Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Comment faire le premier pas (même si vous êtes timide et si vous avez peur)

faire le premier pas

Aborder une fille

Comment faire le premier pas (même si vous êtes timide et si vous avez peur)

Comment faire le premier pas (même si vous êtes timide et si vous avez peur)

Faire le premier pas, c’est souvent le plus dur pour nous. Vous lancer, hésiter, vous ne savez pas quoi dire, vous ne savez pas comment le dire… et j’étais comme vous il y a deux ans.

L’article que vous allez lire ci-dessous, je l’ai écrit la nuit dernière en rentrant de soirée, pour ne rien oublier.

Si vous ne savez pas comment faire le premier pas pour aborder une fille, suivez-moi…

Moi, je m’appelle -Sam-, c’est mon pseudo ici. J’ai un peu plus de 30 ans, je fais 1,85m et mon corps se caractérise pas une absence totale de muscle et une calvitie naissante.

Donc physiquement, on m’a surnommé la girafe pendant des années. Pas super viril, pas facile d’être en confiance pour aborder les filles.

Pour moi, la drague, c’était un calvaire : je n’osais pas, j’avais honte, je bégayais, je suais, et je faisais demi-tour 9 fois sur 10 avant de parler à la fille qui me plaisait.

Alors autant vous dire qu’avec la Team Pirates, ça a été une véritable shock therapy pour moi que d’apprendre à draguer partout grâce à la Méthode RDV de Sélim.

Pour que vous sachiez tout sur moi : j’étais encore puceau à 30 ans… Bref, je partais de loin. Très loin. Encore plus loin.

Mais hier soir, je me sentais bien, je me sentais d’humeur à repousser les limites. Après tout, le tournage des caméras cachées de drague de rue, c’était il y a déjà 2 ans.

Comment faire le premier pas… même quand on ne sait pas quoi dire

C’est l’histoire d’un mec normal (vous) qui drague une meuf normale (elle). Hier soir,j’étais dans la peau du héros.

Assis à la table avec mes potes un vendredi soir dans un street food market, je vois passer au cours de la soirée une très jolie fille (masquée, nous sommes encore dans une période touchy avec le coronavirus, je vous invite d’ailleurs à relire cet article Comment draguer une fille avec un masque).

Sélim et Eros et tous les dragueurs de la planète vous diraient « C’est là que j’aurais dû faire le premier pas. » Et c’est vrai. Mais je ne l’ai pas fait.

Parce que même si je sais faire, j’ai encore peur. Je ne pense pas qu’on guérisse complètement de sa timidité, mais on apprend à la contenir, à faire avec.

A moitié déconnecté de la conversation que nous avions avec mes 3 potes, je scrute l’horizon en attendant de la revoir passer.

Je compte sur ma chance, parce que oui, la chance, ça compte aussi pour séduire une fille.

Cela ne manque pas et 10 minutes après, je la vois se diriger vers le bar.

Sans rien dire à mes potes, je me lève et je vais aussi au bar. A ce moment-là, je ne sais pas du tout quoi lui dire pour démarrer la conversation.

Ce qui est important ici, c’est la règle des 3 secondes, c’est de faire le premier pas vers cette fille. Avec la Méthode RDV, j’ai appris à compter sur mon sens de l’observation.

Après le premier pas doit venir le premier mot

Attention, ce que vous allez lire n’est pas un dialogue de Prix Nobel de littérature.

J’ai fait comme c’est venu sur le moment, avec le ventre noué, avec la peur de m’humilier devant mes potes, avec la peur de me faire rejeter… mais l’envie de réussir.

Vous devez faire le premier pas. Malgré toutes ces peurs, vous devez aborder cette fille.

Moi : « Tu fais la queue ? »

Bella : « Oui, mais il y a un mec là devant, je ne sais pas s’il fait la queue. »

Moi : « Vous faites la queue, monsieur ? »

Monsieur qui ne fait pas la queue : « Nanan, allez-y. »

Moi, de nouveau à Bella avec un grand sourire : « Il ne fait pas la queue. »

Bella : « Ok, merci. »

Je me retrouve alors derrière Bella, dont les lignes du corps sont tellement parfaites, notamment mises en valeur par son pantalon taille basse serré et son haut qui laisse voir ses épaules, la moitié de son dos et son ventre.

OK j’ai fait le premier pas, mais maintenant il faut que j’enchaîne. Que je dise un truc spirituel pour la faire rire ? Et si j’essayais de lui faire un compliment ?

Moi : « Ton parfum sent super bon… à moins que ce ne soit autre chose. »

Bella : « Nanan, c’est mon parfum 🙂 »

Moi, un peu distrait jusqu’à présent : « Ah je vais remettre mon masque quand même. Ah ouais effectivement, même à travers le masque je le sens bien. » « Purée, ça fait tellement plaisir de sortir, je ne suis pas sorti depuis 8 mois. Bon c’est dommage il n’y a pas de DJ en ce moment. »

Bella : « Ah ouais il y a un DJ d’habitude ? »

Moi : « Ouais ! Tu vois la petite scène là-bas. C’est là que le Dj est posé habituellement et devant ça s’ambiance bien le vendredi et le samedi soir. » « Vous fêtez quoi vous ce soir ? »

Bella : « Mon départ. Je pars demain. »

Moi : « Ah ok, tu étais là en vacances ? »

Bella : « Oui »

Le serveur prend la commande de Bella.

Moi : « Et tu pars où ? »

Bella : « Blabla, études blabla. Et toi tu es de Paris ? »

Moi : « Oui, j’ai un studio à Bastille. »

Bella : « Ah cool. »

Moi : « Oui, je suis un peu plus âgé que toi, je travaille ^^ » (j’ai 33 ans et Bella doit avoir dans les 20 ans, 22 ans max, je me sers logiquement de ma maturité pour séduire.)

Bella : « Tu me donnes quel âge ? »

Moi : « 62, 64 ans. » (Merci coach Sélim pour le rappel de cette règle de conversation, « Exagération ou Comparaison ! » Là, j’ai pris l’option exagération, ça marche souvent !)

Bella : « Ahah »

Moi, après une petite pause : « Je te trouve super jolie. »

Bella : « Merci »

Le serveur me demande ma commande. Moi : « je vais prendre euh… ce cocktail » (je n’avais pas fini ma bière ni mon verre de vin blanc à table mais on s’en fout, il faut paraître normal vis-à-vis de Bella alors je commande un verre aussi, c’est le pilier R de Rassurer de la Méthode RDV).

Moi « Je disais quoi déjà ? »

Bella : « Tu disais que j’étais jolie »

Moi : « Ah oui c’est ça », « et tu reviens souvent à Paris ? »

Bella : « Oui grave, tous les WE »

Moi : « C’est dommage je n’ai pas mon téléphone sur moi parce que j’aurais trop eu envie de prendre un verre avec toi à l’occasion quand tu reviens », « je peux essayer de le retenir de tête peut-être. »

[Interruption d’Eros : là, c’est le moment où -Sam- mérite à la fois des applaudissements et des claques. A la fin, il utilise bien la technique de Sélim pour prendre le numéro de téléphone de la fille.]

Bella : « C’est que… c’est un numéro étranger. »

Moi, voyant qu’elle a son téléphone dans la main gauche : « Ou je peux écrire mon numéro dans ton téléphone. » Bella me tend son téléphone. J’enregistre mon numéro dans son répertoire sous le nom de -Sam- Le BG, et je m’appelle pour faire sonner mon téléphone et avoir son numéro.

Les verres de Bella sont prêts, elle s’en va et je fais de même, je rejoins mes potes avec mon troisième verre à la main : « Lol, les gars, j’ai récupéré le numéro d’une fille au bar. »

Conclusion : faire le premier pas, c’est un début nécessaire…

Mais pas suffisant.
Là, j’ai eu de la chance, et ça joue en ma faveur.

J’ai eu de la chance parce qu’elle était intéressée, parce qu’elle revient à Paris, parce qu’elle m’a donné son numéro de téléphone.

La chance, ça joue dans la carrière d’un séducteur.
C’est un peu comme au foot, si vous regardez le foot.
Quand il y a des contre, parfois, on dit qu’il y a des contres « favorables ».

Le joueur qui joue, qui veut avancer, qui tente des choses, est souvent récompensé. Le joueur le plus engagé physiquement remporte plus de duels.

Il faut jouer pour jouer, certes, mais aussi jouer pour marquer. Là, j’ai de la chance, mais je n’ai pas été SUPER BON ni impressionnant de répartie, de fun, d’intelligence.

J’ai juste eu le courage de faire le premier pas pour aborder cette fille.

Et si moi avec mes anciens blocages j’arrive (presque) à draguer quand je le veux, vous le pouvez aussi.

Vous pouvez apprendre à aborder des filles en vidéo, je vous montre ici comment faire, avec la Team Pirates. C’est très simple, c’est facile même pour les débutants !

-Sam-, en train de revenir doucement dans le game… et même Eros va pleurer !

Lire la suite
22 Commentaires

22 Comments

  1. Luc

    4 septembre 2020 à 08:24

    Tu l as dit toi meme..la chance..si on pas ce facteur..on peut essayerd approcher 100000 filles..rien ne se passera si il y n a pas cet element incontrolable.
    Mais c est bien que ce l issue ait ete plutot positive dans ton cas.

    • Sylvain

      7 septembre 2020 à 14:45

      Hello Luc,

      La vérité c’est que la chance se crée ! Meilleur exemple du monde : Didier Deschamps ! Impossible d’avoir autant de chatte aussi régulièrement 🙂 Conclusion : la chance, c’est une compétence 😉

    • Odace

      8 septembre 2020 à 16:51

      Je pars du principe qu’essuyer 1 ou 100000 refus n’est pas un échec (« Thomas Edinson tu seras ! » ). Pourquoi ?
      J’y suis allé, j’ai eu ce courage, j’ai gagné face à moi-même. Le reste n’est pas entre mes mains et ne doit pas m’affecter. Le seul échec en séduction comme le répete bien AdS est l’in-ac-tion !
      On doit valoriser ce qui dépend de nous. Valorisons nos actes et notre détermination plutot que le hasard ou la chance.

      Sénèque a dit un jour «La chance est ce qui arrive quand la préparation coïncide avec l’opportunité.»

      Comme le dirait Eros, en séduction le plus important est d’être prêt.Et pour ca, il faut en amont avoir intégré les bases de la séduction.
      À savoir :
      -un état d’esprit (l’innergame) et des croyances résolument positifs
      -connaitre et maitriser les leviers d’attraction (détachement du résultat, mentalité d’abondance, approche direct, etc…)

      Et l’opportunité en apprenant à nous placer dans une situation où nos possibilités de rencontres vont etre décuplées quelques soit nos contraintes et notre vie personnelle.
      Cela passe par exemple par un travail sur le style vestimentaire, le physique et en fréquentant des lieux avec des femmes qui nous plaisent.

      Comme le dit Sylvain ci-dessous, la chance se provoque,à condition d’y préparer et de saisir les opportunités qui s’offrent à nous.

  2. da

    4 septembre 2020 à 15:01

    Cool ce témoignage Sam merci. Plein de bon sens avec une pointe d’autodérision. Pas besoin d’être un héros super dragueur ou hyper drôle/original c’est clair. Ca se fait simplement et si y’a pas d’ouverture avec une fille le plus important c’est qu’il n’y a pas de regret …

    • luc

      5 septembre 2020 à 19:02

      le plus dangereux c est que cela arrive tout le temps qu il n y ait pas d ouvertures..
      la on peut s inquiéter et se poser des questions
      est ce ma faute? physique? ou personnalité?
      les filles trop exigeantes?

      et pour l instant peu de personnes ont cette réponse.

    • Sélim

      6 septembre 2020 à 11:28

      Tout joue, l’ami Luc : le physique, la personnalité, le look, l’éloquence, les sujets de conversation abordés, l’énergie… A toi de faire bouger le curseur vers le haut pour tous ces points-là !

      Love

    • Sylvain

      7 septembre 2020 à 15:01

      Hello,

      Voici la leçon : ce qui compte, c’est d’agir ! Meme si c’est imparfait, c’est toujours mieux que de passer la soirée à cogiter au mode d’action parfait et au final de ne rien faire du tout ! 😉

  3. Luc

    5 septembre 2020 à 19:55

    puceau a 30 ans c’est une blague ? faut vraiment etre a la ramasse. dans le pire des cas, on peut toujours se taper un thon ou un gros boudin, ca manque pas en France quand je vois les francaises actuelles !
    Le probleme en France c’est pas que les mecs sont timides, c’est qu ils sont en chien et draguent tout ce qui bouge. entre autres via drague de rue (un truc de crevard), qui temoigne selon moi d’une faible valeur sociale.
    Un mec de haute valeur sociale, ils doit pas draguer, c’est les femmes qui le draguent

    • Sélim

      6 septembre 2020 à 11:27

      Puceau à 30 ans, ce n’est pas une blague. Ca arrive souvent chez mes coachés. Des mecs qui ont bossé, qui ont fait médecine, qui étaient timide et en école d’ingénieurs, des mecs qui vivaient chez leurs parents, des mecs très timides, frisant l’anxiété sociale. Des mecs qui ont raté le train dans lequel la plupart d’entre nous sommes monté au collège ou au lycée. Ca arrive.
      Ce qui me frappe dans ton message, c’est :
      1. la fermeture d’esprit et le jugement hâtif dont tu fais preuve. Tu veux prouver quoi ? Que tu es meilleur que les autres ? Que TOI, tu sais mieux ? Ici, chez Artdeseduire, nous sommes bienveillants les uns envers les autres. Nous nous épaulons. Même ceux qui partent de loin. Si tu as un très bon niveau, c’est très bien. Nous autres, les coachs et auteurs avons décidé d’utiliser notre savoir et notre expérience pour aider, et pas pour humilier les autres.
      2. Un mec de haute valeur sociale a intérêt à draguer, pour séduire la fille qu’il veut, et ne pas être choisi. Même si chez Artdeseduire on apprend à gagner des points de valeur sociale, on apprend surtout à agir, et pas à subir. Attendre que les femmes viennent à soi, ça, c’est l’autoroute vers l’échec.
      Allez, une grande cure de positivité pour toi, et bonne rentrée.
      PS : ça me fait plaisir de revenir de 3 mois de vacances et d’attaquer directement par ce post !

    • Pacme

      6 septembre 2020 à 20:52

      Je suis dans le même bateau que Sam, puceau jusqu’à l’année dernière (29 ans), comme lui je n’ai pas eu la chance de prendre le train en marche à mon adolescence à cause de pleins de facteurs que j’arrive mieux à appréhender maintenant grâce aux articles du site donc chère Luc si ce n’est pas ton cas tant mieux pour toi mais sache que oui certains dont je fait parti ont des difficultés de ce côté là et beaucoup de chose sont lié à la manière dont tu te construit en résonnance avec ton environnement et les intéractions que tu as avec tes parents, tes proches et des inconnus, ils suffit que quelque chose se passe mal pendant ce long processus pour que sa affecte tes comportements et ta manière de pensée et que sa te rende moins apte au niveau sociale que ce qui se sont construit  »normalement ». C’est pour sa que je compte rencontré Sélim en coaching pour y remédié pour mon cas, j’attendrai par contre de pouvoir être en face à face car pas fan du coaching en vizio et je veut avoir des infos sur le ressenti que je donne à une personne inconnue et pour sa une seul solutions le face to face.

    • Odace

      8 septembre 2020 à 15:39

      Salut Luc, je ne pense pas que la drague de rue soit un truc de crevard. D’abord parce que pour esperer etre bon en seduction, il faut se convaincre qu’aborder une parfaite inconnue dans rue (ou dans n’importe quel contexte) est non seulement possible mais aussi a ce jour LE meilleur moyen de faire de belles rencontres (d’autant plus par rapport aux applis de rencontre).
      Pour rencontrer des femmes, il n’y a à mon avis aucun egal a la rue qui fourmille davantages
      1. Sa pluralité
      Un reservoir infinit de femmes differentes (il y a l’embarras du choix!)
      2. Son accessibilité
      Un terrain de jeu gratuit, ici pas besoin de débourser le moindre copeck en bars, boites de nuits ou sites de rencontres justes pour rencontrer des nanas…
      3. Une faible compétitivité
      Une concurrence quasiment nul qui evite de batailler avec la horde de mecs qui vont solliciter la miss sur Tinder et milieux de la nuit. Et qui par consequence permet de se démarquer aux yeux des femmes.
      4.Un gain de temps formidable et un boost sur la confiance en soi
      La rue favorise l’approche directe et communique de facon explicite nos intentions aux filles. Au grand jour, elle rends la démarche de séduction plus naturelles (hommes-femmes se voient alors mutuellement tel qu’ils sont vraiment sans artifices)

      La société nous fait comprendre faussement que le fait d’aborder dans la rue est un truc de chien et assimilable à du harcèlement, en assimilant séduction à la drague lourde clichée (passe-moi ton 06…). C’est une pensée limitante qui entrave notre potentiel.

      Pour peu que l’approche soit faite de facon élégante, légere et avec une envie d’apporter du fun sans se soucier du résultat, de nombreuses femmes seront enchantées par cette Odace. 😀

    • Sylvain

      8 septembre 2020 à 18:52

      Hello,

      Oui c’est bien résumé. Le tout c’est dejà d’etre à l’aise socialement et de réussir a faire naitre une conversation. Tu as ce genre de situation tous les jours. Pour demander un renseignement dans la rue ou autres. Et personne ne parle de harcélement. c’est naturel. C’est derriere qu il faut progresser pour enchainer et donner l’impression d’un hasard heureux 🙂

    • Luc

      9 septembre 2020 à 11:55

      Parfois je vois de jolies nanas en rue mais juste derriere il y a le mec et la poussette (notez que souvent c’est le mec qui pousse la poussette). ou la nana est accompagnée. c’est ca pas de competition ?
      la drague de rue c’est aussi reservé aux grandes villes meme en france, va faire ca dans un village ou bourgade de province… ca elimine pas mal d’endroits non ?
      Etre a l’aise socialement ca veut pas dire faire n’importe quoi non plus
      par ailleurs dans certains pays meme francophones la drague de rue c’est assimilé a du harcelement. je m’etonne que les coaches en seduction encpuragent des pratiques qui sont sanctionnées par la loi ou en tout cas sans reserves. je dis ca je dis rien..

  4. Luc

    9 septembre 2020 à 11:54

    Parfois je vois de jolies nanas en rue mais juste derriere il y a le mec et la poussette (notez que souvent c’est le mec qui pousse la poussette). ou la nana est accompagnée. c’est ca pas de competition ?
    la drague de rue c’est aussi reservé aux grandes villes meme en france, va faire ca dans un village ou bourgade de province… ca elimine pas mal d’endroits non ?
    Etre a l’aise socialement ca veut pas dire faire n’importe quoi non plus
    par ailleurs dans certains pays meme francophones la drague de rue c’est assimilé a du harcelement. je m’etonne que les coaches en seduction encpuragent des pratiques qui sont sanctionnées par la loi ou en tout cas sans reserves. je dis ca je dis rien..

    • Odace

      9 septembre 2020 à 13:47

      je finirais la dessus

      Dans la rue : il y a AUSSI des mecs bien.
      Ils sont peu nombreux, on les remarque moins que les boulets – parce qu’ils sont plus discrets et osent moins aborder les filles, justement par peur de les importuner , et qu’ils sont trop respectueux pour oser faire quelque chose que tout le monde pense réservé aux cas sociaux – mais ils existent.

      Des mecs qui n’ont pas de problèmes d’agressivité mal placée, qui n’ont pas de casier judiciaire, qui ne sont pas morts de faim, qui ont déjà lu un livre, qui ne considèrent pas la femme comme l’ennemi, un bout de viande ou un être inférieur…
      Si davantage de mecs respectueux, bien sous tout rapport, prenaient (enfin) leur courage à 2 mains, s’affranchissaient de leur zone de confort et à priori, allaient au contact des femmes, ces dernieres auraient bien le sentiment de ne tomber que sur des lourdingues dans la rue dans leur quotidien.

      C’est d’ailleurs un challenge qui me motive d’autant plus : leur montrer qu’en être humain civilisé, je peux leur faire oublier (quand bien meme fugacement) les 10 emmerdeurs qui sont passés avant moi 😀

      Médite le Luc, nous avons tous une responsabilité ou un pouvoir pour faire changer les mentalités

  5. Odace

    9 septembre 2020 à 13:28

    Aborder une fille dans la rue, aller à sa rencontre est un acte positif et noble. Il faut rétablir absolument cette évidence.
    La société nous a appris à ne pas faire de vague, à ne froisser personne, à ne rien faire de controversé. On apprend aux enfants à avoir peur du regard des autres et à toujours garder la face. Résultat des courses, on se retrouve aujourd’hui avec un certain nombre d’hommes appeurés et incapable de prendre leur vie sentimentales en main, attendant que la divine providence vienne par enchantement leur faire rencontrer celle qui partagera leur vie.
    Pour devenir un séducteur, il faut être capable de prendre des risques. Et pour ça, il n’y a pas de secret : tu dois surmonter cette pression sociale et combattre ces idées limitantes.

    « Je ne suis pas légitime », « je suis un harceleur », « dragueur c’est pour les beauf ou les bas du front »… Et tout autre discours nuisible, tellement dans l’air du temps. Il faut bien comprendre que notre société est malade.
    Un homme qui parle à une femme, c’est LA BASE DE LA VIE. Ça te semble anormal d’aborder une femme ? Sérieusement, je ne veux pas etre méchant mais… c’est de la folie. Il suffit d’y réfléchir un peu, ça n’a aucun sens. Faire du lien social dans la rue, dans l’espace public, devient une nécessité vitale. Ne laisse pas le système n’autoriser seulement que les démarches publicitaires (campagne Adopte Un Mec dans les transports ou flyers de clubs), je ne sais pas comment on en est arrivés là mais il faut arrêter la soumission. Bien malheureux celui qui attend qu’on lui donne la permission pour prendre son pied.

    Je ne veux pas être mauvaise langue mais as-tu au moins des expériences personnelles à partager pour valider ta conviction sur cette pratique ? Des retours concrets de femmes sur ce terrain qui t’ont fait comprendre que c’était mal ? Ou ta vision ne repose que sur des « On m’a dit que… » ?
    Si le harcèlement est à juste titre sanctionné par la loi, une démarche courtoise et bienveillante de séduction dans le respect de la miss (sans insistance si elle montre un désintérêt) n’entraine
    aucune culpabilité.

    LES FEMMES AIMENT ÊTRE COURTISÉES (c’est un fait que tu dois absolument intégrés dans tes croyances). Les femmes aiment les hommes entreprenants. Évitons simplement de les insulter en nous présentant devant elles avec un slip vide. Ne soyons pas lourd. Ne réagissons pas aux connes, elles sont rares mais existent.

    Ce n’est pas forcement contre toi Luc, mais l’amalgame consistant à considérer que tout homme est un harceleur dès lors qu’il ose aborder une jeune femme dans la rue, me paraît être une généralisation vraiment stupide : tous les hommes qui abordent une femme dans la rue ne sont pas insistants, incultes, insultants et intimidants.

    Une rencontre entre un homme et une femme n’est pas déplaisante parce qu’elle se fait dans la rue (ne te méprends pas s’il te plait !)
    … elle est déplaisante si l’homme se comporte comme un trou du cul et ne tient pas compte du refus ou du manque d’intérêt / de disponibilité de la femme.

    • luc

      10 septembre 2020 à 10:57

      Le probleme c’est que dans certains pays la drague de rue est sanctionnée par la loi actuellement et assimilée a du harcelemnt du rue. les lois ce sont des croyances limitantes ?
      https://igvm-iefh.belgium.be/fr/activites/discrimination/sexisme/loi_sexisme

      quand j’etais plus jeune j’abordais facilement meme parfois en rue, mais l’epoque actuelle ne s’y prete plus.
      notre société est peut-etre malade en effet… mais c’est un autre sujet.

    • Sylvain

      10 septembre 2020 à 14:00

      Hello,

      Il y a le texte et il y a le terrain. Pour etre sanctionné, je pense qu’il faut vraiment y aller fort et se montrer insultant ou que la personne aille porter plainte, type le mec dans paris l’an dernier qui s’était fait filmer en envoyant une gifle. Il n y a pas de flic sur chaque trottoir pour vérifier que personne ne se parle (du moins pas encore). Oublie les enjeux de séduction. Ca arrive tous les jours de parler à quelqu un dans la rue pour demander son chemin ou n’importe quoi d’autre. Ca prouve bien que c’est une question d’attitude. Et si tu es positif et agreable avec ton interlocutrice, tu as normalement peu de chances qu’il t’arrive quelque chose.

    • Odace

      10 septembre 2020 à 17:21

      Aucun probleme ton article ne fait que valider ce que je t’ai deja écris

      Notamment le passage je cite

      « Les formes de harcèlement sexuel et de harcèlement sexuel de rue commis dans des lieux publics sont punissables. La loi stipule que toute personne ayant un comportement ou un geste, en public ou en présence de témoins, visant à considérer une personne comme inférieure ou à la mépriser en raison de son sexe ou encore de la réduire à sa dimension sexuelle, peut être punie.

      Encore une fois tu commets l’amalgame « Harcèlement sexuel » et « Drague de rue »

      Bien sûr si la femme se fait aborder ou interpeller tous les jours par des hommes indélicats ou grossiers, elle aura tendance à être sur la défensive, fermée et pleine d’a-priori sur quiconque s’approchera d’elle – et on la comprend; et si le jeune homme qui vient se présenter insiste lourdement alors qu’elle n’est pas intéressée, il ira grossir le rang des crevards de la rue qui font chier tout le monde et qui illustrent cette definition de « Harcèlement sexuel. »

      Cela dit t’est-il si délirant d’imaginer qu’un jeune homme lambda dans la rue puisse se présenter de manière courtoise, élégante, qu’il soit agréable et pas lourd, et que cela puisse plaire à une femme ?

      Inversons le jeu de séduction veux-tu Luc !

      Si une jeune femme sympa, polie, agréable et intéressante t’adresse la parole avec le sourire, qu’elle ne te donne pas l’impression d’être un cas social et qu’elle parvient à te faire sourire, est-il dingue d’imaginer qu’elle puisse trouver grâce à tes yeux, au moins quelques minutes ?

      Je vais me répéter pour que tu finisses par le percuter :
      La harcelement ne se justifie par le lieu où tu opères mais par le type de comportement que tu montres à l’autre.
      C’est bien une pensée limitante que d’oser croire que la rue n’est pas une possibilité de rencontre.

      Dans la rue, les interactions que tu peux mener sont des interactions brutes.
      Ce sont des interactions qui ne sont pas polluées par l’alcool, par la musique, par tout un tas d’autres personnes…
      Dans la rue, vous êtes vous-même. Et la fille aussi.
      Ni elle ni toi ne jouent un rôle comme on aurait tendance à le faire en soirée et/ou séduction online.
      La qualité de l’interaction ne dépend que de toi et de ta capacité à susciter l’intérêt de la fille.
      C’est donc tout à fait différent d’une interaction en soirée, dont le cours pourra être influencé par les amis de la fille, par tes potes, par la preuve sociale générée sur le moment, par l’ambiance générale de la soirée, etc…
      Dans la rue, il n’y a rien de tout ça, c’est de la seduction sans filtre au naturel
      On ne peut pas « tricher ».

      La rue est aussi un excellent lieu pour se forger un état d’esprit solide, en s’entrainant à passer à l’action en présence de stress.

      Tu te prives d’un formidable vecteur de rencontres en l’assimilant maladroitement à du harcèlement
      Il ne tient qu’à toi de faire tomber cette pensée limitante et de l’expérimenter suffisamment pour convenablement juger. Je ne peux pas le faire pour toi 🙂

  6. Luc 2

    14 septembre 2020 à 08:11

    Luc 2 pour ne pas se tromper

    la chance se mérite,mais si on pas deja un capital à ce niveau
    les applis meme en cliquant sur 1000 ou 2000 profils,si il n y aucune réponse,et bien la chance n interviendra pas
    dans la rue,à part de ressembler à un apollon,les filles sont beaucoup trop indifférentes
    le réseau social,peu de possibilités.

    Donc difficile d arriver à quoique ce soit,meme si je concois bien que certains sont beaucoup plus avantagés que d autres.

    • Sylvain

      14 septembre 2020 à 13:52

      Hello,

      Oui de toute façon, là ou tu as raison, c’est qu on ne part pas sur la ligne de départ. pour certains il faudra en faire 2 fois plus pour en avoir la moitié. Mais ça on ne le controle pas. Ce que l’on peut controler c’est de travailler sur nos points faibles et de passer à l’action. Si tu agis, tu t’offres deja la possibilité d’avoir de la chance 🙂

  7. Dylan

    9 novembre 2020 à 00:20

    Elle n’avait pas du tout l’air de vraiment coopérer dans ses réponses mais, si t’as réussi à la revoir par la suite, chapeau! Au moins on peut dire que tu as pris ton courage à deux mains, c’est l’essentiel.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire plus Aborder une fille