Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

La Différence Entre Baiser à Tout Va et Trouver Une Copine ?

Trouver une copine

Plaire aux filles

La Différence Entre Baiser à Tout Va et Trouver Une Copine ?

La Différence Entre Baiser à Tout Va et Trouver Une Copine ?

Alfie trouver une copine La Différence Entre Baiser à Tout Va et Trouver Une Copine ?
Repas de Noël entre copains, uniquement entre couilles et invariablement les jalousies et les moqueries reviennent : « Toi de toute façon tu ne sais pas t’engager », « tu es incapable de garder une copine plus de trois coïts ».

De mon côté, je leur rappelle que dans mon oasis sexuelle luxuriante, certes localisée en plein désert émotionnel, ils ne tiendraient pas dix secondes, ne réussiraient ni à draguer ni à être attirants, et qu’il faut beaucoup plus de force pour être moi qu’être une victime en couple.

Baiser à tout-va et trouver une copine : quelles sont les qualités qui comptent ?

Le sujet est venu sur la table alors que Sélim nous expliquait que c’était deux choses complètement différentes que d’être un bon dragueur et être bon en couple.

De mon côté, je défends le fait qu’être un bon en drague me permettra un jour de trouver LA BONNE. Et que le jour où je serai lassé physiquement, je me poserai, comme eux. Je renoncerai, courageusement, comme notre président.

De leur côté, mes potes en couple sont persuadés qu’ils ont fait le bon choix, le choix sage, et que c’est plus cool la monogamie, que c’est plus dur aussi.

Nous ne sommes pas d’accord ! Qui a la vie la plus dure ? Qui doit développer le plus de compétences pour survivre dans la jungle ? Un attaquant peut-il devenir un bon défenseur ?

On a décidé de faire un match « baiser à tout va VS trouver une copine » !

Les qualités du bon dragueur qui enchaîne

1/ S’affranchir de la morale puritaine de ce pays

Lutter contre vos parents, lutter contre vos collègues, vous rebeller contre l’ordre établi : être un Don Juan oblige à passer votre vie en dehors des clous, en dehors du politiquement correct.

Tout en séduction, le dragueur qui enchaîne les conquêtes n’est pas là pour faire plaisir à la société. Il consomme, il prend, il jette.

Et ne vient pas se plaindre quand on le jette, ça fait partie du jeu.

2/ Un bon dragueur pense sur le court terme

Un bon dragueur sait qu’il faut absolument battre le fer tant qu’il est encore chaud. Qu’on ne refuse pas une fille qui veut coucher avec soi, juste pour l’expérience, pour le fun.

Un bon dragueur sait qu’il aura aussi des revers dans la vie et qu’il aura des coups de moins bien, mais ce n’est pas si grave.

3/ Un bon dragueur travaille la sexualisation et la provocation

Il sait qu’il faut mettre l’ambiance. Il sait qu’il faut prendre des risques, et sortir du lot alors que les « papas » pensent à bien s’intégrer, à la cohésion du groupe, à ne pas choquer, à respecter les règles.

Un bon dragueur parlera de cul pour remporter la mise plus vite, alors qu’un papa prendra le temps de mettre la fille en confiance avant de sortir sa ….

Un bon dragueur n’aura pas peur d’inviter directement une fille chez lui quitte à prendre un râteau, là où le « papa » n’osera pas faire connaître ses intentions tout de suite.

4/ Un bon dragueur ne juge pas les femmes

Un bon dragueur ne parle pas de « fille facile » ou de « salope » : il ne juge pas, surtout pas son fonds de commerce.

Au contraire, il fait tout pour mettre les filles à l’aise, dans des conditions où elles pourront se lâcher sans crainte du jugement des autres. Il est le petit diablotin sur l’épaule des femmes, qui les pousse à partir à l’aventure avec lui.

5/ Un bon dragueur sait se mettre en avant très vite

Le bon dragueur sait ce qui plaît aux femmes et sait mettre en avant toute sa parure, tous ses attributs qui brillent pour séduire les femmes rapidement.

Le bon dragueur pratique la blitzkrieg : c’est direct, cash, efficace. Le bon dragueur met des paillettes dans les yeux des filles très vite, quitte à ce qu’elles tombent amoureuses vite… ou qu’elles regrettent par la suite d’être passées à la casserole aussi vite.

6/ Un bon dragueur est aussi un très bon logisticien

Récemment, je suis sorti de boîte avec une fille, elle habitait trop loin, j’habitais trop loin, je n’avais pas envie de payer pour l’hôtel.

J’ai toujours sur moi la liste des digicodes des immeubles de mes potes. Je l’ai prise contre un mur, dans la cour intérieure de l’immeuble d’un pote. Oui, c’est à la va-vite, mais l’aventure, ça les excite.

Un bon dragueur a toujours une solution logistique ou un coup de folie pour ne pas laisser filer sa proie. Les femmes attendent de vous des solutions, pas des problèmes.

Une femme qui veut coucher avec vous sur le moment vous veut… sur le moment. Elle ne veut pas que vous sortiez votre agenda pour prendre rendez-vous dans deux semaines.

Alors avant de demander à une femme si elle veut que vous la raccompagniez chez elle, ayez toujours d’autres propositions ! Toujours un coup d’avance, Kasparov…

7/ Un bon dragueur ne couche pas qu’avec une seule femme

Un mec qui ne couche qu’avec une seule femme, ça s’appelle un « papa ». Le fait d’avoir des options qui s’offrent à vous joue vraiment sur votre confiance : une fille qui vous recale pour la soirée, c’est pas grave, vous appelez un autre plan cul.

Un vrai bon dragueur a toujours l’esprit d’abondance et ne va jamais pleurer si une fille annule un rendez-vous : il en a toujours trois ou quatre autres, minimum, sous le coude.

Mentalement, ça libère d’un poids ! Avoir le choix : le plaisir du bon dragueur !

De l’autre côté, on a les papas. Qui ont bien prêché pour leur paroisse. J’ai recensé leurs arguments, j’ai noté pour vous les qualités qu’il faut avoir pour être un bon « boyfriend material », un bon petit-ami.

En gros, dans la section qui suit, vous trouverez toutes les qualités à développer pour donner l’image du gendre idéal pour draguer la femme de votre vie.

Les qualités à cultiver lorsque vous voulez trouver une petite amie

1/ Savoir qui vous êtes

Le papa a investi du temps en développement personnel. Il a réfléchi à qui il était, il a réfléchi à ce qu’il voulait dans la vie en termes professionnels, en termes d’amis.

Il gère sa vie et ne la subit pas. Contrairement au caméléon qu’est le bon dragueur, le papa s’en fout de passer à côté d’un coup à tirer. Tant pis. Il se dit qu’il doit être lui-même, et puis c’est tout.

Le papa n’a pas besoin de mentir pour baiser.

2/ Avoir des critères de sélection

Le bon dragueur mettrait selon eux sa bite n’importe où (ils n’ont pas 100% tort).

Les papas se flattent d’avoir des critères de sélection, de ne pas céder à n’importe quelle fille, de ne pas sortir avec des crasseuses.

J’entends beaucoup de jugement dans leur bouche, et effectivement, si un jour il y a un Jugement Dernier, leur CV sexuel sera clean. C’est clair qu’avec 4 ou 5 filles maximum, c’est pas comme ça qu’ils vont finir en enfer…

3/ Développer votre cercle social

Le papa réfléchit et sait où se font les rencontres : au travail, à l’école, ou via les amis d’amis, c’est pour cela qu’il développe et cultive son cercle social.

Pas de temps à perdre en boîte de nuit pour le papa : le taux de réussite est trop faible. Les sites de rencontres ? Ça dépend : souvent, les papas qui ont témoigné autour de moi m’ont dit qu’ils ne trouvaient que des coups d’un soir sur Tinder ou Happn…

Quant à la drague de rue, ça les fait rire plus qu’autre chose de voir des mecs pas assez introduits, pas assez en place pour avoir une vraie vie sociale.

Les papas savent gérer les dynamiques sociales, rendent des services, sont là pour la communauté et ne pensent pas qu’à leur gueule.

4/ Prendre le temps : la vraie force des papas

Les papas ne sont pas des gars pressés. Je leur ai demandé à tous la durée de la phase de séduction : ils m’ont tué. De trois semaines à trois mois !

Pour moi, c’est une éternité ! C’est peut-être ça aussi qui leur permet de faire le bon choix et de durer sur la distance.

Les papas ont ce côté rassurant, pas « prédateur », pas « chien de la casse ». C’est rassurant pour les filles qui cherchent une vraie relation, qui ne sont pas pressées de coucher avec eux, qui ne font pas de la sexualité une des priorités de leur couple.

5/ Les papas ont des principes et sont clairs sur leurs intentions

Ça revient un peu à reparler du point 1 : les papas sont très clairs sur ce qu’ils cherchent chez une femme.
Ils recherchent de vraies qualités morales chez les femmes, là où le dragueur que je suis n’en recherche absolument aucune. Moins il y a de morale, mieux je me porte.

Balle de match ! Dragueur ou papa, qui gagne ?

Trouver une copine La Différence Entre Baiser à Tout Va et Trouver Une Copine ?

Après ce repas fort animé, nous avons décrété que nous ne vivions pas du tout sur la même planète.

On se tolère, et on est complémentaire. Eux m’apprennent à me calmer, me racontent des anecdotes de grossesse et de beaux-parents, de costards ruinés par le vomito de Bébéchou, et tout ce que la vie de couple implique de planification et de compromis.

Pour ma part, je continue de les faire rire avec mes histoires d’étudiantes Suédoises et Américaines, et de leur faire découvrir les nouvelles perversions de la jeune génération sur snapchat…

L’essentiel, à la fin, est toujours réglé par l’arbitre en nous qui nous demande : « Est-ce que tu es heureux avec cette vie ? » Si la réponse est oui, ne changez rien !

D’après vous, c’est plus facile d’être un Don Juan ou un papa ?

Eros, Don Juan toujours, papa un jour ?

Bann SexTalk La Différence Entre Baiser à Tout Va et Trouver Une Copine ?

Banner 50phrases La Différence Entre Baiser à Tout Va et Trouver Une Copine ?

Lire la suite
130 Commentaires

130 Comments

  1. Tha Gamer

    19 décembre, 2016 à 14:34

    Eros,

    Merci pour cet article. Néanmoins je pense qu’un bon dragueur peut se trouver une copine.

    Sinon tu as cité Kasparov… Nice, j’aimerais bien faire une partie contre toi ! ;) ;)

    Thag’.

  2. Juan (cristobal)

    19 décembre, 2016 à 14:46

    Je pense que c’est un article un peu trop caricatural pour être réaliste.
    Donc à ne pas prendre au pied de la lettre.
    Eros comme Sélim on beau avoir des styles de vie différents, il me semble qu’il y a du Eros dans Sélim et inversement (je parle pas de foutre, en admettant que nos coachs en séduction ne soit pas pd bien évidemment).

    C’est l’appellation « dragueur » ou « papa » que je trouve asser sucsinte car trop peu réaliste.

    Un truc qui me frappe mais qu’il me semble : c’est plus Eros qui a le rôle de modèle pour Sélim non ? (dans votre relation outre internet ) où au final c’est lui qui apparait comme le plus mature .
    Je dis ça parce que ce Eros, dans les articles de Sélim, il est vraiment bien mis en valeur, comme si c’était la référence du mec qui connait les femmes (puisqu’il à couché avec la moitié de la planète)(logique à revoir).

    Vous lisant depuis longtemps, c’est l’impression que j’en ai.

  3. tt

    19 décembre, 2016 à 18:37

    baiser ou avoir une copine? bah je n’ai ni l’un ni l’autre ; de toutes façons elles me détestent toutes; puis elles n’aiment que les racailles , ou alors elles sont toutes prises, puis on ne peut plus faire de rencontres, c’est devenu impossible

    • Kheldar

      19 décembre, 2016 à 22:27

      T’es sérieux là ?

      C’est sûr que ce n’est pas avec ce genre de mentalité que tu te trouveras une copine !

  4. Lisa

    20 décembre, 2016 à 12:11

    @Lady_Melodia:

    Huuum, le problème est que tu rationalises la vie d’êtres non minéraux (c’est-à-dire du genre non minéral) et non que « phyto », soit les êtres vivants du genre humain pour m’exprimer clairement^^ et là où ça coince pour moi, c’est qu’entre la vie et la mort, personne ne sait ce qui peut advenir de ta vie : on peut tous mourir du jour au lendemain ou connaître la maladie dans sa vie, par exemple.

    Un personne qui a perdu sa meilleure amie a 20 ans d’une maladie dégénérative n’aura pas la même vision de la vie par exemple et pourra (it) devenir épicurien comme Eros à la Carpe Diem.

    Ou alors, écrire « le voleur de brosse à dents » (pas de bol, ton enfant peut naître aveugle, autiste…)bref, avoir un handicap ou toi ou ton conjoint peut connaître un « handicap » et y survivre ou pas.

    Après, prendre la mesure des conséquences de ses actes, là je plussoie tout à fait : et si Eros ne respecte pas ses conquêtes qui peuvent être des soeurs/cousines/tantes, là ça ne me convient pas du tout du tout.

    Néanmoins, je pense qu’Eros ne peut s’investir émotionnellement tant il a dû souffrir de une/de ses ruptures amoureuses. Pouvoir dans le sens d’en être capable; capable de tomber amoureux par exemple (ou tomber en amour comme disent les Québecquois), car dans le verbe « tomber », il y a la présence d’un vertige, d’une panique (on ne contrôle RIEN quand on tombe amoureuse/x, nous en avions ici déjà parlé avec Cassandre; et on peut aisément se raisonner, « non, ce n’est pas le bon moment, non, nous sommes trop différents…Quand ça va te chercher et que ça va te chercher du fond de tes entrailles, tu peux fuir momentanément et/ou loin, ça n’y changera strictement RIEN).

    Enfin, pour tout ce qui est vieillesse, je dirai qu’il existe des enfants ingrats, d’autres non (dépend de ton enfance et de l’éducation qui t’a été donnée et du rapport avec ta fratrie), donc avec des si, comme dirait ma mère, on pourrait refaire le monde^^ (certain(e)s connaîtront un quatrième âge dorée, certain(e)s connaîtront une vieillesse de merde, certains auront vécu avec la scélorose en plaques…)

    Bref, perso, je suis pour le Carpe Diem et pour s’investir émotionnellement dans son amour(eux) et nos enfants^^ (faudra bien qu’ils nous rendent la pareille un jour, ses ingrats lol).

    Et de toute façon, les enfants ont toujours une énorme dette par rapport à leurs parents. Qu’ils ne pourront jamais comblés car quand tu es tout minus et totalement dépendants bin y’avait tes parents là amoureux de toi qui faisaient gaffe que tu sois aimé(e) et que tu ne manques de rien (dans le meilleur des mondes)

    ;).

  5. Lisa

    20 décembre, 2016 à 12:13

    âge doré (sans-e)

    dépendant (sans -s)

    • Lady_Melodia

      20 décembre, 2016 à 23:49

      ces ingrats (et non ses)

      Sinon, oui on peut mourir du jour au lendemain (d’ailleurs je suis même certaine que ça se passe toujours comme ça : la veille on est vivant et le lendemain on est mort) mais ce n’est pas une raison pour ne pas se projeter dans ce qui va nous arriver si, par hasard, on est encore en vie demain. D’ailleurs l’exemple que j’ai pris n’était…qu’un exemple. Au final, l’idée c’était de dire qu’on a des projets à court, moyen et long terme mais que nos projets peuvent évoluer avec le temps et que c’est dommage de s’auto piéger parce qu’on a manqué d’anticipation ou parce qu’on a privilégié une seule temporalité de projets par rapport aux autres.

      Pour les conséquences de ses actes, je parlais surtout des conséquences que nos actes peuvent avoir sur nous-même et pas tellement sur les autres.

      Et oui c’est analytique et oui il y a bien sûr des exceptions parce que tout n’est pas écrit à l’avance, je donnais juste le scénario qui me semble le plus rationnel parce que c’est souvent le plus probable mais même cela ne constitue pas du tout la garantie qu’il va se réaliser.

      Enfin, je me demande pourquoi les gens cherchent des problèmes à Eros Oo
      Pour moi c’est une personne qui n’a pas de blessures (ou alors en version cicatrisées quoi, comme tout le monde) et qui peut totalement « tomber amoureux » (il suffit de voir les conseils qu’il donne pour éviter de tomber amoureux pour se rendre compte qu’il sait totalement de quoi il parle car ses conseils sont parfaits et luttent contre tous les mécanismes de l’attachement).
      En conséquence, je vois une personne totalement normale qui a fait le choix de ne pas s’attacher parce qu’il est heureux dans son fonctionnement actuel et ne voit donc pas l’intérêt de changer. Après si j’avais une critique à formuler (je vais me faire lyncher :p), je dirais que rester dans sa zone de confort à ne faire que des choses qui procurent une satisfaction immédiate témoigne peut-être d’un léger, petit, minuscule…manque d’ambition (mais tout petit hein !! :O ) parce que bon, le sexe c’est indispensable certes (c’est un « besoin »), mais ça ne se situe quand même qu’au niveau 1 de la pyramide de Malsow, à côté de manquer, boire et dormir, donc je suppose qu’on n’est pas censé en faire le but de sa vie ni y consacrer trop de temps.
      Après, c’est compliqué pour moi d’être objective parce qu’à l’inverse, j’ai plutôt peur de ne pas être à la hauteur de mon ambition démesurée (c’est le drame secret de ma vie) donc j’ai plutôt tendance à expédier ce qui est de l’ordre des besoins d’où le fait que j’ai du mal à comprendre comment on peut y consacrer une grande partie de son temps libre alors qu’il y a tant à accomplir et si peu de temps pour y parvenir.

    • Lisa

      23 décembre, 2016 à 18:32

      Du coup, je dois revoir mes classiques (on était plus en début d’année dans Le Corbeau Et Le Renard ;)), j’aurais ainsi compris ta référence à la bise dans la fable ;)

      Je voulais juste dire que j’aime l’attitude épicurienne d’Eros et mon com’ voulait vanter cela (non, je ne pratique pas comme Eros et ne picore pas partout niveau sexe, mon homme me suffit amplement :)

  6. Lisa

    21 décembre, 2016 à 11:37

    Oui, pardon, ces ingrats (ceux-là et non, ici, les miens).

    Je ne prenais que des exemples aussi^^

    Mis à part ça, je te rejoins tout à fait dans la prise de conscience, et ton commentaire, tout comme celui de Cassandre, est très bien (parisiens, allez faire une spermatogenèse, car sur Paris, y’a quand même plus ou moins 45 morts/an à cause de la pollution (on peut aussi entamer une discussion sur les perturbateurs endocriniens, la cigarette et l’alcool qui ont des effets sur la fertilité (comme le stress). Bref.).

    Si Eros n’est pas dans une fuite en avant, en effet, on peut en conclure qu’il n’est pas malheureux. Je dirai plutôt qu’il est mal-heureux…((ouaip, je me permets de juger et de me faire l’avocat du diable:p) …

    On se débrouille déjà avec sa propre vie et c’est pas pour passer du temps à se mêler de la vie des autres; et que de toute façon, sa vie ne regarde que lui tant qu’il respecte les demoiselles.

    Eros est, en effet, complètement dans sa zone de confort et il verse dans la facilité, pour moi. Peut-être qu’un jour, il avouera « Toute cette période de foutre était une demie gabegie en ce qui concerne ma vie de mâle. » Je me dis juste qu’il n’est peut-être pas heureux d’être enfermé dans cette image de queutard qu’il a lui-même créée (ou cette image a été initiée par son cercle d’amis (?)); d’autant qu’ADS aime à se référer à d’illustres dragueurs invétérés. Et que là, oui, s’il s’auto-piège, donc, une prise de conscience et une remise en question sont bel et bien nécessaires pour aller davantage vers ce qu’on veut. J’y décèle, moi, juste une vie vidée de sens, un appauvrissement des sentiments. Et c’est la raison pour laquelle, le visionnage du film Don Jon peut se révéler utile.
    Un queutard qui baise tout ce qui bouge et un mec qui a une vie monacale car il ne l’a pas choisie auront des sentiments similaires, je pense.
    On fait des choix, on choisit de faire ça ou ça et oui cela a d’innombrables conséquences sur soi (et la vie des proches aussi en premier lieu). A court, moyen long, très long terme.

    Et nope : on peut juste mourir d’une seconde à l’autre!!! :p:p:pppp

    Au final, alors, Eros est-il ambitieux et s’épanouit-il?
    Nous lui laisserons le mot de la fin, pour plus tard…

  7. Lady_Melodia

    21 décembre, 2016 à 16:59

    Bon aller AL, soit pas chien, inscrit toi au coaching, file lui cette somme minable, dérisoire et ridicule de 250€, histoire qu il atteingne ses objectifs de vente pour 2016 et puisse réveillonner à Noël.
    Il a besoin de manger le gars aller, un peu de compassion quoi.

    • AL

      21 décembre, 2016 à 23:58

      Désolé, j’ai un méga projet l’an prochain qui va nécessiter toutes mes ressources financières. J’ai pas 250 euros pour Sélim !
      (Il a qu’à faire comme moi, je réveillonne pas : je bosse les 24, 25, 31 et 1er !)

    • AL

      21 décembre, 2016 à 23:59

      Wouaf, wouaf !

      (PS : depuis que je fais du yoga, je peux également lever la patte arrière quand je veux pisser contre un lampadaire !)

    • Lenal'airderien

      22 décembre, 2016 à 07:38

      Lady …

      250€ avec poupée gonflable livrée avec , c’est un bon compromis.

    • Lisa

      22 décembre, 2016 à 12:27

      Bon, allez, soiS pas chien, inscriS-toi…

    • AL

      22 décembre, 2016 à 21:24

      SS ? Tu cherches encore le point Godwin ? XDDD

      (Je suis très cabot, comme garçon ! Si tu me voyais remuer la queue ou jouer au lévrier… -sifflote, sifflote -)

  8. Lisa

    22 décembre, 2016 à 12:26

    Sylvain,

    Je suis assez étonnée aussi quant à tes croyances vu tes publications!

    Cassandre a merveilleusement résumé, de manière métaphorique, le sexe en couple « longue durée » : s’apprivoiser prend un peu de temps tout comme s’accompagner pour découvrir le corps de l’autre. Mais, c’est bel et bien le nirvana, comparé au plan cul.

    Bonnes fêtes également,

    Bisous!

  9. Darsh

    25 décembre, 2016 à 19:35

    On peut aussi baiser 1000 fois sa copine/femme de manières différentes et expérimenter des jeux que tu ne pourrais pas faire avec un coup d’un soir.

    Monogamie n’est pas forcément synonyme d’ennuie au lit à condition de rester dans une démarche de séduction de sa partenaire car cette dernière ne s’arrête pas après avoir tiré un coup d’un soir dans une court d’immeuble.

    Un bon amant est un homme qui sait construire une relation saine avec une femme, il sait donner et recevoir en retour même si ça ne dure pas toute la vie, il prend le risque de donner sa confiance et de partager avec sa partenaire ses doutes et ses peurs. Il peut avoir connu, une ou plusieurs femmes, un ou plusieurs plan cul mais il connait sa valeur, il sait où il va et il recherche une partenaire de valeur équivalente à la sienne.

    Un queutard est juste un petit garçon qui est dans une fuite en avant car il pense que sa « liberté sexuelle relative » lui permet de fuir la peur qu’on trahisse sa confiance, la peur de décevoir. Il se dit qu’il se posera le jour où il va rencontrer la bonne, la THE ONE mais dans la réalité, il nage en plein Disney…
    il sera incapable de la garder car il faudra beaucoup plus qu’être un simple bon coup pour ça, il n’est pas mentalement prêt à construire une relation car il n’a jamais réussi à donner sa confiance et à apprendre à faire des concessions qui sont indispensables dans un couple.

    En bref, tous les comportements excessifs mériteraient de faire une introspection sur soi-même et de voir ce qui se cache derrière un « bonheur » de façade qui va s’effondrer brutalement un jour ou l’autre.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire plus Plaire aux filles