Les 8 Conseils Lifestyle et Séduction Que l’on Aurait DU Vous Donner au Lycée

Publié dans Lifestyle et réussite par
ArtDeSeduire.Com

COnseils lifestyle lycée Les 8 Conseils Lifestyle et Séduction Que lon Aurait DU Vous Donner au Lycée
Les cours, les filles en cours, les trucs à faire quand il n’y a pas cours… s’il est des conseils que TOUS les anciens lycéens auraient aimé recevoir sur ces sujets ô combien primordiaux, ce sont bien ceux prodigués par leur « moi du futur ».

Sympas, nous vous les avons compilés sous la forme de huit points vous donnant les clefs pour traverser du mieux possible ce moment formateur de votre existence – et accessoirement vous préparer pour la suite.

Vous aussi devenez-une légende du game comme l’ont été avant vous Dylan, Fonzie et Costa.

 

1. Ne gaspillez pas votre temps et votre énergie

Alors oui les deux heures de physique-chimie calées le vendredi en fin d’après-midi font passer Motus pour un épisode des Avengers, mais de l’avis de tous ceux qui vous ont précédé sur les bancs de l’école, les années lycée filent à la vitesse de l’éclair.

Pourquoi selon vous tant de personnes souhaiteraient les revivre ?

Raison pour ne pas tomber dans ces pièges un peu trop faciles que sont le gavage de séries télé (et de télé tout court), le porno en téléchargement gratuit, le chichon qui rend idiot et ces soirées jeux vidéo aussi divertissantes qu’abrutissantes.

Certes ces activités sont confortables, mais elles se rapprochent dangereusement du zéro absolu en matière de valeur ajoutée.

Qu’importe le montant de devoirs à la maison et d’interro, vous vivez une période de votre vie où vous disposez d’un max de temps libre (attendez de découvrir les joies du salariat et de la vie avec enfants avant de vous plaindre).

N’évitez pas le monde, « demain vous serez vieux hein hein ».

Enfin, et c’est plus facile à écrire qu’à faire, essayez de mettre de la distance avec toutes ces choses qui vous stressent mais qui n’auront absolument plus aucune importance dans 5 ans (pression sociale, concours de popularité, diktat des marques…).

Les rois de la cour font très souvent bien pâle figure une décennie plus tard. Les derniers seront les premiers.

 

2. Profitez des opportunités qui vous sont offertes

Conseils séduction lycée Les 8 Conseils Lifestyle et Séduction Que lon Aurait DU Vous Donner au Lycée

Au lycée, vous êtes peut-être fauché (si vous ne l’êtes pas, vos parents ne vous rendent pas service), mais ce n’est pas très grave.

De un, parce que vous bénéficiez GRATUITEMENT d’un ratio de filles disponibles jalousé par 95% des adultes hétérosexuels, et auquel s’ajoute l’accès en quelques clics à des montagnes de contenus dédiés à la séduction – aucune génération avant vous n’a eu cette CHANCE.

De deux, parce que vous est proposée toute une panoplie d’activités à prix réduits vous permettant de découvrir ou d’affiner une passion.

Musique, cours d’acting, photographie, journal du lycée… si en semaine vous rentrez chez vous à 17 heures, c’est qu’il y a un problème (ou l’interro du siècle le lendemain).

Pour ce qui est du sport, transpirez utile.

Genre choisissez une discipline qui accompagne votre croissance et développe votre stature (apprendre les bases de la muscu ne fait jamais de mal), efficace (rien de tel qu’un sport de combat pour booster votre confiance) et qui vous met en valeur socialement (évitez le ping-pong ou les fléchettes quoi).

(Note de l’éditeur : le ping-pong c’est génial, laisse-moi tranquille).

 

3. Comprenez que les filles sont plus rapides que vous

COnseils pour les lycéens Les 8 Conseils Lifestyle et Séduction Que lon Aurait DU Vous Donner au Lycée

Si vous pensez qu’en fin de puberté toutes les filles continuent de passer leurs journées à pouffer entre elles et à se faire des couettes, vous vous mettez le doigt dans l’œil.

Au contraire, tant biologiquement que socialement elles ont très souvent une longueur d’avance sur vous.

Les plus jolies commencent très vite à réaliser ce que peut leur apporter leur fraîcheur (invitations, avantages en nature, accès à de nouveaux cercles…), tandis que les plus aventureuses auront déjà goûté aux joies de l’éjaculation faciale et du sexe anal (désolé pour les pères qui nous lisent).

Face à ces filles qui deviennent des femmes, plutôt que de médire (certes non sans raison) ces types à la vingtaine bien entamée qui sortent avec des premières L, faites le deuil du petit garçon que vous étiez et essayez de vous comporter comme l’homme que vous devriez être.

Les soirées ciné, les bisous sur la joue et les menus Happy Meal, tout ça c’est fini. Devenir un homme, c’est le scénario !

Bann SMS1erRDV 1 Les 8 Conseils Lifestyle et Séduction Que lon Aurait DU Vous Donner au Lycée

 

4. Endurcissez-vous le plus vite possible

 Les 8 Conseils Lifestyle et Séduction Que lon Aurait DU Vous Donner au Lycée

Le cœur est un muscle, et un muscle ça se travaille.

Un peu comme la confiance en soi, rien ne sert de vous entendre répéter en boucle cet objectif pour l’atteindre.

À moins d’avoir comme Ikki passé votre enfance sur l’île de la Reine Morte, il va vous falloir déguster un peu (beaucoup) IRL avant d’y arriver.

Le jeu en vaut néanmoins la chandelle puisqu’une fois certains réflexes acquis (savoir dire non, nexter, ne pas rêvasser…) un nouveau monde s’offre à vous : un monde où vous n’êtes plus la première personne à vous mettre des bâtons dans les roues.

Pour limiter la casse et accélérer la marche, imposez-vous dans les plus brefs délais ces quelques limites :

  • jetez aux oubliettes le principe de réciprocité en séduction, ce n’est pas parce que vous vous montrez « gentil » face à quelqu’un qui ne vous rien demandé que vous méritez quoi que ce soit de sa part en retour
  • ne décidez pas de vous attacher à une fille avant d’avoir couché avec elle
  • arrêtez de courir pas après votre target après deux messages sans réponses
  • lorsque vous prenez un râteau, assumez-le comme tel – et non devenir son « ami » n’est pas un lot de consolation. La friendzone, ça craint.
  • ne pleurnichez pas sur votre sort en public, au contraire efforcez-vous d’afficher une certaine indifférence. « Never complain, never explain »

 

5. Fréquentez des gens qui vous tirent vers le haut

Lycée lifestyle et séduction Les 8 Conseils Lifestyle et Séduction Que lon Aurait DU Vous Donner au Lycée

Si vous avez décidé d’être bon dans un domaine (scolaire ou extra-scolaire), pour progresser un raccourci simple s’offre à vous : traîner avec les meilleurs.

[Histoire de ne pas être mal lu, il n’est pas écrit ici de juger les gens uniquement sur leur popularité.]

Cherchez à vous entourer des personnes qui vous apportent de la valeur ajoutée, qui vous aident, par leur énergie, leur envie, leur exemple à créer une dynamique positive.

D’une part, preuve sociale oblige, votre image publique en bénéficiera, et de l’autre parce que vous ne voulez pas vous satisfaire de potes (sûrement très sympathiques à bien des égards) qui verront toujours d’un mauvais œil votre ambition – cette dernière les renvoyant de facto à leur médiocre condition.

[Soyez sans remords, sauf exception, vos « amis pour la vie » entre 15 et 18 ans ne le seront plus une fois votre scolarité terminée.]

Allez frotter votre égo à ceux qui fuient cette position un peu trop confortable qui consiste à compter les points de loin sans prendre de risques.

Lancer une chaîne Youtube, échanger des tuyaux sur les filles, organiser des groupes de travail, réfléchir à un business ou préparer de gros concours, cela ne se fait pas avec ceux qui regardent passer les trains.

 

6. Développez votre goût d’apprendre

lycée conseils lifestyle Les 8 Conseils Lifestyle et Séduction Que lon Aurait DU Vous Donner au Lycée

Quand vient l’adolescence se pose immanquablement la question de l’identité.

Les publicitaires et autres gourous de la société marchande en profitent d’ailleurs allègrement, vous enjoignant des deux mains à vous croire unique et à « être vous-même ».

De quoi se rouler par terre tant les lycéens sont peut-être la catégorie de la population la plus perméable à toutes les idéologies et techniques marketing – notamment parce qu’ils se croient libres et rebelles.

En attendant que les aléas de la vie viennent soigner votre candeur (enfin souhaitons-le), prenez les devants et remplissez-vous le cerveau.

Peu importe vos centres d’intérêts, décidez d’être bon dans ce que vous aimez, de devenir expert.

C’est à ce prix que vous vous débarrasserez de certains carcans et poserez les bases solides du futur vous..

Autre avantage, votre visibilité au sein d’un groupe en sortira renforcée, car là-encore vous afficherez de la valeur ajoutée aux yeux des autres.

 

7. Allez travailler dès que vous le pouvez

Dans la vie il y a deux vies, et la seconde commence à compter de ce jour où vous débarquez dans le monde professionnel.

Oubliez tous ces discours d’assistés qui clament que « se lever pour 1 200 euros c’est insultant », là n’est pas la question.

[Soit dit en passant une première paye paraît toujours plus importante qu’elle ne l’est.]

Si vous avez 16 ans révolus et des grandes vacances devant vous, prenez une décision d’adulte et partez faire une saison dans un restaurant sur la côte.

Partez faire la plonge, partez apprendre à servir des cafés, partez retourner des steaks, peu importe.

[Les piges en intérim sur le chantier ça marche aussi.]

Ce qui compte c’est que vous en reviendrez avec une expérience de vie qui tranchera comparée à celles et ceux qui sont allés une énième fois se dorer la pilule avec Papa-Maman.

Vous rencontrerez des gens qui font autre chose qu’aller en cours, vous goûterez aux joies de l’autonomie (ne serait-ce que parce que financièrement vous dépendrez moins de vos parents) et découvrirez ce qui vous attend après vos études autrement que par les récits des autres.

Oh et cela vous motivera très certainement à améliorer vos notes à la prochaine rentrée.

 

8. Acceptez une part d’incertitude quant à la suite

Conseils de lifestyle pour lycéens Les 8 Conseils Lifestyle et Séduction Que lon Aurait DU Vous Donner au Lycée

En 2016 le monde est plus vaste et plus ouvert que jamais.

Bien malin qui pourra vous dire de quoi sera fait votre avenir, et surtout pas vos parents/ profs/ conseillers d’orientation qui n’ont qu’une vision parcellaire, pour ne pas dire frileuse de la vie en dehors des salles de classe.

Bien sûr tous leurs conseils sont bons à prendre, et il ne s’agit pas de débarquer à poil dans le monde professionnel (c’est le moment de placer « passe ton bac d’abord »), mais il est très probable que votre futur métier n’existe encore pas, que votre vocation ne surgisse qu’au contact de vos expériences futures, et que plus généralement les aléas de la vie façonnent votre personnalité différemment de ce que vous auriez pu imaginer.

[Ou comme le dirait le grand Mohammed Ali : « Qui a la même vision du monde à vingt ans qu’à cinquante, a perdu trente ans de sa vie. »]

Le constat est à la fois vertigineux mais somme toute assez exaltant.

Alors avant de vous laisser entraîner malgré vous par les évènements, ce qui importe c’est de vous poser les bonnes questions, les réponses viendront plus tard.

  • Quelle est l’idée que vous vous faites de la réussite ? Souhaitez-vous franchement passer votre temps à être jugé sur des critères qui ne vous correspondent pas sous prétexte de réussir DANS la vie ?
  • Quel genre de personne voulez-vous devenir ? Qui sont vos modèles ? Quelles sont vos valeurs ?
  • Que regretteriez-vous de ne jamais faire ? Le tour du monde ? Écrire un livre ? Monter votre boîte ? Faire partie des Harlem Globetrotters ? Dédier six mois de votre vie à une cause humanitaire ?

Plus que la destination, c’est le chemin que vous allez prendre qui compte.

D’la force pour la suite.

 

Et vous 2016, y’a un conseil que vous aimeriez donner au « vous lycéen » ?

 

Aurélien, qui rêvait de sortir avec Brenda et d’insulter son papa. Tous mes articles ici.

Bann SMS1erRDV 1 Les 8 Conseils Lifestyle et Séduction Que lon Aurait DU Vous Donner au Lycée

71 COMMENTAIRES
  • Sélim dit :

    Clap clap pour cet article.
    Mes conseils préférés :
    1/ Travailler
    2/ S’endurcir
    Tu n’as pas idée du nombre de jeunes hommes « fragiles » et « sensibles » que je rencontre lors des coachings. J’ai envie de leur attacher deux gants de boxe et de jouer avec eux, de leur donner le goût du combat parfois.
    Superbe article !

    • Aurélien dit :

      Merci, merci.

      La vérité Serge j’ai commence à taffer le jour de mes 18 ans, et je regrette de ne pas l’avoir fait plus tôt.

      Pour les fragiles : allez vous faire adopter par les Thénardier ^^

    • Sélim dit :

      18 ans ? Tu as fait quoi les étés de tes 16 et 17 ans alors ?
      #LétéDeMes16ansLivreurdePizzas

    • Aurélien dit :

      Ben justement je n’ai pas bénéficié de tous ces bons conseils à l’époque ;)

    • Le Marginal Magnifique dit :

      Pour ma part, je préconise le conseil inverse : plutôt que de s’endurcir le plus vite possible, je dirais de se préserver le plus possible, et le plus longtemps possible.

      Combien de types et de nanas complètement fanés croise-t-on alors qu’ils n’ont pas trente ans ? La vie se charge de faire misère, elle est dure, certes, mais rien ne sert d’aller au devant, pas besoin d’en rajouter. Avoir des expériences, mais se ménager, prendre son temps, ne pas courir pour grandir.

      Personnellement, à mon âge, je regrette certains excès et abus de jeunesse qui m’ont forgé oui, endurci également, mais cramé dans un sens aussi. Prenons donc le temps d’être des enfants, apprécions ces instants fugitifs d’insouciance, c’est une belle période :-).

      Sinon, j’ai apprécié toutes ces superbes références qui me renvoient à ma propre adolescence, mention spéciale à Ikki, j’ai revu tout le dessin animé dans ma tête en lisant ces quelques mots.

    • Aurélien dit :

      S’endurcir s’apparente pour moi à une forme de discipline. En gros tu te blindes pour ne t’offrir qu’à celle(s) qui en vale(nt) la peine.

      Et puis de toute façon s’endurcir ne vient qu’avec l’expérience, ça ne se décrète pas.

      Bien à oit’ LMM.

    • tof dit :

      Enfin un vrai article de mecs !
      Faut surtout pas avoir peur des femmes et de leurs réactions, il n’y a qu’une chose à se dire, elles vous en voudront plus de ne pas avoir essayé que d’avoir essayé.
      Elles ne veulent surtout pas devenir un objet de culte.
      Alors lancez vous et surtout faut pas avoir peur d’être super con ! Plus c’est gros, plus ça marche…Elles écoutent même pas ce que vous dîtes !!!

    • Luc dit :

      d’accord avec toi Aurélien mais tu crois pas que le modele de société y est pour qq chose, quand on glorifie les valeurs féminines et encourage les H a (y compris a la maison, pour les taches domestiques) Dans sles pays nordiques c’est les mecs (parfois musclés) qui promenent le landau
      Perso, on m’a dite que dans certaines situations j’etais le seul gars avec de c*
      Ne pas oubliez l’influence feminine aussi des amies/copines, j’ai eu le coup, se montrer plus lisse, plus consensuel, meme surveiller son langage (politquemen correct), au point ou les valeurs sont relatives et seul compte l’accomodement (les femmes sont plus là-dedans et dans la cohesion sociale).
      A ce sujet voir comment fonctionne la société chimpanzé (patriarcale) vs la société bonobo (matriarcale). Tres instrcutif sur la société francaise et son evolution.

      @le marginal tu a pas tout a fait tort
      la vie est bien plus dure et surtout incertaine que ce qu’on imagine a 20 ans

    • Some dit :

      Faire des tâches ménagères ne fait pas de toi un sous-homme (ou un homme féminisé), pas plus qu’être musclé et pousser un landau… t’es sérieux là avec ton commentaire ?!

  • angus dit :

    S’il ya un conseil que je pourrais donner à mon « moi » ado, c’est arrête de te laisser porter par le flot de la vie et de laisser les autres décider pour toi. Utilise ta force de caractère pour faire tes propres choix, histoire de te réveiller avant la fac.
    Assume toi à fond et tant pis si ça fait des vagues, on ne peut pas plaire à tout le monde.
    Bon du coup 15-20 ans plus tard, je bosse toujours là dessus^^

    • Aurélien dit :

      « Être soi-même », oui, encore faut-il savoir qui ont est. C’est tout le dilemme de l’adolescence…

    • angus dit :

      Et pas que, à passé 35 ans je cherche encore^^

    • Aurélien dit :

      Comme disait André Malraux « Il faut 60 ans pour faire un homme »…

    • tof dit :

      T’inquiètes pas, les filles en profitent quand elles sont jeunes, mais tu peux trouver une qui tu m’aimeras vraiment et pour longtemps.
      Quand aux autres, crois moi, moi je suis beaucoup plus âgé, quand tu dépasses les 30 ans c’est l’âge d’or des hommes, et les femmes elles commencent à paniquer et ça va pas en s’arrangeant.
      Alors regarde bien toutes ces jolies filles, ça ne dure qu’un temps, sur la durée, crois moi, il vaut mieux être un homme !! Et ça elles le savent ! C’est d’ailleurs pour cela qu’elles sont si séléctives.

  • don Diego de la Vega dit :

    Arrrggh Aurélien, tu peux pas écrire « jetez le principe de réciprocité » (Chap 4).

    Je vois où tu veux en venir (syndrome nice guy, etc) mais c’est terriblement mal dit !
    Alors que justement le principe de réciprocité est ULTRA important pour ne pas basculer en FZ, OI ou dans le needisme : c’est justement ne pas faire les choses de façon unilatérale (player vers target) mais attendre un retour équilibré.

    Comme une partie de tennis (car le ping pong ça craint manifestement ^^) :
    Le mec fait le service, ok (role masculin d’abordage, leadership etc..)
    Mais la fille DOIT renvoyer la balle, c’est super important, le player ajuste son jeu en fonction des retours, et c’est ça la réciprocité.

    Merci à toi de prendre en compte mon plaidoyer et de bien vouloir reformuler cette toute petite phrase, surtout ce fameux mot « réciprocité »
    :)

    • Aurélien dit :

      Je persiste et signe Zorro – et pour tout te dire j’envisage même d’en faire un article complet.

      Bon après je suis d’accord avec toi, la le formule n’est pas à prendre dans le mauvais sens.

  • Rukio dit :

    Bonjour, et merci pour cet excellent article. :)

    À 18 ans, j’ai commencé une dépression alors que j’étais au lycée, suite à un cumul néfaste. Je me suis laissé enfoncer tout seul, plus goût à rien, échecs à répétition,… je n’avançais nulle part, et ce jusqu’à mes… 24 ans.

    Tout ce que j’ai obtenu de gratifiant pendant ces 6 années est mon bac et le solfège, mais absolument rien sur le « terrain » et durant les études supérieures. Le retard, je le ressent encore aujourd’hui à l’âge de 29 ans, même si je suis désormais en couple avec une femme merveilleuse, mais cela me suivra toute ma vie. J’ai réussi à reprendre des études que je mène actuellement au cours du soir après une série de mauvais choix car je ne me connaissais pas assez bien par manque de vécu.

    Ma compagne à un métier qu’elle adore et à réaliser les rêves que je souhaitais réaliser, mais je ne peux plus me permettre de les exaucer aujourd’hui. Cependant, je suis mieux dans ma peau et ai repris le contrôle de ma vie, comme si j’étais au fond du puits et que j’aie réussi à en sortir, et c’est tout ce qui importe.

  • maaax dit :

    Y’a un truc qui me semble un peu contradictoire ici (entre les point 1 et 6)

    Les points qui m’embettent:
    – Depuis quand les jeux vidéos sont seulement abrutissants? Je ne suis pas un « hardcore gamer », mais j’ai beaucoup joué dans ma période college-lycée. Et il y a des jeux, comme toutes les oeuvres artistiques qui font réfléchir et qui sont bourrés de références a trouver. Pour peu que tu sois curieux tu vas les trouver et donc: développer ton gout d’apprendre et de rechercher. Si je prends mon expérience personnelle j’ai pu découvrir en vrac avec les jeux vidéos: John Carpenter grace a MGS (et Kojima est certainement l’un des plus grands artistes de notre époque), élargir ma culture musicale avec les Bandes Sons des jeux Tony Hawk, voire meme GTA qui a toujours été tres pointu sur le sujet, j’ai meme pu apprendre a anticiper grace a des jeux comme Civilisation, et j’en oublie surement.
    Les jeux vidéos, au meme titre que les livres, les films et autres oeuvres d’art, permettent de réfléchir si on réfléchit un peu.

    – le gavage de série télé: idem que pour les jeux vidéos.

    – le chichon. Alors je ne suis pas pour inciter les lycéens a fumer, mais personnellement, j’ai toujours considéré le lycée comme un période d’expérimentations. Du coup, j’y ai pris mes 1eres cuites, eu mes 1eres nanas (avec les expérimentations de merde d’un mec justement sans expérience) et fumé mes 1ers joints. Je suis pas un arbutit pour autant. Je dirai meme que c’est le contraire: trop de gens oublient leur jeunesse pour tester et se retrouvent a 25 ans avec la vie tracée par leur parent sans avoir leur propre personnalité. Alors bien sur qu’il ne faut aps obligatoirement se droguer au lycée, ou meme se bourrer la gueule ou coucher, mais juger ceux qui le font en leur disant qu’ils vont finir débiles est condescendant.

    – le porno: tant qu’on sait que c’est du fake, pourquoi arreter le porno? Meme si on sait que personne en regarde.

    – se comporter comme un homme: sérieusement: on a meme pas 20 piges, certains ne savent meme pas que faire de leur vie (parce qu’il n’ont pas le meme recul qu’a 25-30 ans), autant profiter de ce genre de périodes pour faire les cons et garder le maximum de souvenir qui seront fais avec des gens dont on peu se séparer l’année d’apres, surtout si on en viens a regretter plus tard. Encore une fois, le lycée c’est pour expérimenter, avoir un pied dans le monde adulte tout en restant parmis les kids, pas pour se comporter en adulte en toutes circonstances. Et si les Terminales préferent les mecs de 20 ans, alors les secondes sont pour nous si on suit cette logique?

    – Travailler: je suis ok sur le principe, mais y’a de bien meilleurs conseils que faire une saison. Travailler dans un restaurant quand on a moins de 18 ans c’est tres compliqué pour l’employeur (notament a cause des horaires et jours de repos non flexibles, et aussi parce que l’offre est collossale). Y’a des solutions bien plus valables: passer le BAFA (possible dés 17ans) ou distribuer des flyers par exemple.

    Bref sinon le reste je trouve ça bon, et si je devais donner un conseil a mon moi lycéen: « Fais 1000 fois plus de trucs! ».

    • Aurélien dit :

      Alors, alors maaax…

      – oses-tu comparer les jeux vidéo et les séries télé aux livres ? Dans le premier cas tu es un consommateur passif, dans le second tu te sors de toi-même.

      – la défonce : il s’agit de faire la morale (quoique…), mais entre une soirée canapé pizza entre couilles et apprendre à mettre des crochets/

      => en fait sur tous ces points ce qu’il faut comparer c’est l’effectivité de ton temps (« à durée égale, quel activité m’apporte le plus de valeur ajoutée ? »)

      – se comporter comme un homme : je suis d’accord c’est peine perdue à cet âge… mais ce n’est pas un raison pour ne pas tendre vers cet objectif (j’espère que tu saisis)

      – sur le taf : flyer, baffa… tout ça c’est très bien évidemment

      – « Fais 1000 fois plus de trucs! » : on est 1 000 fois d’accord !

    • maaax dit :

      « – oses-tu comparer les jeux vidéo et les séries télé aux livres ? Dans le premier cas tu es un consommateur passif, dans le second tu te sors de toi-même. »

      Y’a débat, mais je pense que chaque support t’amene une expérience différente si analysée un minimum. Le probleme est la, plus personne n’analyse avant de parler: une série peut avoir plusieurs niveaux de lecture, au meme titre qu’un livre, film, jv, etc..

      Des choix de réalisation dans un film peuvent en dire autant que 10 pages d’un bouquin, et amener au memes conclusions. Le dernier exemple qui me vient a l’esprit est l’accusation de white washing pour Ghost In The Shell, la majorité venant de « fans », perso je pense que c’est avant tout un choix de réalisation (entre autres): SPOILER le manga parle de la difficulté de l’héroine a faire le lien entre son corps robot et son esprit humain: quoi de mieux pour illustrer ceci que de mettre un esprit Japonais dans le corps d’une occidentale? Est-elle encore Japonaise? Son corps défini-t-il ce qu’elle est? Voici un genre de questionnement qu’on peut se poser en réfléchissant un peu avant de parler, et c’est juste en regardant le casting que celui-ci m’apporte les thématiques que le manga.

      Donc nous ne somme pas d’accords sur ce point, mais je ne pense pas qu’on soit obligé d’etre passif en regardant une série ou jouant a un JV. Ou qu’on sorte de soi meme en lisant Marc Levy ;)

    • Lisa dit :

      Je suis tout à fait d’accord avec maaax, cette notion de « passivité » est maladroitement abordée! Personnellement, un film ou une série télé peut autant voire plus me faire cogiter. Ensuite, oui je privilégie l’écran (et non un livre, bd…) quand je suis plus fatiguée.( et Ghost in the Shell te fait déjà turbiner à fond; comme Matrix! :))

    • tof dit :

      Les filles de terminale elles ratissent large, qu’est ce que tu veux qu’elles en a faire du copain de classe alors que le copain de 25 ans la loge et l’emmène en vacances ?
      Et encore, quand c’est pas 30, 40 ans voir plus !
      L’âge d’or des filles c’est entre 16 et 30 ans.
      Les garçons ça commence un peu plus tard mais pour bien plus longtemps !! Faut juste effectivement oublier le principe de réciprocité, des nanas célibataires il y en a plein !! Le plus dur ça va être d’éliminer les tordues, et crois moi il y en a un bon paquet !!

  • Pierre Kirool dit :

    « – oses-tu comparer les jeux vidéo et les séries télé aux livres ? Dans le premier cas tu es un consommateur passif, dans le second tu te sors de toi-même. »

    Oui, tiens pourquoi pas. Osons comparer. Ceci est un jugement de valeur hâtif. Le lecteur est tout aussi passif et consommateur que le spectateur ou le joueur. Je ne vois pas en quoi l’effectivité et la valeur ajoutée d’un heure de lecture serait supérieure à celle d’une heure de visionnage d’une série. Tout ceci est parfaitement subjectif et propre à chacun. Pour faire un test, écris en bas de ton CV, dans la rubrique hobbies : « j’aime la lecture » et voyons si tu passes pour une personne particulièrement active auprès des recruteurs…

    Et comme le fait remarquer très justement Maaax qui manifestement n’est pas lu, les jeux vidéos et les séries télévisées sont des oeuvres artistiques à part entière qui sont créées avant tout pour susciter des émotions et parfois faire passer des messages. Certes, une grande partie ne mérite sans doute pas le temps investi dessus (et encore, j’insiste, c’est purement subjectif), mais certaines oeuvres, pour ceux que ça intéresse sont de véritables chef d’oeuvres et leurs auteurs sont mêmes parfois récompensés ou du moins reconnus (là me vient à l’esprit la chaîne de télévision américaine HBO qui produit des séries de très grandes qualité). De la même manière, dans tout ce qui a pu être écrit, l’écrasante majorité n’est pas sortie du néant dans lequel elle est entrée une fois à peine publiée et ne mérite pas qu’on s’attarde au delà de le première page…

    Tout ça pour faire remarquer que dire à un lycéen que lire c’est bien et jouer à des jeux vidéos ou regarder des séries c’est perdre son temps me paraît un peu hasardeux. Dans les années 20, 30, 40 et 50, les pères considéraient que les BDs étaient de la littérature de bas-étages. Ça n’a pas empêché des gens de se faire reconnaître et devenir riche en tant que dessinateur ou scénariste de BDs. Et aujourd’hui, certaines planches se vendent une fortune.

    Et un dernier exemple pour la route. Quentin Tarantino a commencé à se servir d’une caméra vers l’âge de 26 ans d’une façon purement autodidacte. Auparavant, il bossait pour un loueur de VHS et passait tout son temps libre à « avaler » des films, dont probablement un certains nombres devaient être de sacrés nanars et s’amusait avec ses amis à réécrire les scénarios de ses films préférés en réinventant les répliques dont il ne se souvenait plus dans des ambiances qu’on imagine festives. On s’est tous qui il est devenu 25 ans après et pourtant à cette époque beaucoup de personne de son entourage devait considérer qu’il perdait son temps et avait un sacré poil dans la main.

    • Aurélien dit :

      Alors oui mais non, si tu considères que le degré de valeur ajoutée d’une activité est lié aux efforts qu’elle nécessite – compare une heure de jeux vidéos ou de les séries (ce qui n’est rien) avec de la lecture saine ou une heure à taper dans un sac (ce qui est déjà beaucoup).

      Au passage, je parle de « gavage », pas de faire un petit Fifa ou Street Fighter à l’occasion.

      Ton exposé ne se vérifie qu’à la marge (okay Tarantino, okay Elky si tu veux), d’ailleurs les filles ne s’y trompent pas pour ce qui est de jauger la valeur de ces activité.

      sPour ce qui de mon plaidoyer pro lecture, je te renvoie à l’intro (et à la conclusion) de cet article certes un brin partial car écrit pas mes soins => http://www.artdeseduire.com/relation/livres-comprendre-femme-seduction

      Bien à toi Pierre.

    • AL dit :

      « les filles ne s’y trompent pas pour ce qui est de jauger la valeur de ces activité. »

      Tout à fait ! Pas plus tard qu’hier, y en a encore une HB8 qui s’est vantée devant moi de ne pas aimer lire !

      (Je rejoins Pierre sur l’aspect subjectif de la chose : pour moi, taper pendant une heure dans un sac, comme tu dis, c’est tout aussi abrutissant que regarder une série. ça te fais les muscles des bras, mais tu n’en sors pas plus intelligent.)

    • Aurélien dit :

      La boxe c’est l’intelligence du corps à son meilleur AL. C’est tout ce que je dirais.

      Oui la lecture n’attire pas les filles n’étant que telle (ou alors une minorité de littéraires) MAIS ça apporte tellement (tellement) à côté (conversation, repartie, méthode…)

    • AL dit :

      « La boxe c’est l’intelligence du corps à son meilleur AL. C’est tout ce que je dirais. »

      Le yoga la surpasse en tous points, et en plus, on est entouré de jolies femmes ! (Du coup, continues la boxe, ça en fait plus pour moua ! ;) )

    • Sylvain dit :

      A voir aussi que dans pas longtemps, des joueurs vivront de leur niveau à Fifa. Les club de foot commencent à investir.

    • AL dit :

      Je me permet de me joindre au débat :)

      « Le lecteur est tout aussi passif et consommateur que le spectateur ou le joueur. »

      Je suis tout à fait d’accord avec Pierre sur ce point. J’ajouterais que l’expérience de la série ou du jeu peut être communautaire, sociale et simultanée. Si tu as une console ou un DVD à regarder, et que tu es avec plusieurs personnes, vous pouvez faire la même activité en même temps, puis encore échanger après. Avec un seul livre, pour qu’un échange soit possible, nos habitudes font que la lecture se pratique à tour de rôle. Ce sont en outre nos compétences de lecture qui induisent son rythme, là où les médias visuels imposent le leur au spectateur. J’irais ainsi donc plus loin en comparant la lecture à la masturbation VS séries et jeux similaires à des parties de jambes en l’air à deux ou plus. Et je dis ça alors que j’ai tjs été un gros lecteur (dont beaucoup de BD) et jamais été attiré par les jeux vidéos.

      « les jeux vidéos et les séries télévisées sont des oeuvres artistiques à part entière qui sont créées avant tout pour susciter des émotions et parfois faire passer des messages »

      Je dirais que là où Aurélien a potentiellement tort, c’est que l’esprit, comme le corps, ont besoin de moment de « repos ». On ne peut pas être actifs / acteurs de sa vie sans arrêt. Ce n’est pas tenable. Pour personne. En ce sens, le divertissement est nécessaire. Ponctuellement. Et là où je lui donne raison, c’est que ça ne doit pas prendre le pas sur le reste comme c’est généralement le cas. C’est d’autant plus important que la société nous infantilise au maximum afin de mieux nous pousser à consommer (cible marketing facile : 15-35 ans + ménagère)
      Concernant la question de l’Art, il y a encore quelques années, j’aurais été dans ton sens. Aujourd’hui, je me dit que, là encore, il s’agit plus d’un argument commercial décomplexant qu’autre chose. Oui, il y a des séries formidables. Mais, objectivement, au regard de la prod, leur quantité est infime. Et leur existence ne peut pas légitimer l’existence de tout le reste. On ne peut pas excuser le visionnage de 50 séries débiles parce qu’il y en a 10 formidables à côté (qu’on n’a peut-être même pas vues). C’est comme faire un parallèle entre Arte et NRJ12. Enfin, pour ce qui est des réflexions, je ne suis pas aussi naïf que toi. Les gens restent hermétiques aux messages. Balavoine et Goldman sont des chanteurs ultra-populaires avec une excellente image auprès du grand public. Des messages, ils en ont transmis des dizaines. Compte tenu de l’évolution de la société en 35 ans, je dirais que personne ou presque ne les a réellement écouté (ou n’en tient compte). Pour les séries, c’est pareil. Même chose avec internet. On trouve plein de trucs intelligents sur le web, mais c’est pas ce que les gens viennent y chercher en général. Bref. Je comprends ton point de vue, et, sur la théorie, j’y adhère. Mais les faits rendent caduque cet argument.

      « Ça n’a pas empêché des gens de se faire reconnaître et devenir riche en tant que dessinateur ou scénariste de BDs. »

      Le milieu de la BD est quand même en crise, avec une majorité d’auteurs dans une situation précaire qui ne va pas en s’arrangeant. Comme partout, il y a quelques chanceux d’un côté et beaucoup de misère de l’autre. Mais oui, il y a quelques belles réussites remarquables :)

      « Quentin Tarantino a commencé à se servir d’une caméra vers l’âge de 26 ans d’une façon purement autodidacte. »

      Là aussi, c’est une exception. Il a su capitaliser sur ce qu’il a appris. Tout le monde n’a pas cette compétence / chance (faire de son hobby une source de revenus). En outre, je me demande quel est l’impact de la désapprobation de son entourage dans la détermination qu’il a utilisé pour devenir celui qu’il est ? Il n’est pas impossible (mais là je spécule) que ses choix de vie dépendent tout autant sinon plus d’une volonté de rébellion que de ses compétences.

      Voilà ce que j’avais à ajouter pour nuancer un peu les différents arguments avancé par vous trois. ^^

    • don Diego de la Vega dit :

      Ouaip dans l’absolu on est plus actif devant un jeu vidéo (motricité, coordination etc. Faut avoir vu ma meuf jouer à Mario Kart en tournant avec la manette pour comprendre).

      Après plutôt que d’essayer de mettre l’un au dessus de l’autre, faut voir la chose avec l’idée d’équilibre.
      Tant que c’est équilibré, ça va.
      10 heures de lecture par semaine, fera certainement de vous un mec un peu renfermé. Idem pour les jeux ou les séries, faut doser quoi.

    • Sylvain dit :

      Hello,

      C’est comme cette fameuse video ou Steve Jobs parle de ses échecs à la fac et tout le monde en a fait une apologie de l’échec… Je dirais beaucoup de pretendants mais peu d’élus comme souvent

      Quant à la portée des messages…Meilleur exemple le tabac : un battage incessant et 75 000 morts par en en France. Les gens s’en foutent :)

  • Capitaine dit :

    Déjà deux ans depuis le lycée mais qu’est ce que j’aurais aimé avoir cette synthèse à l’époque. Cela dit c’est un bon article sur le comment commencer à se forger une identité solide et ça, ça va être bénéfique à beaucoup de monde. Merci les gars

    • Aurélien dit :

      Oh Capitaine, il te reste donc encore un an pour passer à l’action #TeamVerreÀMoitiéPlein

      Et pour tout te dire, ces 8 conseils marchent aussi pour la fac ;)

  • Juan (cristobal) dit :

    Je suis parfaitement d’accord avec Maaaax et Pierre, sur les jeux vidéos : je ne fais aucune différence entre plusieurs formes de création artistique, que ce soit la peinture, la musique, l’écriture, la lecture, le jeu.

    Mais en effet Aurélien parle de « valeur ajoutée » et ici (sur ce site) on parle surtout de valeur ajoutée auprès de la gente féminine .

    Dans l’inconscient majoritaire collectif certaine choses on plus de valeur ajoutée que d’autres.
    La musique à beaucoup de valeur ajoutée, le sport est un gage de « sainteté » pour beaucoup alors qu’il peut être considéré comme de l’auto-médication à base de drogue dure (les endorphines sécrétés par le corps humain lors d’une séance de footing) pour d’autres (mais y’en a pas beaucoup qui pensent comme ça).

    Donc les 8 conseils de séductions oui. Mais de « lifestyle » : à débattre . Certaines personnes on des sources de divertissements différentes que d’autres, et c’est toujours le même problème .

    « on nous dit ce qui est bien et ce qui est pas bien » depuis qu’on est petit, et la plupart des choses ne sont pas remises en question :

    « le shit c’est pas bien » -> je ne suis pas de cet avis : le thc (molécule active du shit) est un stimulant du système nerveux, qui à pour effet principale de « bloquer » le shéma de pensé du cerveau humain, dans une seule direction . Une direction qui est poursuivie jusqu’à son maximum, ce qui permet au fumeur de shit d’avoir de la suite dans les idées et d’évidemment réfléchir jusqu’au bout des choses tout en étant capable de faire abstraction du reste.
    Est associé à ça une fatigue physique et psychologique qui pousse le consommateur à avoir envie de rien foutre => ça bouffe de l’énergie de réfléchir jusqu’au bout des choses.

    Le jeux vidéo : auxquel est assimilé cette notion de « facilité », on combat des armées entières allongé dans le canapé => c’est pas la réalité ça ! « oulala c’est pas bien »
    lol
    Evidemment c’est pas la réalité, mais c’est pour ça que c’est aussi divertissant . Et puis au moins avec ça on à pas envie d’alloir faire un génocide humain en afrique pour montrer qu’on à des couilles . On peut se mesurer aux autres sans conséquence dramatique . Et ça c’est le principe du jeu .

    Parceque l’homme à besoin (la femme aussi nonobstent) de montrer qu’il à des couilles, ça le fait se sentir exister (il comble ainsi le vide persistant de son pauvre misérable et insinifiant passage sur terre) .

    Alors finalement ou est le mal dans le fait de jouer aux jeux vidéos ? : Aurélien nous dis que ça n’apporte pas de valeur ajoutée, la encore une fois : Aux yeux de la gente féminine, et pourquoi ?
    Parce que le jeu vidéo est associé à cette notion de facilité (alors qu’il y a des jeux comme starcraft qui ne sont pas représentatifs d’une quelconque facilité, c’est tarpin chaud starcraft) .

    Mais vous remarquerez que la plupart des gens qui méprisent tels ou tels type d’activité sont des personnes qui n’ont aucune connaissance dans la discipline concernée, et c’est pour ça qu’ils n’y voient pas d’intérêt.

    Pour nous c’est un peu différent, on a ce qu’on a envie de faire, et papa, maman et la société qui d’une génération antérieure à la notre n’ont pas été sensibilisé à certaines nouveautés . Donc si on suit mon résonnement, ils méprisent ces nouveautés.

    Pasqu’elles soient inintéressantes mais qu’elles leurs soient inconnues .

    Conclu zion : ce qu’il me semble apporter de la valeur ajoutée aux yeux d’Aurélien est le fait de sortir de sa zone de confort.

    Peut être pouvons nous dire que de lire un livre est moins confortable que de jouer à un jeux vidéo.
    Car : stimulant moins nos sens que le jeux vidéo, qui lui, est transmis par un écran lumineux (nous tenant éveillé et focus), nous avons besoins de plus de concentration et donc d’implication (d’effort) que pour lire un livre, c’est en ce sens, il me semble, qu’Aurélien distingue le « passif » de « l’actif ».

    • AL dit :

      @Juan :

      « Parceque l’homme à besoin (la femme aussi nonobstent) de montrer qu’il à des couilles, ça le fait se sentir exister »

      Sur ce point, je te renvois à ce que tu as écris juste au-dessus : « « on nous dit ce qui est bien et ce qui est pas bien » depuis qu’on est petit, et la plupart des choses ne sont pas remises en question »
      Pour moi, c’est kif-kif. L’être humain a besoin de se sentir exister (en montrant ses couilles) parce qu’on lui apprend de cette manière.

      Pour le reste, c’est un point de vue qui se défend.

    • Aurélien dit :

      « Ce qu’il me semble apporter de la valeur ajoutée aux yeux d’Aurélien est le fait de sortir de sa zone de confort. »
      « Aurélien distingue le « passif » de « l’’actif ». »

      Voilà c’est ça, t’as tout compris.

      Pour info mes expériences pro passée m’ont amené à fréquenter beaucoup (beaucoup) de gamers (dont beaucoup de joueurs de Starcraft), des poker pro et des joueurs de cartes Magic, etc.

      => Conclusion : si en théorie pure je suis d’accord avec les arguments énoncés pro jeux vidéo, encore une fois dans les faits cela ne se vérifie qu’à la marge

      Monter sur un ring ou lire Nietzsche permet d’en apprendre bien plus sur soi-même que tous les jeux vidéo et Game of Thrones du monde.

      « How much can you know about yourself, you’ve never been in a fight? » Tyler Durden

      (Note : Sélim et wam sommes des fanas de GOT)

      Et bizarrement il existe une disparité tout à fait proportionnelle (et assez vérifiable) entre le courage physique et le temps passé à geeker devant des activités mettant en scène une virilité fantasmée à base de superhéros, déluge de sang et autres guerre imaginaire.

      Enfin et ce sera peut-être mon meilleur conseil (il n’est qu’esquisser dans l’article) : demandez-vous À QUI vous souhaitez ressembler ?

      Si vous voulez veux être prof/avocat/coach en séduction/etc. regardes les profs/avocats/coachs en séduction/etc, vous leur ressemblerez à 90%.

      On n’échappe jamais vraiment au déterminisme de son milieu social.

    • AL dit :

      « Monter sur un ring ou lire Nietzsche permet d’en apprendre bien plus sur soi-même que tous les jeux vidéo et Game of Thrones du monde. »

      […]

      « il existe une disparité tout à fait proportionnelle (et assez vérifiable) entre le courage physique et le temps passé à geeker devant des activités mettant en scène une virilité fantasmée à base de superhéros, déluge de sang et autres guerre imaginaire. »

      […]

      « On n’échappe jamais vraiment au déterminisme de son milieu social. »

      Hmmmmmmmmmmmmmmmm…

      1/ Oui pour le déterminisme social. (mais ça vaut autant pour toi et la boxe ou Lisa et la danse – au bout d’un moment, il faut sortir de son trip pour voir autre chose) Pour autant, j’ai pas plus envie de ressembler à un boxer, qu’à un rat de bibliothèque ou qu’à un geek. ça me fait vraiment pas rêver. Je rejoins donc l’avis de Don Diego : équilibre.

      2/ Tu allies deux faits entre eux et tu en conclues un lien de cause à effet. Mais je ne suis pas convaincu. L’idée est séduisante, mais ça ressemble fort à un raccourci. Je crois que la clé, ce n’est pas tant de « faire quelque chose » ni donner de l’importance à ce qu’on choisit de faire (un classement entre sport / lecture / vidéos / musique) qu’à la façon dont on le vit comme expérience ou non (et du sérieux qu’on lui accorde). [Ou alors simplement le choix de faire les choses dans le but de travailler sur soi, et non pas juste pour s’occuper ?]
      Patrick Bruel joue au poker et, à ma connaissance, ne fait pas de boxe. Démontres-moi qu’il a raté sa vie ! ;)
      Y a plein de gens, et j’en ai fait partie, pour considérer « la drague » ou simplement le fait de bien s’habiller, comme une démarche superficielle. Aujourd’hui, je sais que j’ai eu tort. Non pas parce que ce n’est pas superficiel, mais parce que ça s’inscrit dans une démarche d’apprentissage global et non comme une fin en soi. J’ai dans mon entourage des gens qui ont lu Nietsche a qui je voulais ressembler il y a 15 ans. Avec mon regard d’aujourd’hui et leurs choix de vie, j’ai totalement changé d’avis. Parce que leurs connaissances n’ont pas été « transformées », leur bagage n’a pas été exploité comme il aurait pu / dû. Et pourtant, ils remplissent le cahier des charges dont tu vantes les mérites.

      (réflexion(s) en cours sur le sujet…)

    • Aurélien dit :

      Alors déjà Ici il y a de l’amour pour Patrick B.

      Je n’écris pas qu’il faut absolument faire le boxe et lire Nietzsche pour réussir AL, juste s’investir dans des activités qui te permettent de te réaliser, de « devenir qui tu es ».

    • AL dit :

      « juste s’investir dans des activités qui te permettent de te réaliser, de « devenir qui tu es ». »

      J’entends bien. Mais je ne crois pas que ça suffise. Je pense qu’il faut autre chose… Au moins une prise de conscience… Mais pas que…

  • Luc dit :

    je conseille surtout de bien profiter de la vie a l’ecole ou la fac, meme avec peu de moyens on peut s’eclater comme etudiant. c’est ce que j’ai fait, la plus belle epoque de ma vie etait mes 20-30 ans (amis, copines, loisirs) car apres ca se gate avec le monde du travail qui est pas jojo meme pour les inges ou les cadres actuellement (c’etait plus relax il y a 20 ans, j’ai meme eu des enviros de travail ou on rigolait et s’eclatait, c’etait meme un plaisir tant l’ambiance etait bonne) mais actuellement c’est de pire en pire, a ce que j’entends et je lis, sans parler du chomage qui touche tout le monde. Je ne veux pas jouer l’oiseau de mauvaise augure mais je prefere prevenir les 20 ans actuels, qui je me doute bien sont au courant du contexte en France.
    Perso j’ai decidé de m’expatrier (j’ai vecu a l’etranger dans pas mal de pays) car j’en ai marre de la société ici qui s’enfonce chaque jour et ca va probablement tres mal finir.
    De plus il me semble que les femmes sont de plus en plus exigeantes et materialiste et il parait que les SDR, reseaux sociaux on revolutionné la drague

    • Aurélien dit :

      Et puis si tu ne profites pas des plaisirs de l’adolescence quand c’est le moment, tu passes ta vie à courir après (idem pour ‘enfance, la vingtaine, etc.).

      « Je viens à peine de naître, demain j’serai vieux hein hein »

  • Strife dit :

    « Ces soirées jeux vidéo aussi divertissantes qu’abrutissantes ». Alors là, je ne suis pas du tout d’accord. Un de mes rêves est de devenir un grand champion de jeux de combat, je m’entraîne beaucoup, et oui, j’organise des sessions, des soirées dans lesquelles j’invite des amis pour échanger nos feedback, et pour pouvoir s’amuser et s’améliorer ensemble. Abrutissant ? De nombreuses recherches scientifique montrent pourtant le contraire, le jeu vidéo améliore les facultés cognitives ( mémorisation, réflexes, capacité de décision, concentration sur plusieurs éléments en même temps, résolution de problème ). Savoir trouver des solutions et savoir prendre des décisions sont des qualités importantes pour pouvoir être un homme, n’est-ce pas ? Alors, pouvoir améliorer ceci me semble être bénéfique.

    Strife, fier d’être un gamer

    • Luc dit :

      par experience le jeux video c’est pas un probleme si tu a une vie sociale, tu sors beaucoup etc c’est vraiment le tarte a la creme, En fait c’est pas si mal, ca entraine les reflexes et la relfexion logique
      comme etudiant c’est tout a fait compatible, les jeux videos et une vie sociale remplie
      Moi la seule periode de ma vie ou j’avais plus de vie sociale, je sortais plus c’etait a cause… du boulot. Bien sur ca on en parle pas, c’est meme considéré comme normal parfois d’avoir des horaires a rallonge et terminer a 9/10H meme a Paris, bref … Et c’etait difficile de negocier un amenagment des horaires (quasi impossible) ou meme de changer de boulot a l’epoque

    • Aurélien dit :

      Yo Strife,

      Ce que je fustige dans ma demi-ligne ce sont ces soirées passées affalé sur un canapé, sapé comme une dimanche matin, accompagnée d’aucune conversation constructive et où l’on se tire la tige sur Daenerys Targaryen et Lara Croft.

      Quant aux étude que tu évoques, on pourrait longuement discuter de qui les commandite et pourquoi sont-elles mise en avant.

      (Un peu comme toutes ses études qui vantent les mérite de la tablette auprès des enfants en bas-âge quoi)

      Encore une fois compare une heure de jeux vidéos (qui passe à la vitesse de l’éclair) avec une heure de sport, de lecture ou de rencard et mesure les VA.

      Bon après ton cas est un peu différent vu que tu deviens « expert » comme évoque dans le point numéro 6.

      (Et pour la petite histoire, joies de la colocation (temporaire), depuis deux mois je vois débarquer dans mon salon tous les lundis des trentenaires bien avancés qui font de des tournois de Mortal Kombat… bordel c’est pas beau à voir.)

      Bien à toi.
      A.

    • AL dit :

      « accompagnée d’aucune conversation constructive »

      ça aussi c’est relatif et subjectif. Y a des gens très biens, compétents dans leur domaine et qui n’ont aucune conversation (ou alors, limité à leur domaine de compétences).

    • Sylvain dit :

      Ca veut dire que tu as su garder une super nintendo?

  • Lenal'airderien dit :

    Bonjour,

    Sauf que moi je suis une femme et je me suis endurcie et qu’aujourd’hui , j’ai une grosse part masculine …. Je suis comme vous quoi…

    Lenaenmodeputainjesuisunhomme!!!!

  • Mayhts dit :

    Bonjour/Bonsoir je ne sais pas à qui m’adresser car je suis nouveau dans l’espace commentaire, je traîne sur votre site depuis un bon moment mais je n’ai jamais trouver l’article que je cherche.

    Je suis âgé de bientôt 14ans et j’ai récemment réaliser que j’avais trouver la fille de mes rêves, le seul problème est que avant cette révélation, je me suis entrainé bêtement en friend-zone, j’en avait conscience mais cela n’importai pas pour moi à ce moment là, mais ce n’est que quelque jours après que j’avais réalisé que je l’aimais, si l’article est déjà disponible, je souhaiterais en être informé et si ce n’est pas la cas, je pense qu’on petit conseil, voir même un article complet (je ne pense pas être seul) serait la bienvenue !

    J’attend une réponse avec impatience

  • maaax dit :

    En vrai je t’ai répondu sans lire les autres (pas bieng), mais je pense qu’on va réellement monter la team de gamers ADS. La team qui te démonte aux JV et qui pique ta meuf ;).

  • Lisa dit :

    Aurélien, je trouve parfois tes expressions dédaigneuses, c’est dommage…Ton dernier article était bien, bien meilleur; tu me déçois beaucoup!

    Moi, j’aurais dit « bosse tes cours », « rigole aux éclats avec tes amies » et « expérimente » (la clope, le corps humain, les matières que tu aimes…).

    En quoi se « gaver de séries tv » serait un « piège (par rapport à qui? à quoi?) un peu trop facile »? Tu nous signifies que ce serait « dangereux », « néfaste »? Moi, cela ne m’a pas du tout été ni l’un ni l’autre car au contraire, j’ai mes références culturelles et donc on peut distinguer mes goûts^^

    idem pour le porno (si on regarde Ovidie ou des autres comme Love de Gaspard Noé, ça peut être intéressant) (par contre, si on se gave de porno, et que donc c’est une addiction oui c’est qu’il y a un problème (cf le film Don Jon)

    le shit qui rendrait idiot –> tu te bases sur quelles sources? études? quelle quantité?

    J’adore les soirées jeux vidéos (c’est bien de rester enfant^^) et elles sont bel et bien divertissantes (tu devrais essayer les énigmes pour adultes dans de grands bâtiments, ça cartonne depuis un moment)

    Ha, non, la pression sociale et la comparaison avec les autres, (et le diktat des marques) c’est pour toute ta vie; après tu peux décider de les atténuer (ou t’en détourner)

    J’aurais opté pour la danse de couple/salon (un de mes potes en dansant, encore et encore en soirée et en prenant des cours, les fait toutes tomber à présent); sinon, j’adore les nageurs (natation donc) ça sculpte un corps de malade!

    Les filles seraient plus « rapides tant biologiquement que socialement » –> tu t’es penché sur quelles sources/études? Je trouve l’expression assez maladroite; qui plus est, faire des généralisations, je ne trouve pas ça vraiment comme étant le reflet de la société en général (on est tous tellement différents)

    Ha, oui, au lycée, certaines auront essayé l’éjac faciale et le sexe anal? Tu te bases sur quelle étude? Ça m’intéresse là car je crois, au contraire, que ce sont très très peu de filles qui l’ont expérimenté à cet âge.

    Non, on ne s’impose pas tout à fait de s’endurcir : la vie t’endurcit. Ou non. Et, non si la drague n’est pas réciproque, bin cela n’aboutira à rien et les deux parties auront perdu du temps. (Et je ne trouve pas cela respectueux quand j’envoie ou que l’on m’envoie un sms ou que je tél et qu’on me réponde pas; ici, ça s’appelle un goujat!)

    Ne décidez pas de vous attacher à une fille avant d’avoir couché avec elle???????????!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! (Non, mais tu parles avec sérieux, quand tu écris cela, Aurélien?) : d’une, on ne « décide » pas de s’attacher; ce n’est pas une volonté consciente, enfin! Après, c’est quand les 2 partenaires se sentent bien ensemble qu’ils passent à l’étape supérieure!

    Idem : on « déciderait de pleurer en public »? de se lamenter sur son sort : ça donne pourtant la chanson de Stromae qui s’est filmé dans son clip « formidable »

    Mes ami(e)s sont celles et ceux de mon enfance puis de mon adolescence : la majorité d’entre elles/eux viennent de cette période là.
    Etre maître-nageur dans le Sud, c’est bien pour se faire de la thune (et draguer^^)

    Aurélien, préfères-tu réussir ta vie ou dans la vie? (question à 100 euros, attention :p)

    • Aurélien dit :

      Salut Lisa,

      – « expérimente la clope »
      T’es sérieuse morray ?!?

      – « le shit qui rendrait idiot –> tu te bases sur quelles sources? études? quelle quantité? »
      T’es sérieuse morray ?!?
      (J’ai commencé les deux en quantité à 14 ans)

      – « J’adore les soirées jeux vidéos (c’est bien de rester enfant^^) »
      Rester enfant c’est conserver sa capacité à s’émerveiller pas faire la patate de canapé.
      Je ne suis pas anti jeux vidéo, mais considérer cette activité (qui encore une fois prend un temps ééénorme, comme les séries, comme la télé) comme équivalente à d’autres c’est juste de la blague (mais bon c’est confortable).

      – « tu devrais essayer les énigmes pour adultes dans de grands bâtiments, ça cartonne depuis un moment »
      C’est prévu pour mercredi après-midi ;)

      – « le porno »
      Julia Channel et Laure Sainclair à jamais dans mon cœur ;)

      – Les filles seraient plus « rapides tant biologiquement que socialement » –> tu t’es penché sur quelles sources/études?
      « Biologiquement » La puberté commence plus tôt chez les filles, c’est un fait connu.
      « Socialement » l’observation le prouve pour (comme écrit) « les plus jolies, les plus aventureuses »
      => Aaa cette sempiternelle volonté des femmes de vouloir passer pour des anges…

      – « On ne « décide » pas de s’attacher; ce n’est pas une volonté consciente »
      Non on s’éduque, on s’impose de limites, des gardes fous, c’est aussi ça être un homme.

      – « On « déciderait de pleurer en public »? de se lamenter sur son sort : ça donne pourtant la chanson de Stromae qui s’est filmé dans son clip « formidable »
      Ben pareil, et oui pleurer en public pour un homme c’est la honte.

      – « Mes ami(e)s sont celles et ceux de mon enfance puis de mon adolescence »
      Bravo tu es une exception.

      – « faire des généralisations, je ne trouve pas ça vraiment comme étant le reflet de la société en général »
      Si tu ne généralises pas, tu ne conceptualise pas, et in fine tu ne réfléchis pas.

      – « on est tous tellement différents »
      Oui comme des flocons de neige ou des grains de sable.

      @+
      A.

    • Lisa dit :

      Aurélien,

      J’ai essayé de fumer à 12/13 ans…L’adolescence étant une phase d’expérimentation (durant laquelle il faudrait toujours qu’on se respecte soi-même, encore faut-il y être aidé(e) et donc communiquer et être bien entouré(e) avec un(e) ou plusieurs référent(e)s féminins pour une femme (et vice et versa pour un garçon qui devient homme (jusqu’à 20 ans l’adolescence (https://fr.wikipedia.org/wiki/Adolescence et/ou ce lien de l’OMS http://www.who.int/maternal_child_adolescent/topics/adolescence/dev/fr/ qui fixe cette période jusqu’à l’âge de 19 ans (d’autres scientifiques vont même jusqu’à 20/22 ans, en effet, on est encore assez « fragile » à 22 ans pour beaucoup);

      et donc, oui, j’ai essayé de fumer…et j’ai détesté!
      (morray, c’est un terme sud-coréen? :p)

      et bien, fais nous partager ton expérience sur la clope et le shit, vu que toi, avec tes quantités, il t’apparaît plutôt néfaste^^(Florent Pagny en prend depuis des années pour se détendre et ça lu réussit bien, non?)

      Je ne serai toujours pas d’accord avec toi pour les jeux vidéos (et je peux voir que quand c’était mario en 3d, là j’étais complètement perdue dans l’espace); les jeux vidéos s’étant professionnalisés et sont un bon moyen de développer ses capacités cognitives (je ne reviendrai pas sur ce que Maaax ou Luc ont dit là -dessus de pertinent). Tout est dans l’équilibre, sinon, pour se répéter! Et, ne pas admettre que ce sont des équivalents » sinon bien plus, et bien, c’est ne pas s’y connaître et être condescendant (et mon premier amoureux jouait très bien, c’était une passion et crois-moi à l’heure actuelle, il gagne très bien sa vie (en mode NON PASSIF donc)

      Explicite ta vision et les bénéfices du porno, donc^^

      On est d’accord que filles sont plus précoces biologiquement (quoique d’autres études complèteront certainement cette vérité actuelle)?

      Moi, pas avoir compris que les filles (femmes?) seraient plus rapides « socialement », c’est-à-dire?

      Je vois pas le rapport entre ne pas vouloir souffrir et le fait que naturellement, on s’attache à quelqu’un, ou non. Il n’est pas ici question d’une volonté!

      C’est vraiment dommage que tu penses que si tu pleures en public, c’est la honte. VRAIMENT.

      Exception ou pas, l’important est que nos ami(e)s d’enfance, d’ado, ou après soient nos garde-fous!

      C’est assez aberrant de lire que si tu ne généralises pas, tu ne réfléchis pas : les sociologues et les scientifiques qui calibrent leurs recherches par « tranches » : d’âge/sexe/couleur/groupe sanguin/apparence/poids que sais-je encore ne réfléchissent pas………………………..

      Alors, en fin de puberté, c’est à quel âge que les femmes expérimentent l’éjac faciale? le sexe anal?

      P.S : T’es puni quand ton com’ n’est pas de couleur rose?

    • AL dit :

      « Aurélien, je trouve parfois tes expressions dédaigneuses, c’est dommage… »

      Si j’ai le même ressenti que Lisa, sur ce point, je suis également dérangé par l’argumentaire du « camp adverse » qui balaye le point de vue d’Aurélien en disant « je ne suis pas d’accord parce que moi, je… ». Ce qui me laisse penser que vous ne réagissez pas pour argumenter sur le fond, mais pour défendre votre égo blessé par son propos. Même si je suis loin d’être d’accord avec ce qu’il dit (Aurélien reste le rédacteur d’ADS avec lequel j’ai le moins d’affinités), dans une démarche réelle de développement personnel, il me paraît sain d’essayer de bousculer ses habitudes et ses croyances en sortant de sa zone de confort. Et à ce titre, je le rejoins sur le fait que pendant que vous jouer aux jeux vidéos ou que vous regardez la télé, vous ne faites rien de concret (à moins de faire la cuisine, le ménage ou du repassage en même temps). Ceci étant dit, et pour mettre tout le monde d’accord, on ne vit pas davantage pendant qu’on lit ou qu’on fait du sport.

    • maaax dit :

      @Aurelien:

      « Je ne suis pas anti jeux vidéo, mais considérer cette activité (qui encore une fois prend un temps ééénorme, comme les séries, comme la télé) comme équivalente à d’autres c’est juste de la blague (mais bon c’est confortable). »

      C’est bizarre, parce que du point de vue de certains « geeks »: le sport est débile (on a tous entendu les fameux « Le foot c’est des debiles qui courent apres un ballon » ou « la boxe c’est juste un sport violent idiot et corrompu »). Du coup qui a raison?
      Le truc n’est aps de faire de toi un gamer, ou meme de changer ton point de vue sur les JV. Mais plutot que tu ne balances pas que c’est une activité moindre que d’autres. Certains prennent leur pied sur un ring/terrain, d’autres devant leur clavier, d’autre font les 2.

      @AL

      Ce n’est pas un probleme d’égo, c’est un probleme de jugement: déclarer que tous les jeux vidéos sont débiles (ce n’est pas ce qu’Aurelien dit) et pas équivalents a d’autres activités (comme la lecture ou le sport), je suis désolé mais c’est idiot.
      Il y a une paye de jeux qui sont de pures oeuvres d’arts, qui sont meilleurs que bien des livres et qui mériteraient plus de considération (par exemple, lire Tolkien en entier, bah c’est super long et a certains moments -kof les chants kof- super chiant).
      Le jeu vidéo, comme tout format ludique/artistique est constitué d’un énorme scope, et peu amener a en visiter d’autres (livres, bd, films, etc..). Du coup c’est un enrichissement culturel. Pour d’autres, ce n’est pas l’exploration de format qui les branche, c’est le challenge de finir sous un certain angle un jeu (comme Bobby qui se met en tete de finir un marathon l’an prochain). Pour d’autres, c’est une claque visuelle, qui fait réver via l’esprit de designers (comme un film). Et pour d’autres, c’est tout a la fois (la série Dark Souls par exemple).

      Bref, juger toute une tranche de la population parce que certains passent plus de temps sur FIFA et Call Of Duty qu’a draguer (et ils ont tout a fait le droit) est un peu réducteur a mon sens.

      Comme tout, y compris le sport, la lecture, les films/séries/musique ou les sorties (et le shit ;)): il faut jouer avec modération.

    • AL dit :

      @maaax : Tu gagnerais à poster plus souvent ! (et nous aussi !) :D

    • Sylvain dit :

      La clé je pense c’est de toucher un peu à tout! et d’être le plus large possible. Les JV c’est une culture aussi. J’ai récupéré une master system avec Shinobi :) Et qui se rappelle de la Lynx? :) C’est comme tout il faut s’interesser à la culture du jeu vidéo dans sa globalité :)

    • Aurélien dit :

      Sylvain, l’homme de la synthèse.

  • Sam dit :

    Voilà un excellentissime article. Bravo car tout est extrêmement juste et concret. Il y a beaucoup de bons articles sur ADS, mais voilà certainement le meilleur que j’ai lu.

    J’ai 40 ans et deux enfants maintenant, et avec le recul je vois bien que tout ce qui est dit est tres pertinent. Je pense avoir assez bien réussi sur tous les plans, mais j’aurais aimé qu’on me dise à l’époque du Lycée ce qui est écrit ici. Et notamment d’arrêter de croire que j’ai tout mon temps, et que les filles grandissent vite et que les règles de l’enfance avaient changé dès le lycée.
    J’aurai aimé qu’on me dise :
    -« eh! arrete de t’attacher à cette fille qui n’en vaut pas vraiment le coup, il y en a des millions de bien mieux plus loin »,
    -« Le temps passe super vite. Saisies les chances qui passent, sans attendre le grand amour »
    – » bouge toi le cul et parle-lui de tes sentiment ou embrasse la, ça crève les yeux qu’elle n’attend que ça, puisqu’elle vient elle même te parler en souriant, t’invite au ciné, s’assoit sur tes genoux, te prend la main… Mais non toi tu n’es toujours pas sûr !!!  » (j’enrage encore aujourd’hui)
    -Arrête d’être gentil toujours ! Ça n’a rien de séduisant. Et assume tes envies !!!

    Merci pour ce super article.

    • Sylvain dit :

      Un grande invitation à passer à l’action le plus tot possible :)

    • Lenal'airderien dit :

      Bonjour,

      En gros l’article vous dit montrer que vous avez des couilles et assumer vos envie…

      .Oubliez tout ce que votre « moman » vous a dit sur la séduction et les femmes..

    • Sam dit :

      Entre quinze et trente ans j’ai toujours eu des copines, mais je me rend compte du temps perdu à m’obstiner à croire au Grand Amour, à s’accrocher et vouloir améliorer la relation coûte que coûte, et se rendre compte que finalement il y avait mieux ailleurs.
      Voilà les trois conseil que je donnerai à moi Ado :
      – Ce n’est pas le grand amour ou rien. Surtout qu’au début on en sait rien.
      2- N’attends pas de l’avoir embrassé pour être sûr de ses sentiments. Si tu attends le signe d’intérêt ultime, et n’est pas toi même entreprenant, il ne se passera quasiment jamais rien, alors que pourtant tout est réuni.
      3- Ne perds du temps à t’acharner à faire durer une relation si c’est moyen.
      Combien de filles à qui j’ai dit non, parce que j’étais en couple, même bancal, pour que finalement ça s’arrête quand même ? J’hallucine du nombre d’occasions manquées par fidélité idéalisée…
      En gros prend ta vie en main le plus vite possible, parce que ça passe treeeeees vite.

    • Sylvain dit :

      Hello Sam,

      Pareil pour moi, je te rejoins la dessus. Combien de filles potentiellement intéressantes j’ai recalé au nom de la fidélité et du couple alors qu’au final dans le fond, je savais bien que ça avait peu de chances de marcher! Peut etre qu on manque de courage au moment d’assumer une rupture car on a rencontré quelqu’un d’autre…

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Assumer, ça reste la clé de beaucoup de choses!

  • Guillaume dit :

    Voilà un article qui m’aurait été utile à l’époque !

    De ne pas s’accrocher à une fille qui vous parle d’ouverture d’esprit, d’ouverture culturelle, de tolérance et vous refusant de sortir avec vous avec un « je ne pense pas » et apprendre par tes potes qu’en fait, comme tu n’es pas de la « même culture ou « pas assez typé’, bha ça va pas quoi pour elle (ah la socialisation…) et de passer à autre chose…

    Et aussi d’arrêter de t’attacher à cette fille qui ne vaut pas le coup (qui se sert de toi comme ascenseur social), il y en a des mieux, plus réceptives.

    Oublier les conseils de maman.

    Arrêter d’être trop sympa et arrêter d’être froid quand la fille n’est pas intéressée.

    Ecouter ta soeur analysant la situation et sentant le risque à des km.

    • Sylvain dit :

      Hello

      Ha ca, il y en a tant qui pronent la tolérance et qui sont au final fermées comme des huitres! Un conseil majeur : arreter d’écouter ce que disent les femmes pour mieux regarder ce qu’elles font!

  • Roro dit :

    Bien le bonjour, personnellement cela fait desormais 14 mois que je suis rentré dans ce beau monde du lycee, ayant durant toute cette periode relativement suivi ce site je suis assez content de la majorité des articles me concernant et je remarque que naturellement j’ai pris certains reflexes (meme si bon c’est facile a dire mais plus dur a faire ^^) et donc cet article me plait bien et je vais sans doute essayer d’ecouter les conseils qui me semblent judicieux. Alors que je suis sorti de ma premiere relation, qui fut tres forte de par la connexion entre nous mais aussi par la separation seche (demenagement de sa part a l’autre bout du monde), j’ai pu prendre de l’aisance avec les filles de mon entourage scolaire qui me plaisaient alors que je n’osais pas vraiment essayer, surtout j’ai pris un principe qui me semble bon mais je vous demande votre avis: les filles sont toutes autant novices que nous dans ce monde, et elles aussi peuvent avoir leur maladresse, leur timidité etc. Par exemple: une fille avec qui je suis tres proche (mais pas confident etc), qui a souvent donné des signes encourageants (tous nos amis nous voient ensemble), et avec qui je suis allé au cinéma une fois, et bien ce jour la elle etait nerveuse, un peu stressee sans doute et reservee mais pas froide, de plus une de mes amies est allée la questionner directement et elle a directement nié que je l’interessais etc… alors peut etre est ce vrai mais serait-il possible aussi qu’elle soit juste timide?

  • Mamodaly dit :

    Alors superbe article, je suis tout à fait d’accord.
    et je rajouterais: commencer à lire ADS et Lifestyle conseil ;) parce que j’ai commencé en 2nde, aux tout débuts, et franchement je ne le regrettes pas :)
    Sinon il y a aussi: apprenez à réfléchir de vous même
    Le lycée est un moment ou on fais tout soi sous la pression sociale, soit sous celle de nos parents. Alors que au final on veut obtenir un adulte autonome ( soit disant). L’autonomie se travaille, se grandit.

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)