Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir…

Publié dans Sexualité par
ArtDeSeduire.Com

questions pour exciter femmes Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...

Sexualisation, scène 9000, action ! Pour la plupart d’entre nous, parler de sexe reste compliqué, on a trop tendance à associer le sexe à des sujets sérieux : c’est le couple, c’est la famille… C’est vrai, mais pas seulement !

Le sexe, c’est aussi beaucoup de plaisir et de rire. Si Artdeseduire.com était un parti politique, notre slogan serait « Rire et jouir » ! Si parler de sexe vous fait peur, voici un grand jeu de 17 questions pour aborder le sujet de manière décomplexée avec votre compagne, votre sexfriend et certaines de vos targets.

A la base, le jeu des questions sexuelles qui va suivre est destiné à raviver la flamme pour les couples qui sentent une baisse de désir, ou pour ceux qui ont envie de vivre pleinement leur vie sexuelle.

Tout n’est pas toujours parfait : parfois on va trop vite, parfois c’est trop long, parfois trop répétitif. Je ne connais qu’un seul secret pour une vie sexuelle épanouie : la communication !

Mais nous avons aussi tenté ces questions avec Eros récemment lors de nos rendez-vous galants respectifs : ça marche plutôt pas mal pour draguer ! Il suffit de bien choisir les filles pour parler de sexe, toutes ne sont pas à l’aise avec ça. Et de ne pas commencer le rendez-vous par ça, il faut prendre le temps, surtout si la fille est très timide, afin de ne pas lui faire peur.

C’est parti pour cette liste de 17 questions sexuelles. Ah, un dernier conseil : écrivez ces questions sur une feuille, découpez-les et placez-les dans une casquette ou un chapeau. Chacun votre tour, tirez une question au sort, et c’est à vous de jouer ! (vous comprenez donc le côté pas très pratique pour un premier rendez-vous !)

On commence par une liste de questions sexualisation utilisables pour les premiers rendez-vous, avant de donner des questions supplémentaires pour les couples !

banner parler aux femmes Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
banner parler aux femmes Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
Banner 50phrases Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
Banner 50phrases Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
Bann TechniqueAstucieuse v2 Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
Bann TechniqueAstucieuse v2 Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...

La liste des 7 questions pour susciter le désir chez votre (future) compagne

  1. Si j’étais ton esclave sexuel pour la journée, qu’aimerais-tu que je te fasse ?
  2. Comment réagirais-tu si tu me voyais en train de me masturber devant un porno ? Est-ce que tu serais excitée ? Enervée ? Est-ce que tu me regarderais ou est-ce que tu te joindrais à moi ?
  3. Quel est la chose la plus érotique qu’un couple puisse faire ensemble selon toi ?
  4. Si on devait jouer un jeu de rôles, des rôles un peu sexy, qu’est-ce que tu aimerais qu’on soit ? Tu serais ma patronne et moi ton stagiaire ? Tu serais ma prof de danse et moi ton étudiant ? Tu préfères que je sois le docteur et toi la patiente ?
  5. Raconte-moi ton fantasme le plus important, celui qui t’excite le plus, et dis-moi si un jour tu as envie de le réaliser et pourquoi.
  6. Posez la question du plan à trois : est-ce que c’est quelque chose qu’elle a déjà fait ? Comment c’était ? Et si elle devait le faire, elle préfèrerait deux femmes un homme ou deux hommes pour elle ? Préférerait-elle une amie à elle, une connaissance, ou une totale inconnue ? Faites-lui aussi parler des limites, de ce qui est acceptable et de ce qui ne l’est pas.
  7. Parlez de sexe en public, imaginez que vous allez faire l’amour en public. Décrivez à votre partenaire l’endroit idéal pour faire l’amour ou trouvez des endroits insolites. Que choisiriez-vous et pourquoi ? Comment feriez-vous pour vous toucher sans être pris, quelles positions enchaîneriez-vous ?

Place aux questions pour les couples, qui se connaissent déjà mieux sexuellement (enfin, j’espère).

La liste des 10 questions sexuelles à se poser en couple

  1. Qu’est-ce que tu préfères, sexuellement parlant ? Si je ne pouvais plus te faire qu’un seul truc pendant toute notre vie sexuelle, tu choisirais quoi ?
  2. Qu’est-ce que tu as pensé la première fois que tu m’as vu nu ?
  3. Quelle est la partie de mon corps que tu préfères ? Quelle est la partie de ton corps que tu préfères ?
  4. Est-ce que tu te souviens de la meilleure fois où on a fait l’amour ? Ta fois préférée ?
  5. Des préliminaires à la fin de la relation sexuelle, un couple moyen dure environ 10 à 12 minutes. Tu crois qu’on peut tenir combien de temps ? Tu crois qu’on tient combien de temps d’habitude ?
  6. En parlant de préliminaires, tu préfères les longs préliminaires ou que ce soit plutôt court ?
  7. Tu crois qu’on fait l’amour combien de fois par mois ? Combien de fois par mois aimerais-tu qu’on fasse l’amour ? Si ce n’est pas assez, à ton avis, pourquoi ?
  8. A ton avis, au lit, parmi tout ce que tu me fais, je préfère quoi ?
  9. Parmi tout ce que tu me fais au lit, tu préfères me faire quoi ?
  10. Qu’est-ce que tu désires que je te fasse davantage, sexuellement ?

Question bonus pour les couples en confiance, qui savent se parler

La question pour les couples en confiance : il faut absolument être certain que l’autre ne se vexera pas !

Bonus : Est-ce qu’il y a un truc que je te fais, sexuellement, et que tu n’aimes pas ? Je te promets de ne pas me fâcher, tu peux tout me dire.

Cette question revient à demander à votre partenaire, très honnêtement, ce que vous pouvez améliorer dans votre vie sexuelle. C’est très puissant, très adulte de vouloir améliorer votre entente et votre complicité.

Vous pouvez aussi tenter la question suivante : « Décris la première fois où on a vraiment été intime ». (Attention : elle peut très bien décrire votre premier baiser, alors que pour vous ce sera la première fois que vous avez fait l’amour ou votre première sodomie) C’est très intéressant de voir les différences de perception, ça conduit toujours à de grands échanges !

Des idées, des suggestions de questions? Vous avez déjà tenté un premier rendez-vous tout en parlant de sexe de manière très libre ? Ça vous paraît normal, ou infaisable, ou trop tôt ? Hâte de lire vos réactions !

Sélim & Eros, coachs en sex talk

banner parler aux femmes Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
banner parler aux femmes Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
Banner 50phrases Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
Banner 50phrases Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
Bann TechniqueAstucieuse v2 Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
Bann TechniqueAstucieuse v2 Ces 17 Questions Sexuelles rendent les Femmes folles de Désir...
66 COMMENTAIRES
  • Juan (cristobal) dit :

    Voila Sélim là, t’as pas fait dans l’utilité

    • Sélim dit :

      Ah. Bon. Je prends ça comme un soufflé, une claque, une gifle, une remise en question de toute mon oeuvre :)
      Et plus sérieusement, je peux comprendre la critique. Pas facile de caser ça dans toutes les conversations. True. Parfois on fait aussi des articles pour les couples, pour la communication…
      Le prochain devrait plaire plus !

    • Fream dit :

      C’est ton avis perso, n’en fais pas une généralité ;)
      Si ça intéresse, je donnerai les réponses de ma copine pour quelques questions

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Ca marche, n’hésitez pas à partager vos réponses! Ca peut donner des idées à tout le monde et faire des sujets de conversation :)

    • Lenal'airderien dit :

      Hello tout le monde,

      La 12 : 10 à 12 minutes (préliminaires et relation sexuelle comprise ) ???

      C’est hyper rapide !!! Tu fais qu’une position « la missionnaire  » et encore

      Dans les chiottes d’une boite ou autrement je vois pas!!!

  • marek dit :

    Salut à tte la team d’ADS,

    Je viens de m’installer avec ma LTR en appart depuis 1 mois mais je n’ai plus envie de lui faire l’amour, je ne suis plus motivé et ce depuis plusieurs mois, elle est un peu ronde mais joli visage et je vis des moments très difficiles au boulot procès ctre le patron depuis + d’un an..
    J’aime cette fille, on s’entend très bien, elle a du charme il est vrai que ses kgs me gênent mais je ne suis plus motivé, il arrive que je me masturbe en pensant à des filles que j’ai pu croiser dans la journée..qu’en pensez vous, est ce que c’est grave, je ne sais pas vraiment quoi en penser ,j’espère tout de même que ça va s’arranger avec le temps…

    • Sélim dit :

      Hello Marek, sans être un grand expert du couple,
      ça peut arriver, des baisses de désir, pour tout un tas de raisons que tu expliques très bien.
      Tête ailleurs, soucis professionnels, soucis financiers, changement du corps de ta copine, désir d’autres filles, baisse de moral, fatigue, dépression : tout peut influer sur le désir masculin (et féminin aussi).

      ne te prends pas la tête, si tu es bien avec elle, tout va bien. Mais communique. Reste ouvert avec elle.
      Mais avant de lui reprocher ses kilos en trop, regarde-toi bien dans le miroir : avant de lui reprocher ses défauts, regarde les tiens…
      PS : je te souhaite de réfléchir à un plan de bataille pour arranger les choses, plutôt que « d’espérer ». ;) Hauts les coeurs, et en avant !

    • marek dit :

      Merci Sélim pour ta réponse,

      C’est vrai que se regarder aussi soi même et essayer de corriger ses défauts, c’est pas mal ; )
      Qu’entends tu par plan de bataille, concernant mes défauts à atténuer?

    • AL dit :

      Salut Marek,

      Pas grand chose à ajouter par rapport à ce qu’à dit Selim, mais y a un truc que je ne pige pas : si ça fait plusieurs mois que tu as du mal sexuellement avec ta copine, pourquoi avoir emménagé avec elle le mois dernier ?

    • marek dit :

      Je ressens beaucoup de choses pour elle. Je me dis et espère que ça va aller mieux, notamment sur sa perte de poids. Voilà.

    • Nina dit :

      Excuse-moi marek mais je trouve ton attitude complètement déplacée. Si tu as besoin que ta copine perde des kilos pour te sentir bien avec elle c’est que ta relation n’est pas du tout saine. L’important c’est qu’elle soit bien dans son corps. Si tu commences à lui mettre la pression pour qu’elle perde du poids, le problème est de ton côté, pas du sien.

    • Sylvain dit :

      Hello Marek,

      Si je le comprends bien, c’est uniquement une question de physique et tout le reste de la relation se passe bien. D’un autre coté, il est un peu délicat de lui dire de but en blanc  » je t’aime mais tu ne m’excites plus car on dirait un Shar-Pey. »

      Si c’etait moi, je lui dirai que moi j’entame une remise en forme et que ce serait cool de le faire à 2 pour se motiver : un peu de diététique, running avec pourquoi pas inscription à une course à faire ensemble, tennis à 2 le week end ou ce qui te plait… Puis si elle te voit prendre soin de toi, ca lui donnera peut etre envie de faire de même.

      Apres, je passe sur toutes les considérations à base de « ta copine devrait te plaire telle qu’elle est, sinon c’est que tu es au mauvais endroit et bla et bla et bla ». On sait que les choses ne sont pas forcèment si simples. Que penses tu de cette approche?

    • marek dit :

      Merci Sylvain pour ta réponse,

      je pense que tu as complètement raison dans ce que tu écris en terme d’approche et de programme, un juste équilibre.
      J’aime bien ce proverbe russe : « l’amour chez les hommes entrent par les yeux, chez les femmes entre par les oreilles ».

    • AL dit :

      Tout ceci étant dit, il est scientifiquement prouvé que la majorité des gens prennent du poids lorsqu’ils s’installent en couple. Alors, autant les causes et les interprétations sont diverses, autant, il est bon de le savoir avant pour prendre ses dispositions en amont. :)

    • Sylvain dit :

      Et oui! Surveillez votre poids! Fixez vous une fourchette à ne pas depasser genre entre 68 et 73. Le jour ou vous etes à 73, diète! Ce qui m’épate chez les gens qui ont beaucoup de poids en trop, c’est qu’avant d’en avoir 30 de trop, ils en ont eu 1 puis 2 puis 5 puis 10 puis 20 et qu’ils ne réagissent à aucune de ces étapes…

    • Sylvain dit :

      Il ne reste plus qu’à ! Introduis les changements à doses homéopathiques et tiens moi au courant :)

    • Nina dit :

      Salut Sylvain, j’entends bien ta remarque sur le fait que tout n’est toujours pas si simple donc je me permets de développer un message écrit sous le coup de l’énervement sinon de la stupeur. Ce que je voulais dire c’est qu’il n’y a aucune raison pour qu’une femme devienne moins excitante en prenant un peu de poids sinon 1/le conditionnement social bien réel sur minceur = beauté et 2/le fait qu’elle soit mal à l’aise avec cette prise de poids, ou que la prise de poids soit révélatrice d’un mal être qui peut avoir pour conséquence une attitude renfermée ou de déprime. Dans ce cas là, lui proposer de se motiver à deux pour se dépenser plus et manger mieux est effectivement une très bonne option.

      Après, voulézommes vous devriez garder un peu en tête que les femmes sont soumises à une pression importante concernant leur poids qui peut faire des ravages psychologiques. Les troubles du comportement alimentaire, ce n’est pas une blague et c’est entretenu par ce genre de discours. J’ai passé deux ans avec un mec qui distillait de la culpabilité à petites doses régulières en me faisant des remarques très générales sur le fait que c’était tellement dommage que les femmes prennent du poids quand elles sont en couple, qu’il ne pourrait jamais rester avec une fille qui aurait de la cellulite, en me félicitant quand je perdais du poids… ce genre de choses qui peut paraître anodine, presque positive parfois, et qui en fait m’a fait oublier que j’étais très bien dans mon corps et que ce n’était pas à lui de me modeler de la façon dont il voulait que je sois. Je suis sortie de cette relation avec un rapport très compliqué à la nourriture et à l’apparence. Et je trouve ravageur qu’on puisse lire ce genre de commentaires qui normalisent le fait que le poids est l’affaire du conjoint aussi, et de me dire que mon copain de l’époque avait peut être lu ce genre de réflexions aussi.

      Une discussion est toujours une bonne idée, mais un travail préalable sur les raisons qui font que tu es refroidi par la prise de poids de ta copine me paraît essentiel. Tout cela, je le répète, ne reste valable que si elle-même se sent bien comme elle est et que sa prise de poids n’est pas un symptôme de mal-être.

    • AL dit :

      @Nina :
      « J’ai passé deux ans avec un mec qui distillait de la culpabilité […] et qui en fait m’a fait oublier que j’étais très bien dans mon corps et que ce n’était pas à lui de me modeler de la façon dont il voulait que je sois. Je suis sortie de cette relation avec un rapport très compliqué à la nourriture et à l’apparence. »

      Sans remettre en cause ton propos, je me demande toutefois si c’est vraiment cet ex qui a produit cette culpabilité et ce rapport compliqué avec la nourriture et ton poids ? Souvent, et ça marche aussi très bien avec la colère, une parole réveille en nous une douleur, une blessure inconsciente, beaucoup plus profonde. Et la même phrase, dite à quelqu’un d’autre, à un autre moment ou dans un autre contexte (ou état d’esprit), n’aura pas du tout le même « pouvoir ».

      A l’heure actuelle, quand j’éprouve de la culpabilité pour quelque chose, ou de la colère face à quelqu’un, j’évite de rejeter la faute sur la personne en face et je remonte toujours le plus loin possible pour trouver la source de mon mal-être. Et ça marche plutôt bien puisque par la suite, j’identifie ce qui peut être blessant et, de fait, ça ne m’atteint plus.

      (Et je suis assez d’accord avec toi sur la possible cause d’un mal-être à l’origine de la prise de poids…)

    • Nina dit :

      Salut AL,

      Je serais d’accord avec toi si j’avais effectivement eu une variation de poids pendant la relation, mais ce n’était pas le cas. Tout cela était préventif de sa part (il faisait attention à ce que je mangeais par ex, au cas où…) et je n’en ai vu les conséquences que des années après (donc en remontant ;) ).

    • AL dit :

      Coucou Nina,

      Vu comme ça, je comprends mieux. Toutefois, je ne pense pas que penser qu’il ait dit ces choses dans le but de te culpabiliser. Je pense que ça témoignait davantage de ses propres angoisses qu’il projetait sur toi. Je me dis que le plus constructif – mais on n’y pense pas toujours sur le moment, surtout quand on ne perçoit pas « le problème » (tu reconnais toi-même la prise de conscience tardive) – aurait été d’en discuter avec lui. D’échanger réellement, à la fois sur ton ressenti (la façon dont tu vivais ses propos), mais aussi en essayant de comprendre ce qui le poussait à faire une fixation sur le poids. Son ex était-elle grosse ? Sa mère ? Lui-même était-il un ancien obèse qui aurait subi des brimades à l’école ?

      Après, je dis ça, mais c’est un mode de raisonnement que j’ai acquis récemment, et il y a encore des gens avec qui j’ai du mal à communiquer. Et je suis certain de ne pas toujours avoir été le partenaire le plus fin avec les femmes qui ont partagé ma vie. L’an dernier, je me souviens d’une discussion avec mon ex, sur une phrase que j’avais dit un jour qu’elle avait pris pour un reproche, alors que moi, je me voulais encourageant. Aujourd’hui je sais que c’est le genre de discussion, d’échange, qu’il faut avoir sur l’instant pour ne pas laisser les tensions s’installer et gangréner la relation.

    • Nina dit :

      @AL. Bon, même si je suis d’accord avec ce que tu dis dans l’absolu, je t’avoue que je ne vois pas trop l’intérêt de remettre ma parole en doute à ce sujet puisque le but n’est pas de démontrer que c’est cette histoire qui m’a causé problème, mais que les filles ont un rapport socialement compliqué à leur poids (et je n’en donnais qu’une illustration). Quand bien même j’aurais pris du poids, son attitude n’aurait pas été légitime, je veux souligner ça.

      Donc vis-à-vis de la situation de marek, je retiens une chose de cette discussion c’est que c’est à lui de s’interroger sur les raisons pour lesquels ça le dérange et pas à sa copine de perdre du poids pour lui plaire.

    • Sylvain dit :

      Hello,

      C’est vrai que le poids, c’est quelque chose de très complexe à gérer. Tous les autres sujets, on peut les évoquer, le poids, il faut de suite prendre des pincettes géantes. S’il t’avait fait des réflexions sur « tu es toujours en retard », ca aurait été diffèrent.

      Donc la question, alors dans le cas de Marek, tu suggérerais de faire comment? S’interroger sur les raisons, je pense que c’est simplement que visuellement et sexuellement, ce n’est pas son truc…Donc que faudrait il faire si on ne peut pas en parler? La quitter? Accepter en silence?

    • Nina dit :

      @Sylvain : je pense qu’il devrait commencer par réfléchir aux situations dans lesquelles ça le dérange. Est-ce que c’est par rapport aux autres, est-ce que c’est par rapport à lui. Ensuite, réfléchir à ce qu’il attend de cette relation : une relation longue, courte, essentiellement sexuelle, pas seulement pour voir ce que ça vaut le coup d’investir en réflexion et en efforts.

      Ensuite et s’il considère que sa relation est importante, et qu’il aime une personne et pas seulement une partenaire sexuelle, se demander ce qui le dérange : le changement ? L’attitude ? Comment sa copine vit son poids ? Si elle complexe, lui proposer d’y réfléchir ensemble et surtout sans rien lui imposer. Si elle vit très bien avec et qu’elle n’a aucun souci avec ça, lui en parler en lui disant explicitement qu’il est conscient que c’est son problème à lui mais qu’il a besoin d’en parler avec elle pour comprendre pourquoi lui le vit mal. La prévenir que ça peut le rendre un peu distant sexuellement, mais que ce n’est pas de sa faute à elle et qu’il va travailler sur le sujet de son côté. Pour résumer simplement : en parler sans manipulation, sans pression explicite ou implicite, et avec honnêteté. Et si ça le dérange au point de ne pas pouvoir le surmonter alors qu’il se projette avec elle à long terme j’avoue que je ne sais pas quoi lui conseiller à part d’essayer de décrypter ça chez un psy : une femme dans une vie ça change, ça grossit, ça maigrit, ça se ride, ça a des vergetures, de la cellulite et tout ça est juste complètement naturel.

    • Lenal'airderien dit :

      Nina,
      Je ne suis pas d’accord, si le mec a connu une femme mince et qui a pris du poids par la suite , c’est un problème et ça peut remettre en cause sa relation et sa libido…Certains hommes n’aiment pas les rondes , c’est leur droit d’ailleurs , comme nous n’aimons pas un homme qui subitement devient gros alors qu’on la connu mince… Les vergetures , la cellulite même une jeune fille de 20 ans en est pourvue , c’est typiquement féminins faut pas tout mélanger……

      Ce qui est déplorable et qui me gêne , c’est de choisir une femme ronde , et par là suite pour x raisons ça pose problème à monsieur celui-ci lui demande de changer ou de perdre du poids , c’est ce qui me choque le plus …

      Elle s’est présenté à lui avec son poids et ses rondeurs , c’est pas une découverte qu’il a validé en se mettant avec elle , qu’aujourd’hui ça lui pose souci , c’est ridicule et encore plus si lui fait comprendre quelle doit changer pour qu’il soit « aimable » c’est terrible.

    • Nina dit :

      @Lena :je ne suis pas d’accord avec toi mais je ne pense pas qu’on pourra se mettre d’accord. Je trouve que c’est assez triste de considérer comme un problème qu’une femme ou un homme prenne du poids s’il se sent bien avec. Je suis d’accord avec ta conclusion, c’est terrible de lui demander de changer pour qu’elle soit aimable, mais pour moi ça s’applique en toute circonstance quand ça touche au physique. Mais bon, j’ai peut être juste la très grande chance d’être un mec complètement sur la même longueur d’ondes que moi sur le sujet.

    • Lenal'airderien dit :

      Si un homme a rencontré une femme mince ….Si elle devient la « femme de schrek », je caricature à l’extrême , ronde ou obèse au cours de la relation par négligence , ou mauvais hygiène de vie , c’est souvent le cas …La maternité te fais pas prendre énormément de kilos , faut pas abuser , quand tu es mince , tu n’en prends pas 20 d’un coup…Trop facile ..C’est une surcharge de poids qui se rajoute quand tu es enceinte et qui fait que tu deviens « grosse »…Et après par la suite tu ne peux plus les perdre… L’homme est en droit de se poser des questions sur son couple…Je répète que certains hommes n’aiment pas les rondes , c’est un droit , il faut de tout pour faire un monde …

      C’est pas parce que tu es en couple que tu dois te laisser aller…Bien au contraire il faut tout faire pour être désirable et le rester.

      Marrant ce discours il faut accepter que ta femme devienne une grosse dindon à vue d’oeil par amourrrrrrrrrr …Et nous dire c’est l’homme qui a un souci et qui doit se remettre en cause , bah non désolée.

    • Nina dit :

      Moi ce que je trouve marrant c’est que ça aille à ce point de soi pour toi et que cette idée qu’il faut tout faire pour être désirable et le rester soit une évidence absolue. Pour moi si tu prends vingt kilos d’un coup ton principal problème ça va pas être d’être désirable ou pas, mais plutôt que tu vas être essoufflée tout le temps, que tu vas devoir renouveler toute ta garde robe, que tu seras pas en forme, et c’est surtout ça qui me ferait réagir personnellement. C’est pas une question d’aimer les rondes, c’est une question d’accepter la liberté de l’autre. Je crois que je préfère mille fois ma façon de vivre les choses, mais c’est un avis ^^

    • AL dit :

      « c’est une question d’accepter la liberté de l’autre »

      Oui, enfin… Quand l’autre se fait du mal… Jusqu’à quand on peut le laisser faire et à partir de quand doit on considérer qu’il ou elle a un problème et a besoin d’être aidé(e) ? A partir du moment où un comportement devient compulsif, il signal un dysfonctionnement psychologique. Ou, si l’expression paraît trop forte, un mal-être intérieur. Pas souvent identifiable, d’ailleurs. ça marche avec la nourriture, l’alcool, la télévision, les achats inutiles, l’obsession de l’argent, de l’apparence, du jeux, la volonté d’avoir des enfants alors qu’on est dans une situation déjà dramatiquement précaire… Mais aussi avec des choses largement plus valorisées comme le sport, la lecture ou le travail.

      En outre, « respecter la liberté de l’autre », ça veut aussi dire « accepter que l’autre soit gêné par ma prise de poids / par les changements de mon corps – et l’autoriser à exprimer son point de vue, même si ça me dérange ». Pour peu, évidemment, que ce soit dit avec tact.

    • Nina dit :

      AL : si tu relis tout ce que j’ai dit jusqu’ici tu verras que nous sommes totalement d’accord :) lui dire que j’ai un problème plutôt que la manipuler ou lui suggérer qu’elle devrait se remettre au sport, s’interroger sur son rapport à sa prise de poids plutôt qu’au mien, voir si c’est symptômatique de quelque chose, il me semble que je l’ai précisé à de nombreuses reprises :)

    • Sylvain dit :

      La vraie question puisque tu mets le doigt dessus, c’est, Nina, est ce que tu réagirais pareil si le mec t’avait dit « tu travailles trop » ou bien « tu dépenses trop d’argent ». Pourquoi quand ca touche le poids, ca prend une telle ampleur et ça blesse autant?

    • AL dit :

      « Pourquoi quand ca touche le poids, ca prend une telle ampleur »

      Parce que c’est aussi un problème de volume ? XD

      Blague de très mauvais goût mise à part, la réponse me paraît assez évidente : pression sociale. Dire « j’accepte mes kilos en trop », c’est une façon de « lâcher prise » face au discours médiatique et aux injonctions perpétuelles autour de la minceur. C’est également une façon de s’installer dans sa zone de confort. Rester svelte, ça demande du travail et des efforts que tout le monde ne peut pas ou ne veut pas se permettre.

      Mais ce n’est qu’une des nombreuses explications possibles. L’agro-alimentaire joue un rôle essentiel aussi, dans les augmentations de poids. « Avant », être gros était signe d’opulence, aujourd’hui, c’est davantage un signe de précarité.

      Et je suis d’accord avec toi : au-delà de la question du poids devrait uniquement se poser la question de la/sa santé (et donc de la prévention) et que, pour une meilleure santé – mentale et physique – le premier geste important est de se couper des médias :)

    • Lenal'airderien dit :

      Nina,

      Bien entendu que la prise de poids à des répercussions sur ta santé…Mais ce n’est pas ce dont on parle ici désolée…

      On souligne la prise de poids et le regard de l’autre en terme de « désir » « libido » dans un couple…

    • Sylvain dit :

      Exact, au final cette histoire de poids ca renvoie à ce sujet : « est ce qu’une fois en couple tout est acquis pour le meilleur et pour le pire ou est ce que le jeu continue? »

    • Lenal'airderien dit :

      Sylvain,

      Si les femmes pensent qu’une fois quelles sont en couple elles n’ont plus d’effort à faire , faut pas se plaindre que leur « copain » aille voir ailleurs. Bien entendu que le jeu continue homme ou femme.

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Moi quelque chose qui m’interesse, c’est comment on peut se sentir bien en étant gros? Car bon, à priori, c’est néfaste pour la santé. Ca c’est une réalité avérée. Dans mon cas personnel, c’est mauvais pour l’image de soi. Enfin, c’est pas du tout du fat shaming hein mais c’est vraiment pour essayer de comprendre, je ne vois pas du tout quelle fierté on peut tirer du fait d’être gros.

    • Nina dit :

      Salut Sylvain et AL. Tout à fait d’accord sur le côté injonction sociale. La question d’accepter d’avoir des kilos en trop est même déjà presque biaisée : j’ai longtemps fait du 36 et en quelques années je suis passée à un 40 pour 1m75 après avoir réglé mes problèmes d’anorexie. Je me sens parfaitement bien dans mon corps, mais mon entourage familial me répète régulièrement que j’étais plus jolie avant, que je serais tellement mieux avec quelques kilos de moins… Pourtant, je me sens mieux. Mais ça ne les intéresse pas. Ils me préféraient malade et très mince. C’est blessant et douloureux, et quand ça vient de la famille c’est plus difficile de s’en foutre. Donc oui, je trouve l’injonction sociale très forte et envahissante. En lisant le message de marek, qui dit que sa copine a des rondeurs (elle n’a vraiment pas l’air morbidement obèse) j’avoue que j’ai trouvé sa réaction assez déplacée.

      Finalement c’est aussi ce qu’on appelle gros qui est en jeu. La définition varie selon les personnes alors que celle de « se sentir bien dans son corps » a l’avantage d’être propre à la concernée ou au concerné d’ailleurs. Ce n’est pas une histoire de fierté, je pense que le terme est mal choisi, plutôt d’amour de soi, de bienveillance. Je ne critique absolument pas ceux et celles qui font des efforts importants pour rester minces, tant que c’est un choix qui leur convient et qu’ils ne le font pas par culpabilité.

      Quant à la question de savoir si tout est acquis une fois en couple, je pense qu’elle n’est que partiellement résolue par le débat. Je suis en couple depuis des années et je n’ai pas du tout la sensation que tout soit acquis : je fais très attention au bonheur de mon copain, à notre communication mutuelle, à nos besoins à tous les deux, je continue à me cultiver, à construire une vie qui me plaît, et pour moi tout ce que je viens de citer est mille fois plus important que de passer des heures en salle de gym ou à courir. Par ailleurs, je fais du sport et je suis en très bonne condition physique. Seulement, j’ai retrouvé le goût de manger en guérissant et je ne vois pas pourquoi je m’en priverais pour correspondre aux canons de beauté actuels, alors que j’ai bien mieux à proposer que ça :)

    • AL dit :

      Salut Nina,

       » j’ai longtemps fait du 36 et en quelques années je suis passée à un 40 pour 1m75 après avoir réglé mes problèmes d’anorexie. Je me sens parfaitement bien dans mon corps, mais mon entourage familial me répète régulièrement que j’étais plus jolie avant, que je serais tellement mieux avec quelques kilos de moins… Pourtant, je me sens mieux. Mais ça ne les intéresse pas. Ils me préféraient malade et très mince. »

      Par curiosité : est-ce que par hasard ta prise de poids coïncide avec un éloignement de ta famille ? On a l’habitude de traiter l’anorexie comme une maladie, mais… un des bouquins de psycho que j’ai lu développait le postulat intéressant de voir plutôt ça comme un symptôme. Du coup, je me demande ce que ce changement de poids pourrait révéler de ta relation avec tes parents ? (tu n’es évidemment pas obligée de répondre)

    • Nina dit :

      Hum, non, pas du tout, ni temporellement ni causalement, mais je ne doute pas qu’il y a des gens pour qui ça peut être le cas

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Tu as bien raison et tu as quelqu’un avec toi qui a visiblement la même vision des choses. Et pour qui tout ce que tu cites est plus important que le physique. C’est surtout ca le plus important. Après, ce n’est pas forcèment le cas de tous les hommes.

    • AL dit :

      @Sylvain : Elle a surtout de la chance d’avoir développé d’autres qualités. Quand une personne, H ou F, n’a que son physique pour elle, et que celui-ci est mis à mal, forcément l’autre se sentira lésé. De l’importance de ne pas (forcément) (tout) miser (que) sur le physique.

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Disons que le physique est un prérequis au démarrage. AU moment ou il se dégrade, il faut que la relation soit suffisamment solide et que les autres qualités soient suffisamment appréciables pour que ce ne soit plus un problème. Mais je pense qu on se sentira toujours lesé.

    • Lenal'airderien dit :

      Sylvain,

      C’est évident qu’on ne peut être bien en étant gros(se)…Mais aujourd’hui on nous fait croire le contraire en nous disant dans les médias avec les émissions de « merdasses » qui mettent la « rondeur » en avant , les rondeurs faut assumer , c’est super , tu t’assumes et ta vie est belle…

      La réalité est autre…C’est la « minceur » qui est de mise aujourd’hui.

      Et bizarrement , les hommes qui aiment » les rondes sont une minorité » …

      Ils aiment surtout les femmes pulpeuse , on entend par là , avec des formes (seins, culs) …Tu en as pas des masses.

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Je crois que le problème est dans le terme « choisir » une femme ronde. Je pense qu’il ne faut pas le voir comme ça. A la base c’est souvent une opportunité d’avoir une relation sexuelle mais tu vois déjà que physiquement elle ne te convient pas. Tu te dis, ce sera juste une fois ou 2. Et au final, les choses avancent et malgré toi, tu te retrouves dans une relation…Comme ça arrive très souvent, tout simplement en laissant passivement les choses avancer et se produire. Et tu te retrouves en couple avec une fille qui physiquement ne te plait pas. Comme un ONS que tu as laissé malgré toi prendre plus de place qu’il n’etait initialement prévu. Je ne dis pas que c’est le cas pour Marek…Mais ça peut être une lecture possible pour ce type de situation.

    • Lenal'airderien dit :

      Sylvain,

      C’est encore pire que je ne le pensais…Le mec il se retrouve en couple à l’insu de son plein gré avec une femme qui ne lui plait pas plus que cela par manque d’opportunité sexuelle.

      Je donne pas un kopet de ce couple … »Une fois la soif étanchée ..

      .Les questions viendront par la suite le « titiller » sur comment se sortir de ce mauvais pas … A la base un « ONS » doit rester un « ONS »…

    • Lenal'airderien dit :

      Certains hommes savent que leur copine est ronde, ça se voit , faut faire avec , sur le moment c’est pas un problème , mais après au cours de la relation ça devient un défaut et pourtant c’est la même personne qu’au début. C’est à prendre ou à laisser…Un homme qui me demande de changer pour lui c’est « niet » …

    • Sylvain dit :

      Hello Lena,

      1/ Les femmes nous demandent de changer, de devenir plus adultes. le nombre de fois ou on nous dit il faut changer ou je me casse…
      2/ « C’est à prendre ou à laisser…Un homme qui me demande de changer pour lui c’est « niet »

      Voilà pourquoi ADS existe :)

  • Algerino dit :

    Des questions pour les célib ??? ;)

    • AL dit :

      Algerino : Commence déjà par préparer des réponses à toutes ces questions ! :DD
      Parce que le jour où tu auras quelqu’un à qui les poser, elle voudra forcément avoir ton point de vue en retour ^^

    • Algerino dit :

      « le jour où tu auras quelqu’un à qui les poser, elle voudra forcément avoir ton point de vue en retour ^^ »

      Parle pas de bonheur l’ami… ça risquerait de m’arriver lol. J’ai déjà un point de vue sur les questions.

    • Sylvain dit :

      +1 :)

    • Kreuzbag dit :

      Algerino, testé et approuvé:
      -> Quelles sont tes deux positions préférées?
      -> Tu es plutôt du genre dominatrice ou soumise?
      -> Tu préfères les fessées ou les bisous?
      -> Es-tu seulement clitoridienne, ou vaginale aussi?
      -> Sur le lit ou sur le bureau?

      Etc. Fais-moi un retour si tu les testes ;)

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Oui pas mal, j’avais un peu la même:  » dessus ou dessous? »

    • Algerino dit :

      Franchement… ce sera dans longtemps alors parce que vu le nombre d’occasions que j ai eu en ces 4 dernières années…

    • AL dit :

      « Des questions pour les célib ??? ;) »

      T’es plutôt du genre à faire ta lessive ou ta vaisselle à la main ou en utilisant un appareil électrique ? :)))

    • Algerino dit :

      Moi je pensais plutôt à des questions du genre :

      Bon ce soir je me tape qui ? Main gauche ou main droite ?

      Sinon pour les gens en couple qui prennent du poids je suis un cas spécial. Étant un personnage animé par des sources de motivations externes (genre 1 belle femme qui m’aime et me prête intérêt), je rayonne via cette motivation (footing acharné par exemple) et c’est pendant mes ères de célibat que je prends du poids (footing et sports de combat légers, ainsi que tous mes autres loisirs).

    • AL dit :

      « Bon ce soir je me tape qui ? Main gauche ou main droite ? »

      Déjà, arrête avec tes croyances limitantes ! Propose-leur d’emblée un plan à 3 ! :)

    • Algerino dit :

      Croyances limitantes moi ? Tu dénigres plusieurs années d’expérience dans le célibat subi là… :(

    • AL dit :

      Je redeviens sérieux, alors. En quoi est-ce mal d’être célibataire, Algerino ? Ecoute les hommes mariés depuis 10 ans parler de leur femme, et tu verras que 4 ans de célibat, c’est reposant. :)

  • Eliott dit :

    Merci les mecs ça va me servir pour la suite

    Par contre là j’ai vu une prepa à l’arret de bus ,j’ai reussi à la retrouver. je suis en terminale et j’aimerai bien lui parler surtout qu’on a aucun amis en comlun mais j’ai peur de l’aborder .Je me trouve pas des excuses et j’ai envie d’aller la voire mais quand je suis à côté d’elle j’ai trop peur de l’aborder .
    Si je l’aborde par message ça fais gamin,qui n’a pas confiance en lui et qui la stolké c’est ça ?

    • Sylvain dit :

      Hello Eliott,

      c’est vraiment mieux de l’apporter en réel. Si tu la vois souvent à l’arret de bus, tu peux y aller progressivement. Au début, des discussions tout a fait innocentes. Ne serait ce qu’un renseignement « a quel heure il arrive? » ou peu importe. Et apres quand tu la revois tu peux lui dire bonjour et embrayer sur des discussions plus legeres jusqu’a te rapprocher d’elle et apres tu déroules ton game normalement

      Mais pour commencer, fais simple. Ne cherche pas à sexualiser, à prendre son numero ou quoi que ce soit. Si tu ouvres la bouche pour lui dire quelques mots, tu auras deja gagné :)

  • Estebe dit :

    Salut à toute la team ads,
    Super article. Mais j’aurais une question comment on fait, si la fille avec qui on veut tenter de coucher sait qu’on a choper la chaude pisse et que malgrès tout ces conseils elle est bloqué. pS: le bloquage je le sais d’une source sur.

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)