Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Ces 8 Très Bons Conseils Séduction Toujours Si Mal Compris !

conseils en séduction mal compris

Inner game

Ces 8 Très Bons Conseils Séduction Toujours Si Mal Compris !

Ces 8 Très Bons Conseils Séduction Toujours Si Mal Compris !

Face à la multiplication croissante des sites et chaînes dédiés à la séduction, d’aucun pourrait penser que les contenus proposés gagnent chaque jour un peu plus en pertinence.

C’est pourtant malheureusement loin d’être le cas, le tout ayant au contraire plutôt tendance à créer une caisse de résonnance où tournent en boucle les sempiternelles mêmes platitudes.

Le problème de ces recommandations n’est pas qu’elles soient à la base entièrement fausses ou totalement absurdes, mais qu’à force de copiés/collés elles finissent vidées de leur substance et sujettes à toute sorte de mauvaises interprétations.

Il est donc grandement temps de rééquilibrer la Force – et oui ami mauvais lecteur, cet article s’adresse aussi à toi.

1. Les femmes n’ont pas la même logique que la nôtre

« Pas la même logique que la nôtre » ne signifie absolument pas pour autant que les femmes sont dénuées de la moindre logique, cette dernière est simplement différente.

Plus portées sur l’émotion que la raison, plus évanescent, le désir féminin peut cependant vite paraitre irrationnel.

[Bien que source d’incompréhension, cette altérité nourrit en grande partie l’attirance entre les deux sexes.]

Là où le poète continuera de se pâmer devant un pseudo « mystère féminin » (soupir), confronté à un langage et des codes qu’il ne maîtrise pas (et plus globalement à un rapport à l’affect qui le dépasse), le séducteur tout juste sorti de l’œuf aura lui plutôt tendance à louvoyer du côté d’une certaine misogynie.

Pas bien.

2. La première qualité d’un homme c’est d’être masculin

Délicate question que celle de la virilité tant il est aisé de tomber dans la caricature – du vernis un peu trop vif pour être honnête (grosse barbe, gros bras, gros tatouages…), aux ambiances de vestiaires ou d’école d’ingénieurs.

Il s’agit en réalité plus d’un comportement que d’une posture (quand bien même cette dernière n’est pas à négliger). Afficher sa masculinité commence avant tout par faire, pas complétement mais en grande partie, le deuil du petit garçon que vous avez été – ici 44 exemples à ne pas suivre.

C’est une masculinité justement assimilée qui permet ensuite d’assumer sans ambiguïté sa part de féminité, et de comprendre in fine que comme le disait Catherine Deneuve « ce qu’il y a de plus de attirant chez une femme c’est sa virilité ».

[Et à ceux qui ont toussé à la lecture de cette phrase, peut-être vous reste-t-il encore un peu de pain sur la planche à ce niveau-là.]

3. Sexuer vos échanges pour donner aux femmes envie de coucher avec vous

Vous voyez ce type (il y en a toujours un) qui en classe ou au bureau enchaîne sans relâche les remarques salaces et étale à qui veut l’entendre sa culture porn ? Ne soyez pas ce type.

Déjà par ce qu’il passe sans forcer pour ce qu’il est, mais aussi parce qu’aucune femme ne prend de près ou de loin ses gesticulations au sérieux.

Afficher ses intentions ce n’est pas être lourdaud. Insuffler de la tension sexuelle ce n’est pas manquer de tact.

Si certains sujets ont et auront toujours la côté (parler de ses passions avec passions, la plage, les relations hommes/femmes, les compliments assumés…), il suffit parfois d’un regard un peu appuyé, d’un silence de quelques secondes (très important les silences dans une conversation) ou d’une remarque emplie de malice (quand un simple « ah ouais ? » ne fait pas largement l’affaire) pour distiller ce qu’il faut de chair dans l’interaction.

Tout le secret réside dans l’intensité que vous insufflez.

Et quand vient le moment de passer sous les draps : la crudité oui, la vulgarité non.

4. La meilleure façon de plaire c’est d’être soi-même

Oui, mille fois oui, si vous avez investi assez de ressources dans le but de vous « sculpter vous-même » pour paraphraser Nietzsche ET que vous êtes immédiatement à l’aise au contact d’autrui.

En revanche si vous votre vécu se limite à des après-midi purée/ saucisse chez votre mamy, tandis que vos gouts sont calqués sur ceux du plus grand nombre (alias le plus petit dénominateur commun), c’est plus compliqué.

Les notions de naturel ou de confort ne sont absolument pas des choses qui vont de soi – ne se sent-on d’ailleurs pas plus soi-même avec ses proches qu’avec une personne tout juste rencontrée ?

Tout cela sans compter que dans une société qui prône le « moi, moi, moi » à outrance, ses plus fidèles apôtres ne se distinguent entre eux que par la marque de leurs t-shirts ou la dernière application téléchargée sur leurs smartphones.

On ne naît jamais complètement soi-même, on le devient en grande partie à coup de nature et de culture

À vous de cultivez des centre d’intérêts qui vous distinguent de la masse (évitez de n’aimer que les Simpson et les Daft Punk quoi) et dans lesquels vous développez une compétence certaine (être moyen au foot c’est non).

Ne vous reste alors plus qu’à faire ensuite gober aux femmes cette histoire du feeling qui leur est si chère…

5. Les femmes apprécient ceux qui savent les écouter

À ceci près que les écouter ne se réduit pas à les regarder bouger leurs lèvres, encore faut-il avoir appris à décrypter ce qu’elles disent, ce qu’elles veulent dire, ou ce qu’elles ne disent pas (et qu’il nous faut pauvres de nous pourtant bien deviner).

[Sémantiquement parlant il serait plus judicieux de préconise d’être attentif plutôt que d’être à l’écoute.]

D’une certaine façon, écouter les femmes c’est détricoter leur sac de nuances afin de déceler, ou mieux, de précéder leurs intentions – si une femme vous demande directement quelque chose (notamment au lit), avertissement : vous avez probablement déjà un bon gros train de retard.

Autre source d’incompréhension, écouter en veut pas dire jouer la carte de la passivité. Un minimum de transgression est requis, qu’il s’agisse de contredire votre rencard du jour ou de lui exposer un point de vue qui vous est propre.

Aucune obligation ne vous est faite de vous farcir in extenso ses histoires de petits chats et de BFF de BFF.

Bon après si vous n’avez rien contre végéter en zone ami, c’est vous qui voyez.

6. Soigner son apparence

Si depuis l’époque d’Adam, l’homme moyen s’intéresse moyennement à son apparence, sous la pression des vendeurs de tubes de crèmes hydratantes la situation a fini par changer.

Attention cependant à ne pas tomber dans l’excès inverse, les femmes se montrant au mieux très suspicieuses face à ces hommes qui passent plus de temps qu’elles dans la salle de bains.

Autre écueil, doucement sur les prot’ en sachet. Bien entendu un corps en bonne santé accompagné de quelques bosses et reliefs est toujours apprécié, mais passée l’adolescence tardive, les filles se pâment de moins en moins sur ce critère.

La salle de sport, oui. La dégaine de pompe à vélo, pas sûr.

Enfin question fringues, misez en priorité sur la coupe. Les femmes sont instinctivement très sensibles à ce point, beaucoup plus qu’aux gros logos et autres ceintures de shérif.

7. En séduction vous devez toujours veiller à rester positif

Mais quelle fatigue ces individus qui s’extasient sur tout, tout le temps, partout.

Certes la légèreté est un must dans les rapports de séduction, mais grand Dieu ne la confondez ni avec de la superficialité (oui une conversation censée est bienvenue lors d’un premier rencard), ni avec cet optimisme de premier de la classe qui donne envie de noyer dans le ciment tous ses adeptes.

Outre le fait d’agrémenter votre personnalité de ces indispensable fêlures et aspérités qui vous rendent uniques, quelques touches de cynisme, voir un brin de pessimisme, sont bien souvent le meilleur moyen de mettre les rieuses de votre côté – typiquement en vous moquant (un peu) de vous-mêmes ou en admettant certaines erreurs, ce qui au passage démontre une certaine confiance en soi.

Ou des vertus d’ajouter à juste dose un peu de salé dans votre sucré.

8. Apprendre à détecter les signes d’intérêts

Repérer que vous ne laissez pas cette fille indifférente donne à l’évidence un regain d’assurance… mais cela peut également se révéler à double tranchant, surtout si vous pensez que c’est non.

Et si vous appliquiez une mauvaise grille de lecture ? Et si elle ne laisse rien transparaître ? Et si malgré votre pressentiment initial au final c’était oui ?

Accorder trop d’importance aux signes d’intérêts c’est quelque part se montrer needy. Cette fille vous plaît, vous la désirez, allez la voir. Point.

Faîtes-vous confiance : vous portez bien, vous savez vous montrer divertissant, vous vous enorgueillissez d’un lifestyle de qualité. Si elle des goûts de chiotte c’est son problème, pas le vôtre.

Au pire elle aura passé quelques instants en bonne compagnie.

Et vous, quel conseil n’avez-vous pas encore complétement assimilé ? Et quels conseils séduction trouvez-vous à côté de la plaque ? Réponses, critiques et compliments dans les commentaires.

Aurélien, qui comme Sophocle pense qu’aucun ennemi n’est pire qu’un mauvais conseil.

Bann SMS1erRDV 1 Ces 8 Très Bons Conseils Séduction Toujours Si Mal Compris !

Banner 50phrases Ces 8 Très Bons Conseils Séduction Toujours Si Mal Compris !

Bann SexTalk 3 Ces 8 Très Bons Conseils Séduction Toujours Si Mal Compris !

sextalk Ces 8 Très Bons Conseils Séduction Toujours Si Mal Compris !

sms Ces 8 Très Bons Conseils Séduction Toujours Si Mal Compris !

Lire la suite
34 Commentaires

34 Comments

  1. SAlink

    17 novembre, 2017 à 20:26

    Ouf, faut préciser qu’il fallait légèrement se stimuler les neurones avec un peu de molière afin d’assimiler favorablement tout les dits de cet article soigneusement plébisciter par son auteur ;)
    mais il faut bien se distinguer de cette centaine de sites pullulant actuellement sur le net (c’est vrai que ça donne plus l’impression d’être sur un site de séduction que de drague et de baratin et que l’on prend les choses au sérieux).
    Pour moi le meilleur conseil/rappel reste le 4ème « être soi-même » certes mais au zénith de soi-même, le mieux c’est d’avoir une énorme curiosité sur le monde et si tel n’est pas le cas il faut se donner la volonté d’étre fouineur, de chercher les questions et de trouver des réponses par soi mais pas que, il faut creuser plus loin et dénicher les réponses que personne ou peu de monde connaisse et agir de la sorte dans le plus grand nombre de domaine possible ainsi seulement l’on se distingue aux yeux de ceux qui nous entoure (et de fait devient on plus attirant) mais aussi l’on se rapproche plus de notre vrai soi car on a déceler ce qui nous passione et on le maitrise aussi parfaitement. Ains si certains nous apprécient pour ça et bien tant mieux car ils nous aiment pour ce que nous sommes et c’est ce qu’il y a de plus important dans la séduction je pense mais à contrario si d’autres ressentent l’invèrse et bien soit au moins l’on a déniché le bon du mauvais et que ça avait le mérite d’etre honnete donc il ne faut surtout pas se tracasser la tete sur eux, puis c’est pas grave si moi je suis super à l’aise dans « mes bottes » c’est le plus important, non?

    • Aurélien

      18 novembre, 2017 à 05:49

      Un peu d’exigence ne fait jamais de mal non SAlink ?

      La meilleur version de soi-même ne plaire JAMAIS à tout le monde, mais comme tu le dis ça n’empêche pas d’être à l’aise avec soi même.

  2. Le Marginal Magnifique

    17 novembre, 2017 à 23:08

    Il me semble que quelques lignes sur le neg se seraient imposées dans ce bel article…

    • Aurélien

      18 novembre, 2017 à 05:47

      Tu as raison mais comme la pratique est déjà souvent remis en question (‘c’est quand même très connoté séduction années 00 les negs), je voulais pas surcharger.

  3. Polignac

    18 novembre, 2017 à 19:03

    Alors j’ai un petit problème avec faire le deuil du garçon qui est en soi pour laisser parler l’homme. C’est bien gentil, mais si vous voulez mon avis c’est une porte ouverte à toutes les névroses possibles et imaginables !

    En étouffant son enfance et ses trauma, sans s’y confronter et les accepter on cours au désastre.
    Je préfère le concept de coexistence pacifique avec son passé. Assumer son passé, s’y confronter et l’accepter.
    Accepter aussi que notre nous enfant refasse surface et réussir à le repérer pour calmer les émotions passionnelles qu’il entraine (une émotion passionnelle étant une émotion puissante positive ou négative, que se soit une joie ou une tristesse démesurée et inexplicable). Une passion n’étant pas rationnelle et ne dépendant que de ses émotions d’enfant, il est plus sain de les éviter et de vivre dans le désir, qui dépends de l’autre et de soi.

    Si on tente de museler ce qui ne pas pas être muselé on fini dans des explosions de compensation (genre crise de la 40-50aine) encore plus ridicules que notre nous enfant. Vouloir étouffer l’inétouffable est un peu prétentieux, et est un comportement idéaliste, dernier reliquat de cet enfant que l’on refuse.

    Repérer ses émotions d’enfant, de garçon pour pouvoir les analyser, les comprendre, et réagir au mieux avec elles, comme un homme, est beaucoup plus adapté, sain, et efficace sur le long terme.

    Enfin bref j’espère que c’était pas un peu trop abstrait, le sujet est complexe à exprimer !
    Super article quoi qu’il en soit !

    • Aurélien

      19 novembre, 2017 à 04:42

      « Alors j’ai un petit problème avec faire le deuil du garçon qui est en soi pour laisser parler l’homme » => alors en fait Polignac c’est écrit : « Afficher sa masculinité commence avant tout par faire, pas complétement mais en grande partie, le deuil du petit garçon que vous avez été »

      Et puis il est nécessaire imo de ne pas confondre enfant et petit garçon. Le premier renvoie à la capacité d’émerveillement, le second à à une certaine infantilisation.

      Du coup vu comme ça je pense qu’on sera plutôt d’accord.

  4. Juan (Crictobal)

    18 novembre, 2017 à 19:27

    « ce qu’il y a de plus de attirant chez une femme c’est sa virilité ».

    Il existe deux choses qu’on adore chez les femmes, c’est leurs couilles.

    • Le Marginal Magnifique

      18 novembre, 2017 à 21:40

      Tu es sur une pente dangereusement glissante : la prochaine étape est de te faire défourailler le trou de balle.

  5. Lady_Melodia

    19 novembre, 2017 à 15:19

    Hello !

    C’est amusant parce que autant je suis plutôt d’accord avec le premier conseil (« Les femmes n’ont pas la même logique que la nôtre »), autant l’explication (« Plus portées sur l’émotion que la raison, plus évanescent, le désir féminin peut cependant vite paraitre irrationnel ») se rapproche pour moi d’un mauvais conseil.

    Après c’est sûr que l’affirmation comme quoi femme = émotion et hommes = rationalité on la retrouve partout mais d’où vient ce truc ? Est-ce que quelqu’un à des études comportementales qui valident ça ?

    Et pour comble de l’incohérence, il n’est pas rare de trouver un article sur ce sujet à côté d’un article encourageant les hommes à augmenter leur influence, à élargir leur cercle social et à améliorer leurs finances pour séduire plus « parce que les femmes aiment le pouvoir, les réseaux et l’argent » bref, des éléments que je trouve plutôt « pragmatiques et rationnels » parce que j’ai du mal à voir où se trouve le côté « cœur de cœur » dans le fait d’épouser une personne pourvue d’un gros compte en banque.

    Et à l’inverse, les hommes disent régulièrement être attirés par la beauté des femmes or il ne me semble pas que la beauté soit quelque chose de très objectif ou de rationnel
    En tout cas, dans la hiérarchie des trucs rationnels et pragmatiques, je la mettrais largement plus bas qu’un gros compte en banque.

    Et si on veut aller un peu plus loin dans la contradiction :
    – Quel sexe déclare ressentir « des pulsions » ?
    – Quel sexe est décrit comme calculateur (donc s’appuyant sur le calcul et non sur l’émotion) ?
    – A quel sexe appartiennent majoritairement les personnes qui pratiques des sports extrêmes (= des sports qui donnent plus d’émotions et de frissons que les sports standards) ?
    – Quel sexe est majoritairement représenté dans les comportements addictifs (alcool, tabac, jeux d’argent etc..) ?

    Ceci ne sont que des exemples et on pourrait en trouver d’autres qui vont dans le sens contraire mais je trouve que l’idée que les femmes sont plus émotives que les hommes est répandue alors que franchement dans les faits, ce n’est pas du tout si évident.

    Après, sur les comportements sexuels, ils semblent que les comportements soient réellement différents entre les sexes sauf que cela ne serait pas lié à des différences de logique ou de ressenti des émotions mais à une asymétrie du risque lié au rapport sexuel entre les hommes et les femmes (pas de conséquences pour l’homme, grossesse chez la femme) qui amènent ces dernières à ne désirer l’homme que si la(es) contrepartie(s) semble(nt) vraiment à la hauteur (et le fait de n’accepter de prendre un risque qu’en échange d’une rémunération, c’est plutôt rationnel non ?).

    Du coup le désir féminin peut paraitre bizarre parce qu’il semble qu’il ne soit pas spontané mais le fruit d’un calcul cérébral complexe (je ne sais plus où mais j’avais lu un truc comme quoi les hommes analysaient une femme avec leurs aires visuelles et que si certaines proportions physiques étaient au rdv, le désir était immédiat, alors que les femmes analysaient surtout la conversation et le comportement d’un homme en utilisant certaines aires liées à la mémoire des expériences passées et à l’anticipation).

    Et pour couronner le tout, le généralisation de la pilule et d’autres moyens de contraception depuis une 50 aines d’année donne aux femmes la maîtrise du risque de grossesse ce qui amène certaines à exiger des hommes une moindre « rémunération » (puisque le risque est plus faible) alors que d’autres n’ont pas fait évoluer la rémunération attendue, ce qui donne une population féminine très hétérogène avec un modèle féminin qui peut sembler aléatoire – donc irrationnel.

    Le truc c’est que l’idée « homme = rationnel »  » femme = émotive » contribue à donner l’impression aux hommes que les femmes ont des comportements et des attentes très différentes des leurs (même sur les choses de la vie qui n’ont rien de sexuel) ce qui les conduit à avoir des attitudes parfois complètement à côté de la plaque avec les femmes et empêche certains hommes d’être à l’aise avec leurs émotions vu que c’est « un truc de filles » (pour rappel la pyramide de Maslow n’est pas séparée en « coté femme » et « coté homme » => les mêmes aspirations pour tous).

    Ça me rappelle une étude qui avait été conduite aux US où on avaient demandé au patron de Google (je crois que c’était Google) pourquoi, à son avis, il avait un taux de démission super élevé chez les femmes de 25- 35 ans et il avait répondu qu’à cet âge les femmes voulaient arrêter de travailler pour fonder une famille et qu’on ne pouvait rien faire pour lutter contre ça parce que c’était dans leurs gènes.

    Du coup des chercheurs avaient retrouvé et contacté les femmes qui avaient démissionné au cours de l’année précédente et – surprise ! – environ 75% d’entre elles avaient juste accepté un poste dans une autre entreprise (25% avaient effectivement arrêter de travailler).

    Et quand on leur a demandé pourquoi elles avaient quitté leur entreprise, les principales raisons citées étaient 1/ « je voulais un plus gros salaire » 2/ « je voulais plus de responsabilités » 3/ « je voulais un travail avec plus de sens », soit exactement les mêmes raisons que pour leurs collègues démissionnaires masculins.
    http://www.lefigaro.fr/emploi/2015/05/18/09005-20150518ARTFIG00153-pourquoi-les-femmes-restent-ou-quittent-une-entreprise.php (je crois que c’est l’étude en question qui est mentionnée)

    PS : cet exemple n’a évidemment AUCUN rapport avec le fait que mon patron m’a proposé cette semaine que j’annule ma démission en échange de trucs du genre « pouvoir faire plus de télétravail pour améliorer ma qualité de vie et passer plus de temps auprès de mon copain » alors que pour ma part, le seul truc qui aurait pu me faire vraiment douter c’était une (très) grosse liasse de billets jetée sur la table (Moi ? Calculatrice et vénale ? Ah mais totalement !)

    Sinon super initiative Aurélien ! Le fait de repositionner les conseils qui ont tendance à dériver ne peut être que salutaire !
    A quand un article sur les effets secondaires désagréables générés par certaines techniques de drague ?

    • AL

      20 novembre, 2017 à 09:11

      Quel pavé, chère Lady ! J’ai failli abandonner en cours de route ^^’

      « – Quel sexe est majoritairement représenté dans les comportements addictifs (alcool, tabac, jeux d’argent etc..) ? » >> Assurément les deux. Depuis près d’une décennie, les femmes ne sont plus en reste quand il s’agit de s’autodétruire, et les résultats en fin de soirée sont rarement beaux à voir.

    • Sylvain

      20 novembre, 2017 à 10:42

      Hello Lady,

      Tout à fait preneur pour ta suggestion d’article. Il y a tant de points qui sont mal compris, mal mis en place ou utilisés au mauvais moment : le neg, le silence radio à outrance, le next tous azimuts…Je proposerai bien à Sélim qu’on se lance dans le sujet.

      Pour le reste, Aurélien viendra répondre j’imagine. Mais je pense qu’il faut créer le climat propice à l’émotion. C’est ce que l’on se disait la dernière fois quand vous m’expliquiez qu’une conversation peut modifier la perception physique que vous aviez d’un homme. Alors que quand il s’agit d’un homme, la perception du physique d’une femme est plutot immuable. Ainsi que la notion de feeling qui releve de ça.

      Je ne doute pas que la femme sait se montrer tout à fait factuel. Mais sans doute plus à même de suivre ses ressentis. En clair, un homme en suivant un raisonnement rationnel ne cede pas à ses pulsions quitte à en souffrir. C’est beaucoup plus dur pour la femme de rationnaliser. A discuter bien sûr comme toujours ;)

    • Aurélien

      21 novembre, 2017 à 12:46

      Salut Lady_Melodia,

      Alors, alors je ne suis pas fondamentalement en désaccord avec toi en fait – les hommes ne sont-ils pas plus romantiques que les femmes ? (si, si) Les femmes n’étant pas plus rationnelles dans le choix de leur futur conjoint ?

      Après pour botter en touche personne n’est dans l’absolu 100% raison ou 100% émotion, pas plus que l’on est 100% homme ou 100% femme.

      Après que ce soit au lit, dans le rapport au concept ou dans les gouts, difficile de ne pas noter certaines différences en se fondant sur cette grille de lecture.

      ++
      Aurélien

  6. Kenzo

    20 novembre, 2017 à 00:40

    MISSION « Rattrapage »

    Bonjour à tous et merci d’avance pour le coup de main,

    J’ai 28 ans, je suis du genre confiant, le feeling passe assez facilement avec les filles que je rencontre. Maintenant que j’ai une situation professionnelle stable (plus de départ à l’étranger prévu, etc.), je cherche la bonne.

    La bonne semblait avoir été trouvée. Voilà que ma confiance se trouve bien touchée et j’aurais besoin d’aide pour rattraper la situation.

    On a commencé sur Tinder.
    Et il se trouve que par hasard, son père travaille dans la même société que moi. On s’entend très bien et mangeons ensemble régulièrement.
    Au cours d’un repas, lui et sa femme auraient parlé de moi en bien en présence de sa fille. Elle et moi avons le même age, et considérés comme éternels célibataires. Leur discussion tournaient sur « est-ce qu’il n’y aurait pas un jeune homme dans la boite qui lui conviendrait » ?

    Conseillé par le père et la mère, si c’est pas beau !

    Et elle a fait le lien avec moi (mon prénom n’est pas courant), et m’a réécrit en m’ajoutant sur Facebook.

    Je lui ai proposé un repas au resto.
    Tout se passe bien, elle me plait physiquement et dans la tête, des discussion sur tout tout le long, elle m’a fait bcp de compliment (limite trop), je me suis senti en confiance comme d’habitude (un peu trop pour elle vu la suite…). Tout était trop beau.

    Garé plus loin, elle me conduit jusqu’à ma voiture.
    Des bises, le baiser. Il y a eu (vachement !) du répondant d’ailleurs. Jusque là, tout va bien.

    Et ce soir, je reçois ce message :

    Hey ! Écoute je dois t’avouer que pour une simple bouffe partagée les deux tu es allé bcp trop vite. Tu te projetais déjà et était relativement tactile. Tu n’as pas prêté attention sur ce que moi je pouvais bien ressentir, sinon tu te serais rendu compte qu’il était mieux de ne rien tenter. Du coup ca m’a pas vrmt convenu. Nous ne sommes peut être pas sur la même longueur d’onde, qu’en penses-tu?

    D’habitude je suis du genre à faire beaucoup preuve d’empathie, le côté tactile c’était prendre la main 2/3 fois pendant le repas en racontant une histoire, elle était réactive aux projections (« quand tu verras ma mère », « mon père trouvera ça super » etc.), là je ne l’ai pas vu venir alors :
    – Déstabilisé, oui
    – Volonté de rattraper le coup, oui.
    – Besoin d’aide, oui

    Reconnaitre que j’ai pu aller trop vite, évidemment
    Demander une seconde chance (verre en ville, repas à la maison ?) ne serait pas mon genre, mais le ferait s’il le faut..

    >>> J’avoue avoir du mal à savoir comment tourner les mots dans ce cas …

    Merci pour l’expertise !

    • Sylvain

      20 novembre, 2017 à 10:54

      Hello Kenzo,

      Ce sont malheureusement des choses qui arrivent. De te rendre compte qu’elle n’a pas eu la même perception que toi du rendez-vous. Apres c’est peut etre aussi qu’elle a rationnalisé par la suite car d’après ce que tu dis, elle semblait plutot réceptive.

      Bref, maintenant, il ne sert à rien de vouloir la convaincre en argumentant. Si tu insistes, c’est là qu’elle risque de fuir. Dis lui simplement qu’il n y a pas de probleme. Que tu ne t’étais pas rendu compte que tu l’avais mise mal à l’aise. Que tu ne fais pas de plan sur la comete et que ce n’est pas parce que vous vous etes embrassé que tu vas lui proposer le mariage dans la semaine. Et que si elle souhaite ralentir le rythme, c’est ok pour toi. Mais qu’ à coté tu as aimé ce moment avec elle et que tu aimerais qu’il y en ait d’autres. Reste léger, dédramatise les enjeux en disant qu’il n y a rien. Tu montres que tu ne fais pas de crise si elle s’en va. Et là on va voir comment elle réagit :)

  7. Kenzo

    20 novembre, 2017 à 13:43

    Hello Sylvain, merci du retour !

    Inspiré par ton message, je pense lui envoyer ça :

    Hello !
    Parfait, pas de problème. L’impression sur le moment a fait que je ne me suis pas rendu compte que tu étais mal à l’aise. Je ne fais pas de plan sur la comète, ce n’est pas parce que l’on s’est embrassé que je vais te proposer un mariage dans la semaine ! (smiley MDR). C’est bien d’avoir rationalisé. J’ai eu ce ressenti après aussi.

    Si tu souhaites ralentir le rythme, c’est ok pour moi. « Chi va piano va sano ». Sur la même longueur d’onde, oui, aucun doute. A coté, j’ai apprécié ce moment avec toi et j’aimerais qu’il y en ait d’autres pour mieux se connaître (quitte à trouver une Dolce Gusto ! *private joke*)

    Je ne prends pas son message comme un stop (et comme les messages que même nous on envoi), sinon, elle ne terminerait pas sur cette interrogation

    • Sylvain

      21 novembre, 2017 à 17:14

      Go, j’attends la suite!

    • Kenzo

      23 novembre, 2017 à 13:40

      Salut Sylvain !

      Voici la suite, elle me fait rire. Cette impression qu’elle est « toxique » contraste avec ma première impression, je n’ai jamais trop eu l’habitude de réagir à un chaud/froid.
      (Tiens au fait, demain midi je mange avec son père, le sujet doit-il être abordé ? ^^)

      « C’est même pas question de ralentir le rythme. Cette soirée ct pour partager un moment avec toi et faire plus ample connaissance. Sans plus de prime à bord. Moi je recherche pas qqun coûte que coûte. Je suis seule depuis 4 ans donc tu comprendras bien que je suis pressée a rien, que ça viendra quand ça viendra mais la précipitation me fait fuire a des kilomètres »

      Ca donne l’impression qu’elle fait ça pour rester maître de la situation… quelle réponse « électrochoc » serait approprié ?

    • Sylvain

      23 novembre, 2017 à 18:01

      Hello Kenzo,

      je vois. Dans ces cas là, encore une fois ca ne sert à rien d’argumenter. Donc le mieux c’est d’abonder dans son sens. « Tu as raison, le célibat ça a du bon. Je ne comprends pas ces gens qui sautent sur le premier venu de peur de se retrouver seuls. A la fin c’est toujours la tortue qui gagne »

      Bref, tu vois l’esprit, tu adaptes ça a ta sauce, le tout est de finir sur une note fun et d’eviter que cela ne devienne trop formel !

    • Lady_Melodia

      24 novembre, 2017 à 21:54

      Hello

      En fait sa réponse ne me surprends pas du tout.

      Mon analyse c’est que tu es tombée sur une fille qui n’est pas toxique mais juste adulte et contrairement à ce que dit Lena, je pense qu’elle n’a aucune envie de baiser avec toi et ne joue aucun « petit jeu » : c’est juste une fille qui cherche un homme capable de générer chez elle un sentiment d’admiration.

      Du coup, elle était prête à passer du temps avec toi pour te découvrir, apprendre à te connaitre et voir si dans ta personnalité il y a des qualité susceptibles de créer chez elle un sentiment d’admiration or le sentiment qu’elle a retiré, c’est que toi tu n’as pas envie d’en voir plus que son physique et que tu n’aurais pas de problème à coucher avec une fille que tu ne connais pas alors que n’est pas son cas (d’où sa remarque sur le fait qu’elle pense que vous n’êtes pas sur la même longueur d’onde).

      Pour moi quand elle est rentrée chez elle après votre soirée, son cerveau rationnel a refait le film et décortiqué toutes les étapes puis il a conclu que tu avais essayé de l’embarquer dans un truc qui ne lui convenait pas en t’appuyant sur le cerveau émotionnel et il t’a blacklisté (rq: être blacklisté par le cerveau rationnel c’est TRES mauvais).

      Après comme son cerveau émotionnel a quand même bien aimé votre soirée, au lieu de te mettre directement une balle dans la tête, elle a décidé de te laisser une dernière chance en tirant en l’air un coup de semonce, pour voir ta réaction.
      Et comment as-tu réagi ? Par du fun… alors que c’est le cerveau rationnel qui t’as mis un véto…
      A ton avis, quand un arbitre met un carton jaune à un joueur, quelle réaction veut-il voir ?
      – « Désolé je ne sais pas ce qui m’a pris c’est pas moi ! Promis je ne le referai plus »

      Ou

      –  » Allez détends toi, c’était pas si méchant ! Tu prends tout au tragique ma parole ! Tiens à ce sujet j’ai une bonne blague qui vient de me revenir; tu veux l’entendre ? »
      Tu as l’impression qu’elle veut rester maitre de la situation ? Je ne pense pas que ce soit le cas; elle te dit juste ce qu’elle a sur le cœur pour t’expliquer en quoi tu t’es planté mais je pense qu’elle n’a plus aucune attente à ton égard et qu’elle t’a offert le débriefing dans l’optique de tourner complètement la page (le coup de semonce n’ayant servi à rien => head shot!).

      En revanche pour rattraper le coup maintenant je pense que ça va être très compliqué parce que je pense que tu as généré chez elle un sentiment de désabusement / rejet / mépris, soit l’exact opposé de l’admiration.

      Après je suis d’accord avec Sylvain, la seule façon d’essayer de sauver ce qu’il reste c’est que tu abondes fortement dans son sens du genre :
      « Ecoute, ça me fait bizarre de te dire ça mais la vérité c’est que quand on s’est vu au resto je n’ai pas trop compris ce qui s’est passé : mes émotions se sont un peu emballées et effectivement je me projetais complètement alors que d’habitude c’est quelque chose qui n’arrive jamais. Et après je t’ai embrassée parce que je n’étais plus en état de raisonner et depuis, je m’efforce d’essayer de justifier ce que j’ai fait et de donner une impression de détachement alors qu’en fait tu as raison : j’ai un peu perdu les pédales. Du coup, là ce que j’aimerais c’est :

      1/ faire une pause le temps de comprendre un peu ce qui m’est arrivé et de retrouver l’usage de ma raison,

      2/ Qu’on oublie mon début de performance raté,

      3/ Qu’on se revoit dans une quinzaine de jour pour voir si ma période de réflexion a été profitable et qu’on puisse commencer à apprendre à se connaitre

      Est-ce que toi aussi ça te dirait de changer le passé et de repartir à zéro ? »
      Après tu adaptes ça comme tu veux en fonction de ce que vous vous êtes dit depuis pour que ça fasse sincère parce que elle, elle est sincère avec toi.

      Je ne sais pas dans quelle mesure ce que j’ai écrit correspond réellement à ce que tu ressens à l’heure actuelle mais si ce n’est pas le cas, pour moi il est urgent de te poser sérieusement la question de « suis-je réellement en phase avec cette fille ? » parce que si tu dois dire des choses que tu ne penses pas juste pour rester dans la course, c’est qu’il y a clairement un problème.

      PS : « il ne faut pas être needy » => voilà un autre conseil souvent très mal compris.

    • Kenzo

      28 novembre, 2017 à 23:16

      Bonsoir,

      Bon et bien voici ce que j’ai reçu 10 minutes après :

      « Wouahou merci pour ton mess. Je vois que ca t’as fait pas mal réfléchir. Je te réponds plus tard quand j’arrive à la maison! »

      Merci pour vos orientations !
      Je n’attends rien de ce retour et laisse place à la surprise. De toute façon, je me tiens aux 2 semaines de coupure. Souhaitez vous connaitre la suite ?

    • Sylvain

      29 novembre, 2017 à 11:30

      Bien oui !Maintenant qu on est lancé! ALors elle t’a répondu en arrivant? :)

  8. Hanks

    20 novembre, 2017 à 18:53

    Des phrases d’approches peuvent poser problème. En parcourant ADS, on en apprend de nouvelles et on peut être tenté de les utiliser tel quelles, mais ce qui fonctionne pour une personne ne marche pas avec tout le monde je l’ai appris à mes dépend une fois.

    • Lenal'airderien

      20 novembre, 2017 à 19:33

      Kenzo ,

      Elle commence déjà à être « casse couille  » alors qu’il n’y a rien entre vous…Tu ne l’as pas embrassé de force , elle a répondu à tes baisers…. Elle meurt d’envie de niquer , mais fait genre , je ne suis pas une fille facile nan… Tu as tiré le gros lot dis moi…

    • Sylvain

      22 novembre, 2017 à 11:20

      :) :) :) Malheureusement Lena, il y en a beaucoup des comme ça ! C’est le lot de beaucoup d’hommes. A nous de faire ce qu’il faut pour les éviter!

    • Sylvain

      22 novembre, 2017 à 11:19

      Hello Hanks,

      Effectivement tout ce que l’on écrit s’applique beaucoup à nous ! N’hésitez jamais à l’adapter à votre style et à la relation que vous avez avec la fille que vous voulez séduire. Il faut que vous soyez à l’aise avec ce que vous dites. Si ca détonne completement avec votre style habituel, vous risquez de manquer de congruence et la fille va s’en apercevoir…Donc toujours bien s’approprier les outils :)

    • indiana007

      22 novembre, 2017 à 12:12

      salut Sylvain :)

      « Si ca détonne completement avec votre style habituel, vous risquez de manquer de congruence et la fille va s’en apercevoir…Donc toujours bien s’approprier les outils »

      ce problème de la cohérence ou de l’harmonie est compliqué je trouvé, et il ne touche pas seulement la séduction, mais la vie sociale en générale, et même la créativité (look par exemple justement…)

      En gros la question que je me pose, c’est comment être toujours cohérent, sans pour autant se priver de la multiplicité, la richesse ou la complexité? C’est peut être très philosophique ma question mais en fait, comment ne pas être soit trop disparate, soit trop uniforme? Et donc éviter au maximum les « fautes de gout » (je prends cette expression au sens le plus large qui soit)…

      Sinon, tu parles d’adaptation à la fille comme très souvent sur ADS, et ça c’est vraiment complexe je trouve, quand on a l’esprit naturellement un peu lent, et surtout quand on connait à peine la fille. Une interaction qui a démarré il y a 10 secondes, on est en plein terrain inconnu, comment une adaptation est vraiment possible vu qu’on a presque rien pour s’appuyer?

    • Sylvain

      23 novembre, 2017 à 17:08

      Hello Indiana,

      C’est sur que ce n’est vraiment pas simple. Je pense que tu y arrives en faisant des tests. C’est en essayant que tu vas voir, avec qui tu veux trainer, ce que tu veux faire comme job, pratiquer comme activités et avec quel genre de femme tu veux être. Bien sur, parfois tu vas te ramasser, mais au fil du temps tu vas accéder à une connaissance de toi meme de plus en plus pointue.

      Quant à l’adaptation à une fille, il faut commencer avec quelque chose de tres large, quelque chose pour briser la glace que tu pourrais dire à tout le monde. C’est ensuite, une fois que tu la connais un peu mieux que tu peux commencer à davantage personnaliser.

  9. indiana007

    22 novembre, 2017 à 11:48

    « ce qu’il y a de plus de attirant chez une femme c’est sa virilité ».

    Je suis désolé mais pour moi ce propos de Catherine Deneuve relève du paradoxe un peu trop facile… C’est comme si on disait « ce qu’il y a de plus attirant chez un homme c’est sa féminité » (ce que personne de sensé n’osera soutenir).

    La part de du sexe opposé dans la psychologie d’une personne peut jouer un certain rôle, mais pour moi ça reste quand même bien marginal…

    Mis à part le physique un homme va t il choisir une femme en fonction de sa combativité et sa volonté dans la vie? Pour moi la réponse est évidemment non… :)

    • Aurélien

      22 novembre, 2017 à 13:18

      « Ce qu’il y a de plus attirant chez un homme c’est sa féminité » Y a énormément de meufs qui pensent comme ça… à condition que le niveau de virilité soit assez élevé (sinon c’est être efféminé et là on est d’accord, ça compte même pas à leurs yeux).

  10. Lenal'airderien

    22 novembre, 2017 à 16:54

    Hello, moi je comprends la « congruence » mes paroles sont en adéquation avec mes actes…

    C’est le mec qui te dis qu’il cherche une relation sérieuse et lors du premier rendez vous , tu as sa main dans ton slip au bout d’une heure… C’est évident que la fille pas trop co conne, va comprendre qu’il n’est pas dans une démarche sérieuse … Je suis une femme ça peut aider pour comprendre mon exemple.

    C’est évident que tu ne connais pas la fille pour les outils tu peux pas faire grand chose que rester léger , agréable et souriant et rebondir sur ce quelle te dis ou pas . Vous êtes en phase de crach test l’un comme l’autre …

    Si vous tombez sur une femme qui est un tri sélectif en rencontre rien ne passera dans le filtre…

  11. Elo

    26 novembre, 2017 à 11:02

    Bonjour,
    « Oui, mille fois oui, si vous avez investi assez de ressources dans le but de vous « sculpter vous-même » »
    Cette phrase m’a tilté, pourriez-vous en dire plus ? C’est à dire qu’entendez vous par s’investir et se sculpter soi même.

    Merci

    • Sylvain

      27 novembre, 2017 à 11:58

      Hello Elo,

      C’est à dire, savoir cibler ses objectifs et les atteindre. Faire des choix.

      Est ce que tu sais vraiment ce que tu veux dans la vie? Gagner de l’argent ? Vivre à la campagne? Faire ce que tu aimes? Quel est ton objectif n°1?

      Ensuite mettre en place le plan pour l’atteindre et y parvenir! C’est ca se sculpter :)

  12. Kheldar

    26 novembre, 2017 à 14:57

    « ce qu’il y a de plus de attirant chez une femme c’est sa virilité »

    Je confirme que l’image de la femme guerrière, qui ne courbe pas l’échine face à l’adversité, style Wonder Woman, ça m’a toujours fait rêver.

    Que ce soit Gal Gadot dans le rôle de Diana, ou Olga Kurylenko dans Code Momentum, quand je vois leur personnage je me dis « woah ! quelle femme ! »

    Par contre, l’image de la princesse tout le temps en détresse, je ne trouve pas ça aussi attirant que l’image de la princesse guerrière.

    • Sylvain

      27 novembre, 2017 à 12:00

      Le fantasme de Lara Croft et de Xena!

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire plus Inner game