Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Harcèlement de rue, Amende Pour Outrage Sexiste : Le Point de Vue Des Leaders de La Séduction

Le Buzz Séduction

Harcèlement de rue, Amende Pour Outrage Sexiste : Le Point de Vue Des Leaders de La Séduction

Harcèlement de rue, Amende Pour Outrage Sexiste : Le Point de Vue Des Leaders de La Séduction


Vous voulez séduire les filles dans la rue mais vous avez peur de prendre une amende pour « regard appuyé » ? Vous ne savez plus si vous avez le droit de parler à une femme dans les transports en commun ?

La nouvelle loi sur le harcèlement de rue et l’amende pour outrage sexiste ont soulevé un important débat sur la drague. Si vous ne comprenez plus la différence entre la séduction de rue et le harcèlement, vous êtes au bon endroit.

Aujourd’hui, nous vous expliquons ce qu’est le harcèlement de rue et nous vous rappelons la ligne de conduite à avoir lorsque vous abordez des filles dans la rue.

Tout d’abord, un applaudissement : si vous vous posez la question, c’est que vous êtes curieux, que vous voulez bien faire.

Le danger, c’est la certitude. Etre ouvert et curieux, voilà qui vous aidera à séduire plus !

Qu’est ce que le harcèlement de rue ?

Le harcèlement de rue, c’est un ensemble de gestes et de paroles qui intimident, manquent de respect, humilient ou menacent les femmes. Ces gestes peuvent viser à interpeller la fille mais pas forcément.

Concrètement, c’est siffler une femme qui passe dans la rue, c’est lui dire « Mademoiselle, t’es bonne… Pourquoi tu me réponds pas ? Vas-y casse toi Salope » et autres formules insultantes, c’est suivre une femme que vous ne connaissez pas, c’est lui mettre une main aux fesses.

C’est aussi les situations qui mettent les femmes mal à l’aise. Par exemple, les mecs qui vont se coller à des filles dans les transports pour que leur bassin tombe – comme par hasard – pile au niveau de leurs fesses ; ou ceux qui les fixent longtemps et qui font flipper les filles.

Dans ces situations, on n’est très clairement pas dans la drague, ni la drague lourde, on est dans le harcèlement.

Mon astuce de « grand frère » pour savoir si vous êtes « limite », si vous avez basculé dans le harcèlement ou si votre attitude est acceptable : demandez-vous « si ça arrivait à ma mère, ma copine, ma soeur, est-ce que j’aurais envie de péter les genoux de ce gars ? »

Et demandez-vous aussi : « Si un mec venait me coller son sexe dans le dos, je l’éclate ou je l’éclate ? »

Une fois que vous avez votre réponse, vous savez si c’est de la drague ou du harcèlement.

Si les regards appuyés sont interdits, peut-on encore séduire?

Vous devez faire la différence entre le harcèlement et la drague.

Parler à une fille dans la rue, c’est comme discuter avec n’importe qui. Ce n’est pas illégal.

Ce qui est illégal, c’est ne pas respecter ce que veut une femme, que ce soit de manière volontaire ou non (en insistant bêtement alors qu’elle vous a dit non, par exemple).

La différence entre le harcèlement et la drague, c’est donc le consentement. Evidemment, vous ne pouvez pas lui demander la permission avant de l’aborder.

Mais si elle vous dit non ou si elle s’éloigne directement, c’est qu’elle n’a pas envie de discuter avec vous. Et ça, un dragueur l’accepte, car c’est le jeu !

Le vrai problème si vous voulez séduire dans la rue, c’est les mecs qui leur manquent de respect. Comme les femmes ont peur et qu’elles ne se sentent pas en sécurité, elles apprennent à ne rien répondre pour éviter les ennuis.

Elles portent leur uniforme anti-relou : tête baissée, casque sur les oreilles, vitesse « Usaïn Bolt ».

Si elle a été abordée par 9 mecs débiles, lourds, si elle s’est sentie en danger avant de vous croiser, elle ne prendra pas le temps de vous répondre.

Et même si vous êtes un mec sympa et que vous partez si la fille vous le demande.

Comme le dit si bien EA SPORTS…« It’s in the game ! »

Pourquoi une nouvelle loi, que change-t-elle ?

Non, vous ne prendrez pas d’amende pour avoir maté les fesses d’une femme qui passe.

Le « regard appuyé » n’est pas inscrit dans la loi, c’est un exemple de gestes qui peuvent constituer le harcèlement de rue.

La définition du harcèlement sexuel est la suivante : le fait « d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle qui soit portent atteinte à sa dignité, en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante ».

Le problème pour les femmes, c’est qu’il est très difficile de prouver quand ce genre d’actes a lieu dans la rue.

Les affaires sont souvent classées sans suite car le comportement déplacé ne rentre pas bien dans la catégorie du harcèlement sexuel.

De plus, trouver des preuves et des témoins est difficile.

La loi telle qu’elle existe n’est pas adaptée pour faire cesser les problèmes que rencontrent les femmes dans la rue : insultes, mains aux fesses, mecs qui les suivent pendant plusieurs rues…

Le but de la nouvelle notion d’outrage sexiste est donc de définir plus précisément ce qu’il se passe dans la rue, et d’être plus efficace pour le punir.

Voilà sa définition : « Tout propos ou comportement […] qui a pour objet ou pour effet de créer une situation intimidante, humiliante, dégradante ou offensante portant ainsi atteinte à la dignité de la personne. Le harcèlement sexiste peut prendre des formes diverses comme des sifflements ou des commentaires sur le physique, non punis par la loi, ou des injures, punies par la loi. »

Des circonstances aggravantes ont été édictées : si l’action se déroule dans les transports en commun ou si l’auteur du délit est dépositaire de l’autorité publique.

En résumé, l’outrage sexiste, ce n’est pas votre pote David qui se retourne pour mater les fesses de la bombe qui vient de passer. Ce n’est pas le rapide coup d’oeil sur le décolleté de cette fille qui vient de monter dans le bus.

Si vous suivez les conseils d’Artdeséduire, vous n’aurez aucun souci car nous vous demandons de respecter les femmes que vous abordez.

Concrètement, que pouvez-vous faire ?

Ce tableau a été réalisé par le collectif « Paye ta Shnek » pour montrer la différence entre drague, harcèlement et agression.

Nous allons voir ce quelles sont les applications concrètes de cette définition de la drague.

« Exprimer poliment »

Premier point : maintenez une distance physique correcte entre vous et la fille que vous abordez.

L’Anthropologue américain Edward T. Hall a montré dans son ouvrage « La dimension cachée »que la distance entre nous et notre interlocuteur est importante.

En dessous de 50 centimètres commence la zone intime dans laquelle vous ne laissez entrer que vos proches.

Gardez une certaine distance avec les filles que vous abordez, cela évitera de les mettre mal à l’aise.

C’est le premier pilier du SYSTEME RDV développé sur Artdeseduire : le R de Rassurer !

Deuxième point : vous devez être poli dans votre interaction. Pas de compliments familiers (t’es bonne, t’es sexy…), pas d’insultes, pas de surnoms déplacés car vous passerez pour un mec lourd (poupée, bébé, ma jolie…)

(Le troisième pilier du SYSTEME RDV pour aborder et séduire les filles de manière naturelle et respectueuse, le « V » de Valoriser)

« dans un contexte adapté »

Certaines filles n’aiment pas être abordées dans la rue.

Si elle ne vous répond pas ou qu’elle vous montre qu’elle n’est pas intéressée, passez votre chemin.

Certaines filles n’ont aucun problème avec le fait d’être abordées dans la rue et acceptent de discuter.

Ayez conscience que la rue n’est pas un lieu interdit pour aborder et draguer les filles, mais que vous améliorez vos chances dans d’autres contextes (bars, boîtes, soirées entre potes, des lieux où les femmes se sentent plus en sécurité)

Vous aurez plus de chances en abordant une fille qui lit dans un parc qu’en abordant une fille qui rentre seule chez elle dans le métro après une soirée !

Globalement, on milite pour la liberté d’importuner de tenter sa chance, d’être poli, d’être respectueux, d’avoir un coup de foudre dans la rue.

La rue doit rester un espace libre et démocratique, la drague et la rencontre ne doivent pas être conscrites à des appli de rencontres ou à des lieux payants.

« Son envie de connaître une personne ou de la revoir »

C’est du bon sens, mais vous ne devez pas complimenter une fille sur son physique dès les premières minutes de l’interaction !

Vous pouvez laisser tomber les deux approches ci-dessous :

  • « Salut, j’ai vu passer tes seins et je les trouvais si fermes… »
  • « Bonjour madame, j’avais jamais vu des jambes aussi élégantes, vous les avez achetées quelque part ou ce sont vraiment les vôtres ? »

Abordez-la de manière intelligente, avec un opener d’opinion ou de situation, une accroche en fonction du contexte. Lancez une vraie discussion.

Vous l’avez sûrement trouve jolie et bien habillée car vous êtes allé lui parler. Mais lui dire dès le début de la conversation vous fait passer pour un mec qui a la dalle, et ça n’est ni rassurant ni valorisant pour elle d’être prise pour un bout de viande.

(Votre coach et la Team Pirate vous montrent comment aborder une femme de manière naturelle et respectueuse grâce au SYSTEME RDV)

« et respecter son éventuel refus »

Toutes ces situations signifient qu’elle ne veut pas vous parler et que vous devez continuer votre route :

  • Si elle ne vous répond pas et qu’elle continue son chemin.
  • Si elle vous dit non.
  • Si vous avez commencé à discuter mais qu’elle doit partir.
  • Si vous avez discuté mais qu’elle refuse de vous revoir ou de vous donner son numéro de téléphone.

Si vous voyez qu’elle est mal à l’aise, qu’elle est froide, distante, qu’elle regarde à côté, qu’elle vous répond à peine, ça ne sert à rien de continuer.

C’est sûrement qu’elle n’ose pas vous dire qu’elle n’a pas envie de parler.

Si vous sentez que ça ne fonctionne pas, ne perdez pas votre temps.

Vous n’êtes pas un rageux, vous n’êtes pas un frustré : souhaitez-lui une bonne journée et partez avec le sourire !

Conclusion

La différence entre quelqu’un qui drague et un harceleur est simple : le harceleur se moque bien des sentiments de la fille qu’il accoste.

Il veut simplement qu’elle cède à ses avances maladroites, et n’a aucune honte à l’insulter si elle ne répond pas à ses attentes.

L’agresseur ne respecte rien ni personne. Agresseur, harceleur : c’est la même chose.

Au contraire, en tant que lecteur d’Artdeséduire, vous voulez simplement rencontrer des filles et passer de bons moments avec.

Vous allez leur parler pour faire connaissance et discuter 3, 5, 10 minutes de manière agréable.

Si ce n’est pas agréable pour elle, vous ne le prenez pas mal, vous partez avec le sourire en lui souhaitant une bonne journée, car vous comprenez comment fonctionnent les dynamiques sociales.

Vous n’avez rien à prouver, un rejet ne vous dérange pas, vous avez confiance en vous.

Des questions concrètes sur le harcèlement ? Sur les limites à ne pas franchir ? On vous répond dans les commentaires si vous avez des hésitations.

Si vous voulez voir comment draguer sans flipper et draguer sans faire flipper les filles, on vous recommande de jeter un oeil immédiatement au SYSTEME RDV pour aborder partout, tout le temps, avec respect et naturel !

Sélim & La Team ADS

Bann-SexTalk

Lire la suite
Cliquer pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire plus Le Buzz Séduction