Kino escalation : pourquoi vous vous y prenez mal !

Publié dans Technique de drague par
ArtDeSeduire.Com

kino escalation pourquoi vous vous y prenez mal Kino escalation : pourquoi vous vous y prenez mal !

Cet article risque de vous paraître un peu contre-intuitif, vous allez probablement penser qu’il va à l’encontre de tout ce qu’on vous a appris jusqu’alors.

Il est le fruit de l’observation répétée de soirées en clubs et d’abordages dans la rue. La kino escalation, ce rapprochement physique, est censé vous aider à séduire plus rapidement.

Je vous propose quelques études de cas pour comprendre la différence entre un bon contact physique et une kino escalation trop rapide.

Commençons par ce que la science nous apprend, plus exactement la science de la vente. Il est prouvé scientifiquement qu’on vend beaucoup mieux, qu’on réussit à convaincre les autres beaucoup plus facilement quand on les touche, au niveau de l’avant-bras notamment.

Convaincre et influencer, ça passe par les 5 sens, comme vous le savez, et le toucher est très important.

Repensez à la base : votre mère, pour vous apaiser, vous caressait. Un contact bienveillant permet de rassurer l’autre ( pour les fans de TBBT, le « There there » de Sheldon est un monument de malaise !)

Vous avez probablement lu qu’il fallait toucher les filles le plus rapidement possible pour les séduire, c’est vrai, mais il ne faut pas le faire n’importe comment.

Voici un rappel des règles de base, une sorte de check-list pour voir si vous pouvez poser votre main sur la sienne, sur son avant-bras ou son épaule…

Kino escalation et drague de rue

Ah, la drague de rue. J’adore cet exercice, je trouve ça drôle et efficace quand c’est bien fait. Ça change du sacro-saint apéro entre potes ou de la soirée en boîte.

Le souci, c’est que les filles qui en parlent ont tendance à ne retenir que les pires expériences de drague de rue, qualifiées souvent à juste titre de harcèlement de rue.

Ce qu’il faut savoir, c’est que dans la rue, les filles se font souvent :

  • Aborder par le mendiant du coin
  • Aborder par le lascar du coin qui veut une cigarette ou un 07
  • Aborder par le grand-père lubrique du quartier
  • Aborder par le vendeur de calendrier pour la réinsertion des prisonniers
  • Agresser par le voleur qui veut lui arracher son sac à main ou son téléphone portable

La rue, elle n’en est pas fan, c’est pour ça qu’elle marche souvent plus rapidement qu’un Kenyan qui fait le 10.000 mètres aux JO, tête baissée pour l’aérodynamisme (OK, pour éviter nos regards en fait), avec un casque sur les oreilles pour ne pas entendre les « Wesh madmoizelle t’es bonne ».

Maintenant qu’on a posé les bases plutôt lugubres de la drague de rue, on va rajouter un deuxième paramètre, qui s’appelle la proxémie.

La proxémie, ou l’étude des distances sociales

Un chercheur, monsieur Hall, a étudié la bulle autour de nous, notre espace de sécurité personnelle. Cet espace intime nous sert à marquer notre proximité avec les autres : les étrangers, à distance, votre chérie, dans vos bras, pour résumer grossièrement.

Cette distance de confort varie en fonction des cultures. Par exemple, Hall a étudié surtout les Américains. Pour nous Français, ces zones seront plus réduites, et dans les cultures méditerranéennes, elles seront encore plus réduites.

La distance publique (supérieure à 3,70m)

Elle est utilisée lorsque l’on parle à des groupes, sur une estrade, lors d’une réunion de service ou un exposé en cours…

La distance sociale (entre 1,20 et 3,70m)

Elle est utilisée au cours de l’interaction avec des amis et des collègues de travail, lors d’une réunion de travail par exemple, ou lors d’un apéro, assis sur le même canapé.

La distance personnelle (entre 45 cm et 135cm)

Elle est utilisée lors des conversations particulières (un pote proche, une situation tendue qu’on veut désamorcer, une situation de flirt)

La distance intime (entre 15 et 45 cm)

C’est la zone qui s’accompagne d’une grande implication physique et d’un échange sensoriel élevé : c’est la distance de l’affrontement à venir avec un assaillant, vous sentez son haleine, recevez ses postillons, êtes à portée de ses coups.

C’est aussi la distance intime de l’amour, celle où vous prenez votre belle dans vos bras, où vous l’embrassez dans le cou, etc… C’est aussi la distance des deux partenaires en danse…

Vous le comprenez donc, on ne laisse pas rentrer n’importe qui dans notre sphère intime, on ne laisse pas pénétrer n’importe quel étranger dans cette sphère qui nous protège (votre allonge généralement, de votre épaule à votre poing, bras tendu devant vous).

Si quelqu’un pénètre dans ma sphère intime sans autorisation, ici à Paris, c’est soit un affrontement imminent, soit un pickpocket, soit l’heure de pointe dans le métro…

Les filles et la menace physique

Autre point à prendre en compte pour la kino escalation, ce contact physique qui rapproche : nous autres les hommes sommes généralement plus grand et plus fort qu’elles.

(Des éléments d’explication étaient fournis dans un très bon documentaire d’Arte : pourquoi les femmes sont-elles plus petites que les hommes ?)

Résultat : si vous foncez directement vers une fille, son radar risque de s’affoler, elle sent la menace approcher, et elle va se refermer encore plus (on considère que par défaut, les filles sont fermées dans la rue).

Prenons l’exemple où vous l’abordez, où vous discuter et où moins de 20 secondes après, vous tentez déjà de poser votre main sur son avant-bras : elle n’est pas prête, elle n’a pas encore baissé sa garde, vous êtes encore un étranger pour elle à ce stade de la conversation !

Qui a envie de se laisser toucher par un étranger ? Personne, ça sent l’embrouille !

Dans les 5 premières minutes, vous pouvez donc d’ores et déjà bannir tous ces contacts physiques de votre modus operandi :

  • Le contact physique sur les mains (« Sympa le henné », « Belle ta montre », « Géniales tes bagues »)
  • Le contact physique au niveau de son ventre ou bras ou dos pour toucher son pull ou son Tshirt (« C’est doux, c’est neuf ? », ou « C’est sympa la matière ! »)
  • Le contact avec son cou et ses cheveux

Ce sont des points de contacts plutôt intimes, que vous pourrez approcher lors d’un premier rendez-vous dans un café, ou lors d’un zouklove sur la piste de danse…

Les 5 premières minutes lors d’une première rencontre, ça équivaut à un round d’observation. Voyez comment elle réagit à vos blagues, à votre look, à votre accent, à vos idées.

Voyez si elle se montre réceptive, si vous sentez que vous pouvez l’embarquer dans un univers plus tactile.

Deux kinos sans danger lors de la première rencontre

Vous l’aurez compris, cet article est écrit pour ceux qui veulent prendre leur temps et rassurer les filles. Eros lui est capable d’aborder, prendre un numéro et rentrer avec une fille chez lui en 5 minutes.

Mais il sait aussi s’adapter aux filles plus réservées, plus timides, moins tactiles. Dans ce cas-là, on terminerait la rencontre avec la fille par une de ces deux astuces :

« Bon, maintenant qu’on est les meilleurs amis, on peut se serrer la main tu crois ? »

C’est drôle parce que la fille peut s’attendre à une bise, mais vous restez très formel. L’enchaînement est facile à faire :

« Mais quelle douceur ces mains ! C’est fou ! Tu les laves avec du lait ? De la soie ? Du miel ? Je peux lécher ? »

Ou encore :

« Ah mince, les mains toutes sèches, bonhomme, ça ne va pas du tout ! On dirait mon oncle maçon qui a toujours les mains sèches… Je vais te faire la bise, plutôt ! »

Là, ça vous permet de placer un petit neg sur ses mains sèches et de lui faire la bise. En soi, faire la bise à une fille n’a rien d’extraordinaire, mais ça vous permettra d’enchaîner sur différentes pistes :

  • Elle part à gauche, vous à droite (discussion sur les origines)
  • Elle vous fait la bise trop près de la bouche (vous l’accusez de vouloir vous embrasser)
  • Elle vous fait trois ou quatre bises (discussion sur les origines)
  • Elle vous met des grands coups de joue (vous simulez une blessure incroyable !)
  • Elle sent bon et vous reconnaissez son parfum (bienvenue dans ma team…)

J’entends venir votre question : « Mais alors, les kinos, c’est pour quand ? »

Chaque chose en son temps, cher lecteur… et la première rencontre, les 5 premières minutes au moins, ne sont clairement pas le bon moment pour toucher une fille.

Si ces 5 premières minutes se passent bien, vous aurez tout le temps pour développer palm reading et autres techniques de séduction lors du premier rendez-vous !

Avez-vous déjà fait flipper une fille en essayant de vous rapprocher trop vite ? Vous appliquez quelle règle pour les kinos ?

Sélim, coach à distance personnelle

banner parler aux femmes Kino escalation : pourquoi vous vous y prenez mal !
banner parler aux femmes Kino escalation : pourquoi vous vous y prenez mal !
Banner 50phrases Kino escalation : pourquoi vous vous y prenez mal !
Banner 50phrases Kino escalation : pourquoi vous vous y prenez mal !
Bann TechniqueAstucieuse v2 Kino escalation : pourquoi vous vous y prenez mal !
Bann TechniqueAstucieuse v2 Kino escalation : pourquoi vous vous y prenez mal !
58 COMMENTAIRES
  • Auguste dit :

    Merci Selim pour tous ces conseils. Tu as parfaitement raison. Je suis artdeseduire depuis un moment et, mes amis en sont arrivés à m’appeler serial seducteur. Il y a une fille que j’ai rencontré depuis un moment et qui me plait. Le courant passe ! Je veux savoir comment faire pour lui demander de sortir avec moi. J’ai besoin de vos conseils.

  • Exta dit :

    A voir effectivement dans, pour ma part, la première heure. En 1h, tu es fixé sur si tu peux l’embrasser et aller plus loin ou non. Ca m’est arrivé d’embrasser au bout de 2h, par contre derrière j’ai déjà eu un retour négatif car trop rapide. Ca dépend des filles… 2 points importants qui décideront à ta place, ton assurance et ton humour :) Quand tu as les deux, tu n’as plus besoin de ce site :p (désolé les gars mais c’est vrai, jolie site par contre)

    • Sélim dit :

      Je suis bien d’accord avec toi, confiance et humour et le tour est joué…
      Et c’est tant mieux si ensuite les lecteurs deviennent autonomes et désertent, ça prouve qu’ils ont grandi et n’ont plus besoin des brassards pour nager dans le grand bain !

  • imvicooow dit :

    Bon je crois que je vais passer des heures à Sephora ou je ne sais quoi pour apprendre l’odeur de tous les parfums … t’en parle tellement souvent selim, ça doit vraiment bien marcher haha.

    • Sélim dit :

      C’est mon nez, pas forcément pareil pour tout le monde !
      Si tu connais deux trois trucs, ça peut marcher, mais ne te prend pas la tête…

1 2

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)