Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Débarrassez-Vous des Résolutions, Gardez les Intentions !

planification-intention

Lifestyle et réussite

Débarrassez-Vous des Résolutions, Gardez les Intentions !

Débarrassez-Vous des Résolutions, Gardez les Intentions !

 Débarrassez Vous des Résolutions, Gardez les Intentions !
Cette année, je vais vous demander de ne pas tenir vos bonnes résolutions. Je vais même vous demander de ne pas prendre de nouvelles résolutions, mais de garder les intentions.

L’objectif, c’est d’arrêter de courir après les bonnes résolutions. Je vous explique pourquoi vous pouvez changer votre vie jour après jour, sans prendre de résolutions, grâce à une idée simple : la proactivité.

 

Pendant longtemps, j’ai subi ma vie. Et globalement, je ne l’aimais pas.

La fin d’année arrivait, et je regardais dans le rétro en me lamentant.

« Merde, j’avais dit que j’apprendrais à jouer du piano cette année dans ma liste de résolutions… »

Et évidemment, je n’arrivais toujours pas à enchaîner deux notes.

En 2016, à force de lectures, j’ai adopté un nouveau discours pour changer de vie. Le mot-clef, c’est la proactivité.

Mode pompier VS mode architecte ?

proactivité Débarrassez Vous des Résolutions, Gardez les Intentions !

Vous aussi, je pense que vous avez trop longtemps subi votre vie.

Et que vous êtes en mode « pompier », au lieu d’être en mode « architecte ».

Le pompier, c’est celui qui vient sauver les meubles. C’est celui qui vient quand le feu brûle déjà. C’est celui qui vient quand c’est déjà trop tard.

L’architecte en revanche, c’est celui qui bâtit. Qui planifie. Qui pense en amont. Qui réfléchit à l’espace entre la maison et la forêt. Qui réfléchit aux issues de secours et aux voies d’accès.

J’étais récemment au cinéma pour voir le film Le Grand Jeu avec Jessica Chastain. On y voit exactement la pire des situations possibles : besoin de stimulants pour tenir durant la journée de travail, besoin de tranquillisant pour trouver le sommeil la nuit.

Une vie subie, une vie contrôlée par les addictions et l’impossibilité de prévoir le futur. L’incapacité à modeler son propre futur.

Or, si vous n’êtes pas capable de modeler votre futur, quelqu’un s’en chargera pour vous.

De mon côté, le changement vers la proactivité a eu lieu en 2016.

En 2015, j’ai réussi un coup de fil « wake-up call », comme disent les Ricains, de mon frère. Me traitant grosso modo de grosse merde.

« Depuis ta rupture, je ne te vois plus rien faire, je ne te vois plus prendre de risque, j’ai l’impression que tu végètes dans une sorte de zone de confort. C’est pas toi. Sors-toi les doigts, réveille-toi… ».

« Comment gagner une heure par jour » était un bon bouquin contre la procrastination, mais on a beau savoir les choses, on ne les applique pas forcément…

J’ai donc pris le temps de faire quelque chose que je n’avais jamais fait : me projeter. Dessiner mon futur. Planifier mon futur et faire des choix. (C’est là que je suis tombé sur l’outil du tableau de visualisation).

Pendant des années, professionnellement, j’ai dit oui aux projets qui me plaisaient, les opportunités me tombaient dessus plutôt par hasard.

Non pas que la chance me sourit particulièrement : je travaillais beaucoup, donc on me confiait des missions en communication, outre mon job de coach en séduction.

J’ai pu faire des conférences pour Boss (le lancement du parfum Boss The Scent), j’ai été contacté par Solar, une maison d’édition qui m’a demandé de rédiger un guide sur la barbe, on m’a confié le community management d’une grande star.

De superbes missions, de belles opportunités. Mais était-ce vraiment ce que je voulais pour moi ?

Face à ma feuille de papier, j’ai écrit ce que je voulais vraiment : prendre 10% de l’année pour moi, hors du territoire français.

L’année d’après, je suis allé encore plus loin en découpant, mois après mois, le nombre d’articles que je devais écrire, et j’ai établi le calendrier des formations Artdeseduire que je voulais proposer.

Pour 2018, j’ai mis mon mode pro-actif au maximum :

  • J’ai planifié les séances de sport
  • J’ai planifié les créneaux horaires pour l’écriture des posts dans mon journal sur le forum Artdeseduire (1 par mois)
  • J’ai planifié un mois entier pour écrire mon prochain livre (j’ai besoin de couper tout le reste, pour pouvoir me concentrer à 100%)
  • J’ai même planifié des vacances ! (Ça ne m’arrivait pas avant, résultat, je n’étais jamais loin du craquage…)

Je pourrais encore améliorer ce programme en planifiant des séances de méditation, en bloquant des créneaux pour lire, mais pour cette année, c’est déjà pas mal.

Le réalisme : la clef pour devenir proactif et changer de vie

L’important dans tout ce travail de planification, c’est le réalisme, le pragmatisme.

Et c’est ce qui manque avec les bonnes résolutions. Le 2 janvier, on prend son abonnement pour la salle de sport, sans prendre le temps d’y réfléchir.

  • Avez-vous vraiment le temps pour le sport ?
  • Comment allez-vous trouver ce temps nécessaire à votre corps ?
  • Allez-vous ronger sur votre sommeil ? Allez-vous réduire votre temps de travail ? Est-ce vos amis que vous allez moins voir le soir ou le week-end pour aller à vos séances du sport le soir ?

De la même manière, c’est le réalisme qui vous aidera à arrêter la clope, à arrêter de boire, à écrire votre roman.

arrêter les résolutions Débarrassez Vous des Résolutions, Gardez les Intentions !

Et ce réalisme, il s’incarne sur un agenda, avec des créneaux horaires.

  • Bloquez dans votre agenda des créneaux horaires pour l’écriture, et interdisez-vous de voir du monde ces soirs-là / ces journées-là.
  • Réservez des créneaux horaires au sport pendant 3 mois et n’abandonnez pas, ne trouvez pas d’excuses. Chaque séance compte. Chaque pierre compte quand on bâtit une cathédrale !
  • Débranchez votre PlayStation et bloquez des créneaux pour réviser bien en amont de vos partiels, pour ne pas être à l’arrache une fois encore.
  • Achetez les bouquins qu’il vous faut pour votre formation en code / en anglais / en relations sociales

Il est temps d’arrêter de regretter. Il est temps d’arrêter de rêver.

J’ai longtemps été comme vous, attendant un miracle.

J’ai longtemps été un bon performer de la dernière minute. Dos au mur, le stress aidant, toutes mes ressources (mental, santé) étaient mobilisées pour réussir mes examens, passer un entretien d’embauche, réviser le contenu d’une intervention sur scène…

Depuis que je suis passé en mode « proactif », j’ai le temps de planifier, de voir venir, de réfléchir plus posément à tous les projets. Je suis moins stressé (un peu).

Devenir proactif, c’est aussi accepter une réalité : tout le monde s’en fout, de vous. Vraiment. L’état, votre patron, vos parents. Le monde ne vous attend pas. Personne ne va vous aider ni venir vous prendre par la main pour vous aider à cueillir vos rêves.

Arrivé à l’âge adulte, on attend de vous que vous vous preniez en main. Artdeseduire a toujours prôné une philosophie de l’épanouissement personnel, pour vous donner les clefs de votre indépendance.

Vivre la vie de vos rêves ne tient qu’à vous. Discipline et planification, c’est l’équation du succès.

Bien sûr, il existe des variables que vous ne maîtrisez pas. Mais n’oubliez pas que la chance sourit aux audacieux.

L’audace pour vous commence aujourd’hui.

En vous posant face à une feuille de papier, et en vous posant cette question : « Qu’est-ce que je veux faire de ma vie ? Qu’est-ce que je veux (faire / être / avoir) en 2018 ? ».

Ce travail est nécessaire si vous voulez vivre une vie épanouissante.

Cela va vous demander du temps et du courage. Le courage de vous regarder dans la glace et d’admettre que vous pouvez changer, que ce n’est pas « la faute aux autres » mais bel et bien la vôtre.

Ne baissez pas les bras, même si pour le moment le changement vous paraît colossal.

On va y aller ensemble, petit à petit.

D’abord 15 minutes par jour, puis 30, puis une heure. Allez-y progressivement.

Je vous laisse réfléchir sur cet article avec un seul exercice, papier, stylo.

Répondez le plus précisément possible à ces quatre questions :

  1. Qu’est-ce que j’ai envie d’apprendre en 2018 ? (Compétences, savoirs, savoir-être…)
  2. Qu’est-ce que j’ai envie de faire comme job en janvier 2019 ?
  3. De qui ai-je envie de m’entourer en 2018 ?
  4. Comment ai-je envie de me faire plaisir en 2018 ?

Si vous réussissez à répondre ces quatre questions, votre année sera bien lancée.

Vous savez ce qu’on dit : « Echouer dans la planification, c’est planifier son échec ».

Vous comme moi, nous ne voulons pas ça.

Si vous voulez partager vos réponses dans les commentaires, je vous lis avec plaisir !

Mes réponses pour définir mon année 2018 et être proactif

Voici mes réponses à ces quatre questions…

  1. J’ai envie d’apprendre à mieux parler. Améliorer mes qualités de prise de parole en public. Pour cela, en février, je trouverai un coach en public speaking, je relirai des livres sur le sujet, et je bloquerai deux soirs par semaine pour m’y consacrer.
  2. Continuer le coaching avec les hommes, en m’attaquant encore plus au couple et au lifestyle. Aider les hommes à mieux vivre leur vie, heureux, à deux, et avec classe. Pour cela, je vais continuer de lire des magazines masculins, et proposer de nouveaux contenus masculins.
  3. J’ai envie de m’entourer de rêveurs, de travailleurs, de créatifs, de guerriers, de personnes positives qui osent tenter de nouvelles choses. J’ai envie de m’éloigner des quelques personnes toxiques de mon entourage. J’ai envie de passer encore moins de temps avec les personnes qui ne m’intéressent pas. Pour cela, je vais aller dans des soirées de start-uppers, je vais aller aux anniversaires de mes potes, je vais organiser des déjeuners au moins une fois par mois.
  4. J’ai envie de revoir l’Irlande, j’ai envie de faire plus de paddle sur des eaux calmes, j’ai envie d’aller squatter chez un pote à Marrakech, j’ai envie de voir une aurore boréale en Islande ou en Finlande, j’ai envie de vivre de belles expériences et de m’attacher encore moins aux choses

À vous de jouer !

Toutes vos réponses sont les bienvenues !

Sélim

Bann SMS1erRDV 1 Débarrassez Vous des Résolutions, Gardez les Intentions !

Lire la suite
10 Commentaires

10 Comments

  1. AL

    12 février, 2018 à 19:27

    Sur le principe, tu as raison. Mais encore une fois, tu es dans l’excès (je parle spécifiquement pour toi, Selim). Quand on a besoin de remettre de l’ordre dans sa vie, la rigueur, c’est important. Mais tout planifier, tout le temps. C’est chiant, c’est contraignant, et c’est une perte de temps. Accessoirement, l’impro, c’est bien aussi. (je développerai en privé en répondant à ton dernier mail)

    Mais pour ceux qui ont besoin de remettre de l’ordre dans leur vie ou de lui donner du sens, cet article est une excellente base :)

    • Sélim

      13 février, 2018 à 12:05

      Je n’ai aucun souci avec l’excès.
      Je gère très mal la tiédeur, la modération, la moyenne.
      Je n’y crois pas pour moi.
      J’admire les personnes très équilibrée. Mais étant de nature impatiente, quand je veux quelque chose, si je ne planifie pas, si je ne me fais pas violence : je n’avance pas.
      Je suis UN ENORME GLANDEUR, et si j’écoutais le cerveau MOU en moi, je serais encore devant les jeux vidéos, les mangas, les BD les comics et les séries à longueur de journée.
      Le seul souci, c’est que ça paie assez peu, chroniqueur BD :)

      Arrive un moment où il faut faire un choix et prendre le taureau par les cornes…
      (Bien évidemment : c’est ce qui marche pour moi. Par rapport à mes objectifs de vie, et l’idée que je me fais d’une « bonne vie ». Je n’écris cependant pas que c’est pour tout le monde. Nous sommes tous différents, et la différence va se jouer sur l’idée qu’on se fait d’une vie réussie !)

      Merci pour le débat, AL !

    • AL

      13 février, 2018 à 13:52

      « Je suis UN ENORME GLANDEUR, et si j’écoutais le cerveau MOU en moi, je serais encore devant les jeux vidéos, les mangas, les BD les comics et les séries à longueur de journée. » : Personnellement, je n’y crois pas. Ce n’est pas l’image que tu donnes, ni celle que je perçois. Si tous les glandeurs étaient comme toi, le monde tournerait mieux. Vraiment. Tu es trop critique vis-à-vis de toi-même et je pense qu’il y a un décalage entre ce que tu es et la façon dont TOI tu te perçois. Et c’est là-dessus que tu devrais travailler (ça, et le mépris que tu as pour les gens qui jouent aux JV ou qui lisent de la BD). ça m’est arrivé aussi. Par exemple, si on me demandait ma couleur préférée, j’aurais répondu plein de choses dans les nuances marrons, bleues et violettes. Pourtant, en repeignant ma chambre, j’ai réalisé que j’adorais le jaune comme couleur de lieu de vie (que j’utilisais déjà les deux fois où j’ai créé des sites web dans ma jeunesse). Ce qui compte, toujours, ce sont les faits. Les éléments concrets. C’est ça qui révèle qui nous sommes. Peut-être que tu étais un glandeur AVANT. Mais tes actions depuis au moins 4 ans que je te côtoie virtuellement démontrent largement que tu es un bosseur acharné.

  2. tails le renard

    13 février, 2018 à 00:55

    Moi aussi j ‘avais planifié les choses,j’ai baissé les bras,j’avais planifié l années dernières de tels sortes que je n’ai pas un jours sans rien faire,badminton dans 3 club différent,au bout de 5 mois,sans que je le vois venir,je n’y suis plus retourné,aussi j avais trouvé « l activité qui me passionné »,avec les gens qui allé avec,malheureusement,encore 5 mois plus tard,le club vidéo allé devenir le club photos.Bon j ai dit pourquoi pas,j’y suis allé un jours,je comprenait rien au cours,leur organisation avez changé,on devait toujours prévenir si on venait pas,cette non liberté était pesant,mon wing me proposé des activités le même jours,j ai annulé le cours de photo en prévenant le club,la deuxième j’avais pas prévenu,du coup gène d’y retourner.Je regrette quand même de ne pas avoir persévéré dans ce club!Je regrette à fond!Mais on maitrise pas tout.Si il n’était pas devenue a cheval sur l’assiduité,j’y serais encore.

    • Sélim

      13 février, 2018 à 12:07

      Bien d’accord avec toi : on ne maîtrise pas tout.
      Là ce que je vois chez toi, c’est un mini-souci de communication, quand tu parles de la gêne.
      C’est dommage, en effet.

      Pour ma part, je planifie deux à trois soirées par semaine, le reste, je me le garde, pour l’impro !

  3. Indiana007

    18 février, 2018 à 18:03

    Concernant l’équation du succès planification + discipline, j’en avais déjà parlé à certaines personnes qui m’ont répondu avec mépris que c’était une approche de la vie académique, conventionnelle et sclérosante, brisant l’énergie créatrice.

    Que puis-je leur répondre ? :)

    • Sylvain

      19 février, 2018 à 17:28

      Tout simplement qu’il y a besoin d’une direction pour atteindre les objectifs. On n’est pas obligés de la suivre totalement à la lettre mais si on suit le plan 80% du temps et qu on garde 20% de battement, on atteindra de bien meilleurs résultats dans la vie que tous les gens qui n’ont absolument aucun plan.

  4. Ézé

    16 mars, 2018 à 05:34

    Pour ma part, je suis décidé à faire plus de rencontres, mais j’y vais à l’improviste parce que j’ai de bien meilleurs résultats comme ça puisque je dégage du naturel. Pour moi tout prévoir à l’avance est impossible de 1. De 2, le fait de voir toutes les possibilités ne fera pas de moi un meilleur seducteur. Mais je suis quand même d’accord avec vous sur un poin, c’est que c’est vrai que pour séduire, faut déjà savoir les bases de notre plan de chasse. Ensuite, en adaptant notre comportement tout dépendant de ce qui arrive finalement, si j’ai déjà une idée de plan déjà prévu, ça sera en effet plus facile de s’adapter si j’ai déjà tenu compte de plusieurs facteurs. Mais bon, c’est un peu compliquer. Donc en résumé, il faut certe avoir une idée de plan déjà préparé, mais il faut aussi improviser en fonction de la situation.

  5. Damien Desnoë

    24 mars, 2018 à 13:38

    Hello Sélim, hello la team,

    Le wake up call… Je l’ai reçu hier soir aussi. De mon grand frère…
    Il est arrivé chez moi. Sans prévenir.
    Et m’a sorti:
    – Damien, mais qu’est-ce que tu fous !? Tu n’invites pas les filles chez toi ? Moi à ta place je t’aurais déjà appelé ! Je t’aurais dit « Damien, j’ai un problème. Il faut que tu viennes m’aider. J’en ai 3 en même temps là. Je n’y arrive pas. »

    En fait, ça fait quelques mois déjà que je le vois venir, ce wake up call. Quelques mois que je vois ma situation stagner, voire dégresser, pendant que je me prostitue pour un travail qui n’est pas le mien.

    Alors j’y ai réfléchi. Et voici mes réponses à ces 4 questions:

    1- Je veux apprendre à mieux parler. A mieux m’exprimer en général. Que ce soit en public ou derrière une caméra, à l’écrit, entre amis – famille… Pour cela, je vais (enfin) suivre les quelques formations que j’ai achetées sur le sujet. Lire – ou relire – de nouveaux livres, ou des livres que j’ai déjà, comme « How to win friends and influence people ». Et y consacrer 2H par semaine.

    2- Je veux continuer à faire des sites web. Mais plus pour les boutiques motardes. Je veux en faire mon point d’entrée dans la vie d’entrepreneur.
    Ensuite, je voudrais aussi aider les gens autrement. Et progressivement, changer d’activité. Je veux leur proposer des formations pour vivre mieux. Pour devenir le meilleur d’eux-même, pour eux et leur entourage. Peut-être des séances de coaching, aussi, ou des stages, pour compléter les formations. Tout ça, sur un sujet qui me passionne. Comme la vie de couple, ou la séduction (même si c’est déjà pris). Ou autre chose. Un sujet que je vais peut-être devoir chercher. En m’y mettant 10 min par jour.
    J’irai aussi à 1 afterwork par mois. Pour m’inspirer des autres entrepreneurs. Pour croire à nouveau à ces projet. Pour croire à nouveau à ce mode de vie. Pour profiter de l’influence positive de ces rêveurs qui ont décidé de se sortir les doigts et prendre le taureau par les cornes.

    3- J’ai besoin de m’entourer de gens optimistes ! Je veux être entouré de rêveurs. Des gens avec des projets fous – ou pas – en tête. Des gens optimistes qui me tirerons vers le haut dans les périodes difficiles. Des gens qui encouragent et qui croient en leur projet. Je vais me débarrasser – une nouvelle fois – progressivement, de toutes ces relations toxiques. Soit en m’en éloignant, soit en les avertissant de leurs défauts.

    4- Je veux retourner en Angleterre. Visiter les pays de l’Est. Et ceux au sud de la France. Je veux quitter le pays. Peut-être cette année. Peut-être l’année prochaine. J’ai aussi l’intention d’aller voir Héléna, et retourner voir Patrice. Globalement, à l’exception de la moto, j’essaie de me détacher un maximum du matériel. Je préfère vivre des expériences enrichissantes. Et je cherche d’ailleurs à en vivre une nouvelle, cette année. A découvrir une nouvelle chose. Mais quoi ? Cela reste à définir…

    Pour l’instant, mon objectif à court terme pour les prochains mois: Réussir à finir le mois.
    Mon objectif à long terme: Dire « merde » au salariat. Aux gens qui s’y plaisent et alimentent cette société en glorifiant le CDI et l’esclavage moderne (les produits « pas cher », fabriqués de façon peu éthique…). Et vivre une belle vie.

    Damien, rêveur professionnel

    PS: Je devrais presque en écrire un article aussi. A méditer…

    • Sylvain

      26 mars, 2018 à 13:04

      Hello Damien,

      Parfait, tu as deja fait le premier pas. Maintenant à toi de te mettre en route. On reve tous de sortir du salariat! Plus qu’à mettre le plan en place. En combien de temps? Comment vivre pendant ce temps là? Comment l’integrer dans son emploi du temps? Comment ne pas abandonner? Tu sais ce que tu veux faire et ou tu veux aller. Plus qu’à savoir comment! Allez zou, au boulot!;)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Lire plus Lifestyle et réussite