Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Comment draguer avec le coronavirus et aborder des filles avec Covid-19

drague avec le coronavirus

Le Buzz Séduction

Comment draguer avec le coronavirus et aborder des filles avec Covid-19

Comment draguer avec le coronavirus et aborder des filles avec Covid-19

Draguer avec le coronavirus ? OK, mission acceptée ! Covid-19, c’est le superbe nouveau nom du coronavirus. C’est l’OMS qui l’a baptisé ainsi : c’est moins flippant qu’une maladie qui finit par « virus », non ?

Parler d’un virus ici, dans les colonnes d’Artdeseduire, mais pourquoi donc ? Parce que cette épidémie de coronavirus, pardon, cette pandémie, est comme toujours pour les dragueurs créatifs l’occasion de s’amuser avec de nouveaux openers.

Je vous dévoile 3 techniques pour aborder une fille avec le coronavirus (le sujet du coronavirus, pas la maladie, évidemment…)

Votre coach en séduction Sélim était absent la semaine dernière donc j’ai assuré l’intérim pour une soirée de coaching premium (3 heures) à sa place.

Romain, le dragueur que j’accompagnais était de bonne humeur, moi aussi, mais on a vraiment constaté une baisse de la fréquentation des bars et des boîtes.

Et ça, c’était samedi dernier, le 22 février 2020, avant même qu’on ne dénombre les premières victimes du coronavirus en France.

Je n’ose même pas imaginer ce soir jeudi 27 et tout ce week-end…

Les effets du coronavirus sur la séduction

Bon déjà, on commence par ce qui est évident et débile : la peur des Chinois et des Asiatiques.

C’est con et c’est injustifié, mais pendant une demi-seconde, à chaque fois qu’on voyait une jeune femme asiatique passer près de nous, ou à chaque fois qu’on entendait un Asiatique tousser, on flippait.

La faute à la psychose des médias, la faute à cette info négative et alarmiste.

Nous, on est des moutons, et même si on essaie de se raisonner, il y a toujours cette demi-seconde d’incertitude et de frisson.

Pas de quoi faire demi-tour pour autant.

On s’est donc posé avec nos verres pour définir la stratégie d’abordage de la soirée :

« On n’est pas raciste, ils n’y sont pour rien, et on n’a pas plus de risque avec eux qu’avec n’importe laquelle de ces étudiantes étrangères. De toute façon, on est à Paris, ville cosmopolite, ville aux deux aéroports : si on est touché, on est touché, c’est tout. Et puis pour le moment, ça a surtout l’air d’être les personnes fragiles les plus touchées : les vieux, les femmes enceintes, les enfants etc… »

Là, on réfléchit autour de nos bières à tous ces rendez-vous qu’on risque de manquer si la pandémie se propage : la Ligue des Champions ? L’Euro 2020 ?

L’anniversaire de tata Jacqueline avec toute la famille pendant les ponts du mois de mai ? Les vacances prévues avec les copains à Mykonos ?

WeLoveGreen, Solidays, Rock En Seine et tous les festivals de l’été, alors qu’on adore draguer en festival

3 openers pour aborder en soirée avec le coronavirus

On se prépare avec Romain, et je décide de lui apprendre à créer son propre opener « drague et coronavirus ».

Vous le savez, ça fait 10 ans qu’on vous répète avec Sélim qu’un bon opener, c’est un opener de situation, un opener contextuel, créé pour l’occasion.

On n’aime pas les dragueurs robots, les clones qui répètent tous la même phrase pour aborder les filles.

L’opener de la mort par le coronavirus

On était posé dans un bar pas trop bruyant. En fait, c’est un hôtel, qui fait restau et bar aussi, c’est le Hoxton.

On buvait notre bière tranquille et on entend deux filles à côté de nous parler du coronavirus. Eheh !

Ni une ni deux, je me lève pour aller les aborder et montrer à Romain comment on fait.

« Ecoutez les filles, franchement, on était hier à Milan, avant-hier à Shanghai, et ça va. On a juste un peu chaud et du mal à respirer, mais c’est rien de grave.
Je pense qu’il nous reste 3 jours à vivre, du coup là on prépare notre liste des trucs les plus fous à faire avec mon collègue Romain, notre bucket-list !
Là il était en train de me dire « Coucher avec une célébrité… »
Et vous, vous aimeriez faire quoi avant de mourir ?
Non mais sérieux ! Imagine… Demain les hôpitaux sont débordés, ça devient la guerre civile, le gouvernement dit aux personnels soignants de tous rentrer chez eux.
T’es là, livré à ton sort.
Tu fais quoi pour kiffer pour les trois derniers jours de vie ? »

Et blabla c’est parti, elles nous traitent de mecs sordides… mais se prennent au jeu et nous parlent vite de voyages, de destinations paradisiaques qu’elles ont envie de vivre.

La blonde nous parle de sa famille qui vit aux Etats-Unis, et la brune plutôt de voyages.

Romain a le nez creux et s’engage plutôt dans la conversation avec la brune, qui a l’air plus ouverte.

Bien lui en prend puisqu’évidemment, la blonde a un mec et je suis coincé avec elle.

N’ayant pas envie de passer dix heures à jouer au wingman, je rappelle à Romain qu’on est attendu ailleurs pour un dîner (FAUX, évidemment).

Romain termine cette conversation en proposant à la brune de prendre son numéro, histoire de continuer par texto la liste des destinations idylliques où ils pourraient aller mourir ensemble.

Avant de partir, il lui fait une blague et l’enregistre sous le nom de Natasha St-Pier dans son répertoire. « Bah oui, si l’on devaiiiiiiiiiiiiiiiiit mourir demaiiiiiiiiiiiiiiiiin ! »

Ah il est bon ! Elle rit, et l’enregistre sous le nom de Pascalou dans son téléphone. Un bon début de soirée pour Romain.

Artdeseduire 1 – Coronavirus 0.

Oui mais elle ressemblerait à quoi avec un masque ?

On décale, on part un peu plus loin, deuxième service dans un restaurant bondé sur les Champs Elysées.
Miss Ko, évidemment, avec ses spécialités asiatiques. On est vraiment joueurs ce soir-là.

Nos voisines de table sont plutôt pas mal, et là je me lance dans une fausse polémique pour les aborder. J’utilise ce qu’on appelle un opener d’opinion.

« Pardon les filles, mais avec mon petit frère Romain, on n’est pas d’accord. Il pense que le coronavirus va avantager les filles avec des jolis yeux. Vous en pensez quoi ? »

Elles ne comprennent pas immédiatement.

Alors je suis obligé de détailler, et d’en fixer une dans les yeux en mettant ma main 20 centimètres devant son menton et son nez, pour imiter un masque respiratoire.

« Est-ce que vous pensez qu’on sera encore tous sexy avec des masques à cause du coronavirus ? Lui il pense que c’est la fin de la séduction. Moi je me dis que ça va être marrant, que les filles vont tout miser sur le mascara ! »

Et elles nous confessent qu’elles étaient justement en train de se dire que sortir dans un endroit aussi bondé que les Champs Elysées, c’était pas la meilleure des idées.

Et qu’elles n’avaient pas de masques chez elles.

On fait connaissance rapidement, elles ont pour projet de sortir en boîte après, on leur dit que nous aussi.

Elles sont déjà au dessert, elles règlent l’addition, et elles me donnent leur numéro afin que je leur dise quand on arrivera à l’Arc, une boîte parisienne des Champs Elysées.

En terminant tranquillement notre dîner, je mets un carton jaune à Romain qui a été un peu trop mou, un peu trop passif sur cette séquence.

Je lui explique que s’il a lâché cette somme pour son coaching, c’était pour être actif. Pour prendre des risques. Sinon, ça ne servait à rien de venir.

Il doit se ressaisir, il doit être plus présent dans la conversation. Alors je lui fais un rappel sur les bons sujets de conversation pour séduire les filles.

Avant de partir en boîte, il fait un passage par les toilettes.

Score à la mi-temps : Artdeseduire 2 – Coronavirus 0.

L’opener Dyson et les bactéries

drague et coronavirus

Il descend les escaliers parce que les toilettes sont au sous-sol. Les toilettes sont séparées : hommes d’un côté, femme de l’autre.

Pourtant quand il sort, il se retrouve à se laver les mains à côté d’une charmante jeune femme.

Une fois les mains bien lavées comme dans les scènes des séries aux urgences, il voit la jeune femme se sécher les mains dans le sèche-mains Dyson.

Inspiré, il lui envoie un :

« Alors moi ça me fait flipper cette histoire ! Y’a écrit Dyson élimine 99,9% des bactéries. Mais ils ont été fabriqués avant le coronavirus, ces sèche-mains ! Vous pensez qu’ils sont efficaces ? »

Elle lui répond que ce qui compte, c’est de bien se laver les mains, avec un geste des mains.

Et là, plein d’aplomb il lui sort le compliment le plus nul du monde, mais ça suffit amplement pour démarrer tranquillement la conversation :

« Wahoo, vous avez de si jolies mains ! Vous êtes pianiste ou mannequins pour main ? Pardon, je ne veux pas vous mettre en retard, je sais que c’est très bizarre de vous parler ici aux toilettes de vos mains. Je m’appelle Romain, enchanté !
– Camille. Et j’ai fait du piano, mais je ne suis pas pianiste.
– Ah ça se voit. J’admire les musiciens, les artistes, moi c’est beaucoup moins drôle. Je n’ai aucune éducation musicale. Enfin Maître Gims, ça ne compte pas, non ?
– Ahah, non, ça ne compte pas… Mais vous avez forcément un talent dans la vie !
– C’est vrai, mais je ne peux pas trop en parler ici, c’est un secret… »

Là, ils sont interrompus par le monsieur chargé de la propreté des toilettes dans le restaurant.

Ni une ni deux, n’écoutant que son courage et suivant la Méthode RDV (Rassurer – Divertir – Valoriser), il me dit qu’il lui a bégayé une belle phrase de sortie :

« Camille, j’adorerais poursuivre cette conversation avec toi comme les gens normaux, dans un bar, ou autour d’un café. Je vais prendre ton numéro. 06 ? »

Et juste avant de remonter les escaliers, elle entre elle-même son numéro dans le répertoire de Romain.
Gentleman, il monte devant elle évidemment, pour ne pas mater son cul et respecter les règles de bienséance.

Je ne perds pas une miette du petit « Au revoir » souriant qu’elle lui lâche avant de rejoindre sa table et ses amis.

Et là Romain me raconte cette rencontre improbable aux chiottes. Merci le Covid-19, merci Dyson, et surtout merci la Méthode RDV.

C’est honteux, c’est presque un copier-coller de la Méthode RDV, j’ai applaudi Romain pour cet emprunt très rentable !

3-0 pour la team séduction face au virus, mais cette soirée ne faisait que marquer le début de nos aventures drague et coronavirus…

Mon nouveau profil Tinder spécial coronavirus

En me réveillant le lendemain, j’ai eu cet éclair de génie : adapter mon profil Tinder à la psychose, à l’épidémie de coronavirus.

Je vous épargne ma tronche et le screen, mais je pose sur ma photo de profil Tinder avec 3 flacons de gel mains antibactérien et une pile de 10 masques respiratoires.

Ma bio Tinder spéciale coronavirus : « Oui, on peut prendre un verre dehors si tu veux, mais y’a moins de risque chez moi quand même. »

Elle marchait bien, de bons résultats le dimanche, 14 matchs en une après-midi.

Puis autre éclair de génie le soir cette fois-ci, devant Argo (ouais, j’allais pas regarder PSG-Bordeaux non plus, je suis Nissart je le rappelle).

J’ai changé ma bio Tinder, encore plus débile, mais ça parle à toutes les trentenaires et quadragénaires : « Plutôt chinois ou chez moi ? »

C’est un vieux sketch des Inconnus, qui s’appelle Les Branleurs. Allez, je vous le mets ci-dessous pour votre culture, au cas où…

Résultat de cette bio tinder spécial covid-19 : ça marche aussi, 27 matchs sur la soirée.

Autant vous dire que je n’ai pas été très concentré pendant le film, à part « Argo fuck yourself », je n’ai pas trop suivi…

Je vous avoue que je n’ai pas encore osé tenter la photo avec le masque, le week-end prochain peut-être, si je suis encore vivant…

La morale de cette histoire de coronavirus ? ça ne va pas nous empêcher de séduire. Ça ne doit pas vous empêcher de parler aux femmes qui vous plaisent.

Sélim et le reste de l’équipe réécriront peut-être cet article si je choppe le coronavirus.

Mais à mon avis, ça fait presque 20 ans que je roule des pelles et que je couche avec des filles, et je n’ai jamais choppé la moindre MST. Même pas la mononucléose. C’est pas maintenant que ça va commencer !

Draguer avec le coronavirus, Covid-19 et séduction : mes prédictions

Allez, je prends ma boule de cristal : dans quelques jours à la télé, les patrons de bars et de restaurants vont commencer à se plaindre de la baisse des premiers rendez-vous au café.

Et en parallèle, je pense qu’on va voir plus de mecs draguer sur Instagram et draguer sur Tinder.
Si je devais miser sur une tendance pour les mois à venir ?

La montée en puissance de Tinder pour draguer, le développement des rendez-vous directement chez vous ou chez la fille, sans passer par la case lieu public.

Et à ce jeu-là, c’est les mecs qui sauront écrire et envoyer de bons textos, des sms hypnotiques qui réussiront à faire venir les filles directement chez eux !

Autant de bonnes raisons d’aller jeter un œil à cette vidéo !

Allez, bonne épidémie à tous les players. Que la Force soit avec vous.

Eros, mec confiant.

Bann-SexTalk

Lire la suite
2 Commentaires

2 Comments

  1. Will

    7 mars 2020 à 16:13

    27 matchs en une soirée, ça change de mon match mensuel…
    Je ne savais même pas qu’un tel score était possible pour un homme hétéro, à moins de faire 1000 likes et encore.

    Le contenu de la bio, c’est bien joli, mais honnêtement sur Tinder ça ne sert pas à grand chose si on ne passe pas le premier filtre, qui est parfois même le seul.

    Donc soit Eros ne like que des femmes de 10 ans de plus, ce qui est peu probable, soit tout simplement… il est beau, voire très beau. (oui, en plus de sa confiance, de son intellect et de ses autres qualités évidemment, mais qui ne sautent pas toujours aux yeux sur des photos)

    Même avec la meilleure description du monde et des photos fabuleuses au niveau de la mise en scène, la plupart d’entre nous, les hommes moyens physiquement (voire moins) n’arriveront jamais à ce score, c’est ce que je constate dans mon entourage en tout cas, et ce que je vérifie sur les différents articles que je lis sur le sujet.

    • Sylvain

      9 mars 2020 à 16:56

      Hello Will,

      C’est sur que certains sont mieux lotis que d’autres et que le physique compte énormèment. Personnellement, je ne dirai jamais le contraire même sous la torture. Après l’idée n’est pas de se comparer à Eros ou à n’importe qui d’autre mais d’atteindre son plein potentiel. Alors même si ce n’est pas 27 par jour mais qu’en travaillant, tu passes de 1 à 5 par mois, puis à 5 qui te plairont davantage, c’est déjà une grosse victoire. certes on n’est tous limités par quelque chose, certes quand ça concerne le physique, c’est sans doute encore plus dur que si c’était autre chose, mais le jeu en vaut la chandelle. j’ajoute quand même que de toute façon, les sites de rencontres, c’est le royaume du physique, donc il faut maximiser le potentiel mais apres ce n’est pas nécessairement par ce biais que tu feras le plus de rencontres. A mon sens, le physique est un cut, comme au golf, c’est ce qui te donne le droit ou non d’ouvrir la bouche.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire plus Le Buzz Séduction