu recherches à l’origine.

  7. Sandra

    10 septembre 2019 à 11:50

    Ridicule…. en fait ça fait quelques années que je fais le tour de ton blog en tant que fille…. autant avant quelques articles étaient plutôt intéressants et pas faux enfin à prendre avec des pincettes, la psychologie féminine par exemple….autant maintenant dans la tournure que prend notre société, je trouve vraiment que tu encourages de très mauvaises valeurs et philosophies en fait, tu apprends a des hommes qui ont pas trop confiance en eux à devenir de gros enculés en gros?
    Tu crois vraiment que ça va les rendre plus heureux en fin de compte? Savoir draguer et séduire OK, mais la…une mere et fille… sois disant 😉
    Les mecs ne tombé plus la dedans sérieux… essayez d’avoir un minimum de valeurs svp, vous tombez dans tout les travers de notre société qui part en couilles.. Soyez de vrais hommes avec de vrais valeurs, et pas des petites fiottes qui font la course au plus gros enculé et à toujours plus de baises pour gonfler un ego en perdition.

    • AL

      11 septembre 2019 à 17:28

      Bonjour Sandra,

      En quoi coucher avec une mère et sa fille fait d’Eros un type immoral ? (je demande, parce que c’est sur ma to do list 😛 )

      Concernant la question des valeurs, je pense, sans aucune modestie, être l’exemple type du mec avec des valeurs morales et éthiques fortes. Et je te promets, qu’après 5 ans à étudier la séduction, la psychologie, le développement personnel et tout ce qui va autour, les expériences acquises et les observations notées m’amènent tous à la même conclusion : non seulement la plupart des filles d’aujourd’hui se fichent royalement des types avec des valeurs, mais en plus elles s’en éloignent en sachant pertinemment qu’elles font les mauvais choix. (Le fond du problème étant qu’un type avec des valeurs fortes implique qu’elles-mêmes en aient, ce qui demande beaucoup trop d’efforts à la plupart d’entre elles qui en sont incapables. Heureusement, il n’y a pas que ça. Mais la paresse est aujourd’hui le dénominateur commun partagé à au moins 80% par les deux sexes en France.)

  8. joey

    23 septembre 2019 à 19:18

    J’ai fait la même chose avec une ex.
    J’ai couché avec sa mère qui était mon ancienne secrétaire au boulot mais environ 7 ans après que sa fille sur qui je suis restais en one itis pendant 3 ans rompt avec moi.. par contre sa fille n’est pas au courant sinon je serais plus la pour raconter.
    Je couche toujours avec de temps en temps mais genre 2/3 fois dans l’année, elle est mariée donc pas tjr évident.

    Par contre c’est elle qui m’a abordé sur AUM au début elle ne m’avait pas dit qui elle était mais me posait des questions qui me paraissaient étranges et j’ai commencé à douter jusqu’au jour ou elle m’a envoyé des photos et j’ai choqué..

    par contre elle c’est l’inverse elle est bcp plus doué que sa fille ^^

    • Sylvain

      24 septembre 2019 à 11:28

      Coucher avec sa secrétaire, j’imagine que c’est un grand classique 😉

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire plus Field Reports