21 conseils indispensables pour être heureux au travail !

Publié dans Lifestyle et réussite par
ArtDeSeduire.Com

bureau heureux travail 21 conseils indispensables pour être heureux au travail !

« La vie fleurit par le travail », Arthur Rimbaud, poète… pas vraiment un modèle de stakhanovisme…

Combien de temps passez-vous à travailler ? Trop à votre goût ? Vous vous ennuyez ou vous détestez carrément votre travail ? Je viens de lire un livre sur le bonheur au travail, et j’avais envie de partager certaines réflexions avec vous sur le sujet.

Le bonheur, pour les séducteurs, pour tous les hommes à vrai dire, ça devrait être un but à atteindre (promis, cet article ne sera pas un cours de philosophie…) Dans son ouvrage Le Bonheur au Travail, Dominique Glocheux, alias Monsieur Bonheur, nous souffle des pistes pour voir la vie en rose au bureau

A l’époque où j’avais envie de me mettre une balle tous les jours au boulot, j’attendais avec impatience le week-end pour troquer mon costard contre un un jean plus décontracté.

Mon discours changeait avec l’habit : à la question « tu fais quoi? », j’esquivais, j’évitais de répondre, je tournais autour du pot pour parler de mes hobbies, le cinéma, l’écriture, la lecture, le poker, le foot. Si vous avez des hobbies passionnants, mettez l’accent dessus !

Mais si vous aviez envie d’être heureux en permanence, au travail comme en dehors, voici 21 idées pour être heureux au travail !

21 extraits du Bonheur au travail

Le livre propose 411 idées pour s’épanouir au boulot, expliquant que nos arrière grands parents bossaient 70% de leurs vies, nous seulement 12% ( vous ferez le calcul).

Proposition 2 : Donnez la priorité à vos priorités (et son corollaire, la proposition 230 Apprenez à dire non plus souvent)

Combien de fois aidez-vous les autres par peur de perdre leur amitié ? Combien de fois acceptez-vous de vous déplacer simplement pour rendre service, alors que ça ne vous arrange pas du tout ? Combien de fois dans une journée êtes-vous distrait ou ralenti par les priorités des autres ?

Musclez votre jeu. Soyez sans pitié, traitez vos priorités en premier. Dire non, ce n’est pas être méchant, c’est respecter votre temps, votre seule ressource non renouvelable.

Proposition 5 : Finissez ce que vous avez commencé

Pour votre estime personnelle, n’abandonnez pas en cours de route. Finissez les choses. Au travail, on vous a assigné un projet ? Menez-le jusqu’à son terme. Vous avez décidé de bosser sur un projet personnel ? Ne baissez pas les bras!

S’il est vrai que l’échec est amer, le regret de ne pas avoir fini un projet vous laissera une image de vous encore pire. Et qui sait… si vous allez jusqu’au bout, ça pourrait peut-être marcher !

Proposition 20 : Fréquentez des gens heureux, optimistes et chanceux, c’est contagieux.

Ok, c’est la crise. Tout le monde a peur, et veut protéger son job. Tout le monde ? N’en soyez pas si sûr ! Regardez le nombre de gens qui lancent leurs propres business.

Regardez le nombre de bénévoles qui s’engagent dans des associations. Tous ces gens heureux quelles que soient les conditions matérielles et financières.

Ne vous laissez pas abattre par le mal-être des autres, entourez-vous de battants ! (et faites le ménage dans votre entourage…)

Proposition 28 : sauvegardez régulièrement vos fichiers informatiques

Astuce véritablement salvatrice. Rien de pire que de bosser sur un fichier pendant deux heures et oublier de le sauvegarder. Rien de plus horrible que de perdre trois mois de boulot parce qu’on vous a volé votre ordinateur…

Sauvegardez dans le cloud, sauvegardez sur disque dur externe genre LIMA, mais sauvegardez ! Perdre le fruit de son travail, ça rend fou (croyez-moi, j’ai déjà perdu un e-book en cours d’écriture, j’ai failli baisser les bras…)

Proposition 47 : Mettez un point d’honneur à apprendre quelque chose de nouveau chaque jour

A la manière de Ross dans Friends avec le pantalon en cuir, chaque jour un nouveau défi, ou une nouvelle info. Je vous ai probablement déjà parlé de mon pote qui apprenait un nouveau mot par jour dans le dictionnaire ?

Faites de même au travail. Découvrez un nouveau collègue, un nouveau logiciel, un nouveau concurrent chaque jour. Forcez-vous à vous coucher tous les soirs moins bête qu’au réveil.

Rien de pire que de se coucher en se disant que cette journée n’a servi à rien ! Make it count !

Proposition 67 : Si vous n’aviez aucune peur de perdre votre job actuel, que feriez-vous ?

Trouvez 3 idées. Mettez-les vite en chantier. Vous l’aurez compris, cette question peut aussi servir de sujet de conversation avec une fille pendant un rendez-vous. Ce sont des questions profondes, qui touchent tout le monde.

Posez la question, mais ayez surtout la réponse ! Un homme avec des projets, c’est plus attirant qu’un glandeur dans son canapé.

Proposition 70 : Soyez convaincu au fond de vous que le bien et l’amour finissent toujours par triompher.

Celle-ci, c’est du pur bonheur. Même si j’ai du mal à y croire, intimement, au fond de moi-même… Je crois que l’étude de l’histoire du monde et des guerres et la lecture poussée de Robert Greene m’empêchent de croire au happy end…

J’aurais plutôt écrit : « Ce serait cool que l’amour et le bien triomphent, mais lisez quand même Cialdini au cas où ! »

PS : pour voir cette séquence en image, regardez le moment où Korben Dallas sauve Liloo qui vient de se faire un apprentissage accéléré de l’histoire du monde…

Proposition 97 : Faites preuve d’audace. La plupart des sentiers battus ne mènent nulle part.

Encore un moyen de vous dire d’être vous-même, de vous écouter davantage, et de vous forcer à trouver ce qui vous convient. Vous n’aurez (probablement) qu’une vie.

Avez-vous envie de la passer à faire plaisir à vos parents, à vos amis, à vivre pour tout le monde sauf vous ?

Bougez-vous ! Osez !

Proposition 104 : Listez ce qui ne va pas dans votre vie. Puis sortez la grosse artillerie.

En période de plein emploi, je vous aurais dit « Go ! Foncez ! » Là, c’est un peu plus délicat. Réfléchissez-y bien, avant de démissionner sans plan B, sans issue de secours par exemple (j’ai testé pour vous, c’est nul, ça craint vraiment… heureusement qu’Eros a joué au banquier avec moi à cette époque…)

Avant de sortir la grosse artillerie, réfléchissez à un plan avec des dates pour le changement, plutôt que de tout envoyer valser en une journée… C’est un luxe que peu d’entre nous peuvent se permettre.

Proposition 169 : Les gens fatigués prennent de mauvaises décisions. Reposez-vous.

Tout est dit dans la proposition. Qu’il s’agisse de boulot, de séduction, de sport : mal reposé, on fait des conneries, on se blesse au sport, on s’énerve plus facilement pour des broutilles, on a tendance à sortir de nos gonds parce qu’on a les nerfs à fleur de peau.

Accordez-vous du repos, et surtout, écoutez votre corps…

Proposition 180 : « Celui qui sait se contenter sera toujours content » Lao-Tseu. Méditez.

Avec Facebook, on est plus connecté, mais on est aussi plus malheureux. On voit les photos de vacances de tous nos « friends », les photos de soirée, on est jaloux, on aimerait vivre cette vie de rêve…

Au travail, face à la promotion d’un collègue incompétent, lorsque vous trouvez que votre augmentation de salaire est injustement basse par rapport à d’autres collègues, lorsqu’un big boss remercie votre boss pour du travail que VOUS avez fait… soufflez un grand coup, en vous disant que vous avez tout donné.

Et que si vous êtes entouré par des connards injustes, au moins, vous pouvez vous regardez dans la glace le matin.

PS : attention, je ne vous dis pas de vous laisser marcher sur les pieds. Si vous en voulez plus, faites-en plus, ou faites différemment…

Proposition 217 : quand vous parlez de vous, donnez un portrait positif et constructif.

Une habitude à prendre. Ne vous dévalorisez jamais devant personne. Soyez fier de vous, allez de l’avant, montrez que vous êtes motivé et que vous aimez ce que vous faites.

Les mecs qui s’apitoient sur leur sort n’attirent personne, ni au travail, ni dans la vie amoureuse.

Proposition 245 : listez vos trois priorités du lendemain avant de quitter votre travail.

Une habitude essentielle pour lutter contre la procrastination. Votre to-do list doit être prête au moment où vous quittez votre poste. Ainsi, le lendemain, vous n’avez pas besoin de réfléchir, de perdre du temps et de l’énergie avant de vous mettre au boulot.

Proposition 271 : donnez de l’air à vos plannings : autant pour respirer que pour pouvoir saisir une occasion favorable

Si comme la majorité des Français vous êtes aux 35 heures, soit 7 heures * 5 jours, débrouillez-vous pour planifier une heure de glande productive par jour. Planifiez une heure de lecture, de sport le midi, d’apéro le soir.

Vous vous sentirez mieux, et vous aurez davantage d’idées, tout en soignant votre cercle social. Que des bénéfices ! Savoir flâner au travail, un luxe que tout le monde ne peut pas se permettre…

Proposition 289 : « Un bon plan exécuté vigoureusement et sur-le-champ est bien meilleur qu’un plan parfait exécuté dans une semaine. » (Eisenhower) Méditez…

Proposition 311 : Lisez des biographies de personnes illustres qui se sont battues contre l’adversité.

Je vous recommande des personnages historiques, Napoléon, Churchill, « Femmes de dictateur », des sportifs (Mohamed Ali, Michael Jordan, Bruce Lee, Zlatan, Domenech), des entrepreneurs Edison, Jack Welch, Warren Buffett), des acteurs, des réalisateurs, des musiciens, des danseurs aussi…

Lisez ce qui peut vous toucher, vous inspirer. Choisissez bien.

Proposition 324 : Apprenez à décider rapidement.

Imaginez votre cerveau comme un tiroir. Vous avez 10 dossiers dedans. Apprenez à faire de la place rapidement sur les petits dossiers, pour avoir plus d’attention mentale à consacrer aux gros dossiers.

Ne vous faites pas polluer par les mails incessants, répondez rapidement à ce qui peut être traité immédiatement. N’accumulez pas, c’est mauvais pour votre efficacité et votre estime personnelle.

Proposition 360 : Ecrémez vos lectures professionnelles…

Vous ne pourrez jamais tout lire, tout savoir, tout retenir. Trop d’information tue l’information. Et vos envies de passer à l’action. Il y aura toujours un concurrent qui aura fait ceci ou cela, et un nouveau venu qui fait ça mieux que vous, etc…

Regardez devant vous, pas sur les côtés. Et avancez !

Proposition 377 : Protégez vos dimanches : ils sont sacrés.

Un point à débattre. Si vous êtes en couple, ou si vous avez des enfants, vous devez préserver du temps pour eux. Vous devez aussi gardez du temps pour vous reposer, comme vu plus haut… Et surtout, évitez le burn-out, l’épuisement mental.

Votre temps et votre santé vous appartiennent, pas à l’entreprise pour laquelle vous bossez… Les indépendants ont le droit de crier au scandale et de répondre qu’ils bossent quand ils veulent, je suis d’accord avec eux !

Proposition 409 : Dépassez-vous : se fixer des limites, c’est les adopter !

Refusez le simple périmètre de votre poste. Elargissez vos responsabilités. Demandez-en toujours plus. Préparez-vous toujours pour le niveau d’après. Apprêtez-vous à remplacer votre boss !

Retrouvez les 411 propositions de Dominique Glocheux, Le bonheur au travail.

Si vous deviez ne retenir qu’une seule proposition, laquelle ? Vous la mettez en application aujourd’hui ?

Sélim, motivation coach !

Bann SMS1erRDV 1 21 conseils indispensables pour être heureux au travail !

21 COMMENTAIRES
  • Gecko dit :

    Etre heureux ou non au boulot m’a toujours laissé indifférent.
    Parce que je suis toujours parti du principe que si je suis payé, c’est parce que je fais des efforts, et que c’est tout à fait normal.
    Si mon but avait été de chercher en priorité le bien être au boulot, je crois que je me serais démoralisé à la moindre difficulté.

    Je n’ai jamais perdu de vue mon objectif principal: l’indépendance financière en particulier par rapport à ma famille qui cherchait à faire pression sur mes choix de vie personnelle au moindre signe de dépendance financière.

    Par rapport à l’entreprise, évidemment j’étais dépendant et volontiers discipliné, mais dans ma vie privée je ne devais avoir de compte à rendre à personne.

    C’est le but ultime qui motive principalement dans le travail.

    Dès lors qu’une entreprise cherchait à empiéter sur ma vie privée ou que ma famille (qui m’avait prétendument pistonné à mon insu) cherchait à répercuter des pressions par l’intermédiaire de connaissances dans la hiérarchie à l’intérieur de l’entreprise, le contrat fondamental non écrit était rompu, je me suis révolté au prix de 10 années de ma vie en militant par exemple dans un syndicat d’extrême-gauche, toute ma décennie de trentenaire au cours de laquelle j’aurais pu sinon me construire une belle vie « standard » que j’avais prévu de construire : Menacé sans cesse d’être muté, pas moyen d’envisager une LTR à cet « âge d’or » du potentiel de séduction et lifestyle de célibataire.

    Quadragénaire, j’ai enfin pu quitter cette boîte et changer de vie en étant moins riche mais totalement indépendant sur le plan financier. Même si je ne me prive pas de rechercher un autre travail pour mettre du beurre dans les épinards, je me rattrape en vivant une vie de noctambule sur le tard et m’adonne au NPU, ayant par ailleurs toujours aimé la musique et les discothèques.

    Je peux dire que ce combat de vie pour mon indépendance avait quelque chose d’agréablement grisant qui a boosté mon estime de moi sur un mode « seul contre tous » antisocial ou révolté et obstiné qui me va bien, sûr que j’étais de la justesse de mes positions.
    Il a dû servir de base à l’IG « naturel » très « ego personnel » que je n’ai cessé de revendiquer depuis que j’ai « débarqué » ici.
    Autour de 45 ans, en effet, je dégageais un charme particulier vis-à-vis des femmes, meilleur qu’à 25 ans à mon propre étonnement, et dont j’ai voulu profiter. C’est ce qui m’a amené ici.

    Pour dire qu’être heureux ou pas au boulot, c’est plutôt à voir par rapport à un tout, une globalité de stratégie de vie qui donne un sens ou pas aux efforts consentis, ou dans certaines situations, les prive de sens par rapport aux motivations de vie globales que, jeune, on puise souvent dans les rêves, dans les films…

    Quand je me retourne sur mon existence, la réalité a dépassé la fiction.
    Il faut croire que j’ai vécu un putain de bon film à rebondissements, avec des bons et des méchants, des luttes sans merci au boulot et ailleurs, des situations extrêmes, et accessoirement quelques coucheries avec HB issues d’un casting bien sélectionné.

    Sur le terrain, quelques idées « field testées » qui améliorent le bien-être au boulot :

    – La seule proposition de l’article à laquelle j’adhère sans réserve est la 169 sinon…

    – Trouver un aspect ludique à l’activité, à la poursuite des objectifs.

    – Trouver le sens de son activité par rapport à ses valeurs personnelles
    (Je sais à quoi je sers dans la société, dans l’activité humaine et pour le progrès.)
    (J’ai de quoi être fier des résultats de mon activité.)

    – Profiter des instants de convivialité : pause café, déplacement, restaurant (hôtel parfois)… (aborder et draguer dans le train bien avant ADS…) (entrer dans le jeu d’une secrétaire délaissée par son ex-chef à cause d’une plus jeune ou de quelque femme mariée active en quête de piment dans sa vie sexuelle et professionnelle et qui fantasme sur un célibataire sur le tard – même si il faut assumer un vrai danger, sans aller jusqu’au job no zob, aussi savoir être très discret et/ou s’arrêter à temps) (draguer ou à tout le moins user de charme sexualisé envers des femmes de pouvoir dans l’entreprise pour obtenir leur précieuse protection stratégique particulièrement en cas de conflit)

    Gecko, acteur de son film.

  • retribution dit :

    très bon article , pour la proposition 20 je ne traine pas avec des gens heureux je préfère rendre heureux les gens car je pars du principe que si je me comporte mal le retour de baton ce fera au centuple mais si je fais le bien la récompense se vaut au centuple

    • retribution dit :

      se vaut par 1000 autant pour moi

    • Sélim dit :

      Un bon choix, essayer de rendre les gens heureux ! Mais parfois, c’est tellement dur…

    • 3000 dit :

      Peut-être, mais l’énergie appelle l’énergie. C’est en essayant de rendre les gens heureux autour de nous, de faire esquisser des sourires, des rires, de susciter des émotions positives… que l’on attire à son tour les personnes positives.
      Et à défaut de rendre heureux, rendre joyeux en notre présence est déjà énorme.

  • Urban's war dit :

    Hey à toi, lecteur de ce post.
    « Apprenez quelque chose chaque jour ». C’est exactement pour cette raison que je me trouve sur ce site =D !
    Sinon, j’aimerais avoir des avis de personnes totalement objectives. J’ai rencontré une femme (HB6.5 mais qui a ce petit truc en plus, ces yeux pétillants de vitalités qui intriguent) sur mon lieu de travail saisonnier, et j’ai réussi à obtenir son numéro et un premier RDV vite, et facilement.
    Lors de cette soirée, j’ai tenté divers kinos (chiromancie notamment), qui sont bien passés, mais dont ma target a mis fin assez rapidement à chaque fois. J’ai donc décidé de ne pas tenter le KC.
    Bref, selon vous, si après une soirée passée ensemble, il n’y a pas eu de KC, c’est friendzone direct ? A noter que je l’ai réinvité à une soirée avec des amies la semaine suivante et qu’elle a vraiment eu l’air contente que je la réinvite.
    En bref, ce que j’aimerais savoir, c’est, en général, combien d’heures faut-il passer avec une personne avant de l’embrasser sous peine de finir dans la FZ ? ( de mémoire, selon Mystery, il s’agit de 5 heures. Selon mes amies qui ont des relations beaucoup plus pérennes que les miennes, il s’agit d’environ 2 mois …).
    Merci d’avance (au passage, vous n’avez pas tenu votre engagement du 1er de l’an consistant à pondre un article/jour [ et c’est tant mieux : qualité > quantité]).

    • Han Solo dit :

      C’est pas une question de temps, mais de conserver de la tension sexuelle avec la personne. Tant que celle ci existe, t’es pas en friendzone, tu es un coup potentiel.
      Mystery il arrive à utiliser cette tension pour KC en 5h, mais faut pas oublier que le mec cherche à enchainer, il est dans une optique de performance. Pour une fille qui te plait, si tu gardes la tension entre vous, ça peut aller assez vite, si tu laisses trainer sans savoir comment garder cette tension, tu passes en FZ, et ça peut être bien avant 2 mois.
      Maintenant parler de FZ en com d’un article sur la motivation c’est peut être pas le meilleur endroit. ;)

    • Sélim dit :

      C’est vrai qu’on ne va pas forcément le voir sur des articles comme ça !
      Toujours viser le bon endroit !
      PS : bien vu Han Solo pour cette explication de la rapidité de Mystery.

  • A Dude dit :

    Le site secouchermoinsbete.fr est justement parfait pour se coucher moins bête. Il a d’ailleurs aussi été proposé dans les commentaires de l’article sur les applis mobiles les plus utiles (le site dispose donc d’une appli disponible sur iPhone android et windows phone) . Chaque jour 2 ou 3 anecdotes qui enrichiront votre culture y sont postées et actuellement, plusieurs milliers y sont répertoriés !

  • Junior Bryant dit :

    Je retiens la proposition 28 et merci Selim pour tes exemples dans la 311. Tu ne pouvais pas recommander mieux : MJ et Bruce Lee. Deux hommes exemplaires qui m’ont appris beaucoup sur l’adversité. Good Job motivation Coach !

  • case dit :

    Jai decouvert votre site il ya deux jour . Je pense serieusement etre devenu le male alpha que vous decrivez dans bcp darticle dans ce laps de temps. Merci a lex et a toute la commu. Il le suffisait dun declic

  • renoboy74 dit :

    « Préservez vos dimanches »
    Ça me fait penser à quand je suis chez mes parents. Avec des amies on à le même rituelle: Mc Do Ciné! Peut importe l’emploi du temps le travail de la semaine, les régimes strictes pour les sportifs etc.. le dimanche c’est (plage si il fait beau ) Mc Do et Ciné. Et c’est cool de voir que parfois ont se retrouve à 15 autour d’un maxi best off. Et même si tout le monde n’est pas là, il y en a toujours 3 ou 4 qui restent pour se le taper. Et j’adore mon mc do ciné du dimanche :p

    • Sélim dit :

      J’avoue que le « préservez vos dimanches » est très strict… Il y a des moments où on est obligé de bosser, ça arrive.
      Mais pour le couple, ou pour le repos personnel, il faut savoir se ménager des temps off pour souffler et repartir du bon pied !
      Tu es allé voir quoi dernièrement ?

    • renoboy74 dit :

      Pas si stricte que ça, dans le sens où il faut toujours pouvoir se trouver un « day off » dans la semaine, certaines personnes ne peuvent pas se garder le dimanche, ou de garder le même jour de repos. Mais je le le hurlerais sur tout les toits même si je suis toujours étudiant qu’il faut un jour zéro travail ou révisons. Car même si je ne suis pas dans le domaine pro pour le moment, j’ai beaucoup d’amis qui le sont et qui frôles le burn out.

      Pour te répondre au sujet des films, ses derniers temps j’ai vu Lucy, Les Gardiens de la Galaxy, Under The Skin (il tourne dans quelques petit cinémas encore), Nos Pires Voisins et j’ai en projet Birdman, Boyhood, The Salvation entre autres.

    • Sélim dit :

      Lucy, vu hier soir. Rarement vu une merde pareille…
      Les gardiens, j’ai été très agréablement surpris !
      Quant à Nos pires voisins, déçu du manque de rythme des vannes. Quelques-unes vraiment terribles, mais pas assez…

    • Junior Bryant dit :

      Oui je confirme Sélim ; lucy vraiment de la merde. Je m’attendais à mieux de la part des acteurs. Nos étoiles contraires il me tente bien. Ça vous dis rien ? On peut avoir des leçons à tirer dessus je pense :)

    • renoboy74 dit :

      @Junior

      J’ai peur que Nos étoiles Contraire soit ni plus ni moins qu’un tire larme. Mais le propos mérite d’être traité c’est sûre. Un film pour ma part que j’irai peut être voir au cinéma si rien d’autre me donne envie avant

    • Junior Bryant dit :

      @renoboy74

      Oui tout à fait, un tire larme ; mais vu que nous sommes des Mal Alpha, on contrôle nos émissions :). Parreil pour moi, on se tient au jus. @+

    • renoboy74 dit :

      Même ressentit pour les trois film. Sauf que Lucy même si je n’ai absolument pas aimé, n’est pas une daube, mais un film dans un style bien différent, qui n’est pas à prendre comme un blockbuster lambada.

  • mesrouilles dit :

    Le boulot, quel qu’il soit, n’est pas facile tous les jours mais c’est vital, effectivement, d’y trouver autant de satisfaction que possible. Même après une journée gonflante, dans mon précédent job « précaire », j’essayais de me dire et redire que j’avais quand même de la chance d’avoir autant de liberté (informaticien dans un gros lycée, j’étais quasiment autonome) et maintenant c’est presque pareil, la sécurité de l’emploi en prime. Bon, tout le monde ne peut avoir ça et tout le monde n’a pas les mêmes aspirations, surtout, mais c’est vraiment essentiel d’être content de son/au boulot, ça ne peut qu’aider pour le reste… des choses à régler dans ma vie, il y en a encore pas mal mais déjà, mon job n’en fait pas vraiment partie. Parce qu’il est probablement celui qui se rapproche le plus de mes aspirations. Et pour ça, j’estime être privilégié, même par rapport à certains qui gagnent bien mieux leur vie que moi :)

    Et j’essaye surtout de penser à ce genre de chose quand je tente de « jouer », car tout point positif est bon à prendre quand on n’a pas forcément pris les bonnes habitudes…

  • Gatsby dit :

    Proposition 271….Je pense que s’ offrir une heure de sport matin.. de lecture est une excellente idée. Ça renouvelle notre energie et vide notre colère et augmente notre concentration. ..personnellement…ces deux idées m’ont été d’une grande aide pour oublier quel boulot je faisais, j’allais même à cacher mes uniformes pour ne penser qu’à ma vie normale…et en faisant du sport et lire quelques ligne….c’était plus facile :)
    Bon article…. merci

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)