Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Comment Faire une Sodomie ?

Sexualité

Comment Faire une Sodomie ?

Comment Faire une Sodomie ?

Comment faire une sodomie ? La sodomie est une pratique sexuelle à sensations fortes qui concerne tout le monde …

Comment faire une sodomie

L’irremplaçable Paul B., roi de la polémique sur ADS, revient avec un article tout en profondeur: comment faire une sodomie… Bonne lecture!

Sommaire :

I : Comment lui faire changer d’avis sur la sodomie ?
I.1 : La pire erreur à éviter quand vous voulez faire une sodomie
I.2 : Parlez-lui de sodomie avant de passer à l’acte
I.3 : Soyez franc sur votre expérience avec l’anal
I.4 : Rassurez-la et mettez-la en confiance avant de passer par derrière
I.5 : Laissez-la mijoter à feu doux…

II : Comment amener l’acte anal en plein coït ?
II.1 : Prévenez toujours avant une sodomie !
II.2 : Discutez avant, et obtenez son consentement !
II.3 : N’oubliez pas les préliminaires avant la sodomie

III : Comment bien faire une sodomie ?
III.1 : Pensez au lubrifiant !
III.2 : Soyez à l’écoute du corps de votre partenaire !
III.3 : Tout doucement…

IV- Comment gérer l’après-sodomie ?
IV.1 : Optez pour une exfiltration en douceur
IV.2 : Que faire de votre capote après la sodomie ?
IV.3 : Discutez et faites-vous des câlins
IV.4 : Wash, rinse, repeat !

La sodomie est une pratique sexuelle à sensations fortes qui définit, à tort, la sexualité des individus (perversité, homo ou bisexualité, etc).

En réalité, elle a toujours concerné tout le monde ; femme ou homme hétéro, homosexuels ou amants platoniques. Ce n’est qu’une position. Mais une belle position qui souffre d’une image un peu rude. Image qui génère l’obstacle que nous avons tous affronté au moins une fois : Elle ne veut pas !

1- Comment lui faire changer d’avis sur la sodomie :

I.1 : La pire erreur à éviter quand vous voulez faire une sodomie

Y aller sans prévenir. C’est comme s’incruster dans une soirée ou enfiler la voisine dans la queue du Monoprix ; ça n’est pas poli ! Ca risque de la braquer et vous perdrez définitivement toutes vos chances d’y arriver.

Machiavel a dit que la fin justifie les moyens. Alors armez-vous de patience et de philosophie si vous voulez la faire succomber.

Non monsieur, pas de sexe anal par surprise ! Pas de « Je me suis trompé de trou »… même si je dois admettre qu’une fois, alors que j’étais allongé sur le dos, une fille m’a grimpé dessus et on visait tous les deux le rapport sexuel « normal », mais c’est rentré directement dans son cul et elle a adoré… Mais bon, ça arrive une fois sur 1000 : ne faites pas ces cascades chez vous !

I.2 : Parlez-lui de sodomie avant de passer à l’acte

Avec humour, tendresse et curiosité, amenez le sujet sur un coin de cuisine, de table ou en balade. Lors d’une discussion sexe sur vos envies et délires, demandez-lui ce qu’elle en pense sans insinuer que c’est votre fantasme number one.

De même, évitez absolument d’en parler au lit. Ces deux éléments pourraient provoquer une gêne chez la partenaire si elle ne se sent pas prête à passer le pas. Mais en parler, c’est le meilleur moyen de lui donner envie d’essayer la sodomie

I.3 : Soyez franc sur votre expérience avec l’anal

Expert en la matière ou pas, ne lui mentez pas. Elle le reniflera et vous perdrez toute crédibilité pour la suite. Car il est capital de lui faire comprendre que l’acte est potentiellement extrêmement jouissif pour les deux partenaires.

En effet, la sodomie ayant pour théâtre l’anus, zone érogène ultra-sensible, on sait qu’on atteint des niveaux de plaisir incroyable… Pourquoi croyez-vous que certains hommes aiment autant les massages prostatiques, et qu’on leur lèche l’anus ?

Pour peu que les deux en aient envie, on n’est pas là pour juger la sexualité des uns et des autres : on ne vise que le plaisir ! Et c’est de ça dont vous devez parler si vous voulez convaincre madame d’essayer la sodomie.

I.4 : Rassurez-la et mettez-la en confiance avant de passer par derrière

Dites-lui que votre envie sera tributaire de la sienne (là, vous pouvez mentir au besoin, l’important est de tout miser sur le moment ou vous serez ensemble pour baiser). Cela donne un charme érotique à l’acte et vous replace en amant attentionné qui pense avant tout aux plaisirs de sa compagne.

I.5 : Laissez-la mijoter à feu doux…

Un peu comme dans Inception… vous avez planté la graine, l’idée de la sodomie est dans son cerveau, l’idée de jouir par derrière est là, laissez-la faire son chemin…

>> GRATUIT : 7 Préliminaires pour le SEXE ANAL <<

II : Comment amener l’acte anal en plein coït ?

Tout comme il existe un code de la route, il existe un code de bonne conduite avant de lui mettre dans le cul. Et oui…

La sodomie reste en 2020 une pratique controversée, qui fait peur, qui peut faire mal, alors respectez ces quelques règles et votre rapport anal devrait bien se passer !

II.1 : Prévenez toujours avant une sodomie !

En plein ébat il est toujours radicalement interdit de s’y amener sans prévenir. Et ce, même si vous en avez parlé. Idéalement, c’est à celui (celle) qui accueille de vous inviter. Un geste tendre, un petit regard, une lèvre mordillée ou une cambrure… Les signes ne manquent pas.

C’est encore plus clair quand une fille vous dit « Fais-moi ce que tu veux ». C’est généralement le signe qu’elle est open pour la sodomie. Le bon moyen de le savoir pendant le sexe, c’est quand elle est sur vous, en position sexuelle cowgirl (en amazone donc), et qu’elle accepte votre doigt dans l’anus.

C’est généralement signe que si un doigt passe…

II.2 : Discutez avant, et obtenez son consentement !

Au cours des discussions préliminaires, vous pourrez évidemment amener cette idée de l’invitation à votre partenaire.

Cela rassure et la place en position morale dominante, ce qui équilibre un peu les choses.

L’objectif, ce n’est pas d’imposer une pratique plus qu’une autre, ou de faire passer votre plaisir sexuel avant celui de la fille.

L’objectif est de découvrir une zone érogène supplémentaire pour votre plaisir et pour la faire jouir elle aussi !

Expliquez-lui que certaines femmes (rares…) sont accro au cul et adorent jouir quand on les prend par derrière et qu’on leur caresse le clito en même temps, une sensation tellement puissante !

II.3 : N’oubliez pas les préliminaires avant la sodomie

Si les préliminaires sont de rigueur dans l’acte sexuel général, ils sont encore plus importants pour la sodomie. Des caresses, des baisers ou même un doigt pendant l’acte peuvent servir à amener les choses tendrement. Evidemment, rien ne remplace la feuille de rose.

Un cunnilingus en levrette peut lui faire perdre ses sens et, remontant la langue sur sa rose, peut lui faire prendre conscience de tous les points érogènes qui s’y trouvent.

Si vous ne vous sentez pas prêt à passer par là, peut-être n’êtes vous tout simplement pas prêt à aller plus loin.

Il est important d’avoir ces discussions sur l’anulingus avant pour ne pas la surprendre…

III : Comment bien faire une sodomie ?

III.1 : Pensez au lubrifiant !

Attention au lubrifiant ; c’est traître ! Il peut se révéler un allié indispensable pour parfaire une pénétration en douceur puisque sa composition à base d’eau permet d’élargir l’orifice et de faciliter la glissade.

Seulement allez-y très doucement. Retenez-vous. Le gland peut être happé par les effets du lubrifiant et si vous rentrez trop vite, c’est la catastrophe !

III.2 : Soyez à l’écoute du corps de votre partenaire !

Une fois de plus, la méthode la plus agréable semble de vous laisser guider par votre camarade de jeu qui, lui (elle) seul(e), a conscience de là où s’arrête et là où commence son plaisir. Soyez extrêmement attentif à ses soupirs et à l’écoute de ses sens.

III.3 : Tout doucement…

Assez vite, son rectum va s’habituer à votre membre et les synapses vont en redemander. C’est l’heure des va-et-vient. Mais il est indispensable d’y aller très lentement au début. La meilleure des solutions reste encore de laisser l’autre guider le rythme avec ses reins.

La suite viendra toute seule et lorsqu’il (elle) imprimera une cadence relativement rapide, vous pourrez vous essouffler. Pas avant !

IV- Comment gérer l’après-sodomie ?

IV.1 : Optez pour une exfiltration en douceur

Fin de partie et vous vous effondrez l’un contre l’autre. Premier constat ; le canal va se rétracter lentement et vous exfiltrer. Second constat ; il n’est pas forcément judicieux de sortir immédiatement, de vous-même. Même si l’acte est fini, la zone est toujours très sensible.

Une fois de plus, vous devez vous sortir, à deux. Lentement, sentez le bon moment et récupérez la capote pour la jeter.

IV.2 : Que faire de votre capote après la sodomie ?

La capote usagée (de quelque façon que ce soit) reste un objet très laid et un petit tue l’amour. Débarrassez-vous en dans un mouchoir (et une poubelle) sans l’inspecter ! N’essayez pas de savoir si elle abrite des résidus sales.

Pour les premières sodomies, c’est aussi ce qui va former la hantise de votre compagne, qui ne veut pas briser ses charmes à vos yeux. Si vous donnez le sentiment de vous poser la question, vous flinguez tout !

C’est fait, c’est fait. Et oui, des petits résidus peuvent arriver. Et après ? Vous vous en débarrassez. Point.

IV.3 : Discutez et faites-vous des câlins

Allongez-vous contre elle et ne changez rien à vos habitudes post-coïtales. Si des trous d’air la perturbe –ça peut arriver, ne faites pas non plus semblant mais soyez encore plus proche, tendre et attentionné. De sorte à ce qu’elle se sente aimée, dans ce petit moment où elle n’est pas forcément à son avantage.

IV.4 : Wash, rinse, repeat !

N’hésitez pas à en reparler. Et très vite… à recommencer.

En définitive, ce n’est jamais plus qu’une question de patience et de véritable attention de l’autre. Et tout indique qu’une bonne sodomie, c’est en fait le passif qui l’a fait si l’actif est à son écoute. Et non l’inverse.

Paul B.

Lire la suite

Lire plus Sexualité