Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Un coaching en séduction VIP, ça donne quoi en vrai ?

avis-coaching-artdeseduire

Technique de drague

Un coaching en séduction VIP, ça donne quoi en vrai ?

Un coaching en séduction VIP, ça donne quoi en vrai ?

« J’ai déjà les mains moites, coach ! » Témoignage et avis sur un coaching en séduction épique !

Il est comme vous : Florent est le genre de mecs qui de temps à autre réussit à coucher avec une fille.

Il a déjà été en couple, il n’a encore jamais vécu avec aucune fille.

Mais là, ça fait un moment qu’il est dans le dur : il manque de confiance en lui depuis le départ de son ex.

Alors il a réservé notre offre de coaching VIP : 10 heures de coaching intensif, à Paris, avec Sélim pour apprendre à draguer… mais pas que !

Le programme détaillé est arrivé dans la boîte mail de Florent le jeudi soir :

  • 16-17 heures : goûter découverte, exposition des blocages qui t’empêchent d’aborder les filles.
  • 17-18 heures : travail concret sur ton storytelling et abordage.
  • 18-19 heures : travail sur les lieux de rencontres pour maximiser tes forces.
  • 19-20 heures : apéro lifestyle dans un bar secret pour améliorer ta tchatche et tes openers.
  • 20-22 heures : dîner dans un restau branché, avec population féminine nombreuse pour multiplier les chances de rencontres et te donner la possibilité de te lancer, de briser la glace.
  • 22-23 heures : préparation du plan de bataille pour la nuit qui arrive. Le coach en séduction jouera le rôle de ton wingman, te fait briller, mais pour ça, vous devez vous coordonner sur quelques histoires auparavant. Cette heure-ci vous permet de vous tester tous les deux et de vous préparer à la longue nuit.

Voilà déjà 7 heures écoulées en une fraction de secondes.

Le rythme est soutenu. On marche beaucoup pendant un coaching en séduction, il faut de l’énergie pour aborder toutes ces filles.

On boit de l’eau, des jus de fruits, on reste hydraté… parce que parler avec des filles, ça donne soif !

Les exercices concrets du coaching séduction VIP

Un rappel s’impose : VIP, ça veut dire que tout le monde ne peut pas se permettre de s’offrir 10 heures de coaching en séduction.

Florent a un très bon boulot, et m’a dit les yeux dans les yeux :

« Sélim, j’ai regardé la formation Je la vois, j’y vais ! et j’ai étudié l’art des textos dans Messages Irrésistibles, mais je n’ai toujours pas un taux de 100% de réussite… J’en veux plus ! Je veux m’amuser ! Et surtout, je n’aime pas lire, je veux que tu m’apprennes, directement, de cerveau à cerveau ! »

Florent était en mode « offensif ». Alors on est parti se promener dans un endroit « très simple », un lieu de drague riche en prétextes pour aborder des filles : la FNAC.

Rien de plus simple que de demander à une cliente « où se trouve le rayon des Dragon Ball Z, s’il vous plaît ? »

Et pourtant… au moment où je lui donne cet exercice, Florent fait marche arrière toute.

Et comme tous les coachés pris de panique, trouve des excuses : « Non mais de toute façon, je n’habite même pas ici. Même si ça se passe bien là, je ne vais jamais la revoir… Et puis c’est bizarre, pourquoi j’irai lui parler à elle plutôt qu’à une vendeuse ? »

Ah, le petit cerveau reptilien qui a peur et veut partir se cacher…

Florent me demande donc de lui faire une démonstration d’abord.

Ce que je fais, au rayon cinéma (mon rayon de prédilection, avec le rayon développement personnel).

Une jeune femme feuillette un livre énorme sur Star Wars.

« Ah il a l’air génial, mais je vais attendre qu’il sorte l’update après décembre, après l’épisode IX !
– Ah oui mince, je n’y avais même pas pensé… C’est pour un cadeau, vous pensez qu’il va être déçu ?
– Alors si c’est un ami, ça ira, il le prendra bien… Mais si c’est votre mec, il va se plaindre en vous disant que vous ne l’écoutez jamais quand il vous parle de Star Wars !
– Je n’ai pas de mec, c’est pour le pot de départ d’un collègue…
– Alors ça va ! Il s’en va, il ne reviendra pas se plaindre s’il manque l’épisode IX ! Sinon, vous pouvez toujours lui offrir « Travailler avec des cons », c’est un bouquin marrant.
– Ah non ! C’est drôle comme idée, mais il pourrait mal le prendre.
– Bon et à part draguer des inconnus au rayon cinéma, vous avez un prénom ? Vous avez une carte UGC ou Pathé Gaumont ?
– Mais c’est pas moi qui drague, c’est vous !
– C’est vrai. Enchanté, Dark Vador.
– Enchantée, Leia ?
– Ah non ! Mais pas déjà des relations incestueuses, là, on se connaît à peine depuis 3 minutes ! Et ton vrai prénom ?
– Gwendoline.
– Jean-Kevin, enchanté. Je dois filer Gwendoline, parce que mon cousin me rend visite depuis le Luxembourg, et je crois qu’il va devenir fou si on passe la journée ici. Moi, ça m’irait très bien, cela dit. On se revoit avant Star Wars Episode IX ou on attend patiemment quinze jours pour se revoir ? Je vais prendre ton numéro de téléphone, et je te ferai une proposition très sérieuse d’ici demain Gwendoline…
– Ahah. 06 blabla…
– Allez ciao Gwendo. Que la Force soit avec toi… »

Etape 1 du coaching en séduction VIP : briser l’incrédulité

Ça y est. Florent a vu. Ce n’est pas une vidéo sur Youtube. Ce n’est pas un field report.

Il a vu, de ses yeux vu, qu’on pouvait prendre le numéro d’une fille en moins de 5 minutes, de manière naturelle et respectueuse, et en la faisant rire.

Je le regarde : « Florent. Tu as deux bras, deux jambes, et le même cerveau que moi, si ce n’est plus développé. La seule différence entre toi et moi, c’est que pour le moment, tu n’oses pas. Plus tu vas oser, plus tu vas repousser les murs de ta zone de confort, plus tu seras à l’aise avec ce genre de situations. »

Je l’envoie donc aborder une fille au rayon manga.

« J’ai déjà les mains moites, coach ! » : voilà ce qu’il me dit alors qu’il est à 10 mètres de la fille.

Il prend son courage à deux mains, il y va, il discute une ou deux minutes avec la fille, qui le conduit jusqu’au rayon des Dragon Ball Super.

Même s’il n’ose pas aller plus loin en lui demandant son prénom, il est déjà fier d’avoir fait le premier pas.

« C’était pas si horrible en fait… Faut juste quelqu’un qui me botte le cul, je crois ! »

Voilà… en résumé, c’est ça mon job de coach en séduction !

Remonter en selle immédiatement !

Hors de question que je le laisse comme ça. A peine sortie de la FNAC Saint Lazare, deux jeunes filles très bizarres font mine d’avoir perdu leurs chiens.

« Vous n’auriez pas vu deux chiens blablabla… ? »

Elles sont certes mignonnes et avenantes… mais elles ont l’air d’avoir 15 ans, donc on va vite zapper.

Je les fais rire avec deux pauvres blagues, et on se barre. Florent me demande : « Mais t’as pas peur de parler à des gamines comme ça ? »

Peur de quoi ? D’être accusé de quoi ? Le frein principal dans la tête des apprentis séducteurs, c’est cette peur qui les empêche d’aller de l’avant, qui les empêche de tenter quoi que ce soit.

Ça va. On est resté moins d’une minute, elles ont ri comme des lycéennes qu’elles étaient, et on s’est esquivé. Pas de quoi appeler SOS femme harcelée non plus…

C’est dur pour moi de voir le stress et la peur gravées dans les cerveaux des coachés.

A peine arrivés au bar secret, Florent repère un groupe de deux filles avec qui nous allons passer toute l’heure ou presque.

coaching-seduction-avis

Pour les aborder ? Le simplissime opener d’opinion :

« Les filles, on n’est pas d’accord avec mon cousin. Dans un rêve érotique, vous préféreriez Brad Pitt ou Ed Sheeran ? Cet idiot me dit qu’Ed Sheeran dans un rêve, ça peut passer ! »

Et voilà. Pas besoin de grande réflexion. Pas besoin d’être prix Nobel d’openers.

Coaching en séduction : l’alliance de la théorie et de la pratique

Juste après ce passage au bar, direction le restaurant. On se retrouve entre deux tables : l’une de mecs, dommage, l’autre de filles, c’est mieux.

On était en train de parler du look, de l’importance de la forme, de la première impression, quand j’ai demandé à nos voisines :

« Les filles, avant que vous ne partiez… Mon cousin Florent, il serait mieux avec la moustache que le bouc, non ? »

Et c’était parti sur le bouc de George Michael, sur la moustache de Milo Ventimiglia dans This is us et toutes les pornstaches des Village People et des années 70 !

Evidemment elles avaient envie de donner leur avis. Et de connaître ce cousin. Tout pour donner à Florent l’occasion de briller.

C’est ça le point important de cette offre de coaching en séduction VIP :

Elle permet d’allier la théorie, la pratique, et de corriger ce qui doit l’être rapidement.

Par exemple, Florent a une mentalité d’ingénieur : froid, carré, rationnel, il a du mal à se lâcher avec les gens qu’il ne connaît pas.

Or une fille, ça se séduit grâce aux émotions !

Quand les filles sont parties, j’ai profité du temps dont nous disposions pour revenir sur toutes les techniques nécessaires pour être apprécié plus rapidement et pour inspirer confiance plus facilement.

A la sortie du restaurant, une des serveuses super sexy me salue : c’est bon pour l’ego, et c’était parfait pour redonner à Florent l’énergie nécessaire pour partir en soirée.

Comment bien draguer dans une ville qu’on ne connaît pas ?

C’était la question de Florent : comment être bon en boîte, alors que Paris n’est pas sa ville ?

Justement, c’est ce qui nous a permis de miser sur l’exotisme !

Alors on a révisé quelques points de storytelling, de body language nécessaires car l’alcool commençait à faire effet sur tout le monde…

Et arriva ce qui devait arriver : mon Florent a réussi à passer deux heures à discuter avec la seule fille qui vivait… à Luxembourg !

Il a bien tenté de la ramener dans son hôtel, mais elle a préféré rentrer dormir chez ses copines : sa victoire fut un numéro de téléphone. (Qu’il a utilisé à bon escient une fois de retour dans son Grand-Duché !)

Et Tinder dans tout ça ? C’est compris dans l’offre VIP de coaching en séduction ?

Esprits reposés, haleine encore un peu chargée chez Florent, nous nous retrouvons à 9 heures au café de la Paix pour un petit déjeuner revigorant.

Et une grosse session Tinder, où je repasse sur une vingtaine de messages pour expliquer à Florent où ça coince.

Les phrases pas drôles.

Les premiers messages plats et sans saveur.

La photo toute pixelisée qui ne donne pas envie aux filles…

Il a commencé à pleuvoir, nous avons donc consacré les 3 dernières heures à la drague en ligne.

J’ai rappelé à Florent les mécanismes psychologiques d’attraction qu’il n’utilisait pas assez.

Résultat : ces messages sentaient la détresse du mec needy, qui n’avait plus confiance en lui depuis sa dernière rupture.

Après mon passage, son profil était bien plus impactant : nous avons pris de belles photos au cours de son coaching, son profil Tinder avait déjà une autre gueule !

Le soir-même, alors qu’il était de retour dans son pays, son mail m’a fait plaisir :

« Coach, j’ai l’impression d’avoir envie de croquer la vie à nouveau ! Y’a juste un truc super chiant : avant de partir, à la gare, j’ai eu 3 matchs sur Tinder avec des Parisiennes… Tu es là dans trois semaines pour boire un verre et me préparer au rendez-vous ? »

Ma réponse, juste pour vous : « Ecoute, encore mieux : on ira tous les 4 voir Star Wars : Episode IX, avec un de tes matchs Tinder et Gwendoline ! »

Ça l’a fait marrer, parce qu’il sait que j’ai effacé le numéro de Gwendoline : pour moi, ce n’est qu’un jeu… que je maîtrise, et dont je vous apprends les ficelles !

Pour découvrir l’offre VIP de coaching en séduction, c’est par ici !

Sélim, coach et storyteller qui fait de vous des best-sellers !

Lire la suite
8 Commentaires

8 Comments

  1. SélimBallondOr2020

    3 février 2020 à 22:37

    Sélim, je trouve que tu emploies un style de drague très américain. Même si cela fonctionne, nous sommes au pays des séducteurs-nés, la France.
    Nous avons bonifié la séduction jusqu’à l’élever au rang d’art. Aurais-tu donc dans ton attirail quelques techniques pour faire la cour aux femmes en utilisant la plus pure tradition française en la matière ?
    Ce ne sont pas les Anglo-Saxons qui vont nous apprendre à draguer quand même.

    • Sylvain

      4 février 2020 à 15:16

      Hello,

      Nous sommes quand même le site qui a su adapter toutes les méthodes us pour en faire un art à la française justement. Beaucoup d’approches US sont faites pour les bars et tournent autour de la préselection et du social proof. on a ajouté la dimension developpement personnel et l’importance du cercle social. C’estça en fait la séduction à la française 🙂

    • SélimBallondOr2020

      4 février 2020 à 20:03

      J’ai l’impression que vous n’utilisez pas beaucoup de compliments dits avec un niveau de langue soutenu.
      Moi personnellement, je préfère Hubert Bonisseur de la Bath qui drague en disant : « C’est l’inexpugnable arrogance de votre beauté qui m’asperge » à faire une blague à base de « Je m’appelle Dark Vador ».
      Vous pourriez utiliser les deux, mais n’en utilisez qu’un.

    • Sélim

      4 février 2020 à 21:53

      Hello SélimBallondOr2020 !

      Le but du jeu, quand j’écris ici, c’est d’être compris par le plus grand nombre de séducteurs en herbe.
      Si je commence directement avec Laclos et les liaisons, tout le monde ne va pas suivre.
      C’est beaucoup plus facile et identifiable de donner un exemple mainstream…

      Mais effectivement, ma prof de prépa me mettrait bien des droites en lisant tout ça.
      Tu vois, ce que j’aime, c’est un équilibre entre les lettres françaises, et le modernisme US.
      Un Beigbeder qui cite autant Jacques Dutronc que Bret Easton Ellis.
      Je ne suis pas pour une paroisse en particulier : regarde ce que racontait Neil dans The Game, regarde ce que fait RSD : là t’es dans du bourrinage, très US.

      Si tu veux nous proposer un cours, un article sur la drague old school, les bonnes manières ou autre : je suis preneur, on sera tous ravis de lire ça !

      Love ! (et amour, évidemment)

  2. FA

    5 février 2020 à 15:43

    Hello,

    Je trouve ça toujours intéressant mais y a un petit souci avec tout ce délire sur les émotions c’est que ça demande de changer sa personnalité pour le coup. Si on aime la rationalité, pourquoi se renier ? Parceque sur le long terme on se mettra pas à kiffer l’improvisation et devenir hyper fun.

    Exemple : Les vannes que j’ai vu là perso ça me fait pas rire, j’aime l’humour noir et politiquement incorrect. Sauf que tu peux pas faire ça avec des inconnus.
    Donc soit je mens en faisant des blagues qui ne me font pas rire mais qui passent bien soit je dis ce que je pense et c’est soit pas drôle soit ça passe pas.

    L’authenticité est quand même un vrai sujet je trouve.

    • Sylvain

      7 février 2020 à 11:27

      Hello FA,

      Oui tu as raison, de toute façon, on le répété, l’authenticité, c’est vraiment le truc à cultiver en premier. C’est d’ailleurs le credo de Sélim dans ses coachings puisque c’est le sujet de l’article : apprendre à se connaitre, connaitre ses points forts, ses points faibles et les assumer. Il ne s’agit pas de changer de personnalité pour plaire mais de mettre en lumière celle que tu as déjà, la polir et en partager le meilleur avec la personne que tu veux apprendre à connaitre. Tu sais je pense qu’il n’y a pas vraiment de personnalité rationnelle. Nous ne sommes pas (pour le moment…) des IA, nous avons tous des émotions, nous avons tous des sujets qui nous touchent, qui crée chez nous de grands emballements. C’est ceux là qu’il faut développer. Mais il faut travailler en amont : connaitre ses passions, savoir ce que l’on feut faire ou vivre 🙂

  3. SélimBallondOr2020

    5 février 2020 à 17:36

    Avec grand plaisir !

    • -Sam-

      6 février 2020 à 20:51

      Le choc des Sélim ^^
      Il va être bien cet article 🙂

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire plus Technique de drague