Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Les Filles Qui Se Plaignent De La Fuckzone… Ont-elles Tort ?

fuckzone et friendzone

Le Buzz Séduction

Les Filles Qui Se Plaignent De La Fuckzone… Ont-elles Tort ?

Les Filles Qui Se Plaignent De La Fuckzone… Ont-elles Tort ?


La FUCKZONE, un terme pour dire que c’est « le sexe ou rien ». Un peu comme la Friendzone, là où on finit souvent, nous les hommes, quand on n’a pas osé affirmer nos sentiments assez tôt, quand on s’est dit qu’on allait d’abord devenir pote pour ensuite conquérir le coeur de la fille. Mauvaise idée.

Là, les filles se plaignent de la FUCKZONE. C’est la prison où NOUS, les hommes, les mettons, quand nous refusons d’être amis avec elles. Débat rapide et présentation du concept.

Rendons à César ce qui est à Maïa Mazaurette, la plus grande veilleuse sexuelle des internets francophones.

L’amie chroniqueuse chez Sexactu publie aujourd’hui un texte plaintif sur la fuckzone.

La Fuckzone : définition

La Fuckzone se définirait en opposition à la Friendzone : dans la friendzone, A ne veut pas sortir ni coucher avec B.

Dans la Fuckzone, A veut uniquement coucher avec B, mais pas être ami, ni avoir une relation amoureuse quelconque.

La Fuckzone ne serait-elle donc qu’un nouveau buzzword, un mot tendance, pour parler de plan cul ?

Non, car dans un plan cul, on pouvait quand même être un peu ami avec la personne avec qui on couchait.

C’était au fond une relation de sex friends : des amis qui couchent ensemble. Qui s’aiment bien, qui s’apprécient, mais pas suffisamment pour envisager de passer leur vie ensemble.

Et la FUCKZONE dans tout ça ? Un problème de femme uniquement ?

Quand on lit Maïa Mazaurette qui parle de Fuckzone, on la voit décrire ce que de nombreuses femmes vivent en soirée : elles parlent à des mecs qui n’écoutent pas, ne font que mater leurs seins, ne veulent pas de cette amitié qui se profile.

Des primates… ou au contraire, des hommes qui savent ce qu’ils veulent ?

La Fuckzone : une réalité créée par les hommes ?

En lisant l’article de Maïa Mazaurette sur la fuckzone, j’y lis un ras-le-bol d’être vue QUE comme un corps par certaines femmes.

Elle aimerait bien un échange de cerveaux. Elle décrit des hommes qui s’enfuient quand elle parle de son mec (cf nos articles merveilleux « comment réagir quand elle a un mec« ), elle décrit des interactions avortées car les mecs ne pensent qu’au sexe, et pas vraiment à sa conversation.

En gros, pour elle, c’est la FUCKZONE : les mecs ne la voient pas comme une amie potentielle, mais juste comme une fille à qui faire l’amour. Et encore. Pas faire l’amour. Juste baiser, en l’occurence, car de sentiments amoureux il n’est point question.

Ça me rappelle d’une soirée, où j’étais avec une ex. Une soirée où je me rends au bar trois minutes, et où je laisse un Youtubeur célèbre avec la demoiselle en question. Je me dis « ça va, trois minutes, il ne va pas la manger ».

Quand je reviens, cinq minutes plus tard (il y avait du monde au bar), elle était seule, à pianoter sur son téléphone.

« Mais il est où [Youtubeur célèbre] ?
– Il est parti au bout de trois phrases. Tu t’appelles comment ? Tu fais quoi ? Ah mais t’es la meuf de Sélim ? »

Confirmation pour elle que l’amitié homme-femme n’est pas un débat tranché.

La peste ou le choléra, la Friendzone ou la Fuckzone ?

En gros, à lire cette réflexion sur la Fuckzone, j’en viens à me dire qu’on est face à deux maux possibles pour les femmes et les hommes.

Situation A :

Femme pas intéressée rencontre homme intéressé qui assume son envie : elle est rapidement fixée sur son sort, l’homme ne perd pas son temps à tourner autour du pot. Pour elle, c’est la Fuckzone, tu veux ou tu veux pas, mais on active. Le temps est précieux.

Des amis, cet homme en a, il n’en cherche pas de nouveaux. Des amies, il en a aussi probablement, mais là, c’est une envie sexuelle qui l’anime. Il l’assume, et il assume aussi de passer pour un « connard ».

Situation B :

Femme pas intéressée rencontre homme intéressé qui n’assume pas son envie : il préfère la jouer détente, mec cool, mec sympa qui veut faire la connaissance de la fille. Il préfère devenir ami pour s’approcher d’elle, mieux la connaître avant de lui faire part de son amour naissant.

Fidèles lecteurs d’Artdeseduire, vous avez compris que cet homme s’est mis LUI-MÊME en friendzone en n’osant pas assumer son attirance.

On ne parle pas de la situation femme intéressée et homme intéressé, ça, c’est de la séduction classique, vous avez 1900 articles en ligne pour développer le sujet.

On ne parle pas non plus de la situation femme pas intéressée et homme pas intéressé, ils ne se parlent pas, s’ignorent, ou deviennent amis.

Mais dès que le sexe entre dans l’équation, ça devient plus complexe.

La Fuckzone et les questions qu’elle soulève

fuckzone définition

En lisant cet article, plusieurs questions me viennent à l’esprit… et je vais laisser lecteurs et lectrices y répondre, avec le plus grand des plaisirs !

  • Au nom de quoi devrait-on devenir ami avec une fille avec qui on a juste envie de coucher ?
  • Vaut-il mieux assumer ses désirs, être clair dès le début, au risque de passer pour un goujat ?
  • Est-ce grave de refuser l’amitié homme-femme ?
  • Vaut-il mieux accepter son amitié en ayant toujours envie d’elle secrètement, et remettre ce désir sexuel sur le tapis dès qu’on a bu un verre de trop ?

A titre personnel, je ne peux que vous recommander d’avoir des amies, des femmes dans votre vie avec qui vous ne couchez pas.

Vraiment, c’est chouette de découvrir la vie avec les yeux des filles. Elles nous racontent des trucs différents, avec une sensibilité différente.

Je suis très heureux d’être entouré de femmes intelligentes, brillantes, drôles. Des guerrières, des entrepreneures, des sportives, des mamans. « Ton pote avec un vagin », comme disent certaines…

Faites-vous des amies filles ! N’essayez pas de coucher avec toutes les filles que vous rencontrez !

Mais la vraie question que je me pose, entre peste et choléra… à votre avis, les filles préfèrent les mecs qui les mettent en FUCKZONE, ou ceux qu’elles doivent mettre en Friendzone ?

Vous avez deux heures… Hâte de vous lire dans les commentaires.

Sélim, coach en séduction

Lire la suite
33 Commentaires

33 Comments

  1. AL

    19 février, 2018 à 19:22

    « [Maïa] publie aujourd’hui un texte plaintif » : Comme tous les autres, tous les jours.

    • Sylvain

      20 février, 2018 à 10:49

      :) :) :) Bim clé de bras américaine! Assez d’accord cela dit!

  2. Dashingkev

    19 février, 2018 à 22:45

    Le mec de la Fuckzone va clairement assumer ses envies et donc il va se montrer plus sexué et sera plus attirant que le Niceguy qui va chercher la Friendzone. Donc pour moi Fuckzone.
    Je pourrais plus développé mais l’idée est là.

    • Sélim

      20 février, 2018 à 10:13

      C’est exactement ça.

  3. tails le renard

    20 février, 2018 à 06:46

    je pense que ça dépend du degré de friend zone,si on y est dedans,en restant éloigné,la fille dans ce cas la préfère mettre les mec en friend zone que les mecs qui les mettent en fuckzone.Mais la grosse friendzone,alors la je pense que de la part de la fille vis à vis du mec,y a un gros mépris latent,elle doit le voir comme un looser,et préfère encore les mecs qui les mettent en fuckzone.

    J’ai été en friend zone avec tous ce qui allé avec,calin,dans le meme lit,le tes mon frère ect…mais aussi à coté de ça,fallait voir comme elle me manqué de respect!!Idem pour tous les autres qu’elle avait friend zoné.

    • Sélim

      20 février, 2018 à 10:14

      je crois qu’à terme, de toute façon, il va falloir qu’on remplace le terme de Friendzone par autre chose.
      Genre « le râteau passif », « le râteau latent », « le râteau qui dure toujours » :)

  4. Lenal'airderien

    20 février, 2018 à 08:06

    Bonjour,

    Des hommes qui assument clairement leur envie de s’amuser et c’est tout , tu n’en as pas tant que cela sauf sur le net derrière un ordinateur et encore…Le net étant propice aux fantasmes de tout genre.

    Les hommes en mode bite sur pattes , tu n’en as pas tant que cela.

    En ce qui me concerne , je préfère de loin le mec qui dit clairement ce qu’il souhaite en assumant au moins je sais ou mettre les pieds et agir en conséquence en acceptant ou pas ce qu’il me propose ….Celui qui me fait miroiter un truc alors qu’il a juste envie de « baiser » ne me respecte pas ou n’agis qu’en fonction de ses envies et besoins à assouvir…Très souvent , il faut voir si les paroles et les actes ne sont pas en contradictions.

    C’est souvent ici que tu te rends compte que le mec n’est pas « clean » avec toi , c’est là que tu te poses les bonnes questions et que tu sents bien que le mec te balades ….

    J’avoue que quand il m’a fait perdre mon temps quand on ne cherche pas la même chose , et que je m’en rends compte par la suite qu’il ne voulait que s’amuser. Je lui dis le fond de ma pensée et j’y mets fin résultat des courses il n’aura rien . La cerise sur le gâteau , il est en mode test à un moment il se trahit forcément. Vous pensez que les femmes sont aussi naives que cela…Que nenni!!!

    • Akumasaki

      8 mars, 2018 à 16:09

      en meme temps, un peu de finesse ne tue personne.
      il vaut mieux passer pour un connard et etre en fuckzone ken friendzone?
      hum…mouais!un peu quand meme!
      la friendzone c pas de la vrai amitié homme femme,
      c une relation à sens unique ou souvent l’un tire profit de l’autre sans rien offrir en retour,
      c du moins comme ça que c vecu, ce n’est absolument pas saint, c comme le one itis, c se tortuter l’esprit et ça ne paie que rarement.
      en revanche l’amitié homme femme est possible, justement quand aucun des deux ne projette ses manques ou besoins affectifs sur l’autre.et c souvent une amitié gagnant gagnant, avc ou sans sexe.

      la fuckzone en revanche, c pas forcement mieux,srtt si l’un des deux s’y retrouve sans que ça l’arrange.
      c souvent comme la friendzone, sauf qu’au lieu de profiter de vous et de vous tirer de l’energie,on vous encule ou on vous pompe la bite, c selon…

      et bien sur c votre faute car vous n’avez pas su vous faire respecter, poser des limites, vous vous etes mis tt seul là dedans, l’autre ignore tt de la situation, blablabla…

      ofait, je vis en Afrique et ça fait plusieurs années que je vous lis,ADS.je viens d’voir ma premiere vraie relation de couple,c en partie grace à vous,mer6. j’en avait eu avant mais gt soit dans la friendzone,aukel k je me barrais en courant ou la fuckzone(et oui,ct le choix des meufs.les meufs qui mettent des mecs dans la fuckzone ça existe aussi).encore mr6.

  5. Sylvain

    20 février, 2018 à 11:02

    Hello Lena,

    Beaucoup de mecs en effet tournent autour du pot. Il faut leur faire découvrir le site! Vive la séduction éthique!

  6. Lemminka

    20 février, 2018 à 13:43

    Osef j’ai envie d’écrire, et ce pour plusieurs raisons: 1) mettre tout le monde dans le même sac; 2) se faire des amis dans des bars; 2) de mon expérience, je peux faire un retour à l’envoyeur.

    Bon, de base, je n’aime pas faire des généralités. Tout le monde est différent, on a des passés, des envies, des histoires qui sont différentes; c’est pas forcément cool de mettre tout le monde dans le même sac. Le ton de l’article selon moi témoigne d’une certaine défiance vis-à-vis des hommes, et semble traduire d’une certaine frustration sous couvert d’une faute que les autres feraient. Mais faut assumer de se faire rejeter. Ajoutons à cela qu’un homme ne devrait pas se sentir forcé de devenir ami avec une fille sous prétexte qu’elle engage une conversation; ce n’est pas un privilège, c’est juste une intéraction qui se devrait d’être plus courante.

    Ensuite, vouloir se faire des amis dans des bars pour moi est un peu désespéré. Certains lieux sont associés avec certains comportements, et les bars sont des lieux de rencontre et de flirt par excellence. C’est un peu comme si quelqu’un allait à une salle de muscu et disait, « les gens qui vont à la salle de muscu ne parlent que de muscu, je comprend pas, je veux parler de peinture ». Je crois qu’il est plus productif de se faire des amis dans des endroits propices, comme des assos, des clubs…

    Et pour finir, je balance une contre-généralisation: beaucoup de mes amies ont été ingrates avec moi. Je suis complètement ouvert à l’amitié homme-femme, sauf que ca se passe pas forcément sans frictions. Si je passe les cas où pas mal de filles n’ont pas été honnêtes avec moi (elles prétendaient être amie alors qu’elles voulaient sortir avec moi), je ne compte pas le nombre d’amies que j’ai perdu à cause de leur petit-ami du moment. De nombreuses filles célibataires s’entourent de mecs, mais dès qu’elles ont un petit ami, elles disparaissent du radar. 9/10, j’ai une excuse du genre « mon copain est jaloux de toi donc je peux plus te voir ». Pas cool de la part de ces filles.

    FUckzone, pas fuckzone? Il y a aussi plein de tutos sur comment se faire des amis. Ceci, je dois lui donner crédit sur le fait qu’il est plus difficile de se faire un(e) bon ami(e) que de trouver un plan cul.

  7. Lady_Melodia

    21 février, 2018 à 18:24

    « Les filles préfèrent les mecs qui les mettent en fuckzone ou ceux qu’elles doivent mettre en friendzone ? »
    Compliqué car pour moi ce sont exactement les mêmes personnalités, comme une personne qui dit oui à tout – par peur du rejet – a la même personnalité qu’une personne qui non à tout – par peur de se faire bouffer : dans les 2 cas c’est la peur qui gouverne, c’est juste son mode de manifestation qui est différent.

    De la même façon, entre le mec qui veut juste coucher mais qui ne l’assume pas et celui qui veut juste coucher et qui l’assume, le problème de fond est le même : on a des gens qui veulent juste coucher et pour moi, c’est le signe d’un manque évident de curiosité et de quelque chose de plus grave encore : une incapacité à s’adapter et à saisir les opportunités humaines. Le problème c’est que les hommes ont tendance à penser que l’une des options est meilleure et fait plus virile,, alors que les 2 comportement témoignent d’une seule et même personnalité.

    Après j’entends qu’on ne peut pas être curieux de tout et tout le temps mais l’homme qui se donne comme objectif dès le départ de ne pas vouloir sympathiser et vouloir juste satisfaire un désir sexuel, je pense que là on est typiquement dans le cas de l’imbécile auquel il est fait référence dans la locution « il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis ». Dans la pratique des amis j’en ai aussi, et factuellement je n’en cherche pas de nouveaux. Pour autant, si je rencontre une personne intéressante avec qui je prends plaisir à échanger je ne vais pas lui dire  » désolée mon quota d’amis est plein » parce que rencontrer une personne avec qui le courant passe et qui a une conversation enrichissante, c’est une vraie opportunité (de s’enrichir soi-même / améliorer sa capacité à collaborer / de découvrir de nouvelles activités / d’étendre son réseau / d’être mise en relation avec d’autres personnes avec qui on aura un bon contact etc…) et que les opportunités il faut savoir les saisir quand elles se présentent. Au fond je pense que c’est ça le cœur du reproche de Maia aux hommes : pas leurs désirs – ça c’est complètement normal – mais leur capacité à s’enfermer eux-mêmes dans une idée de départ et de ne pas être capable de moduler cette idée en fonction du déroulement des évènements, et là je rejoints sa critique parce qu’il ne faut pas se mentir, savoir prendre une décision c’est bien si ça traduit une capacité à analyser un environnement, des faits, et à pondérer le tout. A l’inverse prendre une décision de manière arbitraire ou qui ne s’appuie que sur 10% des paramètres genre « la fille est jolie », ben ça n’a aucune valeur, et persister dans cette décision arbitraire quand tous les voyants montrent qu’on peut envisager autre chose de moins superficiel, c’est du gâchis (et moi j’aime pas le gâchis !).

    Après ce que je viens de décrire est certainement très impacté par le fait que j’accorde une grande valeur à la curiosité et que je suis en désaccord avec les adeptes du minimalisme et du contrôle mais j’imagine que des femmes avec des profils davantage dans la maitrise auront une grille de lecture différente et préféreront quelque chose de plus « bordé » où on évite les pertes de temps et l’incertitude. Moi ce que j’aime c’est le concept d’une vie solide et rangée avec de grandes ouvertures pour laisser la toute latitude au hasard et à l’aléa de venir souffler dedans, une vie où on se donne la possibilité de lâcher prise pour se laisser porter par le vent, juste pour voir où le hasard veut nous emmener et typiquement, les rapports humains c’est vraiment la zone de ma vie où j’aime lâcher la barre, d’où le fait que ce comportement masculin où on a un but figé – et ce alors même qu’aucun des 2 interlocuteurs n’a encore ouvert la bouche – ne me parle pas du tout.

    En tout cas c’est un très bon sujet de débat !

    • Mister_Herve

      21 février, 2018 à 22:18

      Hello Lady_Melodia,

      Je trouve que dans ton commentaire tu ne vois qu’une partie de tableau car on sent très bien que dans ta vision le couple est une évolution du celibat.. surtout quand tu utilises les mots comme « opportunités ». Mais on peut aussi envisager que cet homme a déjà une vie très rempli et qu’il ne désire justement pas devoir consacrer du temps a une relation. Le celibat et le couple sont deux situations différentes mais aucune n’est meilleure que l’autre. Il y a de plus en plus de femmes qui font également ce choix et se font critiquer car elles ne resectent pas les codes de la société..
      Après tu me diras qu’on peut au moins construire une amitié, mais dans l’article de Maïa, il y a un commentaire que je trouve intéressant à ce propos:

      « Bonjour Maïa Amusant cet article… c’est pas toi qui disait à propos de la friend-zone, quelque chose comme « il n’y a aucune situation où une femme doit du sexe » ? Je suis assez d’accord, mais il y a un corollaire évident: « il n’y a aucune situation où un homme doit de l’amitié ». Bonne soirée :) »

      Sur ceux, bonne journée

    • Lady_Melodia

      23 février, 2018 à 10:51

      Hello Mister Hervé,

      Dans ma vision, avoir une vie sociale est une évolution par rapport à la solitude et c’est pour ça que je considère que de faire des rencontres de qualité est donc une opportunité, après je n’ai jamais parlé du couple ou d’un schéma de relation homme-femme qui serait meilleur qu’un autre.

      « Après tu me diras qu’on peut au moins construire une amitié »
      Il n’est pas question de dire qu’on peut construire « au moins » une amitié.
      Il est question de dire que quand on rencontre quelqu’un, on doit envisager la possibilité que cette personne puisse devenir notre amie si (et seulement si !) elle a les éléments qu’il faut pour ça, ce qui implique de discuter avec la personne AVANT de conclure sur le type de relation qu’on veut développer avec elle (si après discussion il apparaît que le coup d’un soir est la relation qu’on souhaite développer parce que la fille n’a pas les éléments requis pour prétendre à autre chose, OK ! Mais je dis juste que ça, on ne peut pas le savoir AVANT de lui avoir parlé) et effectivement le commentaire que tu cites est intéressant car il montre que la personne qui l’a écrit n’a pas compris l’article de Maia : elle ne dit pas qu’un homme doit de l’amitié à une fille, elle dit qu’il lui doit un « procès équitable », mais ne demande rien quant à l’issue du « procès ».

      En fait dans son article Maia décrit un problème de relations humaines qui dépasse largement le périmètre des relations hommes-femmes.
      En gros elle parle de ces personnes qui ne viennent vous voir ou ne vous appellent que parce qu’elles ont un service à vous demander ou de l’argent à vous emprunter, qui ne vous considèrent qu’à l’aune de ce que vous pouvez leur procurer, qui sont toujours à demander, jamais à offrir ou alors c’est en espérant un retour d’ascenseur, avec qui les relations ne sont jamais gratuites et qu’à l’instant où vous leur dite que vous ne leur donnerez pas ce qu’elles attendent de vous, vous ne leur servez plus à rien : ces personnes ont un comportement extrêmement déshumanisant car ne s’intéressant jamais à la personnalité de leur interlocuteur; ils sont toujours dans le calcul et jamais dans la spontanéité.
      Ex: Un homme riche qui voit des vautours défiler autour de lui toute la journée et qui en vient à ne plus pouvoir parler de ce qu’il aime, à ne plus pouvoir partager ses passions parce que ça n’intéresse personne de son entourage, et qui finit par avoir le sentiment de n’être qu’un portefeuille sur pattes, ce qui génère un profond sentiment de solitude.
      Après Maia explique qu’elle a l’impression que ce type de comportement est en train de se généraliser dans le contexte des relations hommes femmes, le secteur des relations humaines où on devrait être à l’opposé de ce type de comportement parce que, autant dans les relations professionnelles on n’est pas là pour raconter sa vie donc on peut accepter que les relations soient fortement intéressées, autant les relations amoureuses c’est vraiment le lieu de la gratuité, du partage et du non-calcul. Après, relation d’un soir ou relation durable, tant que les 2 (ou les 3, 4 ou plus) personnes sont dans un schéma ou chacun peut exprimer sa personnalité et se sentir considéré comme un être humain, moi je valide tout.

      Bonne journée à toi aussi !

  8. Lady_Melodia

    21 février, 2018 à 23:11

    Allez, j’étais inspirée aujourd’hui :

    « Au nom de quoi devrait-on devenir ami avec une fille avec qui on a juste envie de coucher ? »
    Il n’est pas question ici de devenir ami avec cette fille, juste de lui donner sa chance d’être considérée comme plus qu’un vagin, et cela au nom du fait que les humaines ont le droit d’être traités comme des êtres vivants dotés de sensibilité, ce qu’elles sont en fait.

    « Vaut-il mieux assumer ses désirs, être clair dès le début, au risque de passer pour un goujat ? »
    Question complexe.
    Ce que je n’aime pas dans la formulation, c’est que souvent le fait de dire qu’on assume un élément connoté négativement est une façon classique de minimiser l’élément en question, comme si le fait d’être honnête rendait la chose plus acceptable (ce qui rejoint la technique dite « de la porte au nez »).
    En fait je considère que quand on essaye de devenir la meilleure version de soi-même on passe par 4 étapes : « je n’assume pas quelque chose » ->  » j’assume cette chose » -> « finalement je n’assume pas trop cette chose » -> « j’ai changé ce que je n’assumais pas ». Dans cette optique, à la question « vaut-il mieux assumer ? », j’aurais tendance à dire que je préfère la personne qui n’assume pas parce que statistiquement j’ai 50% de chance qu’elle soit à l’aube du changement de comportement, alors que la personne qui dit qu’elle assume n’est pas du tout dans une démarche d’évolution.

    « Est-ce grave de refuser l’amitié homme-femme ? »
    Bien sûr que non ! Si vous avez donné sa chance à la personne et qu’il ne s’est rien passé, il est de votre devoir de lui refuser votre amitié ! Obligation de moyens, pas de résultats ! Sans blague…

    « Vaut-il mieux accepter son amitié en ayant toujours envie d’elle secrètement, et remettre ce désir sexuel sur le tapis dès qu’on a bu un verre de trop ? »
    Oui ! D’abord parce qu’il n’est absolument pas certain que vous allez tout lui balancer un jour où vous avez trop bu – ça ce n’est qu’un risque que vous prenez, bande de petits zizis timorés ! -, et ensuite parce qu’à partir de là vous allez gagner DU TEMPS avec elle, du temps précieux qui va vous permettre d’abattre vos cartes et de MARQUER DES POINTS dans l’optique de la séduire + générer du désir chez elle, si c’est vraiment ça qui vous intéresse. Sinon, vous pouvez aussi voir votre désir s’éteindre ou se transformer en amour : c’est ça toute la magie des relations humaines : on est sûrs d’où on part mais pas de l’endroit où on va arriver, ni du chemin qu’on va parcourir : moi je trouve ça cool !

    • Lemminka

      22 février, 2018 à 12:34

      Je suis en désaccord profond avec tes 2 commentaires, j’essaie d’expliquer.

      Dans ton premier commentaire, si jäai bien saisie ton idée, tu trouves que les mecs qui ne voudraient que du sexe et le dise clairement dont des imbéciles car ils refusent une expérience humaine. Je crois que le problème de ta remarque et qu’il y a un mix entre un sentiment et une opinion. On en revient au débat de base: si je suis seulement intéressé par le sexe et n’a pas envie (/besoin) d’une nouvelle amitiée, que je l’assume, que je le dit clairement, pourquoi serais-je un idiot? Pourquoi devrais-je me forcer à m’intéresser à quelqu’un si je n’en ai pas envie? Ton opinion est qu’on peut y gagner plus à découvrir l’humain derrière, mais un sentiment n’est pas une question d’envie. On ne peut pas dire des gens qu’ils sont idiots parcequ’ils préfèrent le vin blanc au vin rouge. Imposer son opinion sous prétexte que j’ai une envie différente, c’est la définition de la tyrrannie. Les gens font ce qu’ils veulent (dans la limite de la loi), et ont la liberté de donner ce qu’ils veulent. Si le contrat est clair dès le début, tout le monde est gagnant. Ton analyse sur pourquoi un homme (mais c’est valide pour les femmes aussi) préfèrerait avoir uniquement une relation sexuelle est pour moi sujet à caution. Déjà, chacun a ses raisons: faire une généralité ne mène nul part. On n’a pas besoin d’avoir peur ou de vouloir être « viril » pour être honnêtement désintéressé par une relation. Les contre exemple sur pourquoi on ne voudrait pas d’une relation sont nombreux (parcequ’on dém+enbage bientôt, parcequ’on näest pas prêt, pas le temps,…) mais les envies sexuelles restent à chaque fois. Pourquoi se retenir si on trouve quelqu’un de consentent? Et c’est preuve de maturité que d’assumer ses envies sans artifices.

      Ce qui rejoins ma critique de ton second commentaire. Devenir ami avec une fille qui te fait clairement comprendre dès le début qu’elle ne veut pas de relation amoureuse/sexuelle avec toi, dans le but de la « charmer » pour plus tard coucher avec elle, c’est contre productif. Déjà, c’est un mensonge énorme sur le contrat de base: comment la confiance peut s’installer si les 2 parties veulent quelque chose de fondamentalement différent, mais l’un des 2 le cache? A partir du moment où les cartes sont sur la table, la plupart du temps la relation éclate, car les envies sont incompatible. Quand à dire qu’il faut être amie avec une fille avant de sortir avec elle, c’est pour moi naïf. Le contrat d’une relation se pose dès le début. Avec toutes les filles avec qui j’ai couché, notre interaction était sexuelle dès le début. Avec toutes mes amies, l’intéraction était amicale et sans ambiguité dès le début.

    • AL

      23 février, 2018 à 00:37

      @Lady_Melodia :
       » juste de lui donner sa chance d’être considérée comme plus qu’un vagin, et cela au nom du fait que les humaines ont le droit d’être traités comme des êtres vivants dotés de sensibilité, ce qu’elles sont en fait. »

      Donc, techniquement, tu es contre la GPA et le fait de ne considérer les hommes que comme des sacs à sperme ? :)

      @Lemminka :
      « On ne peut pas dire des gens qu’ils sont idiots parce qu’ils préfèrent le vin blanc au vin rouge. »
      Non. Mais on peut leur dire qu’ils sont idiots d’aimer l’alcool (alors que tout le monde connait les conséquences sur le corps humain).

    • Lady_Melodia

      3 mars, 2018 à 13:01

      @AL,

      « Donc, techniquement, tu es contre la GPA et le fait de ne considérer les hommes que comme des sacs à sperme ? :) »
      Evidemment que je suis contre le fait de ne considérer les hommes que comme des sacs de sperme ! Et j’irai même plus loin : je suis aussi contre le fait de ne considérer les hommes que comme des sacs d’argent et même encore plus loin : je suis contre le fait de considérer les hommes comme des protecteurs.
      En fait je suis contre le fait de considérer que les humains ont une utilité prédéfinie et intrinsèque, que ce soit en fonction de leur origine social, de leur sexe ou de autre parce que j’adhère à la théorie que chez l’humain l’existence précède l’essence. Du coup en retour, je n’apprécie pas quand une personne m’assigne un rôle sans même avoir parlé avec moi, parce que cette personne ne peut donc pas connaitre mes aptitudes – et donc m’assigner un rôle en pleine connaissance de cause.

      @Lemminka
      Ce n’est pas idiot de préférer le vin blanc au vin rouge, ni d’aimer l’alcool.
      Ce qui serait idiot ça serait de commander du vin blanc avec un plat, que le serveur nous dise « avec ce plat je vous conseille plutôt un vin rouge. On en a reçu qui se marie à merveille avec : est-ce que vous voulez que je vous apporte un verre gratuit pour vous permettre de le goûter et on avisera ensuite ? » et de lui répondre « Non, moi je préfère le vin blanc donc je vais rester sur du vin blanc ».
      Que tu préfères le vin blanc c’est tout à fait recevable (les goûts les couleurs…) et d’ailleurs, rien ne t’empêche de goûter le vin rouge et de dire au serveur « Non je n’aime vraiment pas donc je vais rester sur mon idée initiale : vin blanc » parce que là tu as pris ta décision en connaissance de cause.
      Dans l’exemple ci-dessus, ce qui idiot c’est de rester bloqué sur des postulats généraux et de s’y enfermer => manque de curiosité.
      Après il y a encore plus idiot : c’est de goûter le vin rouge, de dire « Vous aviez raison ça se marie parfaitement et c’est meilleur qu’avec du vin blanc… mais je vais quand même commander une bouteille de vin blanc parce que c’est ce que j’avais en tête en entrant et je n’aime pas changer d’idée en cours de route » => incapacité à s’adapter et à saisir les opportunités.
      « c’est preuve de maturité que d’assumer ses envies sans artifices. »
      Oui, mais si c’est pour se braquer face à une personne qui n’est pas disposée à satisfaire lesdites envies au bout de 5 min, ça donne un côté impulsif et capricieux qui n’a rien de mature.
      « Devenir ami avec une fille qui te fait clairement comprendre dès le début qu’elle ne veut pas de relation amoureuse/sexuelle avec toi, dans le but de la « charmer » pour plus tard coucher avec elle, c’est contre productif »
      Alors je vais ici te révéler quelque chose de terrible mais si une fille de propose de devenir son ami, c’est que déjà que tu as réussi à capter son attention parce que dans le cas contraire, elle ne le propose même pas.
      En fait je pense que beaucoup de mecs se prennent des râteaux tout simplement parce qu’ils demandent à la fille de se positionner trop tôt, avant qu’elle ait assez d’infos pour y voir clair. Du coup la fille dit « non » parce que l’absence d’infos lui fait courir un risque trop grand donc, dans le doute, elle se retire.
      Et pour le mensonge personne ne t’oblige à mentir grâce à de très belles tournures de phrases genre « Ok POUR LE MOMENT je veux bien qu’on deviennent amis, pour apprendre à mieux se connaitre » (sous entendu c’est temporaire).
      « Le contrat d’une relation se pose dès le début »
      S’il y a un contrat c’est une relation contractuelle, pas une relation humaine.
      « Avec toutes les filles avec qui j’ai couché, notre interaction était sexuelle dès le début. Avec toutes mes amies, l’interaction était amicale et sans ambiguïté dès le début. »
      Et pour les filles dont tu es tombé amoureux, ça s’est passé comment ?

  9. Lemminka

    22 février, 2018 à 12:44

    (je suis franchement désolé pour les fautes d’orthographe, ca m’apprendra à relire, j’ai honte.)

    • Cassandre

      22 février, 2018 à 13:24

      @ Lemminka

      En réponse à ta dernière question, parce que parfois on n’est tout simplement pas sur le même tempo, et que pour certaines personnes dont je fais partie, le contrat initial peut s’accompagner d’un certain nombre d’avenants. En prenant de l’âge, j’ai appris à prendre mon temps et je n’ai qu’à m’en féliciter. Je rejoins Lady sur l’idée que ne pas forcément savoir où l’on va, s’est sympa.

    • Cassandre

      22 février, 2018 à 18:19

      c’est pas s’est

    • Lemminka

      23 février, 2018 à 09:07

      @Cassandre

      Soit; je connais effectivement des gens qui prenent leur temps. Mais mon constat reste le même: si une personne (fille ou homme) dit qu’elle n’est intéressé que pour une amitié, c’est contre-productif de mentir sur ses intentions et d’accepter une amitié en espérant une relation. De mon expérience, les personnes qui prennent leur temps laisse toujours un doute planer, reste dans la séduction, et ne ferme pas directement les portes à coup de « je veux juste être ami ».

      Pour moi, tout le problème de fond est un problème d’honnêteté. A chacun ses désirs, à chacun ses envies, et si on ne les partage pas, on va trouver quelqu’un qui les partages.

  10. Cassandre

    22 février, 2018 à 13:01

    @ Lady

    Merci Lady d’avoir pris le temps d’écrire ces deux longs messages auxquels j’adhère totalement (mais j’avais la flemme d’écrire).

    Il y a deux options qui sont valables de façon très générales.

    Soit on se rencontre sans arrière-pensées et au fur et à mesure qu’on se connait (ou pas) on décide de ce que l’on peut faire ensemble ou pas (genre discuter en attendant devant l’école, jouer au tennis, faire des sorties, s’entraider, devenir amis ou plus si affinité). Certes ça prend un peu de temps. Pour celui ou celle qui veut faire sa petite affaire en dix minutes et qui est dans la consommation, je comprends que ça peut paraître fastidieux.

    Soit on arrive face à une personne avec une idée préconçue de ce que l’on va en obtenir, ce qui est une façon de la prendre pour un objet et c’est le niveau zéro des relations humaines. Or, pas plus que je ne confierais à un parfait inconnu abordé dans la rue le soin d’aller chercher mes enfants à l’école, je ne confirais au même parfait inconnu le soin de m’envoyer au septième ciel, même s’il est bâti comme un kouros et tout à fait volontaire pour le faire. En fait, un beau gosse en mode « Ingrid-est-ce-que-tu-baisses » ce n’est pas mon premier choix (ni mon second), même pour une petite aventure sans grand avenir.

    @ Mister Hervé

    Personne ne doit rien à personne, c’est un fait. Mais j’ai beaucoup de mal avec l’idée qu’il serait normal de considérer un être humain comme un paquet de lessive, de façon purement utilitaire, en faisant fi de tout savoir vivre. Et l’argument selon lequel ça ferait gagner du temps est carrément hallucinant.

  11. Venitien

    22 février, 2018 à 16:36

    Alors cet article soulève deux idées pour moi:
    – le sluthshaming version homme,à savoir qu’un mec qui veut que du cul c’est un salaud. Mais une femme qui veut que du cul de nos jours c’est acceptable vu qu’elles ont le droit d’être libre. Cherchez l’erreur…
    – une histoire perso, j’avais rencardé une fille avec qui ça parlait bien, elle a de l’intelligence. Quand on va manger un ramen elle me dit qu’elle veut que du sérieux et qu’elle a eu un rencard avec un autre gars. Je lui dis alors que j’aurais bien aimé un truc pas sérieux ensemble (et je voulais pas plus), mais que c’est pas grave,on peut rester pote (nan c’pas la FZ, je courais pas plus après),lui dit que je l’inviterais a une autre soirée. On va de boire un verre, la soirée de termine bien et elle me dit qu’à une autre époque on aurait fait la nuit ensemble. Quelques jours plus tard, elle me sort une tartine comme quoi elle était triste que je ne l’a voir que comme un objet sexuel… suite à cela, j’ai démenti et montré ma bonne volonté pour être potes, et lui ai dit que sa réaction me faisait me sentir mal parce que cela condamne le fait que j’éprouve du désir sexuel pour quelqu’un. Jamais eu plus de contacts de sa part depuis. Oui, je crois pas qu’elle soit très bien avec elle-même. Mais pour vous raconter un cas de ‘Fuckzone’ que les femmes dénoncent, malgré qu’il soit fait avec honnêteté et bienveillance.

    Je trouve que l’on vit une époque socialement compliquée pour les hommes concernant le sexe…
    L’on veut faire évoluer le statut sexuel des femmes (plus de liberté, droit et consentement, etc.) tout en gardant celui des hommes au même niveau (doit aimer la femme pour ce qu’elle est dans son entièreté, statut d’animal dominé par ses pulsions,etc)… Mais ca va juste faire aboutir des frustrations…

    • Cassandre

      22 février, 2018 à 20:50

      Le point pour les filles comme pour les gars, c’est que ça devient une forme d’addiction. Ils veulent du cul, comme certains veulent de la coke. Plus ils en obtiennent, plus ils en veulent et moins ça les satisfait. C’est le syndrome Tinder ou AUM.

      Le mec (ou la fille c’est parfaitement symétrique, mais Maia voit cela du point de vue féminin donc continuons avec le mec) veut juste du cul, il est à 1000 lieues de la séduction puisqu’il a plus l’air d’un mort de faim que d’autre chose. Par ailleurs, il n’est pas du tout apte à être séduit, ce qui n’est absolument pas agréable pour la fille en face si elle est bien consciente de cela et ne fait pas partie des filles naïves qui croient que ce genre de début peut déboucher sur quelque chose d’intéressant (et je ne parle même pas de quelque chose de sérieux).

      Au final, tu as juste un mec (ou une fille) en manque en mode zombie qui a un moment ou à un autre se retrouve à n’avoir même plus envie de cul (va faire un tour sur le forum, tu en as quelques magnifiques spécimens).

      Quand on y réfléchit un peu, aucun être humain ne veut de ça, ni à une place ni à l’autre.

    • Mister Hervé

      23 février, 2018 à 08:05

      @Cassandre

      Etre considéré comme un paquet de lessive si c’est sur un accord commun, je ne vois pas où est le problème. Le jour où tous les mecs se mettront à vouloir faire la conversation on verra des plaintes comme quoi ils ne sont pas assez sauvages. Les gens sont différents et veulent des choses différentes.. Au moins, le mec qui dit qu’il veut du cul est clair dès le début et y’a pas de mal entendu. Et oui c’est du gain de temps, le gars (ou fille) qui passe par la case friendzone pendant 10 ans sans j’avais avoir eu la moindre chance de construire quoi que ce soit avec la fille voulut, tu vas me dire qu’il est gagnant. En étant claire au moins la personne peut passer à autres choses!

      J’ai vécu à Riyadh, Londres et en ce moment Melbourne et je peux t’affirmer que les gens ont des envies différentes! Surtout dans les pays anglophones, ou les filles laissent plus libres cours à leurs sexualités sans se faire critiquer. Aussi, à Riyadh, une fille m’a clairement fait comprendre qu’elle était intéressé pour mon passport Français. Où à Hong Kong, j’ai un pote qui me balançait que si tu as un poste important (comme ingénieur), les filles c’est facile. Et personne se plaint, on next c’est tout.

      Maintenant faut savoir qu’en France, il y a des mecs qui veulent des histoires, des conversations, et autres mais pour beacoup aborder une femme si tout une histoire, alors les mecs qui veulent du cul, tentes avec beaucoup de filles (même toutes pour certains), forcement, je comprends le rabol de Maia! Mais si elle veut plus de conversation intéressantes, faut pas attendre que le gars viennent vers elle, car il y beaucoup de chances qu’elle ne tombera que sur des mecs en chien..

      Au fond, je ne critique pas ta manière de penser mais c’est pas la seule et je ne vois pas le mal dans l’idée que un homme et une femme se voient que pour sexe si c’est ce qu’ils veulent..

    • Lemminka

      23 février, 2018 à 09:25

      @Venitien
       » le sluthshaming version homme,à savoir qu’un mec qui veut que du cul c’est un salaud. Mais une femme qui veut que du cul de nos jours c’est acceptable vu qu’elles ont le droit d’être libre. Cherchez l’erreur… »

      C’est pas un argument, c’est l’expression d’une frustration. Est-ce que tu te sens emasculé? Et pourquoi?

      Pour ton histoire perso, je te rejoins. J’ai déjà vécu nombre d’histoires comme ca. Ce qui rend l’article original inutile: c’est pas une question de sexe, mais d’individus. Vouloir faire des généralités de mène nul part.

      Mais je trouve au contraire que l’on vit une époque formidable questions exe. Si on excepte le sida, on a des moyens de contraceptions, on peut avoir de nombreuses relations et découvrir des gens formidables, ou prendre son temps pour découvrir la personne qui nous convient le mieux. Encore pour les personnes nées entre 50-70, c’était marriage à 18 ans avec le voisin (en tous cas à la campagne). Et si on remonte encore jsute un peu, bonjour les IST et les enfants non voulus…

      @Cassandre
      Je plussoie le syndrome Tinder/AUM. Je crois qu’au fond, c’est une question de maturité: savoir ce qu’on veut, et prendre les moyens pour y accéder. Je crois que l’illusion de la séduction rapide et sans effort via appli nous met en tête des espérances juste impossible à réaliser. Ken ou rien, Barbie ou rien. Habitant dans une ville de taille moyenne, je le vois d’ailleur très bien: sur tinder, ca fait 3 ans que je vois régulièrement les même profils revenir, et sans en être certain, je soupsonne des cas de syndrome Tinder.
      Mais je pense qu’il n’est pas bon de faire un amalgame entre être affamé et juste vouloir du sexe. Je connais des mecs bien avec des vies passionantes qui ne veulent rien de sérieux, et trouvent toujours une fille partante. Ils sont loin d’être mort de faims. Moi même j’ai eu des périodes où je ne voulais rien de sérieux, sans pour autant être en mode zombie.

    • Luc

      3 mars, 2018 à 14:26

      Reflexion tres interessante je trouve

      – les femmes se comportent de plus en plus comme les hommes et pratiquent ce qu’elles repochaient aux hommes
      ex : un homme vieux avec une femme tres jeunes c’est mal, c’est un vieux pervers (on parle quand meme d’un couple H/F d’adultes consentant) encore actuellement par contre elles se genent pas pour faire la meme chose

      – elles sont de plus en plus liberées mais les mecs qui veulent que du q sont dans la fuckzone : du slutshaming !

      On vit une epoque socialement compliquée pout tout !
      Sans parler du politiquement correct, on peut meme plus dire ce qu’on pense

    • Lady_Melodia

      10 mars, 2018 à 09:35

      @Luc

      C’est vrai que c’est très intéressant de voir que les gens ont de réelles difficultés à comprendre ce qu’ils lisent.
      « elles sont de plus en plus liberées mais les mecs qui veulent que du q sont dans la fuckzone : du slutshaming ! »
      Tout l’article explique que ce sont les femmes qui sont souvent mises en fuckzone par les hommes et toi tu écris l’inverse…

      @Mister Hervé

      « Etre considéré comme un paquet de lessive si c’est sur un accord commun, je ne vois pas où est le problème »
      Le problème c’est qu’à chaque fois que tu acceptes ça, c’est ta confiance en toi qui s’érode, sauf que tu ne t’en rends pas compte tout de suite. A chaque fois que tu exceptes d’être traité comme un objet, tu deviens un peu plus un objet et à force d’accepter que tu n’avais aucune valeur en tant qu’humain, un jour tu te réveilles et ta confiance est intégralement détruite et bonne chance pour remonter la pente. Avec ton raisonnement on devrait aussi autoriser les gens à vendre leurs organes parce qu’après tout, s’ils trouvent un acheteur pour un rein ou un poumon et qu’ils sont d’accord, où est le problème ? A court terme il n’y a pas de problème mais le souci c’est que tout le monde ne voit pas les conséquences à long terme de ses actes, et c’est une bonne chose que la loi intervienne parfois pour empêcher les gens de prendre des décisions qui auraient des conséquences dramatiques à long terme, même si c’est tout de même mieux de n’avoir besoin d’aucune contrainte pour prendre de bonnes décisions. Ça dépasse complètement le champ des relations hommes/femmes là, on est en plein dans les relations humaines dans leur ensemble, et les impacts qu’elles peuvent avoir sur la santé des individus.

  12. Lenal'airderien

    24 février, 2018 à 07:27

    Je rejoins « Cassandre » le cul pour le cul ça donne pas envie….Achetez vous des poupées gonflables.

    Il y a très peu de femmes qui cherchent de l’éphémère et plus d’hommes demandeurs , c’est une réalité.

    • Lemminka

      26 février, 2018 à 12:18

      @Lemal’airderien

      Ca ne TE donne pas envie. C’est compréhensible, respectable, et il n’y a aucun problème avec ca. Comme il ne devrait y avoir aucun problème avec vouloir uniquement du sexe, avec un autre être humain. Je ne sais pas s’il y a plus de filles ou dähommes qui sont demandeurs, c’est difficile à dire; car il faut se rappeler que dans la drague, les hommes étant beaucoup plus actifs ils sont aussi plus visible. Je connais de nombreuses filles qui ne cherchent/cherchaient que du sexe, de même que je connais beaucoup de mecs qui veulent quelque chose de sérieux.

      J’ai eu aussi mon lot de frustrations en rencontrant des filles qui ne voulaient que du sexe alors que je voulais du sérieux; pour autant, je ne reporte la faute sur personne ni ne fait de généralisation.

      Le tout est de trouver quelqu’un qui ait les même envies que toi!

  13. Cassandre

    26 février, 2018 à 20:36

    @Mister Hervé

    « Etre considéré comme un paquet de lessive si c’est sur un accord commun, je ne vois pas où est le problème. »

    C’est bien ça le problème. Les gens acceptent d’être pris pour des paquets de lessive, faute de mieux, faute d’autre chose. Je trouve cela inquiétant et triste.

    « Le jour où tous les mecs se mettront à vouloir faire la conversation on verra des plaintes comme quoi ils ne sont pas assez sauvages.  »

    Ce n’est pas incompatible.

    « Et personne se plaint, on next c’est tout. »

    A voir. Ce n’est pas parce qu’on ne dit rien, que l’on est satisfait. Et ce n’est pas parce qu’on fait comme tout le monde que l’on est heureux.

    + 1 Lena

    • AL

      26 février, 2018 à 21:41

      « Ce n’est pas parce qu’on ne dit rien, que l’on est satisfait. »

      Là, on touche à la responsabilité individuelle de chacun de s’exprimer à l’instant T sur ce qui va et ce qui ne va pas. C’est une question d’honnêteté avec soi et envers l’Autre. Si tu/on/ils/elles/je ne le fait pas, la relation est inévitablement biaisée avec, au bout, une frustration inéluctable. Si on est insatisfait de quelque chose, qu’on ne le dit pas et qu’on ne fait rien pour le changer, c’est uniquement de notre faute. Ou alors, ça signifie que malgré ce qu’on estime (= on est insatisfait), en réalité ça nous convient très bien.

      « Et ce n’est pas parce qu’on fait comme tout le monde que l’on est heureux. »

      +1000 !

  14. Pierre

    27 février, 2018 à 16:13

    « Les filles préfèrent les mecs qui les mettent en FUCKZONE, ou ceux qu’elles doivent mettre en Friendzone ? »

    Ah, quelle bonne question. Déjà il faut bien définir le contour de la fuckzone :
    Pour l’homme : je ne veux que du cul avec toi, ni amour, ni amitié
    Pour la femme : je veux soit de l’amitié, soit de l’amour, mais assurément pas du cul (elle veut le choix).

    Dans l’article, la mise en « fuckzone » intervient très rapidement de la part de l’homme, avant même que la femme n’ait conscientisé ce qu’elle attend de lui. Pour faire simple je dirais qu’il y a deux cas : 1) Si la femme attend de l’amitié de cet homme et là elle préfèrera les mecs en friendzone. 2) La femme attendait de l’amour, dans ce cas assurément elle préfèrera ce mec à ceux de la friendzone. Les exemples de Maia se situent dans le cas 1.

    En fait, au delà de se faire rejeter par l’homme (ce qui n’est pas plaisant), il y a aussi le fait de ne plus être la personne qui a le choix de l’issue de l’interaction. C’est se faire couper l’herbe sous le pied par l’homme. C’est un problème d’orgueil féminin.

    Pierre, et ses schémas logiques ^^

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire plus Le Buzz Séduction