Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

La différence fondamentale (et décourageante) entre la séduction et la muscu

Lifestyle et réussite

La différence fondamentale (et décourageante) entre la séduction et la muscu

La différence fondamentale (et décourageante) entre la séduction et la muscu

Hier, j’étais en coaching toute la journée avec un Belge. Intéressant, grand, bon job, et un accent délicieux, évidemment. Il a eu une réflexion à un moment, alors qu’il était presque découragé. Cette réflexion est fondamentale si vous démarrez l’apprentissage de la séduction.

Romeo est un Belge de 36 ans. Programmateur informatique, codeur, développeur : un truc dans le genre.

C’est marrant parce que quand je lui demande de me parler de son boulot, il en est incapable.

Pourtant, vous savez que c’est vital.
Les filles vous poseront toujours les 3 mêmes questions :

  • Comment tu t’appelles ?
  • D’où tu viens / Où tu vis ?
  • Tu fais quoi comme job ?

Avec un prénom comme ça, une grande partie de son storytelling est déjà prête. Il n’a qu’à dérouler, c’est facile pour lui d’expliquer pourquoi ses parents, profs d’anglais, aimaient Shakespeare etc…

Ca commence à se compliquer sur la deuxième question, parce qu’il est digital nomad.

Encore un homme touché en plein coeur par ce rêve vendu par Tim Ferriss dans le best-seller La semaine de 4 heures.

Grâce à son job, Romeo peut bosser d’absolument partout dans le monde. Vous le comprenez, c’est toujours « difficile à vendre », pour une fille qui vit à Paris par exemple.

Le type est là pour 15 jours ou 3 mois, pas plus. Si elle a envie de s’amuser, c’est très bien. Elle sera réceptive. Mais si elle veut du sérieux, elle ne sera probablement pas intéressé par une relation à distance.

Donc là, déjà, en termes de storytelling, il commençait à perdre en efficacité. Il ne savait pas s’il devait dire la vérité (« je ne suis que de passage »), ou s’il devait mentir (« je suis ici pour acheter un appart »).

[Note d’Eros qui relit cet article : c’est juste une question de positionnement. S’il veut juste coucher avec des filles rapidement, il doit dire la vérité, et assumer le fait d’être là pour peu de temps. Au moins, il ne perd pas de temps avec 90% de filles qui veulent du sérieux. Et il peut se concentrer sur les 10% qui cherchent du sexe.]

Ce qu’un cerveau de développeur a du mal à comprendre… et à accepter

On arrive tranquilement à l’heure du goûter, on prend un café, et Romeo me fait part de son malaise.

Un malaise qui touche tous les hommes, fans de sports, de jeux vidéo, de mathématiques. De sciences dures. LA VRAIE SCIENCE.

« Tu vois, quand j’ai voulu perdre 10 kilos, je savais que je devais aller à la gym, et juste trust the process.

– Ouais, je sais. Faire tes exercices, bien manger, dormir.

– Voilà, exactement. Dans mon boulot, c’est pareil : j’ai été obligé de suivre la voie, les lois pour apprendre à coder et développer efficacement ces applis. C’est bon ou c’est faux, y’a pas de milieu.

– Yes, je sais mon bon Roméo… Et je vois exactement où tu veux en venir.

– Je termine avec un dernier exemple. Je fais souvent du parachutisme. J’ai plus de 500 sauts à mon actif. Tu sais que quand tu sautes, si tu ouvres ton parachute d’une certaine manière, ça produira un certain résultat. Qui sera à peu près identique la fois d’après.

– Eh oui mon ami MAIS… Les filles, c’est pas des maths !

– Mais pourquoi il n’y a pas une formule, un truc qui marche à chaque fois ?

– Moi, en tant que coach en séduction, je suis là pour t’aider à maîtriser ton message. Je suis là pour t’aider à maîtriser 50% du résultat maximum. Mais en face de toi, tu as un humain, qui vit avec ses 50%.

La séduction, c’est accepter de ne contrôler que 50% de l’interaction

  • La fille en face de toi ? Elle a peut-être déjà été abordée 3 fois en 10 minutes par des relous juste avant toi.
  • Elle pense à son ex qui vient de lui envoyer un texto.
  • Elle part pour un premier RDV avec un collègue de travail et elle a peur.
  • Elle est en dépression complète à la suite d’une rupture.
  • Elle a un mec.
  • Elle va au sport et elle n’a pas le temps.
  • Elle rentre du sport et elle est transpirante et n’a pas envie de te parler.
  • Elle n’aime pas ta tête parce que tu ne fais pas partie de sa communauté.
  • Elle n’aime pas les gars qui abordent des filles dans la rue, même si « c’est bien fait ».

Mon rôle en tant que coach en séduction, c’est de vous aider à présenter le meilleur packaging possible.

  • Je vous aide à travailler votre storytelling.
  • Je vous aide à faire plus de rencontres, en visant les meilleurs endroits pour vous.
  • Je vous dis droit dans les yeux que vos dents de pirate, votre haleine de chacal, votre odeur de transpi, vos cheveux sales, votre acné, votre nonchalance, votre body language de travers, ça ne va pas, et je vous dis ce que vous devez corriger.
  • Je creuse avec vous vos sujets de conversation, et on voit ensemble comment vous rendre plus intéressant, fun, séduisant.

Mais je ne vous garantis pas la réaction de la fille en face de vous.

Vous aurez beau être bankable comme Romeo, intelligent, avoir un bon pouvoir d’achat, être physiquement OK (grand, musclé sec, pas bodybuildé),savoir des choses, ça ne vous assurera pas 100% de succès avec les femmes.

Si vous voulez qu’on travaille ensemble, vous savez où me trouver ! Envoyez-moi un mail à selimATartdeseduire.com (le AT, c’est un piège. Remplacez-le par @)

Pour jeter un oeil à nos offres de coaching, c’est par ici !

Votre coach,
Sélim

Lire la suite
1 Commentaire

1 Commentaire

  1. Luc

    24 novembre 2022 à 19:07

    Toujours un detail qui convient pas. Digital nomade c’est interdit ?
    La salope de chienne de francaise en face a envie de baiser. le storytelling on oublie. si tu es suffisamment sexy le storytelling le plus foireux fera l’affaire.

Commenter

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire plus Lifestyle et réussite