Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

« Parce que tu te prends pour un pro de la branlette maintenant ? »

pro de la masturbation

Sexualité

« Parce que tu te prends pour un pro de la branlette maintenant ? »

« Parce que tu te prends pour un pro de la branlette maintenant ? »

Récit d’un cours de masturbation pas comme les autres.

La créativité n’est pas réservé à l’art, à la publicité, ou à la résolution de problèmes.

La table de 4 bonhommes qui brunchent à côté de moi a visiblement mis toute sa créativité au service de… la branlette.

Être coach en séduction, c’est comme être humoriste ou auteur : je suis une éponge, j’écoute absolument tout ce que vous vous racontez à la table d’à côté, au téléphone dans le métro.

Je me nourris de vos histoires pour être le plus flexible possible, le plus ouvert possible, pour éviter d’être « dans le jugement ».

Ce dimanche matin -enfin, je dis matin, il est déjà 13H30 – quand ce groupe de 4 mecs débarquent à côté de nous en terrasse.

(Oui, j’avais réservé en terrasse pour faire plaisir à madame, qui a encore un peu peur de déjeuner en intérieur #Covid19)

Pour la compréhension de l’histoire, on va leur donner les prénoms des 4 mousquetaires si ça vous va. (Je n’ai pas réussi à saisir les 4 prénoms, juste Matthieu et Mehdi, les deux autres étaient plus discrets).

A la base, ma femme me parlait de je ne sais plus quelle œuvre qu’on a vue ensemble au Musée d’Orsay… mais très vite mon attention s’est concentrée sur la table d’à côté…

Des femmes qui se masturbent ?

Rappel : on est dimanche au brunch, c’est donc l’heure de se vanter de ses exploits à ses potes. #LockerRoomTalk

La nuit dernière, ils sont tous sortis. Mais Aramis et Porthos sont visiblement rentrés plus tôt.

Aramis : « Je suis rentré dès que j’ai reçu son texto, j’avais tellement envie de la voir nue. Ça fait trois jours qu’elle me chauffait depuis Bruxelles et là, elle a débarqué tardivement à son hôtel, c’était dingue. Je n’ai même pas eu le temps de me laver le zboub qu’elle l’avait déjà en bouche. Une affamée. »

Porthos : « C’est la fille de Tinder, c’est ça ? »

Dartagnan : « Non, c’est ta mère… »

Athos : « Donc si je comprends bien, moi je me casse le cul à parler jusqu’à 5 heures du mat’ avec des zouzes pour rien, alors que toi sur Tinder ça va plus vite ? »

Dartagnan : « Je suis aussi rentré à 5 heures, mais pas tout seul… »

Tous : « Mais non ? »

Dartagnan : « Mais si. Quand vous vous êtes barrés, j’ai discuté avec une fille qui fumait sa clope, j’ai vite pris son numéro en lui disant que si j’étais pas trop bourré dans une heure ou deux, j’aimerais bien continuer la conversation avec elle. Je n’avais pas trop bu, je lui ai envoyé une photo d’un alcootest à 4H45. Le temps qu’elle le reçoive, que je la retrouve dans la boîte, elle est rentrée en scoot avec moi. »

Porthos : « C’est pour ça que vous avez tous une sale gueule ce matin… Moi j’ai bien dormi, j’ai bu beaucoup d’eau avant d’aller au lit et ce matin, j’ai déjà fait ma séance à la salle. »

Aramis : « Alors que moi j’ai déjà fait mon sale, et pas qu’une séance. Elle m’a buté. C’était plus fou que dans vos fantasmes les plus sales. »

Dartagnan : « Plus fou qu’avec ta mère ? »

Tous : « Ahah. Sale gamin. »

Aramis : « Elle m’a fini rien qu’avec sa bouche quand je suis arrivé, j’étais crevé. Elle m’a dit de me jeter sous la douche et de garder la porte ouverte pendant qu’elle se touchait devant moi. »

Athos : « OK Jean-Michel Jerkmate. On avait dit pas de mytho entre nous pourtant… »

Porthos : « Accorde-lui le bénéfice du doute. Elle était plus jeune, elle expérimentait peut-être ? »

Aramis : « Elle est plus jeune mais elle sait exactement ce qu’elle fait. Je suis reparti au front en moins de dix minutes. A ce stade-là, c’est un diplôme en sciences sensuelles qu’elle avait… »

Athos : « Pendant que moi je suis donc rentré seul, saoul, et que je me suis branlé sur Instagram… »

Se masturber sur Instagram : Instagram le sait !

Dartagnan : « Alors que si tu apprenais à te tenir et à mieux parler, tu sais que tu pourrais coucher avec des filles ? »

Porthos : « Attends attends, la vraie info, c’est que le gars se branle sur Instagram ! Et personne ne trouve ça chelou ? »

Athos : « Bah pourquoi ? Vous vous branlez sur quoi, vous ? »

Dartagnan : « Sur ta mère. »

Athos : « OK Jean-Michel Monovanne. Et en vrai ? »

Dartagnan : « Je t’avoue que ça fait longtemps que je ne me suis pas branlé tout seul. Il y a toujours quelqu’un pour me donner un coup de main… »

Aramis : « Moi je viens d’entrer en No Fap Challenge y’a 4 jours. Mais j’ai perdu hier soir, elle m’a demandé de finir sur ses seins la deuxième fois pendant qu’elle se branlait… Je ne pouvais pas lui dire non. »

Porthos : « En gros, c’est comme Jerkmate en vrai, quoi ? »

Aramis : « Pas loin. Elle se touchait comme je le voulais, elle me proposait des trucs, on en discutait. La seule vraie différence par rapport aux camgirls, c’est que là, je ne finissais pas sur un bout de sopalin ou de PQ mais sur son ventre et ses seins. Ah c’est fou. J’ai encore le goût de ses lèvres sur les miennes… »

Porthos : « Ouais, moi je préfère les souvenirs. Je ferme les yeux et je repense à des ex. C’est fou parce que quand je suis en couple avec ces filles, je suis incapable de me branler en pensant à elle. Mais aussitôt que c’est fini, mon imagination repart à fond. »

Dartagnan : « Donc en gros, on a les souvenirs pour monsieur, Instagram pour Athos, Jerkmate et les camgirls pour celui qui est en nofap… Moi je ne m’interdis rien. Mais j’aime bien tout ce qui est vintage… »

Athos : « Comme les magazines porno ou les films de boule ? »

Dartagnan : « Non, comme ta mère ! »

Serveuse : « Messieurs, vos salades César… »

La morale de l’histoire

La première morale de l’histoire, ce serait de ne pas aller bruncher avec ma femme : j’ai été obligé de me reconcentrer sur notre discussion. Le respect, tout ça…

Je n’ai pas pu écouter le reste de leur conversation, mais ils avaient l’air de bien se marrer.

La deuxième morale de l’histoire, c’est que tout est possible en séduction et en termes de sexualité. Ces gars avaient à peu près le même âge, et étaient soit collègues de travail, soit potes d’école.

Et pourtant, leurs vies sexuelles sont vraiment très différentes, entre ceux qui osent, et ceux qui subissent.

Et vous ? Vous méritez de vivre la vie sexuelle de vos rêves. Contactez-moi pour le coaching qui va changer votre vie : selim[at]artdeseduire.com

Sélim, coach en séduction qui laisse traîner ses oreilles…

Lire la suite
Cliquer pour commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire plus Sexualité