Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

La première rencontre entre Eros et Sélim : le feu contre la glace.

rencontre Eros et Sélim

Le Buzz Séduction

La première rencontre entre Eros et Sélim : le feu contre la glace.

La première rencontre entre Eros et Sélim : le feu contre la glace.

Gentlemen, vous n’êtes pas prêt pour le secret que je vous révèle à la fin de cet article.

Voici une nouvelle qui va faire sourire les plus anciens d’entre vous, qui nous suivent sur Artdeseduire depuis 2007 ou 2010.

C’est l’histoire d’un voyage, l’histoire d’un mec perdu qui voulait simplement se prouver qu’il pouvait plaire aux filles.

Pas à l’aise dans son travail en costume trois pièces à la Défense, il est devenu coach en séduction un peu par hasard…

Pour une fois, je ne vais pas vous raconter une horrible histoire où j’invente la technique du Naked Man avant Barney Stinson et où je couche avec la mère et la fille.

Vous pouvez consulter tous mes articles ici.

Je vais rester très sobre, en vous parlant de mon meilleur ami.

Il me présente toujours comme étant le meilleur dragueur de Paris (c’est vrai, sans aucune modestie, vraie ou fausse).

J’ai toujours été plus offensif que Sélim, votre coach en séduction, mais il a toujours été le plus patient.

Donc il avait de meilleurs résultats sur le long terme, et surtout, il était toujours plus pédagogue que moi pour vous écouter et vous apprendre à séduire.

C’est pour ça qu’il est devenu votre coach en séduction, et que je suis resté le meilleur wingman, son bras droit sur le field.

La rencontre du puceau sauvage et du puceau stratège

Lorsque j’accompagne Sélim en soirée, ou lorsque je m’occupe des coachings en boîte de nuit à sa place, vous me demandez toujours comment nous nous sommes rencontrés.

Cette histoire n’est pas une confrontation que je remporte, mais j’ai pris une vraie leçon de séduction ce jour-là.

C’est vraiment l’opposition du feu et de la glace. C’est Maverick contre Iceman.

rencontre Eros VS Sélim

Lors de notre première rencontre, votre coach avait une manière d’être qui impliquait des techniques de drague que je n’avais jamais vues sur la Côte d’Azur pendant mon lycée.

La drague du Sud que je connais, c’est grande gueule, Ferrari et chemises cintrées. Chez moi dans le Sud, on parle, on se vante, on ment beaucoup pour séduire.

On s’est rencontré le 4 ou le 5 septembre 2003, pour la rentrée des classes, à Grenoble. Sélim avait 19 ans, j’en avais encore 18.

Une de nos missions lors de cette journée d’intégration était de vendre des cartes postales pour une association caritative de l’école, l’ESC Grenoble, devenue GEM aujourd’hui.

C’était un « bizutage », mais humanitaire, sans œufs cassés sur la tête, sans humiliation sexuelle.

Donc là, il faut vous imaginer le centre-ville de Grenoble. Une dizaine de petites rues maximum forme le cœur, l’hyper-centre de la ville.

Nous n’avions aucune notion de l’art de la vente, donc on s’est mis en plein cœur de la ville, devant les Galeries Lafayette, vers la place Grenette.

Le seul souci : oui, il y avait du passage, mais chaque personne qu’on arrêtait nous disait « J’ai déjà acheté des cartes postales pour le Botswanga à vos camarades deux rues plus haut ».

Chou blanc. C’est là que Sélim a eu une bonne idée : élargir notre périmètre de vente.

Quand deux cerveaux créatifs se rencontrent…

Il m’a donc demandé si je voulais le suivre dans le tramway. Les gens étaient captifs, dans le tramway : ils avaient donc le temps de nous écouter.

Direction « Fontaine la Poya », son arrêt de tram (et si vous parlez espagnol, vous avez le droit de rire, mais c’est vraiment le nom de cet arrêt de tram).

Histoire d’allier travail et plaisir comme le Docteur, nous ne proposions nos cartes postales caritatives qu’à des filles.

Jusqu’au moment où nous avons rencontré Julie et Stéphanie, une rousse et une blonde.

On a vite senti que la blonde nous prenait pour les hommes invisibles, mais Julie la rousse riait à toutes nos vannes pourries.

Sélim se disait surfeur parce qu’il tenait en équilibre sans se tenir dans le tram (mytho 1), je me faisais passer pour un footballeur autrichien (mytho 2, mais on préfère dire « créatifs »).

Ni Julie ni Stéphanie n’ont acheté de cartes postales, mais Julie nous a donné son numéro de téléphone quand on lui a demandé.

Lui ou moi ? Je ne sais plus qui a osé demander son numéro de téléphone à Julie en premier.

Dans ma tête de jeune needy, il fallait que je frappe vite et fort pour revoir Julie avant Sélim. Il fallait qu’elle me préfère moi, que j’occupe son esprit.

Je lui ai donc envoyé un texto dès qu’elle est partie.

Je me croyais malin, en appliquant la technique de la blitzkrieg.

Sauf qu’en face, j’avais aussi un technicien… qui appliquait déjà les fondamentaux de sa Méthode RDV.

Ma première défaite face au coach : une leçon de préparation jamais oubliée

Le lendemain soir,
J’avais donné rendez-vous à Julie au centre-ville de Grenoble, à l’arrêt de tram devant la gare.
(Devant le Quick pour être précis).

Quand j’arrive, en retard car je ne connaissais pas encore bien la ville au bout de deux jours, qui vois-je, dans son petit jean blanc et son haut noir moulant ?

Julie, splendide, à croquer.

Avec l’autre binoclard tout maigre à côté d’elle, en train de la faire rire. Comment est-ce qu’il peut être là ?

Julie me fait la bise et m’explique : « Hey ! C’est trop marrant tous les deux vous vouliez me voir, alors je me suis dit qu’on avait qu’à aller boire un verre ensemble ! Ça ne te dérange pas j’espère ? »

Effet de surprise total, qui joue en la faveur de Sélim. Je suis déstabilisé. Je ne peux pas lui dire de dégager sous peine de passer pour un mec faible.

Je pensais pouvoir blablater Julie tranquillement et la charmer avec mon sens de la répartie, mon humour, et mes compliments.

Sur le chemin qui nous sépare de la place du Trib’ (Tribunal), je prends une deuxième claque : Julie est de la région, mais est complètement pendue aux lèvres du maigrichon à lunettes qui lui raconte l’histoire (fausse) des monuments de la ville.

Je suis sûr qu’il bluffe, c’est incroyable, mais ça passe. Elle le trouve intéressant. Il est venu préparé, ce n’est pas un amateur.

Enfin posés sur la place du Trib’ (Tribunal), on boit un verre.

J’essaie d’animer la conversation le plus possible, je ramène la couverture à moi le plus possible parce que je veux briller.

Donc je fais 50% du travail, Julie 30% et Sélim ne prend que 20% de miettes, et pourtant ça semble lui suffire.

Je ne le laisse pas exister, je veux l’éteindre.

Il m’a expliqué plus tard qu’il a profité de ma pause-pipi pour dire simplement à Julie, à l’oreille : « Tout à l’heure, je te ramène chez toi, j’ai un secret à te dire… »

Fin du game. Il a utilisé l’effet Zeigarnik, c’est une technique imparable.

Je pouvais m’agiter dans tous les sens, lui décidait de jouer la carte du mec mystérieux.

Quand on est reparti tous ensemble, nos chemins ont bifurqué à Berriat-Le Magasin, un arrêt de tram.

Je voulais rester pour être sûr qu’il ne se passe rien entre eux deux, mais Julie m’a dit : « Non c’est bon, ne fais pas le détour, Sélim habite à 3 rues de chez moi, il va me raccompagner. »

J’ai eu beau lui envoyer des textos de compliments sur le chemin du retour, elle ne m’a pas répondu.

Elle est rentrée directement avec Sélim, qui a l’époque n’utilisait pas encore comme piège à filles sa collection de thés, son lit king size ou sa collection de parfums rares… mais sa collection de DVD.

J’ai dû m’incliner. Encore aujourd’hui, j’ai du mal de l’admettre, mais il était mieux préparé que moi.

Il avait une palette de coups plus large que la mienne. Et un meilleur sens du timing.

Niveau confiance en lui, il avait déjà tout ce qu’on vous enseigne lui et moi avec la Méthode RDV.

Et c’est pour ça que je suis heureux de vous faire une grande annonce aujourd’hui…

Votre plus gros concurrent en séduction… n’est désormais plus une menace

On en a parlé ensemble, et Sélim votre coach m’a dit que j’avais carte blanche pour vous annoncer la surprise.

Pour nous, avec le recul, c’est même énorme en regardant tout le chemin qu’on a fait dans le game ensemble.

Il me l’a annoncé un soir, alors qu’on devait sortir.

« Pas ce soir, j’ai un secret à te dire… Passe à la maison »

Cette nouvelle, c’était il y a six mois.

Et il vient de l’annoncer publiquement.

Voir cette publication sur Instagram

Alma

Une publication partagée par Sélim NIEDERHOFFER (@selimniederhoffer) le

Sa fille est née. Il a terminé le jeu. Avoir un enfant, c’est le boss de fin.

C’est un rappel. Pour vous, pour moi aussi.

Apprendre à séduire, c’est un passage dans la vie, mais ça ne doit pas devenir une obsession.

Draguer ne doit pas devenir le but de votre vie.

Nous rencontrons trop de jeunes qui perdent leur temps avec des addictions tristes : les jeux vidéo le plus souvent, la drague parfois aussi.

Vivez, construisez-vous, voyez des amis, mais surtout : cultivez-vous pour devenir plus captivant.

L’objectif d’une vie, c’est d’être bien dans votre peau, et d’attirer une fille avec qui vous pourrez construire une vie à deux.

Cet été, je reprends du service pour soulager Sélim, pour qu’il puisse s’occuper de sa petite fille qui vient d’arriver.

Ça veut dire que juillet et août, avant que Sélim ne revienne en septembre, vous pouvez poser toutes vos questions à Tonton Eros, et que masque ou pas masque, coronavirus ou pas, on va draguer !

Eros, nouveau tonton heureux et rédacteur en chef pour l’été 2020 !

PS : si vous voulez faire une bonne action, abonnez-vous au compte Insta de Sélim !

Bann-SexTalk

Lire la suite
12 Commentaires

12 Comments

  1. Munin

    21 juin 2020 à 11:45

    Félicitation à toi Sélim ! (et à madame Sélim, bien entendu !).

  2. Chinois

    21 juin 2020 à 12:33

    Félicitations !

  3. Julien

    21 juin 2020 à 13:00

    En effet, le but premier n’est pas la séduction, mais de construire sa vie solidement, la, les femmes viendront d’elles même d’une certaines manières car vous aurez une vie intéressante, solide.
    Ce que je vois dans la séduction, c’est que le vrai but, c’est que grâce a l’expérience, a devenir plus confiant etc… on peut flirter avec LA femme (ou LES femmes) qui nous plaît/plaisent vraiment, au lieu de subir et d’être avec une femme qui NOUS as choisis, je pense que c’est ça le but et a la fin de construire une vie avec une femme et d’avoir un bébé, tel est le but de la vie!

    • Sylvain

      22 juin 2020 à 11:47

      Hello,

      Je pense que c’est une bonne analyse. Dans la vie, celui qui est le plus heureux, c’est bien souvent celui qui a le plus d’options. Celui qui agit le plus et qui subit le moins 😉

  4. Eva

    21 juin 2020 à 13:58

    Félicitations à tous les deux !! ?

  5. Pacme

    21 juin 2020 à 14:49

    Plus que pour l’amour du jeux, c’est ce que l’on cherche presque tous au plus profond de nous mêmes et ce qu’il y a de plus beau. Mes félicitations aux deux parents et pleins de bonheur pour la petite famille ainsi qu’une longue vie à la team qui sera très certainement dans les années à venir une aide précieuse pour que d’autre puisse vivre cette aventure très personnel, pleins de bisous à la communauté ; )

  6. Sélim

    21 juin 2020 à 22:04

    Oh merci à tous ! Et merci Eros évidemment…
    J’ai passé la journée à faire le vieux gars gaga, à bercer ma fille, lui donner le bain, la changer, lui donner le biberon.
    J’étais de super bonne humeur loin des écrans, jusqu’à ce que la fête de la Musique débarque au pied de mon immeuble.
    La pauvre petite n’a pas pu dormir de 15 heures à 22 heures, fin des hostilités.
    A 12 jours, c’est pas recommandé, ce genre de torture digne de la CIA.
    Du coup, j’ai replongé, j’ai tweeté, et je suis venu faire un tour ici.
    Un grand merci à tous !
    Merci Pacme, merci Eva, merci Munin !

  7. Le Marginal Magnifique

    22 juin 2020 à 19:58

    Superbe, Sélim ! Quant à Eros, on aimerait bien voir sa tête un peu…

    • Eros

      23 juin 2020 à 15:04

      Pas possible, Le Marginal Magnifique.
      J’ai un « vrai » travail, pas comme Sélim.
      J’ai montré ma tête lors d’une conférence en 2012,
      et dans le programme de drague de rue Mission 06. Je pense qu’il y a une ou deux vidéos avec ma tête aussi dans la formation pour aborder « Je la vois, j’y vais ! »

  8. -Sam-

    23 juin 2020 à 14:20

    C’est le plus bel article d’art de séduire 🙂

  9. mademan

    24 juin 2020 à 18:55

    Très heureux pour Selon,je croyais pas qu’il allait devenir sage à un moment,et qu’il resterait un éternel séducteur mais apparemment une femme peut être une de ses lectrices sait on jamais a piqué son coeur enfin je dirai sinon il continuerait à butiner encore cet été et il ne nous resterait plus vu toutes les techniques qu’il maîtrise si bien, que des miettes.Mais il y a toujours son ami Eros,le tonton à présent qui continuera de faire beaucoup de dégâts et va avoir tout loisir de draguer peinard sans craindre de croiser Selim dans les mêmes endroits de débauche qu’auparavant.Merci à toi aussi Eros de partager tes fields report avec nous,c’est un bonheur,on se dit que ça pourrait aussi nous arriver notamment dans le train ou t’avais pas assez pour te payer un café,il en faut du culot tout de même.

    • Sylvain

      25 juin 2020 à 11:50

      Hello Mademan,

      C’est aussi cela l’évolution de la vie du séducteur. Dans le fond, beaucoup d’entre nous / Vous / Eux aspirent à se mettre en couple et à partager leur vie avec quelqu’un. Donc maintenant, place à un nouveau Game, sans doute aussi difficile que le précédent : celui du couple, du mariage, de la vie commune et de la paternité 😉

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire plus Le Buzz Séduction