Arrêtez la « Victime attitude » pour Devenir plus Viril et Attirant

Publié dans Inner game par
ArtDeSeduire.Com

arreter detre victime Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant

« Je n’en pouvais plus, le mec c’était une victime. Et vu que je ne suis pas psy ou infirmière, je l’ai jeté en l’air. » Encore un témoignage d’une amie qui constate que les mecs se plaignent trop souvent, qu’ils deviennent mous avec le temps. Qu’ils perdent l’œil du tigre.

Cet article, je l’écris pour tous ceux qui traversent une situation difficile, une rupture, un sale job, une blessure, un licenciement, du harcèlement à l’école ou au travail, du racisme, et tous les « ismes » possibles. Arrêtez d’être une victime, reprenez votre destin en main !

Vous le savez, les femmes n’aiment pas les mecs qui subissent la vie, qui passent leur temps à encaisser des coups et à essayer « de se refaire » en attendant le cul dans le canapé. Qui baissent la tête en se disant que ça finira par passer.

Il y a certes de vraies victimes d’injustice, de violence, de maltraitance, de victimes sociales aussi, des laissés pour compte du système : je suis bien conscient qu’on ne part pas tous avec les mêmes chances sur l’échiquier de la vie. (Je n’aime pas le mot course, parce que ce n’est pas vraiment une course : à la fin, on meurt tous, et je ne suis pas franchement pressé d’en finir.)

Il faut que vous preniez conscience de certains mécanismes sociaux qui font de vous des victimes si vous êtes dans ce cas-là. Si vous êtes la cible privilégiée des moqueries en cours, si vous vous faites bizuter en permanence.

J’ai fait quelques recherches pour voir l’ampleur du phénomène : beaucoup d’articles sur le harcèlement scolaire, et le harcèlement de rue, et le harcèlement moral au travail.

Un point commun : la victime ne bronche pas, reste dans son coin sans en parler, et accorde beaucoup trop de pouvoir à l’autre. Avant de vous donner des astuces pour ne plus être une victime, une histoire vraie où je joue le rôle de la victime.

Je ne sais plus si je vous avais raconté cette anecdote honteuse, de moi gamin, lors de mon premier jour au collège. A l’époque, on n’avait pas de téléphone portable (1994, ça date), je faisais un truc comme 1,40 ou 1,50m à tout casser, et je faisais la queue pour la cabine téléphonique.

Deux « grandes » de troisième arrivaient derrière moi, voulaient ma place, et quand j’ai refusé, elles m’ont filé des coups de pied pour que je dégage et que je leur cède la place. Pas totalement débile et mû par mon instinct de survie, j’ai laissé les deux connasses passer (pas vraiment le choix…) et me suis promis, sous le coup de la colère, de ne plus jamais prendre un coup. (Geoffrey, le fondateur de BonneGueule, vous dirait qu’il m’en a mis plein la tronche, mais c’est à la boxe, ça ne compte pas).

Autant vous dire que le lendemain j’étais inscrit au judo histoire de faire efficace. L’humiliation… Me faire frapper, ça va. Mais par des filles putain ! (Encore aujourd’hui je ris bêtement quand je lis des histoires d’hommes battus. Je sais que le phénomène est réel, mais c’est juste incompréhensible pour moi.)

Par la suite, l’année d’après, en 5ème, j’ai encore eu un souci avec un mec qui voulait me frapper parce que ma tête ne lui revenait pas, parce qu’il était plus grand que moi, parce qu’il pouvait le faire sans être inquiété. Stratégiquement, je suis devenu pote avec lui pour éviter de prendre des droites. J’ai des lunettes, vous comprenez. Ça coûte cher, je ne pouvais pas me permettre de me laisser atteindre.

Ce détour pour vous dire que je comprends votre situation de victime, qu’il s’agisse de violences physiques ou morales. On a tous parfois des passages à vide, et c’est pour cela que je veux vous soutenir, et vous dire que vous n’êtes pas seul.

La première solution pour ne plus être une victime : parlez-en à quelqu’un !

Qu’il s’agisse de harcèlement scolaire, de harcèlement en ligne, de harcèlement sexuel ou moral au travail : il y a des règles. Et une fois qu’elles sont franchies, vous, la victime, devez en parler pour ne pas laisser la situation se répéter, et empirer.

Ça va vous demander un peu de temps, mais lisez cette étude intitulée Quels types de victimes potentielles sont privilégiés au collège ? Chez Artdeseduire, on aime bien se baser sur des preuves scientifiques, pas que sur notre ressenti (même si les deux types d’intelligence sont nécessaires pour bien comprendre le monde : book smart et street smart, allier la théorie et la pratique)

Si vous ne voulez pas directement parler de vos soucis à l’autorité en charge pour ne pas passer pour une balance, confiez-vous à un ami, ou à quelqu’un qui pourrait vous écouter, et comprendre votre situation, et pourquoi pas vous conseiller.

banner parler aux femmes Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
banner parler aux femmes Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
Banner 50phrases Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
Banner 50phrases Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
Bann TechniqueAstucieuse v2 Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
Bann TechniqueAstucieuse v2 Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant

La manière forte pour ne plus être une victime : prendre confiance en vous

Je vous avais parlé des cours d’auto-défense dans cet article, cette interview d’un prof de self-défense. Relisez ses conseils précieux.

Je reste persuadé que la confiance en soi passe par une bonne maîtrise de son corps. Il est très important que vous ayez confiance en vos capacités physiques.

Savoir que vous pouvez parer un coup de poing, l’esquiver et répliquer immédiatement, c’est un sentiment rassurant. Savoir que vous pouvez courir en cas d’agression physique, c’est vital. Ainsi, vous dégagez une sérénité que les agresseurs potentiels peuvent percevoir : ils se détourneront de vous, vous posez trop de problème, il y aurait trop de résistance.

Je pense aux agressions dans le métro : les prédateurs, les agresseurs sont comme des animaux et sentent la faiblesse chez les autres. Dans le métro, je suis toujours debout, au cas où, pour voir, à gauche et à droite, les pickpockets, les mecs bourrés un peu insistants.

Un seul écouteur dans les oreilles, jamais les deux. Pareil dans la rue. Ne vous placez pas en position de victime, ne tendez pas le bâton pour vous faire battre. Si vous vous placez volontairement dans une bulle, vous offrez des options aux agresseurs, des prises presque trop faciles.

Il y a un souvenir qui me revient à l’instant, en écrivant. En CM2, je venais d’arriver à Auxerre et un mec voulait m’embrouiller. Jalousie à cause d’une fille qui avait jeté son dévolu sur moi. Il a essayé de m’envoyer un high kick. Je l’ai… giflé. La claque sonore, qui humilie. Elle ne fait pas mal physiquement, mais elle blesse l’égo. C’était la première fois que quelqu’un lui tenait tête.

Et c’est mon deuxième conseil : les agresseurs n’ont pas l’habitude d’avoir du répondant en face d’eux. Ils sont habitués à choisir des victimes bien passives. Renvoyez votre bourreau dans ses cordes. Rappelez-lui comme il est petit.

Ça me rappelle la vidéo récente de la buraliste qui a mis en fuite son agresseur. Je ne vous demande pas d’être débile comme ce gogole qui a pris un selfie avec un mec qui portait une (fausse) ceinture d’explosifs : il faut savoir évaluer les risques, et ça, ça s’apprend.

Arrêtez d’avoir le body language de la victime !

Les victimes sont voûtées, frêles, ou grosses, mais rarement en bonne santé. Une victime, on la voit, physiquement, elle essaie de se cacher en permanence, là où le dominant prend de la place.

C’est ce cliché de la victime qui rase les murs pendant que la bande de terreurs prend toute la place dans le couloir des casiers au lycée.

Une scène que vous retrouverez dans Spiderman avec Tobey Maguire, le superhéros préféré des victimes du monde entier !

Faites entendre votre voix !

Quand la victime parle, on l’entend à peine. Vous avez déjà remarqué comme le body language va de paire avec la voix de fragile ?

Quand je vois une personne devant moi le matin commander sa baguette et être obligée de répéter trois fois sa commande à cause de sa petite voix hésitante, je sens la victime. Les timides maladifs : des proies faciles…

Musclez votre voix ! Faites-vous entendre, tout le temps, partout. Si on vous fait répéter une commande, considérez que c’est un échec et que vous devez faire mieux la fois d’après.

(Si jamais vous avez des sœurs, ou une copine qui se fait embrouiller souvent, pareil, dites-lui de tout donner avec la voix, de hurler pour attirer l’attention).

Cessez de vous dénigrer : soyez votre propre avocat !

Si vous ne jouez pas dans votre propre équipe, si vous n’êtes pas votre premier supporter, pourquoi les autres croiraient-ils en vous ?

Cessez de vous plaindre, arrêtez de vous sous-estimer ! Même si vous n’êtes pas dans la meilleure des positions, ne laissez pas paraître vos faiblesses ! Relisez l’Art de la Guerre de Sun Tsu, ça peut vous aider aussi.

Ne baissez pas les bras : la position de victime ne dure qu’un temps !

Je repense à La 50ème Loi de Robert Greene et 50 Cent. L’auteur y explique qu’une fois que 50 avait pris ses 9 balles dans le corps, il était un peu KO (ça se comprend), la maison de disque venait de casser son contrat : bref, il était au 36ème dessous. Est-ce qu’il s’est comporté comme une victime ?

Et pourtant, il continuait de planifier la suite. On connaît tous des tempêtes, parfois même des naufrages. Une victime se laisse couler. Un homme, un battant, prépare la suite, dans l’ombre, prépare sa sortie de secours, prépare sa vengeance aussi parfois.

Est-ce que Mandela, du fond de sa prison, a joué les victimes ? Non, il planifiait soigneusement la suite de son plan. Si vous devez faire le dos rond, sachez être patient.

Je ne vais pas vous ressortir la liste de tous les échecs et les rejets subis par J.K.Rowling, l’auteur de Harry Potter. Des dizaines de maisons d’édition lui ont dit que c’était de la merde. Est-ce qu’elle a fait sa victime ? Non, elle a fait comme le cheval dans la Ferme des animaux : « I will work harder ! »

Acceptez ce que vous ne pouvez pas changer, changez ce que vous ne pouvez pas accepter

C’est une amie qui récemment m’a remis dans le droit chemin. J’ai commencé à me plaindre d’un truc qui m’énervait, elle m’a pris entre quatre z’yeux « Putain mais ta gueule ! Si ça te gonfle, tu changes, mais tu arrêtes avec ça ! » Et elle avait raison.

Soit vous mettez vraiment en place un plan pour atteindre vos objectifs et renverser votre oppresseur, faire en sorte qu’il vous respecte, soit vous vous taisez, et vous acceptez votre sort.

Récemment, j’ai eu le témoignage d’un ami qui me disait être victime de blagues racistes à son travail. Le mec en face, son agresseur, avait l’air plutôt débile et ne comprenait pas la diplomatie… Vu la situation, je lui ai conseillé de cogner l’autre. Il l’a collé contre un mur, ils ont été convoqués tous les deux, blâmés tous les deux, et l’agresseur le respecte désormais.

Réécrivez votre passé, digérez-le pour avancer et arrêter d’être une victime

C’est un des enseignements majeurs de Tony Robbins : « Your past does not equal your future ». Peu importe d’où vous venez, peu importe ce que vous avez subi, ce passé, qui est passé, ne doit pas avoir d’emprise sur votre avenir.

Vous décidez de votre avenir. Ce n’est pas parce que vous vous êtes fait bolossé (j’aime bien le verbe bolosser, il est marrant) que vous devez toujours être la victime.

J’ai vu des potes passer de roux du groupe (roux = victime, c’est comme ça, c’est pas moi qui décide) à star du business, star en boxe, de gros du groupe à super athlète du running, de victime mal sapée à mec à la pointe de la mode : le changement est possible !

Préparez-vous à affronter de la résistance

Les dynamiques sociales sont ainsi. L’homme est un sale type, et dans toute société, il y aura toujours un bouc émissaire, il y aura toujours des groupes discriminés, des individus ostracisés. (Vous l’aurez compris, je n’ai aucune foi en l’espèce humaine.)

Démerdez-vous pour ne pas être ce bouc émissaire, votre avenir est entre vos mains. Et une fois que vous sortirez de ce rôle, aidez ceux que vous voyez souffrir. Que les anciennes victimes ne deviennent pas les nouveaux bourreaux.

Quand vous voudrez sortir de ce rôle de victime, vous allez changer d’image aux yeux de vos parents, ces oppresseurs. De vos (faux) amis, qui ne comprennent pas votre « nouveau » comportement. C’est logique : vous récupérez votre trône, ma petite Daenerys, et tout le monde ne va pas être content.

Et vous savez quoi ? On s’en fout : être un homme, c’est apprendre à gérer et contrôler ses émotions, et pas celles des autres.

Assez souffert en silence. Reprenez la barre capitaine ! Au boulot. Je compte sur vous.

Et s’il y a besoin de parler, il y a toujours des interlocuteurs !

SOS AMITIE

Hommes battus

HARCELEMENT MORAL

HARCELEMENT SEXUEL

HARCELEMENT SCOLAIRE

HARCELEMENT EN LIGNE

Vous n’êtes pas seul. Jamais. Ne baissez pas les bras. Ce n’est qu’un sale moment à passer, dont vous ressortirez grandi.

Sélim, votre coach

banner parler aux femmes Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
banner parler aux femmes Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
Banner 50phrases Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
Banner 50phrases Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
Bann TechniqueAstucieuse v2 Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
Bann TechniqueAstucieuse v2 Arrêtez la Victime attitude pour Devenir plus Viril et Attirant
131 COMMENTAIRES
  • Yop dit :

    Pendant des années, j’ai eu la sensation d’être « trop gentil » ( entendez « trop faible »), de me faire avoir systématiquement, et d’être invisible aux yeux des autres.
    J’ai fini par comprendre une chose, et j’aimerais avoir l’avis d’ADS là-dessus: je crois que pour s’affirmer, il ne suffit pas de faire ce que l’on dit, il faut aussi DIRE ce que l’on fait, car les actes ne parlent pas toujours d’eux-mêmes.

    Je prends un exemple imaginaire:
    Imaginez une fille proposant à son mec d’aller faire du shopping ( c’est cliché, ok. ) tout un week-end parce que c’est l’ouverture des soldes. Le gars accepte et la suit, alors qu’il déteste le shopping, mais se garde bien de le dire à sa copine. Du coup la fille est contente, elle est avec son mec, et pense éventuellement qu’il aime bien le shopping aussi, vu qu’il ne bronche pas. Elle ne se rend pas compte qu’il fait ça pour lui faire plaisir.
    Conséquence, le week-end d’après elle lui redemande, il accepte, et pareil le week-end d’après. Le mec la suit en portant les sacs, et en accumulant une grosse frustration ( car à l’origine il agissait pour lui faire plaisir, mais à la longue il ne s’y retrouve pas car il aimerait aussi exister en faisant des trucs qu’il aime faire ( il disparaît derrière sa copine ). La quatrième fois qu’elle lui propose il s’énerve ( ayant accumulé de la rancoeur et pensant s’affirmer ) en lui disant que le shopping, ça le gonfle, et qu’il a envie de faire un peu ses trucs à lui. Devant une telle réaction, sa copine lui répond  » On peut rien te demander, t’es vraiment égoïste ». Là, le mec devient fou, car la réaction de sa copine n’est pas juste, ce qu’il a fait est totalement passé inaperçu, et mal interprété: il est invisible.
    Le truc, c’est que le gars aurait du poser les choses dès le départ, en mode:  » je t’avoue que le shopping c’est pas mon truc, mais tu sembles y tenir alors je veux bien venir avec toi, car ça me fera plaisir de te voir contente ». Et là les actes passeront différemment: la fille comprend d’une part qu’elle a un mec qui affirme ce qu’il EST, et d’autre part qu’il fait quelque chose pour elle. La conséquence, c’est qu’elle le respectera davantage, et qu’elle aura éventuellement envie de lui faire plaisir à son tour. En outre, le mec serait en droit, quelques semaines plus tard, de refuser de l’accompagner au shopping, pour voir ses potes à lui par exemple, parce qu’il aura posé les choses avant et qu’il aura déjà fait un geste pour elle à ce niveau. Si après ça elle le prend mal quand même, c’est qu’elle est de mauvaise foi.

    Les actes sont importants pour ne plus être nié par les autres, mais les paroles le sont tout autant: savoir « se vendre » en quelque sorte.

    • Antoine dit :

      Tu as complètement raison Yop. Il faut être actif et dire clairement ce que l’on veut et ne veut pas. C’est pour cela qu’il est important de déjà apprendre à se connaître, savoir ce que l’on veut, ce que l’on aime.

    • Yop dit :

      D’accord ! Et se connaître ça peut prendre longtemps. Mais ça en vaut la peine. On y gagne en qualité de vie et on gagne du temps !

    • AL dit :

      « j’aimerais avoir l’avis d’ADS là-dessus »

      Pourquoi tu voudrais un avis, Yop ? Dans ton texte, tu poses la question et tu donnes la réponse juste après. C’est à toi de poser tes limites dans une relation. Et tu es seul responsable de ta frustration. Pour la fille, tout va bien, puisque tu acceptes à chaque fois de la suivre. C’est que ça te convient. Les gens normaux disent non, quand un truc ne leur plait pas ^^;;;;

      Après, y a deux choses qui me gênent dans ton exemple imaginaire :
      – la fille qui passe 4 WE consécutifs à faire les soldes : je zappe (ne serait-ce que parce que ça représente déjà une forme de routine)
      – le mec qui n’est pas capable de supporter de passer quatre WE d’affilé avec sa copine ou l’accompagner pour son loisir préféré, il ira pas bien loin dans la relation (et il aurait intérêt à travailler sur son niveau de tolérance)

    • Yop dit :

      Moi ce qui me gêne, c’est que tu épingles des trucs insignifiants alors que nous sommes apparemment d’accord sur le fond, juste pour te donner l’impression de « faire la différence », comme souvent.
      D’autant que tu dis que le mec de l’exemple doit fixer ses limites, et ensuite qu’il doit être plus tolérant. Ca confirme ce que je pensais de ton discours: contradiction de principe. Donne-moi plutôt ta véritable opinion, si tu veux discuter.

      Sinon, la réponse que je donne est mon point de vue, et j’avais envie de le partager pour voir ce que d’autres personnes en pensaient. Je pensais que c’était évident.

      « les gens normaux disent non » : je passerai sur l’ineptie de l’adjectif « normaux » pour en arriver à l’essentiel: s’il était aussi simple de s’affirmer, les sites comme ADS n’existeraient pas.

      Pas trop envie de m’étendre à nouveau sur le principe de « routine », si ce n’est que j’espère que tu ne fais pas partie des gens qui ont la naïveté de penser que la « routine » tue le couple.

      Le fait que tu fasse l’idiot en prenant l’exemple imaginaire au pied de la lettre, c’est amusant ( mais je comprends, on est encore dans la contradiction pour la contradiction ). Tu vois, c’est comme si je te citais LaFontaine pour illustrer un travers humain et que tu me disais « il marche pas ton exemple, parce-que les animaux ne parlent pas. »

      Attention ! Simple opinion de ma part. Chacun est libre.

    • Yop dit :

      Et arrête avec « t’es le seul responsable ». Pour qu’il y ait frustration dans un couple, il faut être deux.

      Pour ce qui est de « la tolérance » et des limites à poser, je trouve que l’exemple illustre bien un équilibre entre les deux. La solution proposée tient compte à la fois de ta copine ( tolérance, attention à l’autre ), et aussi de tes envies à toi (limites, affirmation personnelle ).

    • AL dit :

      C’est reparti comme en 40 !

      « tu épingles des trucs insignifiants »
      Toi, tu les considères comme insignifiants. Mais si tu avais lu les 5 livres que je t’ai conseillé il y a deux semaines, tu verrais peut-être les choses différemment.

      « D’autant que tu dis que le mec de l’exemple doit fixer ses limites, et ensuite qu’il doit être plus tolérant. »
      Bien sûr, parce que ça s’appelle l’équité. Tu ne peux pas demander qu’on te respecte si toi-même tu n’es pas tolérant vis-à-vis de l’autre. Tu ne peux pas demander à l’autre d’accepter tes loisirs si tu vois les siens d’un mauvais oeil.

      « Ca confirme ce que je pensais de ton discours: contradiction de principe. »
      ça confirme surtout que le monde n’est pas tout noir ni tout blanc. Il y a des mecs qui ne supportent pas d’aller faire du shopping avec leur meuf, mais y en a d’autres qui adorent ça. Y a des couples qui n’arrivent même pas à se voir 3h par semaines et qui tueraient pour pouvoir passer 4 WE ensemble, même si c’est pour faire du shopping.

      « j’espère que tu ne fais pas partie des gens qui ont la naïveté de penser que la « routine » tue le couple. »
      Sois rassuré ! Je pense que la routine anesthésie totalement l’être humain ! :) (je hais la routine et je la combat chaque jour qui passe ^^)

    • Yop dit :

      – Relis les commentaires. Sur l’équité, sur l’équilibre entre tolérance et affirmation de soi, nous sommes d’accord, D’ACCORD, hé ho, tu comprends ce que tu lis ou je le redis une troisième fois ?
      L’exemple illustre justement cela !

      – Pour le reste, je vois pas bien quoi te dire…oui il y a toutes sortes de couples dans le monde, en effet.

      – Pour la routine: chacun son point de vue. Pour moi, la vie est un mélange de quotidien et de renouveaux. le quotidien nous structure, et le renouveau nous donne des sensations fortes. Les deux sont nécessaires je pense. Et au passage, sans routine, aucun renouveau n’est possible, par définition. L’intérêt est de construire une « routine » ponctué de trouées enivrantes: ce qu’on y met dépendra ensuite de nos aspirations.
      Cependant, les habitudes du quotidien – vulgairement appelées « routine » – nous structurent. La routine structure aussi le couple en profondeur, n’en déplaisent à ceux qui ne sont pas capables de manger les mêmes céréales pendant plus de six mois. Sans « routine », pas de construction possible. Après, il existe peut-être des gens – mais je n’en connais pas – qui ne veulent rien construire dans leur vie, même pas eux-mêmes, et dans ce cas, la routine n’a plus de sens.
      J’ai tendance à croire que celui qui fuit la routine a un soucis d’estime personnelle et essaie de se prouver quelque chose à lui-même.
      Alors une bonne fois pour toutes, la routine n’a jamais anesthésié ou tué qui que ce soit. Ce qui tue, c’est de mener une vie qui ne nous correspond pas. Si tu sais qui tu es et où tu vas, je pense que tu ne ressent pas le besoin de fuir quoi que ce soit.
      Fuir n’a jamais été une solution pour personne, de toute façon. C’est un cache-misère.

    • AL dit :

      « L’exemple illustre justement cela ! »
      Ton exemple illustre une des situations possibles. L’une des plus courantes, mais pas la seule.
      Dans ton histoire, tu pars du principe que la fille ne pense qu’à elle (« Devant une telle réaction, sa copine lui répond » On peut rien te demander, t’es vraiment égoïste ». »), comme si elle ne pouvait pas faire preuve de douceur et de compassion face à ta souffrance. Tu n’envisages pas non plus qu’elle puisse te demander, avant le 4e WE, si tu es tjs OK pour l’accompagner ou si tu n’as pas envie de faire autre chose avec elle. Même dans une situation fictive tu poses la fille en « méchante », ce qui fait, d’emblée, de toi une « victime ». Mais de mon point de vue, c’est une place que tu choisis toi-même. Comme je te le disais, à la fin de ton texte, tu donnes toi-même la bonne réponse : dire dès le début « Je n’aime pas le shopping, mais puisque c’est toi, j’accepte de t’accompagner exceptionnellement aujourd’hui ».
      Du coup, la question que je me pose, c’est : si tu sais comment bien faire, pourquoi tu laisses la situation s’envenimer ?
      Mais dans l’absolu : pourquoi as-tu envie d’avoir une relation avec une fille comme celle que tu décris dans ton exemple ? Une fille dingue de shopping, qui dépense son fric en fringues tous les WE, qui ne se soucie pas de ce que tu ressens ni de ce que tu as envie de faire, pourquoi t’entêter à vouloir rester avec et créer quelque chose sur le long terme ?
      Moi, la fille de ton histoire fictive, je la fuis comme la peste dans la vraie vie.

      « le quotidien nous structure »
      Il te structure, ou il te rassure ?

      « Après, il existe peut-être des gens – mais je n’en connais pas – qui ne veulent rien construire dans leur vie, même pas eux-mêmes, et dans ce cas, la routine n’a plus de sens. »
      Je sais pas. Hormis sortir avec mon OI, j’ai toujours atteint les objectifs que je me suis fixés, et qui n’ont jamais été deux fois les mêmes. Une fois qu’un projet est terminé, pourquoi rester figé dessus ? Y a tellement à apprendre, à faire, à découvrir dans la vie qu’on peut très bien se construire sur plusieurs socles différents. En tout cas, moi, ça me réussi plutôt bien.

    • Yop dit :

      Si tu as déjà atteint plusieurs projets de vie, tu dois avoir au moins 70 ans, ou dissimuler des failles derrière ton discours. Enfin bref…
       » se construire sur plusieurs socles »…De quoi parles-tu ? De faire des expériences ? C’est bien les expériences, mais peut-être que tu te cherches, dans ce cas. Ce qui bien aussi. Mais il n’y a pas plusieurs socles. C’est normal qu’il y ait une phase de notre vie ou on vagabonde d’expériences en expériences: c’est enrichissant car elles ont pour but de nous apprendre ce qu’on veut et ce qu’on ne veut pas.
      Mais pour moi, je te le dirai honnêtement et sans détours: je crois que les personnes qui refusent de se définir et sur-revendiquent l’éclectisme sont surtout des personnes qui ne savent pas qui elles sont.

      Tu projettes les fades préjugés que tu ressasses sur moi depuis un moment – le coup du mec qui se croit victime et de la fille méchante – sur la situation imaginaire que je te décris ( imaginaire signifie que ça n’est pas arrivé, au passage ).

      Alors juste pour info:

      1 – Cet exemple ne provient pas de moi mais d’un psychologue.

      2 – La fille n’a rien d’une méchante et jamais elle n’est dépeinte comme telle. Elle se comporte comme cela parce que le garçon lui donne à penser qu’elle a le droit de le faire. Ca n’excuse rien mais ça explique. Si en plus elle manque d’empathie par nature ( je n’en sais rien, je ne l’ai pas mentionné et n »y avait pas pensé ), ben disons que le comportement du gars ne fera qu’accentuer cela.
      Les DEUX sont responsables de la situation, si tu lis bien.

      3 – La situation illustre deux cas de figures: le mec qui ne s’affirme pas et celui qui s’affirme.

      4 – Arrête de traiter la question comme si je te racontais une expérience personnelle. Il s’agit d’un exemple.

    • Yop dit :

      « Situation la plus courante ». Ca confirme ce que je dis depuis tout à l’heure: en plus t’es d’accord avec moi…Pourquoi tout ce cake alors ?? Mec tu ne seras pas diminué si tu es d’accord. Tu ne seras pas moins affirmé comme individu.

      Prends autre chose que le shopping, si tu n’aimes pas l’exemple…une sortie canoé-kayak, une vente de fleurs sur la place du marché, je ne sais pas. C’est pour l’EXEMPLE, on s’en fout.

      Le quotidien nous structure en effet. Et un couple sans quotidien n’en est pas un. Tu peux essayer de toutes les manières que tu veux, et tu le constateras par toi-même. Essaie de ne jamais rien bâtir, essaye de nouvelles choses en permanence, agite toi, saute dans tous les sens, et tu verras qu’au bout du compte tu t’en lasseras, et que tu te sentiras vide.

    • Yop dit :

      Enchaîner des objectifs différents, dit comme ça, ce n’est pas construire. C’est valider une check list, c’est faire de la compét’, appelle-ça comme tu veux. Mais ce n’est pas de la construction.

    • Sélim dit :

      La flemme de lire tout votre échange, vous m’avez perdu…
      A la fin, vous vous aimez ou pas trop ? (que je me prépare pour les prochains épisodes ;) )

    • AL dit :

      @Selim,

      Je sais pas trop. Visiblement, chacun de nous trouve son compte dans ces joutes verbales. ^^;;;

    • Yop dit :

      Sélim:

      Pour synthétiser:
      – Je viens sur ADS pour deux raisons: j’aime le débat, et je manque particulièrement de confiance en moi et de virilité dans ma vie perso.
      – Je perçois AL comme un interlocuteur avec qui je partage un goût pour la réflexion, mais qui aime aussi contredire pour contredire, et s’obstine lourdement dans des idées préconçues à mon sujet depuis qu’il s’est mis en tête de me démontrer que j’avais tort. Il prône en outre un mépris de toute contrainte, toute construction culturelle, ou code, qui serait « au dessus » de lui et n’aurait pas été décidée par lui.
      – En somme, on n’est pas d’accord sur grand chose, mais le soucis n’est pas là. Ce qui me dérange, c’est la contradiction de principe, et la condescendance qu’il affiche.

    • AL dit :

      « on n’est pas d’accord sur grand chose »

      Tu charries !! T’as passé la journée à soutenir le contraire ! :P

       » Il prône en outre […] contrainte, […] construction […] contradiction de principe, et la condescendance qu’il affiche. »

      ça fait beaucoup de cons pour un seul homme, ça :))

      Nan mais en vrai, si t’avais des nichons, tout serait quand même vachement plus simple ^^/

    • AL dit :

      Ceci dit, et tout plaisanterie mise à part, plus tu me dépeins comme un sale type (au fil des mois, s’entend), plus j’ai de femmes autour de moi. ça doit vraiment vouloir dire que les femmes préfèrent les connards…. ???

    • Yop dit :

      L’élégance même….Que veux-tu que je réponde à ça ? Bon très bien pour toi, alors vas profiter de ton fameux succès au lieu de perdre ton temps à te pavaner et déverser ton cynisme…

    • AL dit :

      Yop,

      Toi et moi, on est arrivés ici à peu près en même temps. On avait un bagage relativement similaire (dans les grandes lignes). On lit les mêmes articles. On a accès aux mêmes ressources. Pourtant, je progresse plus et surtout plus vite que toi. J’essaye depuis des mois de comprendre pourquoi. J’essaye de déterminer quel est le facteur clé dans nos états d’esprits respectifs qui déterminent ces résultats. Je passe des heures et des heures à discuter avec toi, à essayer de t’aider à assouplir tes modes de raisonnement, mais à chaque fois, tu te braques et tu me donnes le mauvais rôle. Je n’ai absolument rien à y gagner. Et je peux te laisser dans la situation de détresse qui est la tienne. Sincèrement, ça ne me pose aucun soucis. Mais ça me fait de la peine de te voir stagner comme ça et développer une frustration de plus en plus palpable dans ta façon de t’exprimer.

      Tu défends des valeurs extrêmement fortes, des croyances profondes et des idées que tu brandis avec conviction (comme par exemple la notion de routine). Seulement, de là où je suis, je pense que tu en es totalement prisonnier. Dans le sens où tu reconnais toi-même que ta vie actuelle te rend malheureux. Je reste convaincu que si tu devenais ne serait-ce qu’un peu plus souple sur ces points-là, que tu acceptais le fameux « lâcher-prise », ta vie s’éclairerait tout de suite davantage. Je ne te dis pas de renoncer à ta force de caractère, mais de simplement élargir ton champ de vision.

      Je vais prendre un exemple simple, bien qu’un brin caricatural, pour illustrer la façon dont je perçois la situation.
      A partir du moment où on t’as appris à te servir d’une fourchette pour manger, tu ne manges plus que comme ça. C’est ainsi, et pas autrement. Tu es incapable d’apprendre ensuite à manger avec des baguettes. Tu ne penses plus qu’il est possible de manger avec une cuillère. Quant à manger avec les doigts, c’est une hérésie totalement inconcevable tant ça va à l’encontre des conventions tolérées en société.

      Or, pour moi, et c’est ça qui fait réellement la différence entre nous deux, je vois et j’utilise 4 façons différentes de me nourrir en m’adaptant perpétuellement au contexte. J’ai donc 4 fois plus d’options que toi, à partir du même mode de vie, de la même culture, de la même éducation. Dans la posture qui est la mienne depuis des mois, j’essaye juste de te montrer qu’il y a d’autres façons de manger. Mais à aucun moment de te dire que l’une ou l’autre est meilleure que la tienne. Juste qu’il y a d’autres options, d’autres choix. Et toi – tel que j’analyse tes réactions – tu bloques comme si je tentais de t’imposer une autre façon de manger, comme si j’avais le pouvoir de briser ta routine. Pour moi, c’est cette résistance qui représente le noeud du problème.

    • Yop dit :

      Ce n’est pas ma vie qui me rend malheureux, c’est moi qui le suit. Mais peut importe.

      Le terme de « résistance », que tu emploies pour parler de moi, est intéressant. Surtout venant d’une personne qui dit ne pas vouloir m’imposer quelque chose. Devrais-je donc « céder » à ta vision de la vie, pour rester dans le même lexique ?

      Je ne souhaite pas avoir 4, 10, 40 choix possibles. Je m’en fiche. Je fais mes choix, au jour le jour, et je me construis comme cela. Je ne suis pas une girouette, je n’ai pas non plus plusieurs identités en même temps. J’en ai une, constituée de valeurs, de goûts, de « dégoûts ».
      Pour moi, rester devant les possibilités, c’est refuser de choisir, et c’est très représentatif de notre époque. Quand je me retrouve devant 4 chemins de vie possibles, j’en choisis un, celui qui me correspond le mieux. De mon point de vue, ça s’appelle avoir une identité. Choisir c’est aussi renoncer, j’en suis conscient et ça ne m’effraie pas. Je préfère exploiter à fond les possibilités offertes par mes choix plutôt que d’errer entre les possibilités de manière permanente. On ne peut pas être pianiste et tennisman: le premier exige une souplesse des doigts, le second une fermeté. Et surtout, on a pas le temps de faire les deux à fond. Il faut donc choisir.
      Faire des choix, ça s’appelle avoir des convictions, et ça s’appelle construire son identité.
      Je n’ai nullement l’obligation de faire les mêmes choix que toi, car je ne ressens pas le besoin de tester des choses nouvelles en permanence. Je sais ce que je j’aime et ce que je n’aime pas dans la vie.
      Je ne suis prisonnier de rien: j’ai fais mes choix, c’est ça que tu ne comprends pas.
      Sois un peu honnête: si tu respectais mon point de vue ( puisqu’il faut être ouvert, hein ? ) et que tu ne pensais pas ta vision de la vie, meilleure que la mienne, tu ne parlerais pas comme ça. Ne pas être d’accord avec toi, ça serait être fermé, bloqué. Du coup, être ouvert consisterait en quoi ? A être d’accord avec toi, voilà…Es-tu ouvert à mon point de vue toi ? Est-ce que tu es sorti depuis tous ces mois comme tu dis, des idées préconçues selon lesquelles je n’avais pas de réel point de vue, que je me posais en victime et que j’accusais les autres d’être des méchants ? Absolument pas. Tu n’as pas bougé d’un iota toi non plus, de ton point de vue.

      Ensuite, tu devrais vraiment te relire:
       » je progresses plus et plus vite que toi » ,  » j’essaye de t’aider à assouplir tes modes de raisonnement » ( d’ailleurs tu m’expliqueras quand est-ce que tu as été « souple » dans nos échanges, toi qui te poses en père spirituel ). Ces mots puent l’arrogance, et s’il y a bien quelque chose que je ne supporte pas, c’est cela. C’est pas ton point de vue, le problème. C’est le ton, l’ascendant que tu essaies tristement de prendre. Tu as tout à fait le droit de choisir la vie que tu souhaite, aucun problème là-dessus. Et moi aussi. Mais tu n’es pas un professeur, tu n’as pas l’autorité pour apprendre la vie à tes interlocuteurs. Un débat entre adultes, ça se pratique de manière horizontale.
      Je ne suis pas fermé à ton point de vue. Je l’entends, seulement je n’y adhère pas.

    • Yop dit :

      AL:
      Pour conclure, je crois que la quantité ne fais pas la qualité. Tu t’estimes peut-être plus riche intérieurement avec quatre manières de manger différentes, c’est ton point de vue. Ce n’est pas le mien.

    • Yop dit :

      AL:

      Soit dit en passant, rien ne te dit que je ne sais pas m’adapter aux situations. Ne mélange pas tout.

    • AL dit :

      « Mais tu n’es pas un professeur, tu n’as pas l’autorité pour apprendre la vie à tes interlocuteurs. »
      Rassure-moi sur ce point. Toi qui es professeur, j’espère que, lorsque tes élèves ont une opinion différente de la tienne, tu n’essayes pas de leur donner tort en leur imposant ta vision des choses ? (Ou que tu ne leur met pas une mauvaise note s’il ont un raisonnement différent du tien ?)

      Pour le reste, c’est ta vie. Tu en fais ce que tu veux.

    • Yop dit :

      Les choses sont plus subtiles que ça. Mes élèves sont au collège, donc j’ai un ascendant sur eux ( donc une responsabilité ). Je leur enseigne des choses qu’ils ne savent pas. J’essaye de les guider, et de leur apprendre à être autonomes, à développer un esprit critique. Mais vu leur âge, ils sont encore très encadrés, et d’année en année on les lâche de plus en plus. On leur donne suffisamment de bagages et de compétences pour qu’ils puissent être pleinement indépendants à leur majorité. Il s’agit d’un équilibre, difficile, à trouver entre l’autorité que j’ai sur eux – pour ne pas qu’ils partent n’importe où – et la liberté que je dois leur laisser pour qu’ils puissent devenir autonomes.

      De toutes les manières, notre rapport est vertical. Par contre, si j’enseignais à la fac, mon rapport aux élèves serait par quasi horizontal; question d’âge.
      En revanche, dans le cas présent, je ne suis pas ton professeur et tu n’es pas le mien: nous sommes deux adultes qui fonctionnons de manière horizontale.

    • Sylvain dit :

      Hello,

      « On ne peut pas être pianiste et tennisman: le premier exige une souplesse des doigts, le second une fermeté. Et surtout, on a pas le temps de faire les deux à fond. Il faut donc choisir. »

      Moi c’est là ou je nuancerai. Car tu pars du postulat que tu veux être bon. Il y a des gens qui se contentent de quelques morceaux et de taquiner la balle jaune avec le collégue le dimanche matin. Donc rien d’incompatible.

      Apres si t’es Djoko, c’est sur que tu as pas le temps de faire des concerto à coté :)

    • Yop dit :

      Sylvain:

      C’est vrai.
      Effectivement, mon propos à ce niveau n’était pas très nuancé.
      Mais je voulais parler de trouver une activité / passion / centre d’intérêt qui te définisse, qui te constitue profondément, qui trace en partie ton identité. Ca nécessite de s’y consacrer vraiment, enfin à mon avis.
      Après, effectivement, en parallèle de cette activité / passion / intérêt central, tu peux avoir des petites occupations du dimanche qui ne nécessitent pas d’investissement particulier.

    • Sylvain dit :

      Apres tu sais, je pense que la chose la plus importante, n’est pas forcément d’etre défini par quelque chose mais de rester focus quand tu entreprends quelque chose.

      Je veux dire, exemple, dans 6 mois exactement, je cours un marathon. Je vais m y donner a fond 6 mois pour préparer la course, je vais devenir un monomaniaque de la course à pied. Mais une fois l’objectif atteint, j’ai plusieurs choix, soit je poursuis et comme tu dis je me définis en temps que coureur : améliorer encore mes chronos, allonger les distances, commencer le trail…Soit j’attaque un nouveau projet. je pense que l’essentiel est de se donner les moyens d’atteindre ses objectifs :) mais je crois que c’est le noeud de cette discussion : bien définir ses objectifs!

    • Yop dit :

      Sylvain:

      Voilà, le marathon est un exemple concret: pour moi c’est un centre d’intérêt passager qui visiblement ne te définit pas mais t’apporte quelque chose de positif en ce moment. Je différencie ce type d’investissement à moyen terme, des investissements à long terme qui fondent en partie ton identité.
      Et je crois qu’on se définit, en profondeur, par les investissements à long terme: pour moi c’est la famille, mon lieu d’origine, la littérature. Pour d’autres ça serait le karaté, l’alpinisme ou le bouddhisme. Le principe est le même.
      Je crois qu’on SE définit – et non pas on est défini – en grande partie sur des bases de ce genre là, sur des investissements à long terme.
      Et au milieu de ces investissements à long terme, il y a les activités à court et moyen terme, comme le marathon pour toi en ce moment, qui ont aussi leur importance. Après, peut-être que tu y prendras goût, et que tu te définira en partie comme marathonien, si tu restes dans cette activité.

      Enfin bref, c’est juste ma façon de voir les choses ^^.

    • Lenal'airderien dit :

      AL,

      Commence pas parce que le « nichon » il arrive et celui-ci est corsée comme le café !!!

    • AL dit :

      Est-ce qu’on peut dire d’une femme qui n’a qu’un sein, que c’est un corps-nichon ?

    • Sylvain dit :

      Tain, ça va me faire la journée celle là !!! :):):)

    • Grine dit :

      Effectivement; pour le gout de la réflexion vous le partager, à n’en point douter :D

    • AL dit :

      Ah mais non, Grine, ce n’est pas le même type de réflexion ! La mienne, c’est de la réflexion anarchique et anarchiste, arrogante et inélégante de débauché dépravé qui ne construira jamais rien de sa vie ! Excusez du peu ! Et totalement dénué d’humour, je vous prie !

    • Yop dit :

      « débauché dépravé » = je ne pense pas. J’ai tendance à croire, par contre, sans toutefois l’affirmer, que tu te donnes un genre avec les phrases du genre « moi j’ai plein de femmes ». C’est comme les mecs qui te disent « je suis original »: ça signifie d’emblée qu’ils ne le sont pas, en général. Mais bref, on s’en fiche.

      « Inélégant » = tu l’es seulement parfois.

      « arrogant »: pour sûr tu l’es, dans ton discours.

      « qui ne construira jamais rien de sa vie » = je ne suis pas médium, je n’en sais rien et ne m’avancerai pas là-dessus. Mais ta façon de penser et des choix de vie ne vont pas dans le sens d’une construction, à mon humble avis, et je peux bien sûr me tromper; Surtout quand tu confonds socle de construction et centre d’intérêt passager.
      Un socle de vie, c’est une famille, des amis, une passion, un lieu d’origine, etc…Des éléments qui t’accompagnent depuis ta prime jeunesse, puis tout au long de ta vie. Au milieu, tu as des centres d’intérêts secondaires, passagers, qui ont leur intérêt, mais ne seront pas des fondations. Et sur la base de ces fondations, on peut construire si on le souhaite:
      – entretenir et développer une amitié, ou plusieurs ( pareille pour la famille ).
      – développer, exploiter une passion, et être nourri par elle.
      – Fonder une famille.
      – Se consacrer à une profession.

      Ce sont des « projets de vie » que tu développes toute ta vie, et qui te construisent.
      Il y a le choix entre tous ces projets. mais on ne peut pas tout faire, car la multiplication mène à la superficialité. Je pense qu’il ne faut pas confondre quantité avec qualité, ni agitation avec intensité. Je préfère m’orienter, du mieux que je peux, vers la qualité et l’intensité.
      Mais là encore, c’est un choix.

      Après, je conçois, même si j’ai du mal, qu’on puisse ne vouloir qu’enchaîner des petites choses dans sa vie, varier chaque jour. On se focalise ainsi sur le principe de plaisir immédiat.
      J’aime aussi le plaisir immédiat, j’en ai aussi l’envie, mais je préfère la sensation de bonheur à long terme. Et ça, ce sont les engagements sur du long terme qui te le procurent: Dans mon cas il y a ma famille ( qui m’ont appris les valeurs que j’essaye de défendre, même si parfois je n’y arrive pas), mes amis ( même si j’aimerais en avoir davantage… contradiction ? Peut-être ), mon lieu de naissance, la littérature et le dessin, et, peut-être un jour, une copine avec qui ça fonctionne ( pas une passade ). Il y en a peu, mais ce sont des engagements, je peux m’y consacrer à fond. Qualité et intensité.

    • AL dit :

      Mais… Mais… Mais…. Tu t’appelles Grine ??? J’étais sorti de la discussion, garçon ! Je t’avais écouté, j’avais arrêté d’être rigide et d’insister dans le sens qui était le mien depuis un moment. Donc Stop, fini. J’en ai marre de toutes ces discussions premier degré avec toi ! Tu es en train de me faire prendre de mauvaises habitudes ! Je veux pas ! Donc, stop !

    • Yop dit :

      Venant du mec qui intervient systématiquement pour me parler et lance toujours les hostilités ( heu…débats !) alors que je ne m’étais pas adressé à lui. Bref…

    • AL dit :

      Je vais quand même répondre à ça :
      « Un socle de vie, c’est une famille, des amis, une passion, un lieu d’origine, etc…Des éléments qui t’accompagnent depuis ta prime jeunesse, puis tout au long de ta vie. »

      Ma famille ? Mes parents ont divorcé quand j’avais 10 ans. Et je n’ai jamais connu la « joie » de partir en vacances avec mes deux parents.
      Mes amis ? Mon meilleur ami du lycée vit à l’autre bout du monde depuis 10 ans, et la façon dont il évolue, ne correspond plus forcément à la mienne ou à celle qui nous avait rapprochés.
      Mes passions ? La seule chose que j’aimais étant gosse, c’était regarder les dessins animés à la télé.
      Le lieu où j’ai grandi ? Une maison isolée à la campagne dans un village où ma famille n’était pas forcément la bienvenue. (sachant que tout ce que j’aimais et me faisait rêver se trouvait en ville)

      Sérieusement, qu’est-ce que tu veux que je batisse sur ce socle-là ? Y a rien à sauver ! J’ai tout jeté et je suis reparti à zéro. J’ai passé la deuxième partie de ma vie à faire les choses que j’avais vraiment envie de faire (enfin… que je pensais avoir vraiment envie de faire). Et depuis 3 ans, je vis enfin pleinement (entre autres grâce à ADS).

      En fait, quand je lis ton raisonnement, j’ai un peu l’impression de t’entendre dire aux jeunes des quartiers « Pas de chance, les gars ! Vous êtes nés au milieu des HLM, bah, il faudra passer toute votre vie dedans, puis mourir dedans. Vous comprenez, c’est votre socle fondateur. » Et GASP !

      Par curiosité. Tes parents font quoi comme métier ? Je parierai sur militaire pour ton père et prof, pour ta mère.

    • Yop dit :

      AL:

      Je ne répondrai pas à cette question sur mes parents, même si tu te trompes, et mettrai ces clichés sous-entendus sur les militaires et les profs, sur le compte de la colère.

      J’expliquais seulement le genre de socles qui pouvaient servir de base à une construction profonde de l’individu. Selon moi, tout passe par là. En effet, c’est plus facile si tu as bénéficié de socles solides durant ton enfance – encore que ça ne fait pas tout – et c’est moins facile pour d’autres. Mais personne n’est responsable de la qualité de ses premiers socles de vie, et je n’ai jamais dit le contraire.
      En outre, je crois qu’il n’est jamais trop tard pour se construire en profondeur sur des bases solides, même si le travail peut être plus difficile pour certains que pour d’autres. Je ne connaissais pas ton vécu, et je suis désolé si tu t’es senti blessé à cause de propos qui t’ont peut-être évoqué de mauvais souvenirs.

      J’ai peut-être eu la chance de connaître des socles plus sereins et plus solides que les tiens. C’est peut-être aussi en partie pour cela que les cadres dans la vie sont pour moi constructifs et apaisants, quand ils sont flippants et aliénants pour toi. Question d’habitude et de ressenti.
      L’avantage des personnes comme toi, c’est qu’elles apparaissent très fortes et très endurantes dans la vie.
      L’avantage des personnes comme moi, c’est la stabilité.

    • AL dit :

      « Si tu as déjà atteint plusieurs projets de vie, tu dois avoir au moins 70 ans »
      Tu dirais ça à un musicien qui aurait enregistré 5 ou 6 disques ? Ou un réalisateur qui aurait fait 5 ou 6 films ?
      J’ai eu des projets. J’ai eu l’opportunité de les réaliser. Et voilà.

      « » se construire sur plusieurs socles »…De quoi parles-tu ? »
      Par exemple, depuis deux ans, je suis à fond dans la séduction et le développement perso, voire la psychologie. Eh bien quand j’aurais fait le tour de la question. Quand j’aurais appris ce que j’avais à apprendre, exploité ce que je peux exploiter, eh bien je passerai à autre chose. Et ça représentera un des socles de ma vie.

      « je crois que les personnes qui refusent de se définir et sur-revendiquent l’éclectisme sont surtout des personnes qui ne savent pas qui elles sont. »
      Je sais parfaitement où je vais, et ce n’est clairement pas dans les cases prédéfinies par la société. :)

      « Tu projettes les fades préjugés que tu ressasses sur moi depuis un moment – le coup du mec qui se croit victime et de la fille méchante »
      Je constate surtout que Selim écrit un article sur « comment cesser d’être une victime » et que tu es le premier à commenter. Et je ne dit pas que tu te crois victime, mais que tu te pose en victime. Ce qui est légèrement différent. Mais comme j’ai de toute façon tort, je ne développerai plus davantage sur la question…

      « 1 – Cet exemple ne provient pas de moi mais d’un psychologue. »
      Eh bien ton psy oriente ton opinion. (de l’importance de croiser les expériences) Parce que moi, les filles que je côtoie dans le monde réel, ne s’imposent pas comme celle de ton exemple. Elles ne font pas 4 semaines consécutives la même chose. Et elles se soucient aussi de ce dont moi j’ai envie. Et ne sont pas dans le reproche si mon avis diffère du leur.

      « La fille n’a rien d’une méchante et jamais elle n’est dépeinte comme telle. Elle se comporte comme cela parce que le garçon lui donne à penser qu’elle a le droit de le faire. »
      Eh bien décrit-la comme tu veux, cette fille. Moi, tout ce que je te dis, c’est que si tu en rencontre une comme elle en vrai, la meilleure chose à faire, c’est de la nexter ! (sauf à vouloir continuer à dire que les femmes te maltraitent) :D

    • Yop dit :

      Je suis fatigué de ces joutes que tu te plais à provoquer. Je préfère la discussion et le débat.
      Je te laisse te complaire dans tes lourdes obstinations et dans tes pseudos-rebellions.
      Bonsoir.

    • AL dit :

      Zut ! Moi qui essayais de construire quelque chose entre nous pour ne pas éprouver un sentiment de vide intérieur… :'(

    • Sylvain dit :

      Hello

      Lol, bon moi j’ai tout lu ! Globalement, pour la réponse à apporter je suis d’accord avec YOP sur le commentaire fondateur et à priori Al aussi : la fille avec qui vous devez le plus souhaiter vous mettre, c’est celle qui va vous permettre d’être le plus vous même. Ce qui en pratique signifie ceci : ne faites pas en silence ce que vous ne serez pas capable de tenir toute votre vie. Si c’est important pour vous et que c’est une limite vous dites non

      Apres il faut aussi savoir choisir ses guerres et lacher du leste. donc là aussi, la suggestion est correcte : « je ne suis pas fan du shopping mais ca me fait plaisir de partager un moment avec toi et de rentrer dans ton univers. La semaine prochaine, je te ferai aussi découvrir quelque chose de spécial pour moi » :)

      Pour cette histoire de routine, je pense que le vrai est à mi chemin :
      -Ce sont les actions que l’on répéte au quotidien qui fondent notre identité
      -Pour devenir performant, il faut devenir monomaniaque ( voir l’article de sélim qui est quelque part sur les 10K heures de pratique pour maitriser quelque chose à haut niveau)
      -Tout le monde n’a pas pour objectif de devenir performant
      -Gardez l’esprit ouvert pour atteindre vos objectifs et remettez en question vos méthodes : Steph Curry, actuellement le meilleur joueur de basket du monde s’est entrainé avec des danseuses.

      Exemple perso: j’en ai déjà parlé ici, je suis un handicapé du permis. j’y arrive pas, je galère, j’ai aucune coordination, je suis gaucher et j’arrive pas à me servir de ma main droite efficacement. Résultat : je me suis dit que ce n’est pas en conduisant que je progresserai pour le moment. J’apprends à me servir de ma main droite pour être à l’aise avec un levier de vitesse. Donc voilà mon entrainement : se brosser les dents de la main droite, manger de la main droite, faire rebondir une balle contre un mur et la rattraper de la main droite, prochaine incursion : ping pong de la main droite.

      DOnc d’un coté c’est de la routine : je suis toujours engagé dans mon objectif à long terme d’obtention du permis de conduire. De l’autre, j’essaye d’adopter une approche diffèrente car l’apprentissage classique ne marche pas dans mon cas sur ce sujet précis ( esprit ouvert)…J’attends la suite du débat! On se croirait sur une soirée électorales sur France 3 après une cantonale partielle dans le lot et garonne ;)

    • AL dit :

      « J’apprends à me servir de ma main droite pour être à l’aise avec un levier de vitesse. »

      Moi, c’est celle-là, qui va me faire ma journée !! :))))

    • Sylvain dit :

      Concours de punchlines! ADS comedy club!

    • Yop dit :

      Merci Sylvain.

      Nous sommes d’accord sur les deux points essentiels: la question de l’équilibre entre s’affirmer et lâcher du leste, mais aussi pour la question de l’équilibre entre routine et nouveauté.
      Pour prolonger l’idée du monomaniaque: entre un mec qui choisit de bosser la guitare et uniquement la guitare, et un mec qui teste un instrument par semaines, et bien le premier pourra en quelques années se dire musicien – ça fera partie de son identité – et l’autre pourra se dire…rien du tout, niveau musique en tout cas. Le premier construit, le second pas du tout.
      Après, même le mec qui joue de la guitare tous les jours peut – et devrait – craquer de temps en temps en faisant un truc qu’il ne fait jamais, pour rompre la routine, prendre un bol de sensations fortes. Après il revient à sa vie, à ses habitudes avec plaisir ( famille, potes, éventuellement copine, boulot, activités favorites, endroits préférés…).
      Après, tout le monde ne veut peut-être pas construire, et tout le monde ne souhaite peut-être pas être performant, comme tu dis. Même chose pour l’expérience sexuelle: entre un mec qui couche avec la même fille pendant un an, et un mec qui couche avec vingt filles différentes – une fois chacune – pendant la même période, celui qui va acquérir une expérience solide, c’est le premier. De l’expérience et du plaisir. Le second aura surtout le plaisir, et encore pas toujours.

      Pour le permis de conduire, accroche-toi – avec la main droite…^^- même si c’est facile à dire. Je pense que rien ne remplace la pratique, surtout dans des domaines aussi techniques. Je peux juste te dire que tous les gestes auxquels tu dois penser et réfléchir pendant que tu conduis, finiront par devenir des automatismes à force de pratique. Et c’est en pensant progressivement de moins en moins à ce que tu fais que tu deviendra plus « performant ».

    • Sylvain dit :

      Merci! Pas d’inquiétude! Pour le permis, je ne lache pas l’affaire!

      Un jour je pourrais me dire pilote :)

    • Laurie dit :

      Yop et Al,

      Sans déc’, les mecs… je trouve ça tellement stupide de votre affronter de cette manière. On dirait deux petits de CP qui se disent :
      – « Bah moi, j’ai gagné 5 billes! »
      – « Et bah moi, je cours plus vite que toi! »
      – « Ah ouais? Et bah moi… »

      Soyez un peu plus élégants, et mettez vos égos de côté. Vous avez quel âge? J’ai même pas eu envie de continuer à vous lire, parce que le ton de vos messages est puant… Et je suis déçue, parce que cette discussion aurait pu être tellement plus agréable à lire. J’aurais même eu envie d’y participer! Avec le nombre de désaccords que j’ai pu avoir avec certains/certaines d’entre vous, je n’ai jamais vu ça!
      Je sais pas, faites un concours, et celui qui pisse le plus loin gagnera notre respect éternel! De cette manière, on pourra sûrement continuer à discuter et à construire tous bien tranquillement, et de manière plus saine. C’est un site qui se vaut aidant et bienveillant, si j’ai tout bien suivi. Si c’était le contraire, je ne serais sûrement pas là…

      Désolée d’exprimer tout ça, mais ça me casse franchement les… bonbons^^
      (et c’est pas la première fois que je vous fait cette réflexion)

      C’est moi où tout le monde est rageux en ce moment?
      Offrez vous une balade au soleil, et respirez un peu.
      Le stress, ça donne le cancer! :D

    • AL dit :

      Laurie,

      Tu fais partie des gens qui pensent que nos échanges, avec Yop, ne servent à rien. Moi, j’apprends pourtant énormément grâce à lui. (D’ailleurs, si ça ne m’apprenait pas tout un tas de choses, ça fait belle lurette que j’aurais abandonné)

    • Laurie dit :

      Al,
      Je n’ai pas dit que c’était inintéressant, au contraire! Je te le précise ici :
      « cette discussion aurait pu être tellement plus agréable à lire. J’aurais même eu envie d’y participer! »

      Je dis que ce n’est pas agréable de vous lire, car on dirait un combat d’égo, et que c’est prout! Au bout d’un moment, j’ai dû m’arrêter de lire, parce que ça me montait alors que ça ne me concerne même pas…
      Je suggère juste un peu plus de bienveillance et de courtoisie. On peut échanger des idées contraires et intéressantes, même avoir des débats houleux, sans se parler comme vous le faites. Ca me met mal à l’aise, et je suis énervée…

      Après, ce sont vos choix, vous pouvez aussi continuer à vous envoyer des grosses boîtes dans la gueule, bien que joliment tournées, encore pendant plusieurs années. Mais ça m’empêche de jouer avec vous, quoi! ^^

    • AL dit :

      Laurie,

      J’ai essayé la bienveillance :
      http://www.artdeseduire.com/inner-game/ne-plus-etre-une-victime#comment-729008

      Il a pris ça pour de l’arrogance.

      Je peux pas faire grand’chose de plus à ce niveau-là. S’il se ferme quand j’ai une démarche d’ouverture, ça devient compliqué.

    • Laurie dit :

      Al,

      Bah déjà tu pars du postulat que tu n’es pas en tord et que ça vient de lui. Si les deux ont la même attitude, tu imagines bien que ça ne peut pas mener à grand chose…
      Je n’accuse personne de rien du tout. Simplement, je tenais à vous dire que ce n’est pas agréable comme ton pour une conversation « partagée ».
      Après, vous êtes libres de vous fritter en privé, hein… (je vous montrerai des techniques! :p )

      Juste, ça m’a gâché l’envie de débattre avec vous… c’est purement égoïste comme coup de gueule, mais je pense que je ne serais pas la seule à apprécier si vous vous comportez de façon plus bienveillante. Vous en bénéficierez aussi… ;)

    • AL dit :

      « déjà tu pars du postulat que tu n’es pas en tord »

      1/ J’ai jamais dit que je n’avais pas ma part de torts.
      2/ Note qu’hier soir j’avais entrepris d’arrêter et que Yop est revenu à la charge (1er degré) alors que je répondais à Grine (au 2nd degré pour redétendre l’atmosphère)

    • Laurie dit :

      Al,
      J’entends bien tout ça. Je ne dis pas que tu ne sais pas être agréable et que vous êtes des bulldogs. Je voulais juste vous dire à tous les deux d’être plus détendus… Parce que c’est la bonne condition pour que l’ambiance reste chouette sur le site. Un peu de bienveillance :)
      De plus, je ne me suis pas adressée exclusivement à toi, donc ne le prends pas personnellement. Tu sais ce que je pense de toi, le bon comme le mauvais! lol

    • marek dit :

      Malheureusement, il y a des gens qui ne se sentent exister que dans la confrontation..

    • Lenal'airderien dit :

      Al et Yop ,

      Je trouve vos échanges hyper intéressants … Continuez merci !

    • Lenal'airderien dit :

      Moi j’aime bien quand les gens se contredisent , débattent du moment qu’il y a du respect qu’il n’y a pas d’insultes , de nom d’oiseaux…

    • Laurie dit :

      Voilà, en gros pour résumer ^^

    • Sylvain dit :

      Allez donc lire mon nouvel article!

    • AL dit :

      Celui qui a été mis en ligne il y a quelques jours avant d’être enlevé aussitôt ? ;)

    • Sylvain dit :

      Tu peux toujours le retrouver dans la section « sexualité ». Et non, encore un autre!

    • Yop dit :

      Tu sais, Laurie, tu n’as pas tort.

      Le fait est qu’à chaque fois – ou presque – que je poste un commentaire sur ADS pour commenter l’un des articles, AL vient à chaque fois me parler avec la provocation et l’arrogance qui est la sienne. Effectivement ça pourrait être un débat plus sain, mais à mesure que les discussions avancent, en effet, ça devient de plus en plus puant.
      Je reconnais ne pas avoir eu la force suffisante, et peut-être la distance suffisante, pour ne pas répondre aux provocations. Ce qui fait que je finis par rentrer moi aussi, je le reconnais, dans ce jeu d’ego stupide qu’il initie et alimente.
      Merci d’intervenir avec un regard extérieur, posé, et plus impartial sur la situation.
      Il a tort d’essayer de me prendre de haut et d’être dans la provocation permanente, et j’ai tort d’accepter de rentrer dans ce jeu là, alors que je pourrais ne pas répondre, et ne devrais pas me justifier ainsi.

    • Laurie dit :

      Yop,
      Effectivement, les torts sont partagés, puisque c’est une discussion entre vous deux. Donc, vous êtes deux à la construire. Je ne veux pas faire l’arbitre. Déjà, parce que j’ai autre chose à faire, et puis parce que je considère que vous avez la maturité pour gérer vos interactions avec autrui.
      Je voulais juste vous dire que vous laissiez trop vos égos parler à votre place, l’un comme l’autre, et que ça gâche un peu tout ce que vous pourriez vous apporter. Vous ne faites que le répéter, vous êtes bien différents, et vous n’avez pas la même vision des choses. Bon sang, mais c’est merveilleux! Enrichissez-vous l’un de l’autre!

      En tout cas, je suis contente que vous ayez compris que ce n’était pas méchant de ma part, et que vous y ayez réfléchi. Merci pour les prochaines discussions! :D

      PS : La prochaine fois que vous sentez que vous perdez votre calme, sortez prendre l’air, parlez à quelqu’un d’autre, mangez un Bounty. Relativisez un peu!
      En vrai, vous êtes cools tous les deux! ;)

  • Pierre dit :

    Merci pour cet article Sélim ;)

  • Kheldar dit :

    Quand j’étais gosse, de la primaire jusqu’au lycée, j’ai toujours été faible physiquement. Je n’étais pas très costaud, je n’arrivais pas à frapper fort quand je donnais des coups, et en plus je ne courais pas vite, ce qui n’est vraiment pas idéal quand on veut s’enfuir.
    Etant chétif, je n’avais qu’une seule solution : me munir d’un compas et constamment le garder dans ma poche. Je peux vous assurer que plus personne ne me faisait chier avec ça ! Dès la première embrouille je sortais le compas et je n’hésitais pas à m’en servir. Dans la cour de récréé c’est celui qui tape le plus fort qui fait la loi. À défaut de taper fort, j’ai trouvé un moyen de faire mal, très mal.
    On me bouscule dans les couloirs ? Compas !
    On me vole mon stylo ou ma trousse ? Compas !
    On veut me prendre mon gouter ou mon cartable ? Compas !

    Il n’y a pas à hésiter ! Et c’est ce que je recommande à tous ceux qui se font harceler ou agresser à l’école, au collège ou au lycée.
    Je ne me souciais pas de savoir si j’allais leur crever un oeil ou non. Ils l’auraient bien mérité de toute façon ! Ils cherchent les emmerdes ? Alors je vais leur en donner ! Je ne ferai que leur offrir ce qu’ils sont venus chercher ! De toute façon, dites vous bien que si vous ne faites rien, ils recommenceront. Pas seulement sur vous, mais aussi sur d’autres.
    Alors si vous aussi vous êtes victime dans un environnement scolaire (ou tout simplement dans le bus ou dans le métro), ou si vous connaissez quelqu’un dans ce cas là, je vous recommande vivement de vous munir en permanence d’un compas (deux c’est mieux, ça fait roue de secours) et de ne pas hésiter à l’utiliser si nécessaire. Peu importe si vous les blesser, vous n’avez pas à vous en sentir coupable. N’ayez aucune pitié pour eux ; ils n’en auront aucune pour vous ! Si vous ne le faites pas, si vous ne leur tenez pas tête, ils recommenceront. Dites vous bien qu’en agissant de la sorte vous vous rendrez service, mais vous rendrez aussi service à d’autres victimes. Ces crétins réfléchiront à deux fois avant de recommencer. Quand on vous frappe la joue, ne tendez pas l’autre joue.

    Tout ça me fait penser au clip Make It Stop de Rise Against, qui parle d’adolescents constamment harcelés et qui finissent par se suicider. Alors dites vous bien, qu’en frappant les oppresseurs, vous sauvez des vies, et vous rendez services aux opprimés. Et n’allez pas me dire qu’il s’agit là de justice personnelle ou de vengeance ! Non ! Si on les laisse faire ils recommenceront, non seulement sur vous mais aussi sur d’autres ! Il ne s’agit pas seulement de vengeance ou de satisfaire un besoin de massacrer les oppresseurs, il s’agit avant tout de les empêcher de faire du mal, de recommencer.
    Que les moralisateurs aillent se faire foutre ! On ne peut pas raisonner une brute ! Les brutes ne comprennent qu’un seul langage…

    « Your life is yours alone, rise up and live it »
    – Terry Goodkind

    • AL dit :

      … jusqu’au jour où tu tombes sur un mec qui n’apprécie pas de se prendre un coup de compa et qui se venge en te filant un coup de couteau…

      Je ne suis pas un partisan de la violence pour stopper la violence. Mais si c’est la réponse que toi, tu as trouvé par rapport à ta propre expérience, c’est qu’elle était adaptée à ta situation.

      « On ne peut pas raisonner une brute ! Les brutes ne comprennent qu’un seul langage… »

      C’est assez vrai, mais ça veut potentiellement dire aussi que ton bourreau de la cour de récré ne connaît que ce langage chez lui et, qu’à la maison, c’est lui la victime de comportements brutaux. En te défendant avec ton compa, tu soulages ta souffrance, pas forcément la sienne.

      Y a quelques mois, j’ai revu l’un de mes bourreaux du lycée. Bah… Quand je vois ce qu’il est devenu et ce que je suis devenu, je me suis dit que la vie s’était bien chargée de lui faire payer les coups qu’il avait donné (à moi, ou à d’autres, d’ailleurs).

    • Sélim dit :

      Pas mieux.
      Mais il faut être sûr de ne pas rater ton coup…
      Le mieux face à ce genre de trucs, c’est encore de ne jamais devenir victime (même si on ne choisit pas toujours… voire rarement son statut de victime…)

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Bonne ou mauvaise solution, je ne sais pas mais c’est plus ou moins la mienne également. Il y a encore 3 ans, je me suis retrouvé un nuit entouré par une bande de types qui m’ont mis un cutter sur la tête, j’ai du tout lacher.

      Depuis, quand j’ai un doute sur qui je vais croiser ou si je vais me retrouver dehors la nuit, je me balade avec un marteau dans la ceinture.

      Mais bon, soyons pragmatique, la souffrance d’un type qui vient te racketter on s’en fout. Mais la loi ne sera pas toujours de ton coté et elle dit il me semble quelque chose comme « pour que la légitime défense soit reconnue, la riposte doit être proportionnée ».

      Donc en clair si on éborgne avec un compas ou qu’on défonce à coups de marteau un type qui était mains nues, ce sera des emmerdes…Faites ce que je dis pas ce que je fais ;)

    • Kheldar dit :

      La loi ne sera pas toujours de mon côté ? En même temps, la loi en France est complètement débile… Dès que t’essaies de te défendre, c’est toi le fautif. Même les flics qui se font tabasser par des casseurs pendant les manifestations n’ont pas le droit de se défendre…

    • marek dit :

      Les « casseurs » sont sûrement envoyés par le gouvernement pour discréditer les mouvements de revendications.

  • Alana dit :

    Communauté bonjour,

    Cet article tombe tellement bien !!! en ce moment, mon fils de 7 ans est harcelé à l’école par un immense Boulet de sa classe et même si il se défend bien, il n’empêche que j’aime pas ce genre de situation.
    Je suis déjà intervenue au sein du corps enseignant mais peu de résultats !!!

    Si quelqu’un a d’autres idées…merci d’avance !!

    • AL dit :

      Tiens ? Alana, ça faisait longtemps ! :)

      Est-ce que tu l’as inscrit à un cours d’arts martiaux ? L’Aïkidô, est un sport défensif, ça peut-être une bonne option.
      Est-ce que tu sais pour quel motif, il se fait harceler ?

      « Je suis déjà intervenue au sein du corps enseignant mais peu de résultats !!! »
      J’ai peu de conseils à te donner, mais je pense que tu ne devrais pas t’en mêler. Etre à l’écoute de ton fils et de ses problèmes, oui. C’est essentiel. Agir à sa place, non. Dans le sens où, si tu le couve trop, il n’arrivera pas à se débrouiller tout seul, et il finira par toujours compter sur les autres pour l’aider à se sortir de ses problèmes. Tu résoudras peut-être le soucis avec ce boulet, mais ça n’aidera pas ton fils à sortir de son schéma comportemental à long terme. C’est malheureusement tout ce que je peux dire par rapport à ça. Mes « compétences » s’arrêtent là. J’espère que d’autres auront de meilleures réponses.

    • Alana dit :

      Salut Al :)

      Oui ça fait longtemps, mais tkt, je suis chacune de tes interventions ainsi que le forum avec la plus grande attention ;)

      Et je suis d’accord à 200% dans ce que tu dis, c’est vrai que je ne dois pas m’en mêler, plus facile à dire qu’à faire… surtout pour un garçon amené par définition à devenir un homme, il faut bien le laisser se faire respecter dans la société, je ne serai effectivement pas toujours derrière lui.

      Ensuite, pourquoi il se fait harceler ? Eh bien, figure-toi que c’est à cause d’une fille !!! ça me fait doucement sourire d’ailleurs, mais c’est la vérité, ils sont deux à se battre pour la plus jolie minette de la classe et du coup c’est devenu un vrai combat de coq !!

      Il souhaiterait faire du karaté. J’ai essayé de lui dire que c’était sûrement pas ce qu’il s’imaginait.

      Est ce que tu sais quelle est la différence entre karaté et aikido ? Parce que je connais pas vraiment, et ça m’intéresse. Je suppose que les valeurs de fond sont les mêmes, et c’est justement ce qu’il y a de bien dans le sport et à plus juste titre les sports de combats : savoir se dépasser mais surtout apprendre à se maîtriser dans le respect de soi et d’autrui.

      Bref…restons optimistes…et pitié, que je ne devienne pas une maman poule gardant ses oeufs loin des risques d’omelette !!!

    • AL dit :

      Alana,

      « tkt, je suis chacune de tes interventions ainsi que le forum avec la plus grande attention ;) »

      Ce qui me rappelle que je n’ai jamais répondu à la question que tu m’as posé l’an dernier. Pour ma défense, sur le moment, j’étais débordé. Et quand j’ai eu le temps, impossible de remettre la main sur le message. Et comme tu n’intervenais plus… Bref ! Désolé ^^;;;

      « Eh bien, figure-toi que c’est à cause d’une fille !!! ça me fait doucement sourire d’ailleurs, mais c’est la vérité, ils sont deux à se battre pour la plus jolie minette de la classe et du coup c’est devenu un vrai combat de coq !! »
      HAHAHAHA ! Présenté comme ça, je comprends mieux que les profs ne s’inquiètent pas outre mesure ^^;; A priori, on n’est pas face à un cas de harcèlement. En tout cas, par rapport à ce que j’ai vécu enfant et ado, par rapport à ce que Kheldar semble avoir vécu ou ce que Selim a décrit dans son article, on en est loin. Le harcèlement pousse les enfants à l’isolement. Il n’y a pas d’enjeu extérieur (comme ici, la plus jolie fille de la classe). Et ça passe par une forme d’humiliations régulières et répétées (look, coupe de cheveux, physique des parents… puis atteintes physiques). Je pense que ton côté maman prend le pas sur le bon sens et que tu grossis le trait. Eventuellement, peut-être que tu projettes certaines de tes angoisses sur ton fils. A mon avis, tant qu’il se frotte au plus fort, pour la plus jolie fille, je pense qu’on peut considérer qu’il est dans le haut du panier de la hiérarchie sociale de l’école primaire. :))
      Après, si tu veux vraiment te rassurer, il existe des livres sur le harcèlement scolaire.

      « Il souhaiterait faire du karaté. J’ai essayé de lui dire que c’était sûrement pas ce qu’il s’imaginait. »
      Si c’est ce qu’il a envie de faire ? Laisse-le faire ses propres choix, en fonction de vos possibilités (s’il faut faire 1h d’A/R pour le dojo le plus proche, il convient peut-être de trouver autre chose).
      Dans l’idéal, je dirais que tu peux lister les différents arts martiaux qui existent, et regarder ceux qui se pratiquent près de chez toi. Ensuite, tu fais une sélection de vidéos Youtube à montrer à ton fils, ou bien tu l’emmène assister à des cours ou des compet (si c’est possible). Qu’il se fasse un avis et qu’il choisisse lui-même. (L’affinité avec le prof compte beaucoup aussi) Tu peux lui préciser également qu’il peut changer de sport dans quelques années, s’il en a envie, mais que celui qu’il va choisir l’engagera pour l’année scolaire (en raison du coût, notamment pour la licence et le kimono).
      Oh putain ! Quand je me lis je me rend compte que j’ai la fibre paternelle… OH SECOOOOURS !!!

      « Est ce que tu sais quelle est la différence entre karaté et aikido ? »
      J’y connais pas grand chose. Je sais juste que l’Aikido est basé sur des techniques défensives qui utilisent la force de l’adversaire. Si t’habite sur Paris, tu peux emmener ton fils à Japan Expo, par exemple, début juillet. Y a toujours plein de démonstrations d’arts martiaux différents.

      Pour ce qui est de ta problématique de fond, je dirais que le plus simple à faire pour toi, pour intervenir tout en laissant ton fils se démerder, c’est de sympathiser avec les parents de la jeune fille. Comme ça, tu donneras l’occasion à ton fils de la voir en dehors de l’école et donc de marquer des points par rapport à son rival. Surtout, pendant les vacances scolaires. :D
      (Comment ça, moi, fourbe ?)

    • Laurie dit :

      Alana,

      Je me permets de te répondre au sujet des Arts Martiaux. J’ai fait du Kung-Fu pendant 7 ans, et j’ai donné des cours enfants pendant 3 ans. Voilà pour mon CV! :)

      Je pense, effectivement que c’est une bonne idée d’inscrire un enfant (fille comme garçon) à un art martial (à ne pas confondre avec les sports de combat).
      Au-delà d’apprendre à l’enfant à connaître son corps et ses mouvements, ça lui apprend le respect de l’autre, la solidarité, la discipline, le dépassement de soi, l’estime de soi, et bien d’autres merveilles tellement importantes pour son développement d’adulte…

      Alana « Est ce que tu sais quelle est la différence entre karaté et aikido ? »
      Al « J’y connais pas grand chose. Je sais juste que l’Aikido est basé sur des techniques défensives qui utilisent la force de l’adversaire. »
      Je tiens à préciser qu’utiliser la force de l’adversaire est un concept commun à la plupart des arts martiaux. Si tu me le permets, je vais te faire un 3615ArtsMartiaux :

      – Taekwondo (coréen) : développement des techniques de pieds plus important que celle des points, donc style plus aérien. Développe la souplesse et fais des fesses bien musclées ;) Développe de la discipline et le contrôle de soi. Par contre, ce que je n’aime pas dans celui ci c’est que la garde (protection de la tête avec les mains) ainsi que les points ne sont pas assez développer.

      – Jiujitsu (jap) : utilise la force de l’autre, techniques d’esquives, de retrait d’une prise, philosophie entre gestion du conflit et défense (ça pourrait bien correspondre)

      – Kung-Fu (chinois) : art martial assez complet, accent sur la concentration et la discipline, ludique pour les enfants car exercices avec des postures et des attitudes d’animaux selon les styles (tigre, dragon, grenouille, panda…non je rigole le panda c’est une fiction). Apprentissage des taos (katas en jap), des chorégraphies de combat qui apprennent aux enfants à retenir des mouvements, et à gérer leur équilibre et leur respiration.
      Techniques de pieds/poings et d’enchainement, grande importance de la garde (qui va permettre au pratiquant d’intégrer la protection de la tête en reflex, et donc dans une bagarre pouvoir rester debout et éviter un KO, assez confortable).

      – Karaté (jap) : de ce que j’ai vu et pu testé, je dirais que le karaté est plus rigide, dans le sens où les mouvements sont moins voluptueux et plus secs… Après, les origines du karaté sont les mêmes que celles du kung-fu, je pense que l’évolution des mouvement est devenue plus brute car elle est passée par la tradition japonaise par la suite. Le karaté comprend aussi des katas.

      – Judo (jap) : Ne connaissant pas bien, je me suis lâchement réfugiée sur wikipédia : « Le judo est composé de techniques de projection, de contrôles au sol, d’étranglements, de clés articulaires et d’atemi. » Je sens que ton attention sur porte sur les étranglements et les clés! Haha
      Evidemment, pour les cours enfants, il ne sera question que des mouvements de base, sans contact, qu’ils vont (j’imagine) transformer en projection. Les enfants aiment bien le Judo parce qu’on fait « la bagarre » par terre et on fait voler les ptits copains…^^

      Voilà pour les principaux, si tu as des questions, j’y réponds avec plaisir! :)

      Wataaaaaaa! (non, désolée c’était pour rester dans l’ambiance arts martiaux!)

    • AL dit :

      Ah mais j’y pense ! Quand j’étais jeune et victime, j’avais développé aussi mon propre art martial, le car raté ! Du coup, les méchants me rattrapaient à chaque fois ! C’était un peu foireux comme méthode d’esquive (et surtout ce satané bus qui n’était jamais à l’heure : toujours en avance ou en retard par rapport à mon arrivée à l’arrêt) ^^;;;;

    • Sylvain dit :

      Ha parce que c’est dans les arrêts de bus que tu te faisais victimiser?

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Interessant! Laurie tu nous avais caché tous ses talents! Ronda Rousey n’a plus qu’a bien se tenir! Al, tu as noté pour tes vacances? ;)

      Le jiujitsu n’est pas brésilien?

    • Laurie dit :

      Sylvain,
      Autant pour moi, je ne l’ai pas précisé!
      Tu as le Jiujitsu (art martial japonais mis au point par les samouraïs de je ne sais plus quelle époque) et le jiujitsu brésilien (art martial brésilien qui s’est inspiré du jiujitsu japonais mais aussi du judo, début XXème). Le brésilien est plus récent, peut-être plus en phase avec les attentes de nos contemporains (mieux ou pas, je ne sais pas trop), et donc plus populaire. J’avais testé le jiujitsu, mais je n’ai pas d’avis dessus, je me suis barré après le premier cours, parce que le prof était misogyne.
      Après, tu sais, c’est comme les styles de Kung-fu : tu en as des milliers différents, les boxes du Nord, du Sud, les styles d’animaux, les boxes des huit immortels, etc… mais la base reste la même!

      Mon prof de Kung-Fu, qui accessoirement est Punk, me disait que différencier les styles d’arts martiaux, c’est comme différencier les styles de musique : rock, rockab’, grunge, métal, grunge métal, punk, punk garage, punk manouche, etc…
      Dès qu’un mec fait qqchose de nouveau, il invente un style, mais la base reste la même et on fini toujours par emprunté un truc à un autre style. Tu croises deux styles, ça te fait un style nouveau. Et on en fini plus! Haha

      Pour choisir un art martial, quand on y connait absolument rien (à part qqes films sympas), je pense que le plus simple est de faire plusieurs cours d’essai, et d’écouter ses sensations. Attention, si un prof ne vous inspire pas confiance et si vous vous sentez mal à l’aise, c’est que ce n’est pas le prof ou l’art martial qui vous correspond (ce qui ne lui enlève pas sa valeur). Moi, j’ai franchement eu de la chance sur ce coup là, j’ai trouvé le bon prof de suite, et il m’a appris sa jolie vision de l’art martial, du Kung-Fu. Et ça a matché! Coup de foudre! :D
      J’ai testé ensuite trois cours de Kung-Fu différents, et je n’ai absolument pas aimé, donc…^^

    • Sylvain dit :

      Ou alors faire du sambo ou du freestyle comme ça on a tous les sports de combat dans le même :)

    • Laurie dit :

      Sylvain,
      Le freestyle rassemble toutes les techniques des arts martiaux, mais il reste un sport de combat. Toute la partie philosophie, respect extrême des traditions, discipline, protocole, etc… va manquer, ou du moins, ne sera pas la même. C’est pour ça que je vous dis que selon le club/le prof, ça vous correspondra plus ou moins. Y a des cours de Kung-Fu où l’historique et l’explication de pourquoi du comment de chaque petit geste va être capital, d’autres qui ne vont pas te l’expliquer et s’attarder sur autre chose. Ca va varier selon la sensibilité du prof.

      Si tu ne veux apprendre que les techniques pieds/poings, ça peut te suffir effectivement, c’est même un bon compromis. Moi, je sais que ce n’est pas réellement ça qui m’intéresse :)

    • Alana dit :

      Bonsoir Laurie,

      Merci beaucoup pour ton commentaire, j’y vois maintenant un peu plus clair :)

      Je pense que je vais me mettre en recherche active de clubs divers autour de chez moi et puis, je ferai faire des essais à mon petit homme, après tout, ça n’engage à rien…

      En tout cas je vous remercie du fond du coeur à tous pour vos messages, c’est super de s’entraider ainsi, on se sent de suite moins seule !

      Et je sens que je vais m’y mettre aussi du coup, ça donne envie !!

    • Sélim dit :

      Peu importe le sport de combat, c’est une bonne idée.
      Je ne veux pas faire de mes fils des machines à tuer,, mais si une droite arrive, ils esquiveront et répliqueront.
      Et le fait de s’embrouiller pour une fille, c’est bien, c’est l’histoire de la vie, ça fait partie du jeu. Tu peux le mettre devant Jules et Jim mais il risque de ne pas comprendre. Le karaté ou l’aïkido, ça l’aidera.
      Ou la boxe aussi.
      Courage maman poule !

    • marek dit :

      Aller voir les parents du bourreau et demander à ce que ça cesse. Après faire un courrier écrit à l’académie histoire que les enseignants se fassent tirer les oreilles et soient + vigilants..

    • Lenal'airderien dit :

      Alana,

      Se mettre en contact avec les parents de cette immense « boulet »…?

    • Amancio dit :

      Bonjour, j’interviens rarement mais étant donné que vous traitez d’arts martiaux, je me permets de vous donnez mon humble avis.

      Je précise que je n’ai aucune expérience « parentale », je n’ai que 22 ans, en revanche, je suis moi-même Aïkido « Sandan » (ceinture noire 3ème Dan) et les motivations dont vous parlez me laissent perplexe.

      L’Aïkido utilise l’agressivité de l’adversaire. En d’autres termes, les techniques ne visent non pas à vaincre l’adversaire mais à réduire sa tentative d’agression à néant. Il n’y a pas de combat puisque celui-ci se termine au moment même où il commence et de ce fait, il n’existe pas de compétition d’Aïkido, mis à part dans un style en particulier, le Shodokan qui se fait dans un environnement clos et sécurisé… parce que l’atteinte à l’intégrité physique d’une personne est intolérable (sauf si elle est inévitable mais là, on parle de cas extrême, pas d’enfantillages).

      Les aptitudes physiques sont importantes mais la morale est non négligeable et lorsque je vous lis, j’espère simplement que votre fils n’a pas le même raisonnement. « Immense boulet » pour parler d’un enfant pour après venir parler de respect d’autrui… c’est pas sérieux. Si la motivation principale de votre fils est de faire des arts martiaux pour être capable de démolir le premier gosse qui l’embête dans la cours de récréation, c’est un bien maigre développement (pour ne pas dire, inutile). Personnellement, en 17 ans d’Aïkido (et 12 de Taekwendo), je n’ai jamais frappé une personne, et en générale, si conflit il y a je me contente d’esquiver les coups (l’esquive en elle-même est déjà suffisamment intimidante, inutile d’aller plus loin). Simplement parce qu’un homme m’a enseigné son savoir-faire, non pas pour me battre avec un inconnu mais pour m’affronter moi-même, me dépasser… et je tiens parole. C’est la base des arts martiaux.

      Concernant les problèmes de votre fils, peut-être fraudait-il en parler avec les parents de l’autre garçon ? Dans le sens où, je ne vois pas vraiment en quoi ce genre de situation pourrait être bénéfique pour un enfant. Dans les faits, il se défend c’est cool mais dans le fond, cette expérience, elle débouche sur quoi au juste ?

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Merci pour ce témoignage intéressant! Pas de compétition? Le taekwendo n’est pas sport olympique? Pascal Gentil tout ca tout ca?

      Pour le reste, je pense que c’est quelque chose qui s’acquiert avec le temps. Quand tu es enfant et que tu as 8 ans, c’est sur que tu commences pour etre le plus fort et mettre des trempes. Et c’est ensuite dans ta pratique du sport que tu vas découvrir les autres valeurs, le respect, l’éthique etc…en sensibilisant petit à petit. Comme tu le dis 17 ans de sport de combat derrière toi, c’est impressionnant :) Mais ton état d’esprit et l’image que tu as de ton sport on du évoluer sur ce laps de temps.

      Donc laisser le temps faire son oeuvre je pense ;)

    • Amancio dit :

      @Sylvain Effectivement, le Taekwendo est un sport olympique. Me focalisant uniquement sur l’Aïkido j’ai jugé bon de ne pas le préciser étant donné que je n’en parle pas vraiment. Autant pour moi, c’est pas plus mal de le préciser.

      L’état d’esprit évolue avec le temps, cependant, un professeur qui apprend que le savoir-faire qu’il a transmis à l’un de ses élèves est utilisé pour faire du mal à une tiers personne, risque de perdre patience voir plus dans certains cas. Si moi, demain, j’attaque violemment quelqu’un, il y a de forte chance pour que mon professeur l’apprenne, il y a aussi de forte chance pour qu’il culpabilise (et oui, c’est lui qui m’a mis ces techniques entre les mains), de ce fait, ça peu aller loin, même pour un enfant et c’est ça qu’il est important de préciser. Il y a un homme derrière qui t’a appris toutes ces techniques de combat, et lui aussi peut avoir des ennuis. Enfin… toujours est-il que, tenir parole, faire preuve de rigueur et de discipline, c’est pas plus mal, surtout pour un enfant, c’est quelque chose qu’il est important d’assimiler histoire d’avoir une base pour débuter. Le reste viendra avec le temps

      PS : Navré pour mon français approximatif (ce qui explique que j’interviens rarement), j’apprends le français. « Oh mais tu es Italien, tu verra, t’aura pas de mal à apprendre le français, il y a pas mal de mot qui se ressemble beaucoup » a.k.a la phrase qui me donne l’impression d’être complètement débile. Parce que, d’accord pour le vocabulaire mais la grammaire de la langue française… par moment, c’est du délire.

    • Sylvain dit :

      Ca voudrait donc dire que le corollaire c’est que nous sommes tous capables d’apprendre l’Italien facilement? :) Non mais j’ai déjà les bases : « calcio » « pizza », « Para tutti la vita, viva Napoli »…

    • AL dit :

      Oui, merci Amancio pour cette intervention fort pertinente (et qui me rappelle d’un coup à quel point je peux encore progresser en terme de « sagesse »).

    • Alana dit :

      Pareil, merci pour cette leçon de sagesse Amancio, je commence à peine à rentrer dans les ordres alors ça fait du bien de lire une telle philosophie !!!

      Et étant moi-même italienne, je te l’accorde, la grammaire du français est une belle galère…

    • Laurie dit :

      Amancio,

      Je suis d’accord avec toi. Ce que m’a le plus apporté les arts martiaux, c’est de réussir à gérer une situation à risque, et à « esquiver » un éventuel affrontement physique. Il y a aussi le dépassement de soi, mais c’est encore une autre histoire.
      Et tu as bien fait de le préciser :)

      En tout cas, je trouve ton français très correct, si je compare avec mes amis italiens qui sont en France depuis des années! ;) (haha, désolée les copains!)

  • Le Marginal Magnifique dit :

    Très bon. Ça faisait longtemps que j’avais pas lu quelque chose d’aussi bon ici !

  • Lenal'airderien dit :

    Hello tout le monde,

    Le mec qui joue « Spiderman » mais vous êtes des fous , j’en veux d’une victime pareille , je le console et tout et tout!!

    !Laissez le moi please!!!

    • Enchienl'airderien dit :

      Bonjour !

      J’ai les lunettes de Peter Parker, la coupe de cheveux de l’oncle Ben et le pouvoir d’achat de tante May.

      Je cherche une femelle velue avec qui je pourrai tisser ma toile.

      PS : Je suis bègue et zai un zeveu zur la langue. Mais ma mère m’a dit une fois que j’étais beau

    • Sélim dit :

      C’est Peter Parker, le personnage qui nous intéresse, pas vraiment le beau Tobey ;)
      Spiderman c’est le superhéros des victimes, c’est comme ça.
      Batman, c’est triste aussi, mais il est riche et physiquement solide.
      Parker, c’est la victime géniale ;)

    • Sylvain dit :

      Tu renonces aux alphas? :p

  • Thomas dit :

    Article très cool, ça faisait pas mal de temps que j’avais pas lu un aussi bon un article sur ads et que je trainais plus que sur des sites anglophones.

    C’est vraiment cool de s’éloigner du domaine de la séduction pure et dure (et pourtant, elles aiment ça..) pour aller vers plus de développement personnel. D’ailleurs, à ce titre, je ne peux que vous conseiller de trainer sur ce site : http://markmanson.net/.

    Et effectivement, comme le dit Selim, on est tous victime (enfin, presque tous) un jour ou l’autre. Il faut simplement (et c’est pas simple !) apprendre à vivre avec et à en tirer des enseignements.

    La seule erreur que vous puissiez faire si vous êtes dans ce type de situation est de s’y complaire et de se trouver des mauvais échappatoires, genre enchaîner les soirées et se voiler la face. Parce que, si vous êtes dans ce cas-là, la fille que vous allez essayer de séduire (parce que oui, il y aura une fille tôt ou tard) va s’en rendre compte et vous vous ferez gentiment lourder sans comprendre pourquoi.

  • Al Shy Berry dit :

    Ouf Selim, un article boostant comme à tes habitudes. Merci le boss! Disons que suis une ancienne victime, mais aujourd’hui grâce à art de séduire, à des livres et des histoires de personnalités mondialement connues, je parviens cahin-caha à prendre mon destin en main, hélas je dois avouer que c’est pas facile mais bon ça ira comme l’a dit Gandhi: »la vie n’est pas un problème à résoudre, c’est un énigme à vivre »

  • Réda dit :

    Bonjour / bonsoir, merci pour cet article intéressant, peut-être qu’il manque un court passage sur le fait de se dire la vérité à soi-même.

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Effectivement, prendre conscience de ses problèmes, ne pas faire l’autruche et ne pas se mentir à soi même, c’est déjà la toute première étape ;)

  • Espada dit :

    L’article est intéressant, mais comme pour aller aborder une meuf, faut une « tactique » pour se faire respecter. J’entends par là une manière d’aborder le problème.

    Moi je n’ai pas du tout le problème du body language (je pense), la voix non plus (loin de là), ni le physique. Mais dans la vie de tout les jours c’est vrai que quand je suis avec des gens, j’ai l’habitude de sourire parce que je suis souvent bien et de bonne humeur, la plupart des gens me respectent mais me prennent pas au sérieux, et ça c’est vraiment très rageant. (je fais peut être trop enfant avec ma bouille un peu ronde :p ). Je voulais poser une question comment se faire prendre au sérieux ? ;

    J’ai tendance à être très chill quand c’est bénin (mon dieu on dirait que je parle d’une tumeur) et ne rien dire, sauf que quand ça s’accumule trop je me braque à fond ! Et une autre, à ma copine je lui dis comment par exemple quand un truc bénin me plait pas ?

    Merci à vous !

    • Sylvain dit :

      Hello Espada,

      J’ai eu un peu le même probleme. 1/ je souris beaucoup et 2/ Je suis un peu comme guillaume Canet, j’ai la machoire qui part en avant. Donc non seulement, on ne me prenait pas au sérieux mais les gens pensaient que je me foutaient d’eux.

      Depuis, j’ai appris à m’affirmer un peu et sans m’en rendre compte, quand j’ai quelque chose de sérieux à dire, mon visage et ma voix changent…Je pense que ca se fait naturellement

      Sinon, en couple, si un truc simple ne te plait pas, tu le dis simplement. SOit tu cedes soit tu cedes pas :  » Bon je ne suis pas trop d’accord avec ca mais si tu y tiens, on va le faire ». Mais exprime le toujours quand meme :)

    • Espada dit :

      Merci beaucoup pour ta réponse ! Ca va je vais m’entrainer à m’ « affirmer » alors ! D’accord je retiens, merci encore !

  • Klangka dit :

    Héroïque cette buraliste ! :O

  • Jkl dit :

    Je ne vous reconnait plus ADS, vous avez changez! Où sont mes articles pour pécho en scred? Où sont mes articles sur la dark seduction et les fields reports d’Eros qui rendent jaloux?
    Blague à part, j’ai l’impression que plus le site avance plus il montre la voie vers des relations plus naturelles, plus profondes, plus humaines et ça… c’est vraiment cool.

    Je dois avouer que dans mon cas d’ancienne victime, j’ai du galéré pour pouvoir en sortir. Je galère toujours pour ne pas revenir aux vielles habitudes mais petit à petit les changements qui se sont opérés deviennent des habitudes, habitudes qui elles deviennent un art de vivre en paix avec soi même et avec les autres.

    C’est quand j’ai accepté d’aimer réellement, qu’importe la finalité que je suis tombé amoureux de ce kiff qui est la pure confiance en soi. Ce moment où peu importe ce qui arrive, on sait que l’on gère. En essayant de retrouver ce kiff, j’ai du améliorer toute ma vie: confiance, relations, travail, corps, présentation, voix…Mais surtout il fallait trouver ce qui était essentiel dans ma vie. Diminuer les phases sombres et maximiser les phases lumineuses. Si l’environnement est hostile, soit je peut le changer, soit j’aurai au moins essayé et je me casse. Aucun regret!

    Bien souvent vous m’avez mis sur la piste, j’ai fait mes recherches, étudié un peu la psycho, beaucoup (trop) le féminisme, me suis intéressé à la mentalité des champions (Kobe :'( ) et je n’ai pas baissé les bras et Dieu seul sait l’envie de retourner dans sa zone de confort. Sauf que cette zone de confort est devenu une zone d’inconfort et donc il faut reprendre son sac et continuer le chemin. Il faut savoir se pardonner et accepter son passé, soigner ses blessures et avancer. La vie est beaucoup plus belle de l’autre coté même si c’est difficile.

    Au final c’est en se trouvant soi, en développant son propre bonheur, « en cultivant son jardin » que la vie prends cette saveur épicée.

    ps: si vous avez un remède pour que je puisse retrouver la pure confiance plus vite sans avoir besoin d’aimer, je suis preneur. Je paie avec des pouces bleu ;)

    • Sélim dit :

      Ahah j’ai flippé en lisant le début du commentaire.
      On s’assagit, on ment moins, on est moins dark. On a surtout moins besoin de mentir, moins besoin de filouter pour mettre des filles dans nos lits.
      Moins besoin d’aller dans la rue pour jouer, pour se prouver des choses, on a développé des axes bien plus puissants ;)
      La confiance, ça se bâtit progressivement, tout comme le cercle social !

  • Juan (cristobal) dit :

    Sélim tu devrais faire un article avec les idées de Yop et de Al : « le juste équilibre entre le laché prise (composante du bien être) et la persévérance (composante de qualité) »

    Qu’est-ce que tu préfères : 3 femmes (hb3,333) répartie sur trois soirs (différents, vaut mieux) ou 1 femme (hb10) pour un soir .

    « Un tiens vaut mieux que 2 tu l’auras (peut-être) »

    ou

    « Une de partie 10 de retrouvées »

    (bon là le calcul est vite fait : 1 ou 2 contre 10-1=9) (mauvais exemple)

    En tout cas on sent l’égo qui s’exprime où chacun veut avoir le dernier mot .
    On va pas renier notre condition d’être humain ce ne serait que pure folie.
    Merci pour le débat .

    • AL dit :

      « « Une de partie 10 de retrouvées » »

      Pour moi, c’est « une de partie, c’est des emmerdes d’évitées ! »

      « En tout cas on sent l’égo qui s’exprime où chacun veut avoir le dernier mot . »

      C’est pas forcément une question d’égo. ça peut tout aussi bien être le besoin réciproque d’être écouté et entendu, donc accepté par l’autre. En outre, étant donné qu’on a deux philosophies de vies diamétralement opposées, nos inconscients respectifs savent que le dialogue est impossible. Donc maintenir le débat, c’est leur manière à eux d’entretenir ce sentiment de rejet et d’incompréhension de la part de l’autre. J’y ajoute donc une forme de masochisme. :)

    • AL dit :

      En tout cas, je félicite les courageux qui nous lisent assidument. :D

    • Sylvain dit :

      …!!!

    • AL dit :

      ?????

      (moi aussi, j’peux faire ! ;P )

    • Laurie dit :

      Mdr! (pour Sylvain!)

      Al, je trouve ça dommage que tu te dises : on pense différemment donc on ne peut pas échanger. Le but d’une discussion n’est pas de faire admettre à l’autre qu’on a raison, mais de faire évoluer sa propre vision des choses.
      Regarde le nombre de fois où on n’a pas été d’accord, au final j’ai appris des choses et toi aussi, et ça nous a ouvert l’esprit sur des choses qu’on ne pouvait pas prendre en compte seuls, parce qu’on n’avait pas ces informations là.
      Même si je n’étais pas d’accord avec toi, j’ai pris en compte ta vision des choses, et je l’inclue dans mon raisonnement maintenant. Il n’en devient que plus riche! Ca nous a changé un peu! Et ça va être comme ça toute notre vie. On change au contact des autres… qu’on le veuille ou non, d’ailleurs.
      La vie c’est le changement, les transformations! Et c’est hyper intéressant! :)

  • Angus Lock dit :

    Salut Sélim,
    Petit HS vis à vis de l’article :
    Je suis tombé today sur cet article dans mon fil d’actualité FB, « liké » par une connaissance féminine http://www.fourchette-et-bikini.fr/sexo/10-conseils-pour-eviter-le-connard.html

    Après avoir lu cet article, ça m’a sauté aux yeux : ne trouve-tu pas que la majorité des valeurs négatives du « connard » de cet article (fait par & pour des femmes très probablement ?) sont les exactes valeurs que tu décris souvent pour l’alpha mâle que nous devrions être ?

    Pas toutes bien sûr, mais j’ai notamment pensé aux descriptifs des pages 3/4/5 (la fameuse égnime du « je paye le 1er rdv ou pas »:p)/7/9

    Alors comment expliquer ce si grand fossé ? Comment expliquer que beaucoup des valeurs/comportements prônés sur ce site soient catalogués comme ayant l’effet inverse dans l’esprit des femmes par rapport à ce qui nous est dit dans ADS ?

    Perso je n’ai pas la réponse (peut-être la personne qui a écrit les hommes viennent de mars les femmes viennent de vénus avait entrevu le début de celle-ci :p).

    • Sélim dit :

      J’ai eu du mal à lire plus de deux pages, trop de pubs de partout !
      La réponse : les femmes ne savent pas vraiment ce qu’elles veulent (et nous non plus, donc ça tombe bien…)
      Plus sérieusement : cet homme parfait qu’on décrit comme l’Alpha, il est très dur à supporter. Il est indépendant, il n’obéit pas, il est imprévisible : les femmes aiment contrôler. du coup, l’alpha passe souvent pour un connard. Mais entre nous : l’Alpha aura toujours plus de succès auprès des femmes…

    • Angus Lock dit :

      Adblock contre les pubs ! Ça va te changer la vie :)

      Merci pour ta réponse !

    • AL dit :

      @Angus Lock,

      Je viens d’aller lire cet « article ».

      Par rapport à ADS (ou aux autres sites de séduction), ce que les coachs donnent, ce sont des clés, pas des vérités. ça aide à comprendre certains mécanismes sociaux, mais ça ne s’adapte pas à toutes les réalités. Il y a des filles qui trouveront chouette que tu payes le resto, d’autres que c’est juste normal, quand d’autres tiendront à faire moitié-moitié.

      Pour ce qui est de cet « article », il me gène pour plusieurs raisons :
      D’abord, il n’est clairement pas là pour réconcilier les femmes et les hommes. Ensuite, j’ai un peu de mal avec leur définition du connard (« je t’appelle pas pendant 3j = connard ? Euh… LOL !). Enfin, je trouve qu’une fille qui pense comme ça (des points 1 à 10), est une personne extrêmement centrée sur elle-même, qui veut tout, sans pour autant être prête à donner grand chose. Pour le coup, je trouve que ça dépeint le portrait de filles que moi, je qualifierais au mieux de princesses, poliment d’égoïstes, ou vulgairement de connasses (mais que j’évite dans tous les cas). Au final, ce que cet article défend c’est l’idée d’un homme qui serait exclusivement dévoué à la fille et à sa relation avec elle. C’est étouffant et ça ne peut mener qu’à l’échec (et comme la fille pense que l’homme est un connard, on a de toute façon perdu d’avance, puisque l’échec de la relation sera forcément de notre faute).

  • Piotr le russe dit :

    merci pour cette article , cela me rappelle moi avant ! merci a l’équipe pour vos articles réguliers qui font parfois cogité et remettre en question, bisous de la Russie

  • kelkun dit :

    Hello :)
    Et bien cet article tombe à pic !
    On dirait que j’ai limite inspiré Selim..

    En tous cas, très bon article, ça fait réfléchir..
    Je comprends de plus en plus ce qui n’a jamais été chez moi..

    Merci, vraiment

  • joey dit :

    salut a tous, c’est joey !

    ca fait bien un an que j’ai pas posté sur le forum, sylvain et AL s’en souviennent peut etre encore ^^

    alors en ce moment je suis sur une target pas encore rencontré via aum.com, elle m’ajoute dans son panier, on discute ensuite sur facebook et il se trouve qu’on a une amie en commun (une de ses meilleurs amies)…

    la target me demande si je suis serieux comme mec car elle cherche du serieux je lui dit oui… elle va quand meme demander a cette amie si je suis serieux, qui lui confirme que oui..

    il faut savoir qu’on discute super bien elle est en mode impatiente qu’on se voit…
    le hic c’est qu’ apres une conversation elle me parle d’un pote qui la kiff…

    elle me dit : c’est compliqué entres nous, c’est un seducteur bref on est pas vraiment que pote mais on a jamais couché ensemble attention !!

    je rp : ba vous etes quoi alors ?

    elle : non mais c’est un ami de longue date mais y a tjr eu un peu de seduction jc pas c’est chelou, mais on s’aime pas hein. bref c’est l’été et tu m’as pas encore demandé en mariage c’est ta faute !!
    laisse moi ton 06 si tu veux sinon tan

    • joey dit :

      [suite]

      « sinon tant pis..
      bisous et bonne nuit  »

      direct je file mon num (je pense j’aurais pas du)

      et je réponds :

      en fait je pense que t’es tres fatigué car tte la soirée tu me demandes si je suis un mec serieux et la tu me sors un truc comme ca, je trouve ca completement deplacé.

      voila fin !
      ensuite plus de reponse car elle est partie dormir avant donc j’ai vu qu’elle avait pas encore lu les msg ( mon 06 et le msg vnr)

      donc est ce que je dois continuer dans cette voie ?

      en mode assez sec et detaché en lui disant que de toute facon on est rien tous les deux qu’on fasse ce que l’on veut de nos vacances d’été, que j’ai plus 15 ans pour jouer a ces petits jeu la, qu’elle fasse le point sur ce qu’elle cherche vraiment et qu’on voit en septembre si on se rencontre ou non.
      ( car je pars 1 mois en vacs donc on ne pourra pas se voir avant septembre)

      – ou bien je calme le truc en passant à autre chose?

      et, est ce que mon message veut dire :

      attends j’ai des couilles moi tu me prends pour un pantin ou quoi ?
      tu me bassine pour savoir si j’sui serieux tte la soirée et apres tu me dis limite que tu as un  » presque  » plan cul en ce moment en vacances
      (oui c’est un ami de longue date de vacances qu’elle dit)

      ou alors mon message est needy à en mourir en mode mini crise de jalousie –‘

      sachant que c’est une hb je dirais 8/9 elle a beaucoup de confiance en elle.

      HELP merci ^^

    • Sylvain dit :

      Hey Joey!

      Et comment qu’on se rappelle et j’imagine qu’AL aussi! IL est toujours dans le coin ;)

      Cool pour cette nouvelle target. Honnetement, je serai toi, je ne reviendrai pas sur le sujet. Tu sais c’est un peu ça Adopte. Tu ne l’as pas encore vue. Tu ne lui dois rien et elle ne te doit rien. Dis lui simplement que tu comprends et que de toute façon vous êtes libres et que vous verrez bien comment se passe votre rencontre. A toi aussi de montrer subtilement que tu as d’autres options. C’est toujours la même chose. Mais il vaut mieux travailler sur ta relation avec la fille, lui apporter les bonnes émotions plutot que de commencer deja a durcir la frame sur des questions de jalousie alors que vous ne vous etes même pas encore vus.

      Bon retour parmi nous ;)

  • Joey dit :

    Salut Sylvain !

    Et oui même si je n’ai pas posté depuis 1 an ça n’empêche pas que je snipe les articles de temps en temps…
    Et j’ai bien vu que AL est un serial niqu… Posteur pardon..

    Bon au final elle m’a répondu le lendemain sur fb et sur mon tel 15 minutes après…
    un roman de 20 lignes en essayant de noyer un peu le poisson… J’ai été tranquille comme tu m’as dit c’est passé calmement …
    Elle m’a même répondu j’espère qu’on se verra malgré tout un jour, ça me plairait bien de discuter avec toi j’aime les gens drôles…

    Donc bon ça se présente plutôt pas mal, le plus difficile reste à venir :)

    Merci les gars !

    • Sylvain dit :

      Yes ! Encore une fois, c’est ça la séduction. Donne beaucoup de valeur, n’attends rien pour le moment, ne te laisse pas impacter si des choses ne te plaisent pas et vois jusqu’ou tu peux aller :)

    • Joey dit :

      Salut Sylvain !

      Alors hier premier appel…
      Malheureusement c’était compliqué car j’avais pas beaucoup de réseau et en plus ça a coupé à la fin, plus de batterie !
      (J’hésitais à appeler et j’aurais pas dû dans ses conditions, ça me servira de leçon…
      c’est elle qui m’a demandé si elle pouvait m’appeler je précise)

      Pour moi je trouve que ça c’est moyennement passé même si on a parlé et un peu rigolé pdt plus de 30 minutes…

      Je vais expliquer pourquoi..

      Quand j’ai plus eu de batterie elle m’a renvoyé
       » envoie moi des sms c’est mieux lol  »

      Et dans la foulée :
      Je vais aller dodo de tte façon. J’ai 12h de sommeil qui m’attendent lol !
      (Je lui ai dit au tel que j’avais l’impression que c’était une pro de la grasse mat et elle m’a dit oui en rigolant)
      Ça m’a fait plaisir de te parler en tt cas :)
      Passe une bonne nuit
      Bisous !!

      Ce à quoi je réponds :
      moi aussi ça m’a fait plaisir même si je suis un peu déçu d’avoir raté l’imitation de marge. Bonne nuit bisous.
      (oui elle avait commencé à me parler de ses talents d’imitatrice… mais avec la coupure de batterie –‘ )

      Donc sur le papier ça paraît correct et je lui laisse une possibilité de relance…
      sauf que !
      En général elle me répond tjr quand elle se réveille et ça me fait bizarre que ça soit elle qui ait mis fin à la discussion…

      Je pense que la tension est un peu retombé.

      Elle rentre de vacances dimanche je pense que le mieux c’est d’attendre qu’elle me recontacte et la relancer si j’ai pas de News dimanche non ?

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)