Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Est-Elle Demisexuelle ? Découvrez la Demisexualité !

demi sexuelle

Sexualité

Est-Elle Demisexuelle ? Découvrez la Demisexualité !

Est-Elle Demisexuelle ? Découvrez la Demisexualité !

 Est Elle Demisexuelle ? Découvrez la Demisexualité !
Je n’étais pas prêt pour la demisexualité, je ne connaissais pas de demisexuelle. Jusqu’à la semaine dernière…

Vous connaissez sûrement des filles qui ont la réputation de n’avoir jamais été séduites.

Cela me semblait incroyable qu’à notre époque, elles ne parviennent pas à trouver un homme qui puisse leur plaire.

Mais une discussion avec une amie m’a permis de comprendre ce phénomène : la demisexualité.

Elle m’a avoué qu’elle ne ressent presque jamais de désir sexuel pour les hommes, même si la situation s’y prête. Et même s’ils sont attirants et qu’elle les trouve beaux !

Je pensais qu’elle était la seule dans son cas jusqu’à ce que j’entende parler de la demisexualité.

Qu’est-ce que cela signifie, et est-ce possible de séduire une personne demisexuelle ? Vous allez l’apprendre maintenant ! S’agit-il de faire l’amour seulement à moitié ?

Qu’est-ce qu’une personne demisexuelle ? Définition

Bien évidemment, demisexuelle n’a rien à voir avec Demi Lovato, la dame en photo dans l’article, mais ça nous faisait rire. On aurait pu mettre Demi Moore, elle aussi une Demi sexuelle torride.

Aujourd’hui, les revendications d’identités sexuelles sont de plus en plus nombreuses.

On parle par exemple de « LGBTQ+ », le « + » se référant à toutes ces nouvelles identités. Depuis peu, le néologisme « demisexuel » a fait son apparition sur internet.

La demisexualité n’est pas un problème de libido. Les demisexuels ne vivent pas leur sexualité comme un problème ou comme un manque.

Ils revendiquent le fait d’être hors de la norme sans en souffrir, sans que ce soit lié à un traumatisme.

La libido est une pulsion sexuelle, un désir qui n’a pas encore d’objet. Son niveau diffère selon les gens, l’humeur, et les moments de la vie.

Elle diffère de l’attirance sexuelle, qui est le moment où cette libido se dirige vers une personne en particulier. C’est elle qui nous intéresse.

Les demisexuels ne sont attirés sexuellement que par ceux avec qui ils entretiennent un lien particulier. Le désir n’apparaît que dans le cadre d’une confiance importante, d’un attachement fort et d’une réelle affection.

Ce lien peut être de nature romantique ou sentimentale, c’est-à-dire qu’une personne demisexuelle a généralement envie d’avoir des relations sexuelles avec les hommes dont elle est très proche, généralement dans le cadre d’un couple.

Leur désir est totalement contraire à ce que permet Tinder. Cette application permet de trouver des personnes hors de son cercle d’amis et de connaissances pour assouvir son désir, sans être jugé par ses proches et sans en craindre les conséquences sociales.

Si cela se passe mal, il est toujours possible de couper tout contact avec la personne, sans que cela change le quotidien.

Le demisexuel ou la demisexuelle peuvent trouver beau un corps ou une personne, sans pour autant être attirés. La construction du lien est nécessaire, ce qui va beaucoup moins vite qu’avec Tinder. Et si ce lien fort disparaît, l’intérêt sexuel disparaît à son tour.

Comment pouvez-vous séduire une fille demisexuelle ?

Il n’y a pas de stratégie particulière à adopter pour séduire une fille demisexuelle, mis à part privilégier la séduction indirecte et être patient.

Ce que recherchent les femmes demisexuelles semble être très proche de ce que cherchent les autres femmes.

Une blogueuse demisexuelle déclarait par exemple que généralement, elle n’avait pas envie de coucher avec tous les gens autour d’elle… Ce qui semble totalement logique, personne n’en a envie !

Une journaliste du Wall Street Journal, après avoir annoncé sa demisexualité, déclarait que si un homme n’était pas « offensant » au premier rendez-vous, elle irait au second.

Encore une fois, il s’agit d’une remarque commune ! Montrer tout de suite son intérêt est une erreur commune lors d’un premier rendez-vous.

D’après d’autres témoignages, les filles demisexuelles se sentent mal à l’aise dans des situations où elles sont draguées directement.

Ne pouvant avoir aucun désir, le décalage entre l’intérêt de l’homme (manifeste) et leur absence d’intérêt les refroidit.

Comment augmenter vos chances de séduire une fille demisexuelle ?

Souvenez-vous que séduire une femme, c’est avant tout établir une connexion émotionnelle entre elle et vous. Or, plus vous progresserez dans la séduction, plus vous saurez faire ressentir des émotions fortes qui lui feront parfois oublier ses réticences.

Vous pouvez aussi réussir à établir un lien fort plus rapidement qu’elle ne le pense et sans qu’elle puisse l’expliquer. Vous devrez la séduire comme une autre femme mais en ne dévoilant votre intérêt que très tard.

Ainsi, que vous sachiez ou non qu’elle est demisexuelle, cela n’a pas d’importance. Tentez de sexualiser la conversation. Si elle ne répond jamais à vos avances, si elle évite constamment les sujets sexuels, c’est peut-être qu’elle est demisexuelle.

Comme avec les autres femmes, vous devrez instaurer un lien de confiance. Mais la construction de ce lien prendra plus de temps. N’essayez pas d’enchaîner les étapes de la Mystery Method par exemple. Elle peut vous envoyer des indicateurs d’intérêts sans être sexuellement attirée.

Vous devez rester discret sur votre intérêt et vos intentions. Si vous verbalisez trop tôt votre intérêt, vous allez lui faire peur, et tuer son désir.

Pour établir un lien fort, vous devrez faire plusieurs sorties avec elle. Proposez-lui des activités stimulantes intellectuellement, ou qui font vivre des émotions ! Invitez-la au cinéma et discutez du film après la séance par exemple, ou emmenez-la dans un parc d’attractions.

N’oubliez pas que pour établir un lien de confiance, vous devrez vous dévoiler plus qu’avec une autre fille, et ne pas hésiter à montrer votre sensibilité.

Vous devez assumer qui vous êtes et ne pas avoir peur de lui montrer. Plus elle connaîtra ces détails sur vous, plus elle se sentira à l’aise parce qu’elle aura l’impression de vous connaître.

La demisexualité peut être une opportunité pour vous…

Si vous cherchez simplement une aventure d’un soir, soyez honnête avec vous-même. Est-ce vraiment utile de passer votre temps à essayer de séduire cette fille, alors que vous pourriez en rencontrer d’autres et coucher avec ?

Serez-vous capable de lui dire la vérité concernant vos intentions, en lui avouant que vous ne cherchez rien de sérieux ? Evitez d’être malhonnête. N’oubliez pas que la fille que vous séduisez vous fait confiance, et qu’elle pense se projeter dans une relation durable.

Au contraire, rencontrer une fille demisexuelle peut être l’occasion de prendre son temps. Aujourd’hui, la séduction va très vite. Généralement, plus vous mettez de temps à séduire une fille, moins vous avez de chances de réussir. Alors qu’avec quelqu’un de demisexuel, ce sera l’inverse !

Si vous appréciez vraiment cette fille, c’est pour vous l’opportunité d’avoir une relation différente. Si vous avez tendance à être jaloux, vous lui accorderez votre confiance plus facilement. Et votre relation sera approfondie avant d’avoir couché avec elle.

Dans The Game, Style, l’alter-ego de Neil Strauss, fait l’amer constat que savoir séduire et coucher avec une femme n’apprend malheureusement pas à la garder.

Rencontrer une fille demisexuelle, c’est l’occasion de prendre son temps et de fonder votre relation sur autre chose que le sexe. Il finira par arriver et n’en sera que meilleur !

Pour conclure sur la demisexualité…

demisexuelle Est Elle Demisexuelle ? Découvrez la Demisexualité !

Séduire une fille demisexuelle est surtout une affaire de calibration. Vous devez néanmoins prendre garde à ne pas tomber dans la friendzone. Vous devez rester un défi, et rester sexuel. La relation sexuelle mettra simplement plus de temps à arriver.

Note de l’auteur : les demisexuels restent très rares. Mais vous pouvez vous servir de ce concept dans vos conversations !

Demandez à la fille avec qui vous êtes en rendez-vous si elle connaît la demisexualité, si elle pourrait être attirée sexuellement, violemment, immédiatement, par un homme qu’elle vient de rencontrer.

C’est un bon sujet d’opener (pour les plus audacieux) et un bon sujet pour capter l’attention de votre cible !

Et vous, avez-vous déjà rencontré une fille demisexuelle ?

Tom, demi-patient, 100% sexuel

ban Messages Irr Est Elle Demisexuelle ? Découvrez la Demisexualité !

ban Messages Irr2 Est Elle Demisexuelle ? Découvrez la Demisexualité !

Lire la suite
42 Commentaires

42 Comments

  1. Sélim

    4 octobre, 2017 à 17:58

    Il me tarde vraiment de le voir en couverture des magazines féminins.

    « Demisexuelles : font-elles les choses à moitié ? »

  2. EROS

    4 octobre, 2017 à 20:30

    AH mais là les gars… C’est juste de la merde, non ?

    Si une demisexuelle c’est une fille qui ne couche pas avant de bien te connaître, en fait, à part les deux trois ivrognes ou inconscientes qui ont couché avec moi en 3 minutes, TOUTES LES FILLES SONT DEMISEXUELLES ?

    Ou alors j’ai mal compris et je m’énerve pour rien ?

    • Le Marginal Magnifique

      4 octobre, 2017 à 22:19

      Ouais, il est louche, pour pas dire foireux, ce concept. Sinon, à quoi servirait tout ce qui est enseigné sur Art de séduire ? Il suffirait d’être un minimum beau gosse et d’arriver avec ses gros sabots vers la fille aperçue et convoitée et de sortir un charmant : « Bonjour, tu me plais, j’ai envie de te caler ma bite, viens on va se régaler. « 

    • Sylvain

      5 octobre, 2017 à 08:51

      Hello Le Marginal,

      Après tout est beaucoup je pense une question de timing. On a tous des moments de notre vie où l’on va se sentir séduits plus ou moins rapidement que d’autres. Si tu rencontres une femme qui vient de se faire plaquer apres des années en couple, il est possible qu’elle est envie de s’amuser et qu’elle finisse dans ton lit assez rapidement. par contre, si elle est dans une phase où elle va chercher quelque chose de plus sérieux, il faudra sans doute plus de temps pour pouvoir alors créer ce fameux lien.

    • Tom

      14 octobre, 2017 à 11:58

      Il y a deux aspects de la question.

      – Les revendications sexuelles identitaires se développent de plus en plus, comme le montre l’émergence de mots en « XXsexuel » (Greysexuel, Asexuel…). De ce point de vue, oui le « concept » peut être utilisé de manière grossière, par des filles qui cherchent à être différentes alors qu’elles ne sont que banales.

      – Mais il y a un autre intérêt derrière ce concept. Même s’il peut être utilisé à mauvais escient, il permet aussi d’identifier certaines situations où il prend tout son sens.
      Je connais une fille qui n’a réellement aucun désir sexuel avec les gens qu’elle ne connaît « pas assez », MEME quand il y a une bonne connexion émotionnelle et une bonne entente. En couple avec un garçon qui lui plaisait, elle n’avait aucun désir pour lui. Elle a commencé a en avoir qu’après plusieurs mois de relation.
      Et pour connaître le garçon en question, qui séduit naturellement, je vous garantis qu’il n’a aucun problème pour faire monter la tension sexuelle.
      Et ici le problème n’était pas d’ordre moral. Elle ne se livrait pas simplement car elle n’en avait pas envie, pas car elle se sentirait coupable de quoi que ce soit.

      Donc le concept permet d’éclaircir une situation qui n’est pas la norme.

      Je dirais que c’est un concept qui, même s’il est porté principalement – du moins, de la manière la plus visible – par des personnes qui s’en servent comme indicateur identitaire alors qu’ils sont communs, permet de comprendre certaines situations plus rares.

      Tom

  3. Le Marginal Magnifique

    4 octobre, 2017 à 22:15

    Putain, on en arrive au point où dans cette société de consommation frénétique ce qui était normal devient une déviance !

    On n’est pas des bêtes quand même, à vouloir coïter tout ce qui bouge : connaître un peu le cul qu’on a en face, vouloir développer ne serait-ce qu’un léger lien, un semblant de complicité avec la personne de sexe opposé semble donc si anodin ?

    • AL

      5 octobre, 2017 à 00:16

      « Putain, on en arrive au point où dans cette société de consommation frénétique ce qui était normal devient une déviance ! »

      Détends-toi… C’est surtout que les médias journalistiques, s’ils veulent vendre du papier, sont obligés de créer de nouveaux concepts s’ils veulent se renouveler. Et ça donne des trucs comme ça.

      « Ils revendiquent le fait d’être hors de la norme sans en souffrir, sans que ce soit lié à un traumatisme. »

      Le fait que les sujets n’identifient pas le traumatisme ne prouve absolument pas l’absence de trauma – ou alors, ça va à l’encontre de toutes les thèses sur le refoulement de l’inconscient.

      @Selim : Tu m’as bien fait rire ^^

    • Sylvain

      5 octobre, 2017 à 08:41

      L’Amour avec un grand « A », c’est vraiment en train de devenir très compliqué…

  4. lyes

    5 octobre, 2017 à 02:34

    putain, si c’est rare en france, en algérie c’est presque 80% des filles qui le sont, on galère ici, il faut vraiment étre patient, et avec les réseaux sociaux ca devient de plus en plus difficile, genre méme quand tu arrive a avoir le numero d’une fille dans la rue, tu dois parler avec elle sur les reseaux sociaux pendant des semaine voir des mois avant de décrocher ton rendez vous, puis c’est difficile de ne pas tombé dans la freindzone, vue que toute tentative de sexualiser peut étre fatale, du coup tu trouve beaucoup de fille qui n’ont que des amis et qui n’arrive pas a construire une relation avec un mec.
    dans autre coté, ca tue vraiment le jeux de séduction, et ca devient chiant avec le temps, en plus tu te pose la question est ce que ca en vaut la peine? vu que pendant des semaines la relation n’évolue pas d’un gramme, de méme ce genre de fille sont trop séduisante pour les mec parce qu’elles sont challangeante mais pour les relations sexuelle, je ne suis pas d’accord elle sont pas du tout meilleurs au contraire, au lit elle sont comme des oreillé et elle montre jamais ni leur sentiment ni leur désir ce qui peut étre frustrant.
    bref moi j’évite ce genre de fille c’est plus un cassement de téte qu’autre chose .

    • Sylvain

      5 octobre, 2017 à 09:04

      Hello Lyes,

      C’est aussi quelque chose qui peut varier selon la culture effectivement. Les françaises ne fonctionnent pas comme les américaines. Et d’apres ton témoignage, pas comme les Algériennes non plus. La clé, même si ca prend du temps, c’est de toujours garder son interet, de lui apporter du fun et de l’émotion. Bref, de lui donner envie de répondre. Si à un moment le fil se casse ou la tension descend, c’est fini, tu te retrouves en friendzone avec des conversations plates.

      C’est sans doute pour ça qu’elles ont du mal à trouver des mecs qui conviennent. D’un coté elles veulent celui qui pourra conserver leur interet pendant des semaines. ALors que de son coté, le mec se lasse.

  5. Lenal'airderien

    5 octobre, 2017 à 08:17

    Bonjour,

    Tout à fait d’accord avec le marginal magnifique ….Les coucheries en mode consommation , vite fait mal fait , beurkkkkk

    Avant de me » fourrer ta bite » , il va te falloir me faire jouir du cerveau, c’est pas gagné.

    Lenamenmodevulgaire!

    • Sylvain

      5 octobre, 2017 à 09:05

      C’est ce que l’on a toujours dit : la relation sexuelle commence bien avant d’etre entré dans le lit!

  6. Lady_Melodia

    5 octobre, 2017 à 08:25

    Bonjour Tom,

    Merci beaucoup pour cet article.

    Depuis quelques jours je suis lancée dans un débat sur le forum sur la place des discutions à forte couleur intellectuelle en séduction et je vois bien que ça suscite l’incompréhension.

    Pour ma part en 15 ans, je n ai rencontré que 4 hommes qui m ont attirée physiquement, et à chaque fois c’était des hommes avec qui j avais discuté au moins une fois par semaine pendant mini 6 mois (ce qui a fait « hurler » Sylvain qui trouvait que là on n était plus en slow dating mais en ultra slow dating)

    Et les field report d Éros me font le même effet que lire une recette de cuisine, même celui envoyé dans le cadre du webinaire (dsl Eros)

    Bref, voir un homme ça ne m excite pas quel que soit son physique, ni le toucher ou être touchée par lui, ce qui m a valu plusieurs malentendus avec des hommes qui pensaient que comme je ne les repoussais pas quand ils me touchaient les fesses, c est que j étais intéressée par eux : pas du tout, mais comme ça ne me fait rien ce n est pas désagréable non plus, donc pas de raison de manifester du rejet.

    Après, c’est vrai qu on peut se dire que je suis normale et que ce sont les filles qui ressentent du désir pour un homme qu elles connaissent depuis moins d un mois qui sont bizarres : tout dépend où on place le curseur de la normalité.

    D un autre côté, même ma mère avec qui j en ai parlé plusieurs fois quand j étais jeune adulte trouvait étrange que je n ai aucun fantasme sur aucun acteur, chanteur etc… ce qui donnait des conversations du genre :
    – « comment veux tu qu ils me plaise ? Je ne les connais pas »
    –  » oui mais tu pourrais les trouver beaux et te sentir attirée par leur physique »
    – « je les trouve beaux mais comme le tableau dans ta chambre : lui aussi je le trouve très beau »
    – « Oui mais tu es une femme, tu es vivante et eux ce sont des hommes, tu te rends bien compte que ce n est pas pareil qu un tableau »
    –  » Effectivement sur le papier je suis d accord avec toi, mais la vérité c’est qu ils ne font rien ressentir de plus que le tableau »
    – « Tu es bizarre quand même  »

    En tout cas tout je vais aller me renseigner sur le sujet; merci Tom pour le tuyau parce que je ne connaissais pas du tout cette théorie !

    • Sylvain

      5 octobre, 2017 à 09:11

      Hello Lady,

      C’est vrai que c’est quelque chose d’étonnant. Pour un homme, c’est assez dur à comprendre que l’attirance d’une femme puisse dépendre de la conversation et de l’entente qui va naitre entre vous. Ca veut donc dire que physiquement, un homme peut ne pas te plaire, mais s’il est drole et que tu te sens bien avec, tu vas finir par le trouver beau et etre attirée vers lui.

      Perso, je ne fonctionne pas du tout comme ça. En moins de 30 s, je pense etre capable de te dire si cela peut devenir sérieux ou pas. Je ne dis pas que ca le deviendrait à chaque fois attention. On ne va pas caricaturer en disant que les femmes sont cérébrales et que les mecs ne pensent qu’au physique. mais je dis que je sais s’il y a une possibilité que ça devienne sérieux ou pas.

      Si une femme ne me plait pas, elle peut etre hilarante à se taper le cul par terre, aimer le foot, regarder des séries avec moi ou refaire le monde toute la nuit, quelle que soit la qualité de notre complicité, je ne ressentirais pas de désir pour elle.

    • AL

      5 octobre, 2017 à 21:24

      Lady Melodia : Prenons le problème à l’envers : quels étaient les points communs de ces 4 hommes qui t’ont attirée physiquement ? (prends le temps de réfléchir, si besoin, parce qu’il y a forcément un ou plusieurs fils rouges)

    • Lady_Melodia

      5 octobre, 2017 à 21:58

      Ah ben même pas besoin de réfléchir des heures vu que cette question, j ai dû me la poser une bonne centaine de fois quand j ai réalisé que j étais tombée amoureuse de mon copain actuel.

      Le point commun c est qu ils étaient tous des érudits, qu ils entretenaient une relation particulière à la connaissances.
      Après ça ne se manifestait pas de la même façon vu qu au moment de notre rencontre, l un avait 14 ans, un autre 16, un autre 31 et le dernier 42 mais chacun se nourrissait de connaissances et en avait beaucoup à partager : de vraies mines de diamants à explorer ! J en avais la pioche qui me démangeait !

      Et puis au bout d’un moment, je suis tombée en one itis, attirance physique est arrivée et là, j ai lâché la pioche pour le fusil longue portée :)

    • Sylvain

      7 octobre, 2017 à 09:45

      Hello,

      Lol, quelle belle image, j’ai laché la pioche pour le fusil à longue portée :) :) C’est tout de même rassurant pour nous les hommes de savoir que le capital intelligence peut devenir sexy.

    • AL

      5 octobre, 2017 à 22:05

      Merci Lady ! Tu notes que tu les prends de plus en plus vieux (par rapport à ton âge) ? Ce qui nous amène donc à la question suivante : quels ont été les modèles masculins de ton enfance ? (ton père, un professeur, un héros de fiction…) A qui te font-ils penser spontanément ?

    • Lady_Melodia

      6 octobre, 2017 à 23:57

      AL :
      Si je les prends de plus en plus vieux, c’est parce que je vieilli aussi ;) Concrètement les 2 premiers étaient plus jeunes que moi, soit 50/50 de jeunes et de vieux au global.
      Pour mes modèles masculins dans l’enfance, j’ai eu beau bien chercher je n’en ai pas trouvé : enfant je ne lisais pas beaucoup (bon ok, pas du tout) et les histoires qu’on me lisait, c’était beaucoup la collection des Père Castor où les héros sont majoritairement des animaux (donc pas des « modèles masculins »).
      Pour les dessins animés c’était des mangas mais avec des modèles féminins guerriers (Sailor Monon !!), les adaptations des grands classiques de la BD aux héros asexués (genre Tintin, Astérix, Spirou et les Schtroumpfs), les Disney et leurs princesses ainsi que les émissions de vulgarisation genre Il était un fois la Vie, le Bus magique et C’est pas sorcier. Pendant ma scolarité, je n’ai eu aucun maître : que des maîtresses de la maternelle jusqu’au collègue.
      Après, il peut être utile de préciser qu’à ma génération, j’étais la seule fille sur 4 cousins germains (j’avais donc 3 cousins garçon) mais bon, je n’ai que des soeurs donc au quotidien, je voyais surtout des filles.
      Et depuis que je suis adulte, j’adore le Dr Emmett Brown (Retour vers le futur), Forest Gump et récemment le Dr Schultz (Django Unchained).
      Sinon mes copains ne m’ont jamais fait penser à personne en particulier : ils avaient tous ce côté inédit qui précisément me donnait envie d’en savoir plus.

      Sylvain :
      C’est exactement ça et j’imagine très bien que ce soit dur à comprendre. Après, le plus dur pour toi ça serait peut-être de te dire que ce mode de fonctionnement ne semble pas réservé aux femmes car quand j’ai rencontré mon copain actuel, je ne lui plaisais pas physiquement et ça m’a pris 3 ans pour bâtir une attirance physique chez lui, et maintenant il est plutôt accro (bon après j’étais novice et je faisais ça pour la première fois; je pense qu’aujourd’hui je serais beaucoup plus efficace et rapide si c’était à refaire).

    • Sylvain

      7 octobre, 2017 à 10:32

      On en revient toujours aux leviers de l’attraction pour chacun. C’est un travail de profiling, aussi intéressant que difficile. Je devrais déjà commencer à faire l’exercice pour moi meme ! :)

  7. Cassandre

    5 octobre, 2017 à 18:51

    Bonjour Lady,

    Je pense que nous sommes câblées de la même manière. Moi j’ai eu deux histoires du même type que les tiennes. J’ai eu mon mari sous le nez pendant 10 ans (bon ben j’avais 11 ans au début, donc…). Nos familles étaient voisines, il était très copain avec mon frère aîné, je le voyais régulièrement à la maison, mais… rien. Et puis, un jour que mes parents avaient invité tous les voisins et que mon frangin était en retard (en fait, très en retard), on a discuté. Après de multiples épisodes pendant lesquels nous sommes restés en contact et avons échangé sur des trucs très sérieux, notre histoire a commencé environ 8 mois plus tard. La première fois que nous avons dîné au restau tous les deux, il a passé une bonne partie de la soirée à me parler de la bataille de Gaugamèles et il m’a fait littéralement fondre.

    Je pense que nous avons aussi quelque chose en commun : une relation hédoniste à l’exercice intellectuel, comme le cousin dont tu parles dans un de tes posts ou comme les joueurs d’échecs. C’est pour cela que tu as fait de la recherche, non ? Ça m’inspire une question sur ta théorie. J’ai bien compris (il me semble) qu’il est question de circuit de la récompense, mais beaucoup de gens que je côtoie sont plus ennuyés qu’excités à l’idée de faire un effort de réflexion. Comment vois-tu ça, et notamment la généralisation de ta théorie ?

    Par ailleurs, je ne sais pas si tu partages ça : la conversation peut (jusqu’à un certain point) rattraper le physique, par contre le physique ne rattrape pas l’absence de conversation.

    • AL

      5 octobre, 2017 à 21:59

      @Cassandre :
      « il a passé une bonne partie de la soirée à me parler de la bataille de Gaugamèles et il m’a fait littéralement fondre »

      Est-ce que c’est ce qu’il t’a raconté, qui t’as fait fondre, ou bien quelque chose s’était débloqué en toi à ce moment-là qui t’as rendue disponible et ouverte à la rencontre – et à la rencontre sexuelle – avec lui lors de ce diner ? La question paraît simple, mais je doute que la réponse le soit. ça nécessite d’interroger son histoire en profondeur, et ça n’a pas forcément d’intérêt si tout se passe bien avec ton mari.

      Si tu as l’occasion (idem pour Lady Melodia), je t’invite à lire « Les femmes, le sexe et l’amour », de Philippe Brenot. Assez éclairant sur les différents profils de comportements érotiques.

      « la conversation peut (jusqu’à un certain point) rattraper le physique, par contre le physique ne rattrape pas l’absence de conversation. »

      Pourquoi faudrait-il réunir les deux pour aller vers une personne, ou pour justifier son intérêt pour une personne ? En te lisant, j’ai un peu l’impression que tu dis « Je suis un peu attirée par cet homme. J’ai envie de sexe, mais je n’ai que lui sous la main et il ne me plaît pas trop physiquement. Oh ! Mais on a de supers discussions. C’est toujours ça de pris. Si je couche avec lui, je pourrai toujours dire à ma conscience que c’est un type cérébral pour ne pas avoir de regrets après. Et puis dire qu’on aime les types cérébraux, c’est valorisant, vis-à-vis des autres et vis-à-vis de moi-même. » Je caricature un peu, et je ne dis pas que c’est ton cas. Mais c’est une lecture possible de la situation qui, je pense, mérite d’être prise en compte dans le cadre du réflexion globale sur le sujet.

      Ceci dit, je suis assez d’accord avec toi sur le principe, mais j’ai plutôt la mécanique inverse : si la personne a de la conversation, elle me procure déjà quelque chose. Du coup, si j’ai pas de sexe derrière, je m’en fiche un peu, parce que j’ai déjà passé un bon moment.

      D’autre part, ma propre expérience me fait dire qu’il faut se méfier de l’absence de conversation de certaines personnes. Ce n’est pas parce qu’une personne n’a pas de conversation « avec toi », qu’elle n’en a pas de manière générale. J’ai eu quelques exemples de filles qui étaient super loquaces avec d’autres mecs et fermées avec moi. Idem pour moi : certaines filles ne me donnent absolument pas envie de parler, peu importe le sujet et peu importe le ton (humour, sérieux…). Au début, ça m’a fait bizarre, mais je pense que désormais j’ai parfaitement saisi le concept du « feeling ».

    • Sylvain

      7 octobre, 2017 à 09:58

      Hello,

      Je pense que c’est plus subtil que ça. L’intelligence, comme le pouvoir ou l’argent peuvent éventuellement effectivement devenir des choses qui rendent beau. C’est encore difficile à conceptualiser pour moi mais c’est visiblement le cas. Si elle était peu attirée physiquement ce ne serait pas devenu son mari sur la longueur. Quand on couche avec quelqu’un avec de mauvaises raisons, on le fait mais on enfouit cette histoire dans sa poche avec son mouchoir par dessus. En plus, si je ne m’abuse, son mari porte l’uniforme pour la France et peut etre même dans l’un des RPIMA dans mes souvenirs. Donc physiquement ça doit aller quoi…Et ce dont elle parle, c’est de son éloquence autour des batailles d’Alexandre le grand plutot que de son grand corps de titan forgé par l’entrainement militaire :) c’est donc ce qui la touche en premier. Après, la mécanique du raisonnement reste abstruse pour moi aussi…Cassandre, feedback?

      Pour la 2eme partie c’est sur aussi. J’aurai tendance à dire qu on devient bavard et interessant dans la discussion si on est intéressés. D ou ma théorie que le physique te donne le droit à ouvrir la bouche :)

    • Sylvain

      7 octobre, 2017 à 09:34

      La vraie question interessante, c’est celle des 2 dernières lignes !! Si vous voulez développer, je suis preneur. Car dans l’exercice qui nous interesse, à savoir aider les hommes à séduire, c’est quand même une piste intéressante :)

      Les batailles d’Alexandre le grand. Si j’avais le temps ca m’interesserait de me plonger dans toutes ces histoires :)

    • Lady_Melodia

      7 octobre, 2017 à 10:05

      De quelles lignes parles tu Sylvain ? (Avec les commentaires en chaîne ça devient compliqué de s y retrouver)
      Sinon, si tu es présent au rdv en l honneur des 10ans d ADS, on peut potentiellement échanger de visu !
      D ailleurs des infos sur le lieu et l heure vu que c est censé être aujourd’hui ?

    • Sylvain

      7 octobre, 2017 à 10:22

      Oups ha oui, je suis en train de répondre à la volée et ça s’affiche en bordel. Je faisais référence à ça : « Par ailleurs, je ne sais pas si tu partages ça : la conversation peut (jusqu’à un certain point) rattraper le physique, par contre le physique ne rattrape pas l’absence de conversation. »

      Mais du coup ca a été largement traité dans le fil ;)

      POur le RDV, ce sera maheureusement non. Je suis la partie sudiste de l’équipe moi. ce sera donc à priori Sélim et peut etre Maax. Pour les infos tu as le sujet sur le forum que Sélim a du actualiser je pense :)

  8. Cassandre

    6 octobre, 2017 à 12:34

    @ AL

    Je voulais dire qu’un homme que je trouve a priori quelconque peut devenir très désirable à mes yeux s’il a une conversation très stimulante intellectuellement, alors qu’un homme qui a une conversation peu stimulante ne sera jamais désirable pour moi, aussi beau soit-il. En fait, cela provoque chez moi un profond malaise. C’était en réponse au post de LM (forum) sur le fait qu’il s’agit du même circuit de récompense (si j’ai bien compris son exposé). Et j’aimerais bien savoir si cela est compatible avec sa théorie.

    Pour ta première question (sur Gaugamelès), LM a donné la réponse, c’est le rapport au savoir. Mon autre histoire longue qui dure toujours un peu c’est avec un prof d’université, excellent joueur d’échecs, le double de mon âge à l’époque. On s’est rencontré par hasard en juin, nous nous sommes revus 3 mois plus tard en septembre dans son club d’échecs parce qu’il m’avait donné envie d’y jouer et nous n’avons consommé qu’au début de l’année suivante après bien des discussions passionnées et passionnantes.

    Merci pour la référence du livre.

    • Lady_Melodia

      7 octobre, 2017 à 00:00

      Salut Cassandre,

      Je te propose plutôt d’échanger par téléphone parce que sinon ça risque d’être très long ;)

      Si tu es sur facebook, tu peux me contacter via mon avatar aminoglycoside (il ressemble à une sorte d’ours rouge).

      A très vite !

    • Sylvain

      7 octobre, 2017 à 10:13

      C’est laquelle cette discussion sur le forum? Je vais la mettre dans le « What’s hot » de demain que je vais écrire aujourd hui. Writing saturday ;) « Un homme séduit »? Je vais regarder je vais essayer de retrouver.

      @Cassandre ===> Stefan Zweig, le joueur d’échecs :)

  9. Cassandre

    9 octobre, 2017 à 19:47

    Et bien c’est tout en vrac ici :-)

    @ Sylvain

    J’ai lu un article il y a quelque temps sur la relation entre beauté et familiarité, mais je n’arrive pas à remettre la main dessus. En fait, il disait que plus un visage est familier, plus on le trouve beau.

    En recherchant l’article, j’ai trouvé cette citation de Christopher Wren. Il parle de bâtiment, mais l’idée est là.

    « Il y a deux origines à la beauté : naturelle et coutumière. La naturelle vient de la géométrie, elle consiste en uniformité (c’est-à-dire égalité) et en proportion. La beauté coutumière est le résultat de notre perception des objets qui nous sont ordinairement agréables pour d’autres raisons, la familiarité ou l’inclination pouvant faire naître l’amour pour des choses qui ne sont pas aimables en elles-mêmes. »

    Et je ne pense pas que ce soit la culture ou l’intelligence qui rende beau à mes yeux, mais la stimulation que quelqu’un de cultivé et/ou d’intelligent peu m’apporter. Mais ça fonctionne aussi tout seul chez moi, j’adore me faire des noeuds au cerveau, poser des questions, challenger les gens, me faire challenger.

    @ Lady

    Dommage que ce soit trop long parce que c’est vraiment d’utilité publique. On croise beaucoup de gens bien trop pressés, ici ! Il y a quelques semaines, j’écrivais dans un commentaire que les relations les plus gratifiantes que j’ai eues sont celles qui ont mis du temps à démarrer et AL me chantait Jean-Jacques Goldman (c’est pas de l’amour) en mode pis-aller ;-).

    • Sylvain

      10 octobre, 2017 à 12:09

      Hello,

      Hum ca me semble être tout de même bien farfelu comme argument. Pour preuve, il y a des femmes que je vois tous les jours et elles ne me semblent pas plus belles pour autant :)

    • AL

      10 octobre, 2017 à 20:04

      @Sylvain : Peut-être parce que tu ne prends pas le temps de les regarder réellement et profondément ? Je suis assez d’accord avec le texte de Cassandre. Je pense qu’au-delà du côté « on a parlé ensemble dans un rapport intellectuel fort », il y a surtout « on a passé beaucoup de temps les yeux dans les yeux ».

    • Sylvain

      11 octobre, 2017 à 11:26

      J’ai surtout du mal à établir une corrélation entre temps passé ensemble, qualité de l’interaction et beauté. mais je dois etre trop pragmatique… Que tu découvres des qualités à la personne en passant du temps avec, que tu développes une forme de tendre ou d’attachement en la connaissant ok, mais belle. Si ce n’était pas le cas à la premiere seconde, je ne vois pas pourquoi ça s’améliorerait…

  10. Cassandre

    9 octobre, 2017 à 20:24

    Oops ! « que j’aie » pas « que j’ai »

    • AL

      10 octobre, 2017 à 19:57

      @Cassandre et « peut » pas « peu » ;P

  11. Cassandre

    10 octobre, 2017 à 20:44

    Oui AL, je vais inventer la dysorthographie du clavier. Une pathologie rien que pour moi, c’est pas beau ça ? :-)

    • AL

      10 octobre, 2017 à 21:25

      Si je menace de te donner une fessée à chaque faute, tu risques d’en faire moins ou plus ?
      ?_?

    • Sylvain

      11 octobre, 2017 à 11:29

      Dois je rappeler que son mari est commando parachutiste? :)

    • Sylvain

      11 octobre, 2017 à 11:28

      En tout cas, tu n’es pas le premier cas qui se présente vu les commentaires que l’on reçoit parfois !

  12. Cassandre

    11 octobre, 2017 à 12:46

    @ AL

    Je suis contre la violence éducative :-)

    @ Sylvain1

    Dieu merci, non :-)

    @ Sylvain2

    C’était très vilain de ma part d’accuser mon clavier :-)

    Dans le lot, il y a quelques vrais dysorthographiques (fautes récurrentes, systématiques et nombreuses, remplacement d’un son par un autre, coupure au mauvais endroit… que l’on doit retrouver dans l’écriture manuscrite). Le reste vient de ce que le cerveau du scripteur connaît le sens du texte et pas celui du lecteur qui doit le chercher. Le second est donc plus apte à détecter les coquilles, les mots oubliés, les fautes sporadiques…

    • AL

      12 octobre, 2017 à 13:20

      Jolie pirouette ! Mais c’est pas grave, je m’adapte ! Si je projette de te sucer l’abricot à chaque faute, tu risques d’en faire moins ou plus ? XD

    • Sylvain

      12 octobre, 2017 à 16:15

      Je te rassure, moi aussi j’ai des fautes récurrentes, notamment dans l’utilisation de l’accent circonflexe. Mais il y a Sélim qui veille à la relecture!

      Il faut lire les bouquins à la mode de Céline Alvarez…Et nous faire un compte rendu !

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire plus Sexualité