Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

« Quand ? » De Michaël Breus : Devenez Plus Efficace en Faisant les Choses au Bon Moment !

Quand de Michael Breus

Lifestyle et réussite

« Quand ? » De Michaël Breus : Devenez Plus Efficace en Faisant les Choses au Bon Moment !

« Quand ? » De Michaël Breus : Devenez Plus Efficace en Faisant les Choses au Bon Moment !

Quand de Michael Breus « Quand ? » De Michaël Breus : Devenez Plus Efficace en Faisant les Choses au Bon Moment !
Récemment, je vous répétais mon attachement au proverbe « l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt », proverbe bien culpabilisant pour les lève-tard. Mais ça, c’était avant. Avant de lire l’ouvrage « Quand ? » de Michaël Breus, docteur en chronobiologie.

Dans son bouquin « Quand ? Faites votre révolution chronobiologique et réalisez pleinement votre vie », Michael Breus donne des clefs pour mieux vivre notre vie en accord avec votre chronotype.

Et ça a l’air tellement simple quand on le lit, qu’on se demande comment on a pu vivre sans savoir tout ça…

Je vous ai récemment parlé du bouquin Miracle Morning, pour vous inciter à vous lever plus tôt pour atteindre vos objectifs et mieux profiter de vos journées.

Mais j’étais probablement dans l’erreur, parce que je n’avais pas encore lu « Quand ? » de Michael Breus.

Une grande partie de ce que vous allez lire dans « Quand ? » va vous paraître évidente.

« Mais évidemment, il y a les lève-tôt, les couche-tard, c’est comme ça ! »

Mais si je vous dis que l’ordre social est dirigé par les ours qui représentent 50% de la population, que les lions tirent leur épingle du jeu, et que les loups en souffrent ?

Si je vous dis que de nombreux bouquins ont été écrits sur « que faire ? », « comment le faire ? », mais pas sur « QUAND le faire ? ».

Laissez-moi d’abord vous présenter les quatre catégories crées par Michael Breus dans « Quand ? » : les lions, les ours, les loups et les dauphins.

Les quatre chronotypes présentés dans « Quand ? » de Michael Breus

QUAND Michael Breus « Quand ? » De Michaël Breus : Devenez Plus Efficace en Faisant les Choses au Bon Moment !

Le lion est le roi de la jungle, il se lève tôt, déjà en forme et attaque directement sa journée. Son souci : le soir, il manque de vie sociale, il est KO en début de soirée et peut aller se coucher à 22 heures.

L’ours manque de sommeil, est en jet-lag social permanent. Il aimerait dormir plus, n’aime pas trop le conflit et privilégie l’aspect social. L’ours représente 50% de la population.

Le loup chasse en meute, sort le soir, galère un peu pour sa mise en route matinale et atteint son pic de forme vers 11 heures – midi.

Pas très facile quand on bosse en entreprise, ou si vous voulez devenir professeur des écoles. En revanche, une carrière artistique, ça passe tout seul ! Les loups sont aussi les plus prompts aux excès (drogue-sexe-alcool) et plus susceptibles d’être déprimés.

Sur le spectre des chronotypes, Lion et Loup, c’est l’opposé, un peu comme les Lannisters et les Starks vous voyez ?

Enfin les dauphins constituent une catégorie à part entière : ce sont souvent les insomniaques, ceux qui ont tendance à mal dormir.

Attention cependant à ne pas penser que tout sépare ces chronotypes : seule une à deux heures éloignent les lions des ours et les ours des loups.

À quoi ça sert de connaître son chronotype ?

Je m’intéresse depuis des années à la productivité grâce à Maxx, le fondateur d’Artdeseduire.com.

Mon objectif : pouvoir concilier différentes missions avec les sessions de coaching en séduction, avec l’écriture de conseils en séduction, et la création de méthodes et guides de séduction toujours plus efficaces… le tout dans des journées qui font 24 heures.

J’ai toujours voulu être un lion, me lever tôt et abattre un maximum de travail.

Le fait est qu’en lisant « Quand ? » du psychologue Michaël Breus, j’ai la confirmation que mon corps est très LOUP, même si mon cerveau veut être LION.

Connaître votre chronotype vous permettra d’organiser votre emploi du temps de la meilleure des manières pour être à fond quand vous bossez, et pour bien profiter des temps « off ».

Par exemple, je sais depuis une dizaine d’années que de 14 à 17 heures, je ne sers à rien.

Je somnole, je suis fracassé, j’avance à deux à l’heure avant de remonter progressivement en puissance sur le créneau 16h30-17 heures 20 heures-21 heures.

Vous connaissez cette sensation d’inutilité : vous êtes devant une mission, vous allez mettre 3 heures pour la réaliser quand vous êtes crevé, alors que si vous étiez à votre pic de forme, ça vous prendrait 1 heure maximum.

Connaître son chronotype sert à cibler ses temps forts. Identifier son chronotype sert à ne pas lutter contre le courant et à ne pas s’épuiser bêtement.

chronotype quand michael breus « Quand ? » De Michaël Breus : Devenez Plus Efficace en Faisant les Choses au Bon Moment !

Comment déterminer votre chronotype ?

Vous pouvez lire le livre « Quand ? Faites votre révolution chronobiologique et réalisez pleinement votre vie » pour le découvrir, ou vous pouvez faire le test gratuit en ligne (en anglais).

En lisant le bouquin, vous aurez des hésitations : « parfois je suis ci, parfois je suis ça… ». Il est dur de trancher entre certaines propositions…

Dans tous les cas, une fois que vous aurez déterminé votre chronotype, vous pourrez peut-être mettre en place un emploi du temps qui vous soit plus favorable.

Je dis peut-être, parce que nous vivons dans un monde d’ours, et qu’il faut bien vivre avec les autres. J’ai connu une manager qui arrivait bien plus tard au bureau, pour gérer son emploi du temps comme elle le souhaitait, c’était une louve.

Mais comment expliquer à vos collègues que vous arriviez plus tard ? Comment expliquer aux Ours ou aux Lions que de toute façon, vous ne servez à rien de 13 à 17 heures ? Pas facile, ça demande beaucoup de communication !

Et parce qu’on est sur Artdeseduire.com, j’ai sorti pour vous 4 problématiques réelles liées au « Power of When » :

  • Quand Faire des rencontres, quand draguer ?
  • Quand faire l’amour ?
  • Quand dormir en couple ?
  • Quand se disputer ?

Ce que j’ai aimé dans ce bouquin, c’est qu’il permet de comprendre certains soucis de couple, notamment les décalages d’envie pour faire l’amour.

Selon le docteur Breus, le soir, au moment du coucher vers 22H30 23H00, c’est le pire moment de la journée pour solliciter notre corps pour faire l’amour.

Et c’est pourtant ce créneau horaire que choisissent la plupart des couples pour l’intimité physique, parce que c’est pratique, parce que « pourquoi pas », parce que « mais sinon, quand ? ».

Il explique que le timing est mauvais en analysant le niveau de certaines hormones dans le corps. Progressivement le soir, votre corps se met à s’endormir, certaines hormones sont en hausse, d’autres en baisse pour vous aider à préparer la nuit.

Or, le sexe et l’activité physique viennent « relancer » la machine d’une certaine manière.

(Alors qu’on sait très bien vous comme moi qu’on est fracassé après le sexe, et qu’on a juste envie de dormir, et que faire l’amour est pour nous les hommes le meilleur somnifère au monde : pas pour Michael Breus, qui n’a pas trouvé de preuve scientifique à ce ressenti).

Je vous recommande donc de tenter la méthode Breus, entre 19 et 20 heures, pour être « débarrassé » de la pression sexuelle qui pèse sur le couple !

De la même manière, si vous avez déjà vécu en couple avec une fille d’un chronotype différent du vôtre, vous savez la galère que c’est le matin au réveil et le soir au coucher.

Le réveil et le sèche-cheveux de la fille à 7H10 alors qu’il vous reste 50 minutes à dormir, ça rend fou. Irritable. Vous avez l’impression qu’on vous vole votre sommeil.

Mais c’est pareil pour elle le soir, quand elle veut se coucher à 23 heures mais que vous êtes plutôt minuit – une heure du mat’…

Si le mieux, c’est bien évidemment de trouver une fille du même chronotype que vous, vous pouvez gagner 30 minutes à une heure sur vos habitudes, pour aller l’un vers l’autre… mais Michael Breus est formel sur sa conclusion : on ne peut pas tromper sa nature profonde ni se forcer à changer de chronotype.

Je terminerai par les disputes de couple. Un fléau ! Je ne sais pas pour vous, mais je ne suis pas très doué pour les embrouilles en couple. (Il paraît que je suis meilleur pour les générer que pour les régler…)

Mais il y a un truc que je sais sur les disputes de couple : je déteste quand ça se passe juste avant de dormir. Ça me rend fou, ça attaque mon sommeil, donc ma journée du lendemain, et je déteste que ma vie privée s’attaque à ma vie professionnelle.

Dans « Quand ? », Michael Breuss propose un petit tableau pour vous disputer aux bonnes heures ! Le type a pensé à tout !

Quand se disputer Michael Breus « Quand ? » De Michaël Breus : Devenez Plus Efficace en Faisant les Choses au Bon Moment !

En résumé, « The power of when ? » est un bon bouquin qui vous permettra non seulement de mieux vous connaître, mais aussi de mieux comprendre les réactions des autres, et de comprendre vos incompatibilités pour mieux communiquer !

Sélim, chronotype Loup-ion schizophrène

Bann SMS1erRDV 1 « Quand ? » De Michaël Breus : Devenez Plus Efficace en Faisant les Choses au Bon Moment !

Lire la suite
61 Commentaires

61 Comments

  1. Ambre

    21 avril, 2017 à 09:50

    Je suis un putain de dauphin….
    T’as pas mal parlé des loups, lions, ours, mais t’as peu dit sur les dauphins (si ce n’est qu’on est insomniaques). C’est mal d’être un dauphin ?

    PS pour les lecteurs : en faisant quelques recherches, voici le livre lu par l’auteur. Ca peut être utile pour progresser en anglais en plus ! https://www.youtube.com/watch?v=YvpWR9WhDBQ

    • AL

      22 avril, 2017 à 10:39

      Donc, tu fais partie de la secte à Oum ?

      (Vanne du jour 1)

    • Sélim

      22 avril, 2017 à 20:20

      En effet, j’ai bien sauté la partie « dauphin » pour cause de « je ne suis pas un dauphin ».
      J’hésite encore sur lion ours et loup, mais clairement pas dauphin.
      Heureux de vous avoir donné envie de lire le livre !

    • Ambre

      24 avril, 2017 à 10:18

      C’est vilain pour les dauphins ça ! Suffit qu’on ne représente que 10 % de la population pour que personne ne parle de nous ! ^^

    • Ambre

      24 avril, 2017 à 10:17

      J’ai pas compris ><

    • AL

      24 avril, 2017 à 13:59

      Et puis la Secte Aum.

      (Y a rien de pire qu’une blague qu’on doit expliquer ! – Terrible ! Dès qu’on parle pas de cul, les gens comprennent pas !)

    • Sylvain

      22 avril, 2017 à 13:44

      Visiblement c’est dauphin pour moi aussi!

  2. Drovek

    21 avril, 2017 à 13:19

    Sélim, ton article est super (comme toujours). Juste un truc, après lecture, il serait peut etre judicieux de placer le lien vers le test gratuit en tout début de ton article, de sorte que l’on ne soit pas influancé sur les réponses. Tu présente les 4 chronotype avant que les questions puisses t’aider à déterminer ton chronotype.
    Après c’est ptete que moi, je suis Lion apparement, je réfléchis trop :D

    • Sélim

      22 avril, 2017 à 20:20

      Hello Drovek !

      En effet, j’aurais peut-être dû le placer en début d’article, mais si je le mets au début de l’article, vous allez m’abandonner :)

  3. Le Marginal Magnifique

    21 avril, 2017 à 19:20

    Il a l’air sympa ce bouquin et déculpabilisant, parce que moi aussi je suis un loup et c’est plutôt mal vu socialement, même si j’essaie de me conformer un minimum.

    Si je m’écoutais et si je pouvais, mes nuits de sommeil dureraient de 3h à 11h. Le matin je suis toujours cuit et éprouve le plus grand mal à me mettre en marche. Pourtant j’ai essayé de rentrer dans le moule avec des 10h-7h, croyant que c’était une question d’habitude.

    Tout ça me laisse penser que Breus a raison lorsqu’il affirme qu’on ne peut pas se forcer à changer son chronotype. Il n’empêche que la vie sociale démarre tôt le matin…

    • Sylvain

      22 avril, 2017 à 13:47

      Hello,

      C’est toujours le probleme! Je suis un peu pareil. D’ailleurs quand je suis en vacances, les nuits de sommeil, c’est un peu comme toi, 2h – 11h. le reste de l’année, j’ai l’impression de me détraquer le corps et de perdre des années de vie à grands coups de réveil.

      Malheureusement, pas vraiment de solutions. J’ai pensé régler le probleme en devenant freelance mais les autres sont malgré tout là avec leurs mails, leurs appels et leurs questions dés 8 h le matin… Donc ca reste interessant à savoir mais vraiment complexe à mettre en pratique.

    • Sélim

      22 avril, 2017 à 20:22

      C’est ça Sylvain. Freelance is the answer. Parce que sinon, arriver au bureau à 11 heures au pays du présentéisme, ça peut être mal vu, et empêcher l’ascension dans la pyramide, la fameuse « rat race ».
      C’est probablement pour ça qu’on est une team d’indépendants chez Artdeseduire, pour pouvoir vivre la nuit !

    • Sylvain

      23 avril, 2017 à 17:34

      A nous les playoffs!

  4. Cassandre

    21 avril, 2017 à 21:38

    Petites précisions qui ont leur importance :

    1/ Les lions ne vivent pas dans la jungle mais dans la savane. De plus ils ronquent toute la journée et chassent au lever du jour ET à la tombée de la nuit (les meilleurs moment pour les observer)
    2/ Ce sont les tigres qui vivent dans la jungle.

    Bref, j’ai arrêté de lire là.

    • Le Marginal Magnifique

      22 avril, 2017 à 00:56

      Bref, on s’en fout, c’est symbolique, on fait pas un cours d’éthologie !

    • Sylvain

      22 avril, 2017 à 13:48

      Donc ils ne se croisent jamais?

    • Richelieu

      22 avril, 2017 à 17:03

      T’a soulevé un lièvre on dirait

  5. Dr House

    22 avril, 2017 à 11:43

    De ce que je sais et j’ai pu le constater , les heures de sommeil avant minuit sont 2 fois plus réparatrices , pourtant j’ai tendance à me coucher tard . Cela voudrait donc dire par exemple que les sportifs lèvent tard ont un gros désavantage sur les lèvent tôt .

    Fiction ou réalité ? … j’en sais rien

    • AL

      22 avril, 2017 à 12:24

      Dans l’idéal, il faudrait se coucher et se lever toujours aux mêmes heures, d’une part, et, d’autre part, se coucher dès qu’on est fatigué et se lever dès qu’on se réveille.

      Dans l’idéal.

      En tout cas, s’il y a bien un truc que je ne sacrifierai jamais, c’est le sommeil.

    • Sylvain

      22 avril, 2017 à 13:50

      J’ai déjà lu la meme chose. Apres j’ai plus l’impression que la clé c’est plus le volume global de sommeil que les heures de coucher. Forcement dans un monde formaté ou tout le monde est à 9h au bureau, par définition, quand tu te couches tard, tu dors moins.

      Mais je lis sur le sujet. Si sélim a l’obsession de la productivité, moins c’est la gestion du repos. j’ai un dispositif withings sous mon lit!

    • AL

      22 avril, 2017 à 19:05

      @Sylvain : Il y a aussi les différentes phases de sommeil. Exemple simple, la sieste. Il m’arrive d’en faire. Pour être sûr que ça ne dure pas, je met un réveil au bout de 30 min. Mais si j’ai du mal à m’endormir, je décale l’heure du réveil (donc perte de temps). Et / ou de m’endormir 10/20 minutes et de me réveiller avant que le réveil sonne. SAUF QUE. Je me dis parfois (souvent) « Allez, encore 5 min », et là, je repars 1h30/2h. Non seulement je perds du temps, mais en plus, je suis plus crevé après, et j’ai du coup du mal à m’endormir le soir. La méditation est devenue une bonne alternative à la sieste (détente et relaxation, repos des yeux et du cerveau sans « arrêter le corps »).

      Pour ce qui est des cycles de sommeil, je pense qu’il y a des variations d’un individu à l’autre. Si tu as du mal à te réveiller quand ton réveil sonne, c’est probablement que tu ne le programmes pas au « bon » moment. Essaye plus tôt et/ou plus tard. « Connais-toi toi-même ». Tu le dis assez souvent ! ^^ Certaines personnes ont besoin de 10h de sommeil, d’autres de 6h, d’autres se contentent de 3h. Perso, je pense qu’il vaut mieux dormir tout de suite 2h de plus pour garantir sa productivité de la journée, que grappiller et comater ou compenser avec des suppléments plus ou moins douteux.

      J’ai constaté également que mon alimentation jouait aussi sur la qualité de mon sommeil.

    • Sylvain

      23 avril, 2017 à 17:32

      Hello,

      Je suis d’accord avec toi. Il est clair qu’il vaut mieux dormir et bosser 4 h efficacement que 8 h dont la productivité équivaut à 1. Mais vas expliquer ça à la personne qui signe tes cheques en fin de mois. Effectivement, interessant de moduler l’heure de son réveil à 30 mins pret pour »intercepter » ton corps au moment où il est le plus à même de se réveiller. Mais c’est vrai qu’il faut tatonner!

      Effectivement, la méditation ca peut aider! Il faudrait que je progresse dans sa pratique!

    • AL

      23 avril, 2017 à 19:53

      Pour la méditation, je vais au plus simple: shavasana !
      http://yogalavie.com/shavasana-915

      Pour le réveil, ça n’a rien à voir avec ton employeur. Pendant longtemps, j’avais la phobie de me louper. Donc, je mettais le réveil 2h plus tôt. Donc, je me couchais 2h plus tôt. Mais ça me laissait le temps de bien me réveiller, et j’arrivais super en forme au taf à 7h, quand tout le monde tirait encore la gueule.

    • Dr House

      23 avril, 2017 à 21:21

      « Dans l’idéal, il faudrait se coucher et se lever toujours aux mêmes heures, d’une part, et, d’autre part, se coucher dès qu’on est fatigué et se lever dès qu’on se réveille. »

      Cela n’arrive jamais , en tous cas chez moi :)

      Sinon les siestes c’est une mauvaise idée (me concernant) , à chaque fois je m’endort minimum 1h30. La méditation me semble une meilleure piste

    • AL

      24 avril, 2017 à 09:04

      C’est pour ça qu’on appelle ça un voeu pieu (huhuhu)

    • Sylvain

      24 avril, 2017 à 16:26

      Pas facile à mettre en place! le plan est beau sur le papier mais il se heurte au mur des réalités!

    • Sylvain

      24 avril, 2017 à 16:24

      Je vais regarder de plus près les ressources sur la méditation ! Merci m’sieur!

    • Haricot

      26 avril, 2017 à 23:18

      Bonsoir à tous,

      J’ai une question qui sort du thème de l’article. Comment gérez-vous la frustration d’être limité en temps et d’accepter une certaine incomplétude?

      Pour ceux qui pratiquent la méditation, quelles sont vos motivations?

      Merci.

      Bonne soirée,

      Haricot

    • Sylvain

      27 avril, 2017 à 12:51

      Hello haricot,

      Ce n’est pas toujours évident en effet. On aimerait avoir plus de temps pour plein de choses. Pour faire du sport, pour lire, pour dormir…La vérité c’est qu on ne sera jamais « complet ». Je serai jamais champion du monde des poids lourds à l’UFC, aussi doué qu’hendrix à la guitare et aussi érudit que Fabrice Lucchini. Je pense que la clé c’est de bien cibler les objectifs et choisir dans quoi on veut exceller sans en mettre trop. Sinon, il en résulte forcement de la frustration.

      Si tu rajoutes à ca qu’il faut bien manger et que dans le meilleur des cas, tu as les 2/3 de ton temps échangé contre de l’argent à des choses qui ne font pas forcement avancer tes objectifs persos? ce qui fait que tu peux parfois avoir l’impression de passer à coté de la vie… Donc commencer pas trouver une façon de gagner de l’argent qui peut s’integrer a ce que tu veux réellement faire de ta vie.

      Pour la méditation, disons que moi, c’est pour développer ma résilience. Accepter les choses comme elles sont, rester ancré dans le présent et ne pas ruminer avec des « et si » intempestifs. Les choses sont comme elles sont et nous devons apprendre à les manager telles qu’elles sont.

    • Haricot

      29 avril, 2017 à 15:57

      Sylvain,

      Je constate qu’on est tous avec le même dilemme face au temps. Le plus difficile réside dans le choix et l’abandon de certaines choses. J’ai encore du mal à ne pas essayer d’être complet même si je sais que c’est un leurre.

      Pour ce qui est de gagner e l’argent en exerçant une passion, c’est fait, même si je pense fortement à devenir indépendant. Tu es venu comment au fait d’être indépendant?

      Je te rejoins pour la méditation.Quelle forme pratiques-tu?

      Bonne journée,

      Haricot

    • Sylvain

      1 mai, 2017 à 12:46

      Hello haricot,

      Ce qui compte, c’est de trouver ce qui te tient vraiment à coeur. Ceux qui excellent vraiment dans quelque chose sont très loin d’être complet. Ils sont au contraire monomaniaques : les grands champions, les acteurs, les chanteurs, les chercheurs, les politiciens…Etre le meilleur dans quelque chose, ça veut souvent dire renoncer à tout le reste.

      Pour ma part, comme je bosse dans le web, il est plus facile de travailler à distance. J’ai commencé en agence de marketing digital et quand ça s’est fini, j’ai commencé à développer mon portefeuille de clients avec un ancien collégue de travail. Aujourd’hui, je ne travaille plus que sur 2 projets autour de thématiques qui me plaisent vraiment : l’un étant ADS :)

    • Haricot

      1 mai, 2017 à 19:33

      Salut Sylvain,

      Oui, la trentaine me fait aborder les choses sous le même angle. Je vais renoncer à beaucoup de choses, même si le champ des possibles est exaltant et me consacrer uniquement à l’enseignement et ensuite à la recherche.

      Tes deux activités sont des passions véritables? Je m’explique, pourrais-tu vivre uniquement pour ça?

      Bonne soirée,

      Haricot

    • Sylvain

      2 mai, 2017 à 15:55

      Hello Haricot,

      En fait pour ma part, je crois que j’ai renoncé à etre monomaniaque et à être excellent. j’étais un adolescent qui pensait qu’il pouvait taper le ballon comme Zizou, courir comme un kenyan, parler comme Fabrice Lucchini et écrire comme Begbeider. Puis j’ai vu que ce n’était pas possible! Et comme je n’ai pas envie de me consacrer à un seul domaine, je ne serai jamais vraiment excellent. Mais je serai correct dans plusieurs domaines. c’est un choix. Ceux qui consacrent toute leur vie à quelque chose seront forcément meilleurs que moi.

      Pour la fin de ta question, je ne suis pas sur d’avoir vraiment compris. Pour le boulot, je me pose une question simple : « si tu gagnais à l’euromillions, est ce que tu continuerais de faire la même chose? ». Dans mon cas la réponse est oui. Aujourd’hui, je le fais bien sur pour des raisons alimentaires. Donc si j’avais suffisamment d’argent, je le ferais moins et aux heures que je voudrais. Je dormirai, j’aurai des week ends, je pourrai lire le journal, aller au sport à des heures décentes… mais je pense que je continuerai un peu de faire ce que je fais car ça me plait :)

    • Haricot

      5 mai, 2017 à 23:18

      Salut Sylvain,

      Je comprends ta vision de la transversalité. Est-ce par choix ou bien par crainte de tout miser sur un domaine? La question est d’arriver à l’accepter quotidiennement.

      Oui, tu as bien compris.Je voulais savoir si tu étais passionné hormis ADS. Tu le confirmes ci-dessus mais en relativisant.

      Je n’aurais pas trouvé meilleure illustration avec ta question. Oui, même milliardaire, je continuerai l’enseignement.

      Bonne soirée,

      Haricot

    • AL

      5 mai, 2017 à 23:42

      « Oui, même milliardaire, je continuerai l’enseignement. »

      Excuse-moi, mon cher Haricot, mais ça n’a pas de sens ! Tu te plains de manquer de temps, mais s’il y a bien un truc que l’argent permet, c’est de dégager du temps libre et d’éliminer le plus contraignant (à savoir : les tâches nécessaire à la création des revenus nécessaires à notre survie). Si tu es milliardaire, tu n’as, techniquement, plus besoin de travailler. La question devient donc : « Pourquoi travailler est pour toi une nécessité qui dépasse le reste ? »

      Bien à toi,

    • AL

      5 mai, 2017 à 23:44

      … Ou pour le formuler autrement, si tu es milliardaire, travailler devient un choix. Un choix que tu vas privilégier sur les autres que tu te plains de ne pas avoir le temps de faire à l’heure actuelle.

    • Haricot

      10 mai, 2017 à 23:11

      Al,

      Je ne me plains, je regrette juste de ne pas pouvoir disposer de davantage de temps au quotidien. Je sais qu’une vie entière ne suffirait pour répondre à l’ensemble de mes aspirations. Et, est-ce un manque de maturité de ma part? Je n’arrive toujours pas à choisir une voie.
      Je te rejoins concernant le temps libre dont je serai le bénéficiaire mais cela réside plus dans le regret et l’hésitation face au champ des possibles.
      Je n’arrive pas à profiter du présent, je vis dans le futur et dans le passé, conséquemment, je ne vis qu’à moitié. Mais, nous en avions déjà longuement parlé. Je suis toujours en quête de mon identité profonde.

      Bonne soirée,

      Haricot

    • AL

      10 mai, 2017 à 23:49

      Chaque minute d’hésitation est une minute de perdue. On peut réfléchir. On peut préparer consciencieusement un projet. On a le droit d’hésiter. Mais à un moment donné il faut sauter le pas. Toutes tes hésitations de l’an dernier devraient aujourd’hui avoir trouvé une réponse tranchée :
      – soit c’est important et tu fais
      – soit, ce n’est pas important, alors tu le mets aux oubliettes
      – soit tu veux décider mais tu n’y arrives pas, donc tranche à l’ancienne : tirage au sort et advienne que pourra
      – soit ça nécessite une préparation, auquel cas c’est la mise en place d’un calendrier qui s’impose.

      Ma philosophie personnelle aujourd’hui va dans ce sens : je pars dans une direction, un pas après l’autre, et je mesure mon enthousiasme et mon implication. Si je commence à m’investir, à travailler plusieurs heures sur la question, c’est que ça me plait, que c’est ce que veut mon Moi profond. Si je procrastine, c’est que je n’en ai pas envie, que ce n’est pas le moment. Alors je passe. Si malgré tout ça me plait quand même, je le note pour plus tard et je révise la question ultérieurement.

      Depuis qu’on a commencé à discuter ensemble, tu as réalisé combien de projets, de rêves, de choses que tu avais envies de faire pour être heureux ?

    • Haricot

      11 mai, 2017 à 22:49

      Al,

      « Chaque minute d’hésitation est une minute de perdue ». Je comprends cette phrase, seulement, j’hésite car je regrette mes choix, je vis avec des regrets, je me dis et si j’avais fais ce choix plutôt qu’un autre. Paradoxalement, même quand je réalise des rêves, je reste insatisfait. Comme je te l’avais dis, je vis la vie que je projetais à 10 ans et désormais, je mets en route le processus afin de vivre la vie que je souhaitais adolescent (Expatriation en Amérique du Nord).

      J’ai effectivement pris des choix importants concernant nos conversations de l’année précédente. J’ai dépassé une certaine stagnation. J’ai évolué au-delà des mes espérances, Je compte poursuivre ainsi.

      Depuis que nous discutons, j’ai pris quelques grandes décisions pour enfin vivre ma vie. Comme écrit plus haut m’expatrier ou bien faire un doctorat. Et désormais, je cultive un état d’esprit positif. Je suis moins distant et tente d’aborder des femmes. Je planifie des voyages.Disons, que je vis et ne m’entrave plus dans cette perspective. Et tout de décante peu à peu. Les habitués dont tu fais partie m’ont aidé à évolué ainsi que la Team ( en particulier Sylvain).

      Et toi?

      Bonne soirée,

      Haricot

    • Sylvain

      12 mai, 2017 à 18:35

      Merci à toi Haricot!

      Je te conseille un film sur ce genre de problèmatique!

      Mr Nobody avec jared Leto. je pense que ca va te parler en le regardant :)

    • Haricot

      12 mai, 2017 à 22:04

      Sylvain,

      Ok, merci. J’irai voir le film. J’ai juste une question. J’ai annulé mon dernier post afin d’en mettre un corrigé. Cela n’a pas marché?

      Bonne soirée,

      Haricot

    • Sylvain

      13 mai, 2017 à 18:22

      Ha non! C’est moi, j’ai vu 2 messages identiques donc j’ai du virer le mauvais en pensant qu’il s’agissait d’un doublon ! Mea culpa :-(

    • Sylvain

      6 mai, 2017 à 17:01

      Hello Haricot,

      Non dans mon cas, c’est vraiment un choix. J’ai besoin de toucher à plusieurs choses, d’explorer divers domaines meme si ca doit signifier de limiter mes résultats dans ces domaines. Meilleur exemple le sport : je ne fais pas que de la course à pied mais aussi de la salle, du crossfit, du badminton, du velo…Je gagnerai des minutes en ne faisant que courir mais tant pis…

    • Haricot

      10 mai, 2017 à 23:13

      Sylvain,

      Je t’admire, car je n’arrive pas encore à gérer la frustrations de faire des choix. Je crois que accepter ma finitude m’effraie. Mais, ce n’est pas ici que je trouverai des réponses.

      Bonne soirée,

      Haricot

    • Haricot

      10 mai, 2017 à 23:14

      Qu’accepter*

  6. Richelieu

    22 avril, 2017 à 16:58

    Coucou ADS

    D’un coté tu m’a donné l’envie de lire ce livre et d’un autre côté non parce qu’en lisant ton article je me sent spoilé ^^. En tout cas merci pour le sujet de conversation , c’est caviar là ahah

    • Sélim

      22 avril, 2017 à 20:23

      Le sujet de conversation est sublime. Une fois que tu as vécu les désagréments de vivre avec un lion quand tu es loup, tu es marqué à vie :)

    • Sylvain

      23 avril, 2017 à 17:17

      Hello Richelieu,

      Pas de spoil au contraire, ca devrait décupler ton envie de savoir à quel profil tu corresponds! :)

  7. cthulhu

    22 avril, 2017 à 18:31

    Je suis dauphin , par contre les habitudes joue , je me lève 5 fois par semaine a 7h pour aller et bosser et les week end même si je me couche a 4h du mat a 8 h grand max je serais debout impossible de dormir par contre a 13 h obliger de faire 20 minutes de sieste .

    • Sélim

      22 avril, 2017 à 20:24

      Bonjour Chtulhu ! Courage pour tous ces changements d’horaires, pas faciles pour le corps !

    • Sylvain

      23 avril, 2017 à 17:19

      Hello Ctulhu,

      Et oui, les habitudes acquises finissent par dérégler le rythme biologique naturel. oups!

  8. Soz

    22 avril, 2017 à 23:05

    Bonsoir,

    Ça m’a l’air surtout d être des conneries… Je doute qu’on soit pré disposé à être plus actif à tel ou tel moment.

    Ça se joue plus à nos habitudes et à l éducation. En revanche nous ne sommes pas tous égaux devant les heures de sommeil dont on a besoin.

    Je travaille en 5X8. Soit matin aprem nuit. Je suis pas plus actif à tel ou tel moment, je le suis moins quand je manque de sommeil tout simplement.

    • Sélim

      23 avril, 2017 à 17:30

      Je te promets que ce ne sont pas des « conneries ».
      Quand tu as vécu avec une multitude de personnes différentes, tu reconnais assez bien les différents profils présentés.
      Courage pour ce rythme de travail destructeur, pas facile les 5*8.
      PS : l’éducation qui essaie de contraindre ton corps, ça finit directement en « jet lag social ».
      Sans être le bouquin scientifique du siècle, les concepts développés sont intéressants.

    • AL

      23 avril, 2017 à 20:01

      T’es pas censé profiter de tes vacances, toi ? DROGUé !! -_-

      « Quand tu as vécu avec une multitude de personnes différentes, tu reconnais assez bien les différents profils présentés. »

      Je suis partagé. Je suppose que tous les types de profils existent. Mais pour aller dans le sens de Soz, ces personnes, avec lesquelles tu as vécues, avaient elles seulement l’envie et la volonté de changer ?

      Du coup, moi, je suis parfois productif le matin, parfois le soir, parfois à midi, parfois le dimanche, parfois pendant les vacances, parfois dans le bain, parfois aux chiottes, parfois la nuit… Je suis quel animal, alors ? ^^;;;

    • Sylvain

      24 avril, 2017 à 16:25

      Le plus important, ca reste de déterminer ces moments. Et de commencer à apprendre à les anticiper. :)

    • Sylvain

      23 avril, 2017 à 17:47

      Hello Soz,

      Oui je pense aussi que le volume global de sommeil est un élément clé!

    • Soz

      24 avril, 2017 à 01:53

      Re Bonsoir

      A la relecture mon message peut paraître « agressif » j’aimerai m’expliquer.

      Je suis très hostile à ces concepts qui veulent nous mettre dans des cases.

      Nous avions déjà eu le droit à la « chrononutrition » le régime miracle qui respecte notre génétique, qui s est révélé n’être que des foutaises.

      En musculation les morphologie… Qui ont empêché nombre de pratiquant de s’améliorer car ils pensaient génétiquement en être incapable.

      Un peu de recherche sur Michael Breus, un psychologue qui pratique depuis 15 ans, on sait pas beaucoup plus sur lui, il semble être spécialisé dans le sommeil.
      Le seul site français qui beaucoup de bien de lui c est « Belford » … Qui est aussi… l éditeur de son livre.

      Voilà un concept élégant, quelques vérités générales qui seront appuyé par nos expérience personnelles, quelques vérités scientifiques, et on peut sortir une pompe à fric à 21e le livre.

      Les matins sont difficiles pour moi car je suis biologiquement un lion, une giraphe ou un singe … OU
      Les matins sont difficiles car mon sommeil est court et de mauvaise qualité. Et lorsque je dors convenablement, mon cerveau a pris l’habitude que ces moments soient pénibles donc ils le restent.

      Voilà comment je vois les choses. Merci pour votre lecture

    • AL

      24 avril, 2017 à 09:03

      J’ajouterai que changer son lit de place, d’orientation ou le changer de pièce modifie également la qualité du sommeil. Je fais des travaux chez moi, et depuis que j’ai le lit au milieu du salon, je rêve systématiquement toutes les nuits (ce qui n’était pas vraiment le cas avant).

    • Sylvain

      24 avril, 2017 à 16:38

      Et est ce que c’est un meilleur sommeil ou pas? Quand on se souvient de ses reves, c’est que le sommeil est moins profond non?

    • AL

      24 avril, 2017 à 18:57

      Je ne saurais pas dire si c’est meilleur ou moins bien. Mais différent, c’est une certitude.

    • Sylvain

      25 avril, 2017 à 15:29

      Je vais réfléchir à tenter le coup!

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire plus Lifestyle et réussite