Comment changer l’image que vos proches ont de vous ?

Publié dans Inner game par
ArtDeSeduire.Com

Limage de soi Comment changer limage que vos proches ont de vous ?

C’est une question que se posent beaucoup de gens qui poursuivent une formation de développement personnel. Un fidèle lecteur Hakase a voulu partager avec vous sa méthode. Bonne lecture.

« Même si vous êtes effectivement devenu un homme meilleur grâce à des lectures ou une pratique du terrain, il est souvent difficile de changer les préjugés et les images déjà conçues que vos proches ont de vous.

Il se trouve que même si vous êtes capable de prendre le rôle de mâle alpha dans des contextes particuliers (bars, rue, boulot), d’autres connaissances n’acceptent pas cette nouvelle stature et se moquent de vous en vous contredisant.

« Je ne vois pas pourquoi tu te prends la tête. Reste naturel. Pff, ils racontent que des conneries sur Internet de toute façon. Hahaha, t’es trop marrant avec tes vieilles techniques, si tu veux mes conseils… » Et f*cking caetera.

Voici la méthode pour changer l’image que vos proches ont de vous.

Je m’adresse ici aux adolescents ou jeunes adultes qui souhaitent couper le cordon ombilical. Aux hommes dont la mère reste trop envahissante. Aux hommes en one-itis sévère qui malgré leur amélioration visible n’arrivent pas à faire changer l’avis de leur fixette.

A vous tous qui êtes fatigués par tous les collègues de bureau, amis d’enfance, amis de jeunesse ou parents qui dénigrent complètement vos efforts pour dépasser votre timidité ou votre manque de confiance en vous, vos efforts pour vous doter de passions plus intéressantes, vos efforts pour vous forger une nouvelle mentalité propre.

Première étape : l’esquive

Le SEUL moyen de s’assurer que ceux qui connaissent « l’ancien-vous » puissent accepter le nouveau c’est de rompre TOUT contact avec eux pendant un certain moment.

On pourrait penser qu’avec le temps et l’usure les conceptions changent, mais c’est faux ; car la plupart du temps on « joue l’ancien-soi » en présence de gens que l’on côtoie trop souvent. Comme dans l’épisode de How I Met Your Mother « Revertigo ».

Vous devez rompre tout contact pour que vos fréquentations oublient qui vous êtes, mais aussi pour que vous-même oubliiez comment vous agissez en leur présence.

Après vous avoir « oublié », ils sentiront le changement lors de vos retrouvailles, mais seront plus aptes à l’accepter.

Pourquoi ? Parce que le changement d’image sera plus brutal et ils sentiront qu’ils ne peuvent rien y faire (contrairement aux fois où ils pouvaient casser le changement dans l’oeuf, en sanctionnant une nouvelle attitude qui ne leur plaisait pas car elle instaurait un nouveau rapport de force).

Où fuir, alors ?

Pour tous ceux qui peuvent se le permettre, je conseille l’étranger, ou du moins tout ce qui est à plus de trois cents kilomètres de chez vous. Ayez des excuses pour ne pas revenir visiter tout de suite.

Une université, un transfert au boulot, un déménagement, des vacances prolongées, à vous de trouver l’option la plus simple, la plus intéressante ou la plus adaptée. Tous les choix sont potentiellement bons si l’on sait comment en profiter.

Si vous hésitez, partez quand même, peu importe où. Le fait même que vous doutiez prouve que vous êtes insatisfait et le changement ne peut que vous faire du bien (gardez quand même un appui pour revenir en cas de danger, ne vendez pas votre appart’ sous prétexte qu’ADS vous dit de voir le monde).

Pourquoi partir aussi loin de chez soi ? C’est simple : l’étranger offre un cercle social vierge.

Personne ne vous connaît, et vous pouvez tout à fait choisir d’adopter 24 heures sur 24 votre persona de mâle dominant, celle qui s’adapte à vos particularités. En jouant le rôle, vous le maîtriserez de mieux en mieux et vous le deviendrez de manière de plus en plus irréversible.

Pour ceux qui ne peuvent pas se permettre de déménager, pour ceux qui doivent rester là où ils sont, il est plus difficile de rompre tout contact, car cela demande une dose certaine d’assurance et de courage pour dire aux proches que l’on a autre chose à faire que les voir.

Comment rompre « tout » contact ?

Je prendrai ici l’exemple de la mère ou le (la) meilleur(e) ami(e) envahissant(e) qui vous appelle sans cesse, veut à tout prix avoir de vos nouvelles, si vous vous sentez bien, si vous allez aux p*tains de toilettes régulièrement, si la vie à la maison ne vous manque pas trop.

Je prendrai une phrase de ma grand-mère qui me hérisse le poil pour décrire ce genre de comportement : « L’inquiétude sert à contrôler. » Elle me hérisse le poil parce qu’elle me fait penser à la noirceur des êtres qui font culpabiliser les autres pour mieux les posséder.

Il faut vous mettre ceci en tête : les gens qui vous font part de leurs inquiétudes à votre sujet cherchent (inconsciemment dans le meilleur des cas, volontairement dans les pires) à vous faire culpabiliser : « Si je ne lui obéis pas, si je ne suis pas ses conseils, il/elle va se sentir mal et ce sera de ma faute… »

Ce genre de personne ne veut pas votre bien, ils veulent le leur en priorité. Leur amour est infiniment trop égoïste. Méfiez-vous d’eux.

A des questionnements intempestifs ou des appels consécutifs et permanents, il n’y a qu’une solution : ignorer puis répondre de manière courte et expéditive à un moment de votre choix, disons une fois par semaine GRAND MAXIMUM.

Un petit « ah, désolé, je suis très occupé ces temps-ci, j’ai toute une vie à construire, je dois m’installer, j’ai rencontré des gens et je sors beaucoup avec eux, je vais bien, point », pas plus de trois phrases par semaine, par politesse et pour ne pas se brouiller non plus.

Il faut se forcer à ne surtout pas répondre, ne pas céder au désir de rentrer dans un rapport vicieux de dépendance par rapport à l’ancienne vie.

Cette étape est essentielle, surtout si vous-même vous avez du mal à vous séparer de votre « ancien-vous ». Cela demande du courage, car c’est un plongeon dans le changement, dans l’inconnu, dans la perte de repère ; mais il n’y a que dans un tel contexte que les remises en question et les remises en ordre fonctionnent.

Sans couper les liens (provisoirement), vous ne progresserez pas, car vous ne changerez pas. C’est aussi simple que ça.

Deuxième étape : l’assise

Après avoir fait les manœuvres nécessaires pour vous inscrire dans un lieu et un contexte nouveau, après avoir commencé à rompre avec votre ancienne vie, il s’agit à présent de vous construire.

D’améliorer votre lifestyle. Votre emploi du temps, à part pour le boulot, est vierge. A vous donc de le remplir avec des soirées, des lectures, des hobbys, des sports, cours de flûte à bec, yoga, débat, théâtre (c’est mon conseil personnel), que sais-je.

Pas juste d’aller traîner dans des bars, mais vraiment de trouver des activités et des projets qui demandent de l’effort, de l’investissement personnel et qui peuvent permettre de faire des rencontres ou de vous améliorer d’un point de vue humain. De devenir plus séduisant.

Vous pourrez alors tester votre nouvelle attitude en pratique, la construire, sculpter l’image que vous voulez avoir de vous-même (utilisez votre temps libre pour vous figurer cet idéal masculin puis essayer d’agir comme cet idéal). Faire un développement personnel théorique et pratique.

Troisième étape : le retour ?

Après plusieurs mois, voire années, lorsque vous vous sentez à l’aise avec l’attitude que vous vous êtes construite, libre à vous de retourner chez vous, provisoirement ou pour toujours.

Vous pouvez très bien décider de rester dans le lieu ou pays d’accueil plutôt que de rentrer, mais n’hésitez pas à revenir voir maman de temps en temps, histoire de lui faire comprendre que son petit garçon ne l’est plus, mais bien un homme à part entière et qu’elle n’a plus les outils pour le faire agir à sa guise.

Revoir Marcel votre meilleur pote qui vous bassinait avec ses « reste naturel ! » alors que vous êtes à présent cadre supérieur chez IBM avec une belle LTR.

Ou votre fixette un peu oubliée entre-temps pour lui faire comprendre que votre monde exotique aurait pu être à elle si elle avait été attirée plus tôt.

Il faut cependant faire bien attention à ne pas retomber dans les anciens schémas sociaux dans lesquels vous étiez.

Si vous vous rendez compte que vous n’avez toujours pas le courage de rompre le cordon ombilical, évitez encore de voir ces personnes qui vous tirent vers le bas. Lorsque vous serez devenu assez confiant et courageux, revenez vous confronter à ceux qui vous empêchaient d’évoluer.

Il vaut alors mieux les choquer par une attitude trop sûre d’elle et trop nouvelle, au risque de se refroidir avec eux quelques temps, que de ruiner votre long travail de développement personnel en cédant à la peur du conflit.

Et vous, avez-vous déjà battu en retraite pour mieux revenir à l’assaut ? Pensez-vous en avoir besoin ?

Hakase

banner parler aux femmes Comment changer limage que vos proches ont de vous ?
banner parler aux femmes Comment changer limage que vos proches ont de vous ?
Banner 50phrases Comment changer limage que vos proches ont de vous ?
Banner 50phrases Comment changer limage que vos proches ont de vous ?
Bann TechniqueAstucieuse v2 Comment changer limage que vos proches ont de vous ?
Bann TechniqueAstucieuse v2 Comment changer limage que vos proches ont de vous ?
banniere 2 Comment changer limage que vos proches ont de vous ?
banniere 2 Comment changer limage que vos proches ont de vous ?
94 COMMENTAIRES
  • OnlyChance dit :

    Un des meilleurs articles que j’ai eu la chance de lire sur Art de Séduire. La remise en question d’un homme qui ressent le besoin de changer est un sujet passionnant, et je vous remercie grandement.
    Demain c’est la rentrée pour moi, et ces derniers temps j’ai voulu changer mon image, envoyer se faire f*utre mon ex manipulatrice, les AMOGS rabaissants, mon père sur mon dos.. Alors je peux vous jurer que cet article me donne plus confiance que jamais, merci encore !

  • Mroe dit :

    Salut à tous,

    Je voulais parler un peu de mon histoire, pour ceux que ca peut aider, car je m’identifie clairement à cet article.

    J’étais très timide étant petit, et je n’arrivais pas à construire de cercles social solides, d’avoir des copines, etc… Jusqu’au jour où je suis sorti de ma coquille, mais j’avais déjà l’image des autres sur mon « ancien moi », du coup je n’arrivais pas y croire, à progresser ..

    J’ai donc décidé, après mon bac, de partir a 250 km de chez moi.

    Je vous assure que depuis, tout va beaucoup mieux, pour preuve : j’ai rarement passé un mois sans embrassé une fille … Comme quoi, tout est possible.

    Bonne courage !

  • Hey dit :

    Bonjour ! Je suis actuellement en seconde et j’essaie depuis la rentrée de « travailler » sur mon cercle d’amis, sur ma personnalité etc. Je me suis fait pas mal de nouveaux amis mais j’ai deux potes (un peu fatiguant) qui continue de me suivre partout (mais genre vraiment partout ) ils sont mous, pas très bavard enfin bref…Et je voudrais bien savoir comment m’en « débarrasser »(sans être trop méchant tant qu’à faire^^)
    Help!!!!

  • Fabio dit :

    Ca m’est arrivé, j’sortais avec une fille de ma classe depuis un an, et à la rupture j’ai vu qu’elle ne me respectait pas, qu’elle m’avait trompé et qu’elle prenait un malin plaisir à me rendre jaloux avec un autre mec de la classe après la rupture.
    Et aux yeux de la classe, je passais pour le mec faible, genre « oh ça doit être dur ! ». C’était plus possible, je ne pouvais accepter cela pour moi.

    Du coup, grand changement, j’ai décidé de me reconstruire, et pour détruire l’ancienne Rome j’ai changé de centre de formation. Nouveau cercle social, rien à perdre et tout a créé. Cela a été salvateur, j’ai eu mon diplôme haut la main ;)

    La vie, c’est du poker. On gagne, on perd. C’est comme ça. Faut savoir prendre les bonnes décisions pour soi et savoir aussi pourquoi on les prend ! :)

  • Greg dit :

    Salut ! Je vous expose mon cas, j’ai une fille de 19 ans (j’en ai 18) qui me plaît énormément depuis longtemps, mais j’étais jusqu’à peu timide et inintéressant, c’est donc l’image qu’elle a de moi. On ne se parle jamais depuis 2ans qu’elle est partie à 200km, mais l’année prochaine je fais mes études dans sa ville et je me suis dis que ce serait très cool de la voir et pourquoi pas la séduire. Mais son image de moi bloque tout contact via Facebook où elle me répond brièvement ou carrément pas du tout. Je voulais donc avoir vos éventuels avis et méthodes pour la côtoyer, un message facebook où je lui dis clairement que j’ai changé? Ou plutôt une approche dans la rue car je vais sûrement la croiser, allant dans la même fac. Merci d’avance ;)

    • Sélim dit :

      Hello Greg, si tu as vraiment changé, attends de la croiser pour qu’elle le remarque.
      Rien ne sert de lui dire, si elle a l’occasion de le remarquer en vrai, non ?
      Continue de réfléchir à ça cet été, continue de te cultiver, de faire des choses intéressantes : tu auras un max d’histoires à lui raconter quand tu la croiseras.

    • Greg dit :

      Salut, Merci pour la réponse! J’avais aussi pensé que le mieux était de prendre le temps et de profiter de l’été déjà :D Ce ne sera que de l’expérience supplémentaire :)

    • lex dit :

      Greg : plutôt une approche en face à face..!

    • Greg dit :

      Merci pour la réponse lex, oui je vais sûrement rapidement la croiser une fois emménagé chez moi, et la connaissant déjà ce sera facile d’entamer la conversation, même si au début je pense qu’elle ne sera pas très enchantée vu l’image qu’elle a de moi, je compte bien lui faire comprendre que je suis totalement différent rien que par mon attitude :)

  • Lisa dit :

    « L’inquiètude sert à contrôler », Sélim, j’adore +++! Moi, quand on veut me contrôler, je me fais de plus en plus rare. Car être heureuse/x, c’est être libre, autonome! Je ne peux que vous conseiller de prendre un appartement (une colocation pour débuter, c’est bien, avec un/des amis; frere(s)/soeur(s)). Et bien évidemment, le voyage à l’étranger :) Il faut mettre les autres au pas pour qu’ils vous respectent et on est traité(e) que comme on accepte de se faire traiter :D. Sinon, si vraiment, vous ne pouvez pas partir de chez vos tortionnaires^^, alors multipliez les activités (salle de sport ouverte pendant toute la journée/soirée, carte ugc, bibliothèques, balades…tout ne coûte pas forcément un bras..;)). Enfin, mettez vos propres règles en place sur la porte de votre chambre/vos quartiers : 1) Frappez avant d’entrer 2) Attendez la réponse avant d’entrer…Good luck

1 2 3 4

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)