Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?

Publié dans Inner game par
ArtDeSeduire.Com

Male dominant en couple Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
Des concessions : c’est comme ça qu’on appelle le poison insidieux qui réduit vos testicules à peau de chagrin une fois en couple. Comment rester un mâle Alpha en couple alors que tout chez elle vous pousse à abdiquer ?

Comment faire pour ne pas vous transformer en paillasson « au nom de l’Amour » ?

Comment ne pas céder tout le contrôle de la relation à votre compagne ? Trois témoignages pour rester le mâle dominant qu’elle a aimé au début !

Etre coach en séduction, ce n’est pas que prodiguer des conseils pour séduire : c’est aussi avoir le droit d’écouter les filles se plaindre, et recueillir les témoignages de mes amies qui se plaignent des mecs une fois en couple.

Alors que le mâle dominant, A Type, le winner, le Donald Trump (#sorry) reste un modèle qui attire les femmes, celui-ci semble tomber l’armure une fois en couple, se reposer sur ses lauriers, et oublier les fondamentaux de la séduction durable !

On commence avec le récit de Mélanie, 32 ans.

Je ne suis plus attirée par mon mec, il n’est plus assez dominant

Elle me fait cette confession, alors qu’elle sort d’une nuit orageuse où son mec est en vacances.

« J’ai passé la nuit avec un autre homme. Je lui ai dit merci… Je veux juste qu’on me baise ! Enfin pas que… Je veux qu’on me respecte, mais qu’on me domine, je veux un mec quoi, pas un ado… Là, mon mec il est en pleine dépression je pense. Je ne le reconnais plus. Avant, quand je l’ai rencontré, c’était le mec qui sort, qui a des idées, qui faisait des projets, qui avait toujours un truc à proposer à ses potes.

Quand il m’a draguée, c’était ambiance mâle dominant : je n’avais pas mon mot à dire, c’était toujours « On va là, on va là, rejoins-moi ici, et je vais te faire découvrir ça et ça ! » J’étais impressionnée, il n’y avait pas de place pour le doute chez lui.

Il donnait cette impression de maîtrise, et de confiance en soi totale, il était inébranlable. Et même quand je lui disais « non, pas si vite », il me regardait en me disant « je m’en fous, je finirai par te prendre contre le mur de ta chambre sans qu’on ait le temps d’aller sur le lit. » Cette confiance en soi, la force de son désir, la certitude qu’il me voulait moi et pas une autre, ça changeait des autres mecs, c’était excitant.

Mais désormais… C’est « comme tu veux » à toutes les sauces. La mollesse. Je n’en peux plus. J’ai l’impression d’être dans un épisode de Bloqués, j’ai l’impression qu’il régresse.

Le conseil du coach : malheureusement, je pense qu’on passe tous un jour ou l’autre par cette phase où on arrête d’être séduisant, où on arrête de faire des efforts.

C’est le moment où on considère notre copine comme acquise, c’est le moment où l’on pense qu’elle n’ira jamais voir ailleurs, et qu’il n’y a aucun autre mec mieux que nous pour elle sur le marché : c’est évidemment une erreur.

Fatiguée de cette situation, elle aura deux choix : soit elle vous mettra un gros carton jaune en vous trompant avec un autre, soit elle vous mettra un rouge direct en vous quittant pour un autre.

banner parler aux femmes Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
banner parler aux femmes Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
Banner 50phrases Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
Banner 50phrases Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
Bann TechniqueAstucieuse v2 Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
Bann TechniqueAstucieuse v2 Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
banniere 2 Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
banniere 2 Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?

Le mâle dominant au lit : c’était avant…

Sarah a 28 ans. C’est une collègue de travail qui est arrivée récemment dans le bureau d’Eros (le meilleur dragueur de Paris, pour ceux qui ne suivent pas), et qui s’est ouverte à lui du manque de dynamisme sexuel de son copain depuis qu’ils habitent ensemble.

« Quand je l’ai rencontré, je me suis rendu compte que je sortais d’une phase où le sexe pour moi, c’était affaire de force : je voulais me faire baiser, point barre. Et quand je suis tombée sur lui, c’était vraiment un mâle dominant au début.

Et puis on a fait l’amour, et ça m’a fait du bien, de me sentir aimée aussi, protégée, de jouer la petite chose fragile. Mais en vérité, j’aime alterner. J’aime aussi me faire baiser par mon mec. J’aime sentir son pouvoir, sa puissance. Ça ne change rien à l’amour que j’ai pour lui, mais je crois que dans sa tête, il y a un truc qu’il n’arrive pas à gérer… »

Le conseil du coach : là dans le cas de Sarah, comme dans beaucoup d’histoires d’amour actuelles, les deux protagonistes commencent par baiser avant de faire l’amour.

Ça commence par un plan cul avant de devenir plus sérieux. Ce que je sens… mon petit doigt me dit que son mec est victime du syndrome de la madone et de la putain.

C’est commun, ça touche beaucoup trop d’hommes qui se veulent virils et dominants mais qui sont en fait de gros gamins : ils classent les femmes en deux catégories.

D’un côté il y a celles qu’on baise, les « filles faciles », les « salopes » (je mets des guillemets parce qu’il faut les protéger, ces femmes libérées, et non les juger), et de l’autre les filles « respectables », qu’on présente à ses parents.

Mon avis : on n’est pas au Moyen-Âge. Il n’y a pas d’un côté les sorcières forniqueuses à brûler et de l’autre les mères de famille.

C’est la même femme, elle a plusieurs facettes. Tout comme vous, tout comme moi. Si vous n’êtes pas capable d’accepter ça, vous êtes mal barré dans vos relations avec les femmes.

Là, je pense que le mec de Sarah la voyait comme un bon coup pour baiser, mais qu’il a du mal à gérer le passage au couple.

Dommage pour lui : s’il n’arrive plus à être le mâle dominant qu’elle attend au lit, elle ira voir ailleurs.

Sur ce sujet, je ne peux que vous conseiller de lire l’analyse intéressante dispo dans « Les Femmes s’emmerdent au lit » de Sonia Feertchak.

Rester un mâle dominant lorsque sa copine a un caractère fort

Male alpha en couple Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?

La troisième situation, on l’a tous vue de nos yeux. Ce pote bien costaud, bien grande gueule, un peu leader du groupe qui devient un canard quand il est avec sa copine.

Progressivement, de mâle dominant il va passer à carpette, paillasson, petit chien aux ordres de sa maîtresse dont il craint les colères.

Désormais sa devise est de plaire à sa copine à tout prix, au mépris de ses valeurs les plus fondamentales.

En réalité, face à une fille avec un fort caractère (en réalité une princesse, une capricieuse, une fille qui ne supporte pas qu’on lui résiste), il va cesser d’exister et va se perdre, s’oublier complètement pour adopter la ligne de conduite de sa nouvelle maîtresse.

Devinez quoi ? Malheureusement, ce n’est pas une bonne stratégie !

Un vrai mâle dominant n’a pas peur du conflit. Il ne le cherche certes pas, mais face à un fort caractère (celui de sa copine), il ne va certainement pas s’écraser et dire oui et amen à toutes les exigences.

La discussion, la diplomatie, la communication restent les meilleures armes du séducteur en couple, mais vouloir le compromis et la paix à tout prix n’est pas une solution en couple.

Vouloir apaiser un tyran en lui donnant la phalange, puis le doigt, puis la main n’a jamais fonctionné… Vous connaissez l’Histoire #Munich .

Le seul moyen de rester un mâle dominant en couple quand la fille a un fort caractère est d’analyser en permanence, pour chaque transaction, pour chaque décision, si vous vous éloignez de qui vous êtes, si vous vous perdez pour l’autre, ou si vous êtes cohérent avec vous-même.

Si vous avez peur de la perdre lors d’un conflit : vous avez déjà perdu.

Conclusion : Les Erreurs à ne pas faire pour rester un mâle Alpha en couple

Une des pires erreurs des mecs qui se mettent en couple est de se couper de leurs potes. De commencer à vivre en autarcie, dans une bulle avec la fille. De commencer à n’avoir plus que des références et des points de vue de votre copine. De se couper de cette source de virilité.

Continuez de cultiver votre virilité ! Votre ambition ! Vos réseaux !

Par ailleurs, rester un Mâle Alpha en couple n’a rien à voir avec le fait de vous montrer jaloux quand un mec la drague ou quand elle danse avec un collègue de travail.

Être un Mâle dominant en couple, ce n’est pas dicter à sa copine la manière dont elle doit s’habiller « Tu vas vraiment sortir avec cette robe si courte / moulante ? ». Ça, c’est un comportement de puceau peu sûr de lui, qui ne fait pas confiance à sa copine.

Le vrai Mâle Alpha en couple continue de travailler sur lui, sur sa confiance en lui, au lieu d’essayer de contrôler la vie de sa copine.

Il l’aide, il lui fait découvrir des choses, il se montre prévenant, attentif, généreux, mais certainement pas jaloux ou possessif. Je vous invite à relire cet article et à donner votre avis sur la question de la jalousie ! « Elle me reproche de ne pas être jaloux »

Et vous, des pistes à suggérer pour rester un mâle Alpha en couple ?

Sélim, coach en séduction durable

banner parler aux femmes Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
banner parler aux femmes Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
Banner 50phrases Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
Banner 50phrases Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
Bann TechniqueAstucieuse v2 Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
Bann TechniqueAstucieuse v2 Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
banniere 2 Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
banniere 2 Comment Rester Male Alpha Quand on Est En Couple ?
112 COMMENTAIRES
  • Poltophagy dit :

    Salut ADS,

    Personnellement un peu déçu de cet article: tout semble axé sur le sexe et la domination au lit, ou éventuellement « rester un mec occupé et sociable » quand on est en couple.

    Pour ma part, j’espérai plus d’indications sur « ne pas devenir canard ».
    Ca peut paraître idiot mais n’ayant que très peu d’expérience dans les relations longues, j’ai du mal lorsque j’éprouve des sentiments pour une fille et que je suis en couple avec elle (Ca arrive pas tout les 4 matins non plus) à savoir comment il faut réagir à ses compliments, ses aveux type « déclaration ».

    Sans doute bêtement, je trouvais ça un peu fragile de complimenter sa copine ou de lui faire des remarques « Ca m’a beaucoup manqué de pas te voir cette dernière semaine ». Pire encore, je me demandais même si lui dire des choses comme ça ne la repousserait pas sur le long terme, parce que je l’ai séduite en faisant le mâle alpha, assuré, en développant un peu de la jalousie chez elle, en paraissant détaché.

    Bref c’est peut être un problème pas récurrent mais c’est vrai que je trouve pas ça facile de savoir quand basculer dans la sincérité (même si il n’y a pas de mensonges avant).

    Pour faire simple, il m’est déjà arriver d’avoir envie de dire des mots doux à ma copine mais je me bloque en pensant que c’est un aveux de faiblesse.

    Voilà voilà…
    (Tout vos articles sont très intéressants sinon ;p )

    • Sylvain dit :

      Hello Poltophagy,

      Je pense qu’il ne faut pas te retenir pour ouvrir ton coeur à la femme que tu aimes bien au contraire. Il faut arreter avec cette peur de la faiblesse.

      Etre faible, ce n’est pas la complimenter ou lui dévoiler ses sentiments. Etre faible, c’est accepter des choses que tu n’acceptes pas sous pretexte que tu as peur de la perdre ou que tu veux éviter le conflit.

      Etre faible, c’est renier tous tes projets pour la faire passer avant tout. Rappelle toi, tu construis ton projet de vie et l’idée est de faire adherer cette femme à ce projet de vie et de lui donner une place. Ce n’est pas d’annuler son projet de vie pour laisser toute la place à une femme :) Je pense que ça peut t’aider :)

    • Poltophagy dit :

      Salut Sylvain, ce que tu me dis semble parfaitement sensé, mais au bout d’un certain temps de relation…

      Quand t’es en couple depuis 1 an, je suppose qu’avoir la petite attention de lui glisser des mots doux au moment où elle ne s’y attend pas ça a un effet fou.

      Mais moi je ne suis pas si loin, c’est plutôt au début, exemple:
      Je séduis une fille en faisant le mec très détaché, occupé, qui vois d’autres gens, très C&F avec elle…
      (Sauf que ça c’est un peu un masque que j’utilise sur le field, en réalité je ne suis pas comme ça au quotidien, du moins beaucoup moins démonstratif de ma sociabilité, fort heureusement !)
      Comme la fille me plaît vraiment, qu’il y a une réelle complicité entre nous et qu’en plus je la trouve (très) attirante physiquement, j’envisage une relation longue et on se met ensemble. (En réalité c’est des questions de nanas les « Mais je suis quoi pour toi ?/ On est en couple? », je n’aborde jamais le sujet si la fille n’en parle pas d’elle même, toujours dans le souci de passer pour le gars détendu, qui ne se prend pas la tête.)
      Hop, maintenant qu’on est ensemble (que ça soit dit explicitement ou que je remarque que pour elle il n’y a que moi, implicitement) je suis perdu et je ne sais plus trop quoi faire, je me sens coupable de continuer à faire le mec alors que je suis attaché à elle.

      Bref, merci en tout cas pour ta réponse, ça aide à se recadrer pour sur !
      J’en ferai peut-être un post sur le forum si j’ai le courage et le temps d’être clair et concis sur l’aide que je demande (:

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Oui je comprends bien ce que tu veux dire! Je pense qu’il faut la rassurer mais également lui montrer que tu as ta vie et tes projets et que tu ne comptes pas tout lacher pour elle. Donc tu peux lui dire ce que tu ressens mais tu continues a vivre ta vie, a voir tes potes et à faire tes activités. C’est ca qui te tue en couple, le moment ou elle se rend compte qu’elle est ta seule source de vie sociale. Il faut donc rester tel que tu es. mais lui montrer tout de meme qu’elle est spéciale :)

    • Lisa dit :

      « Un aveu de faiblesse »???!!!!!!!!!

      J’ai cru m’étouffer!!!

      Ca fait partie du couple, ou quand tu aimes tes potes ou ta famille de le leur dire

      Tu dis jamais « ca me fait du bien de te voir? », « je te remercie pour ton appel, tu me manquais »… (que ce soit ta compagne ou quelqu’un que tu aimes

      Sois sincère et arrêter avec votre expression faire le canard

      c’est être amoureux c’est tout et c’est si beau de se dévoiler en tout sincérité

      Non mais, je t’en foutrais moi des aveux de faiblesse

      Parle avec ton coeur. Point barre.

    • Poltophagy dit :

      Salut Lisa.

      Je vais pas rentrer dans les détails des relations que j’ai pu avoir, ou que je vis maintenant, mais je crois que tu as mal compris, sans doute me suis-je mal exprimé.

      Pour répondre à ta question:
      Chacun sa manière de faire, j’ai des relations super avec ma familles et mes potes, pour autant je ne leur dis pas des « je t’aime » à longueur de journées, sans doute parce que c’est une évidence, pour eux comme pour moi, là n’est pas le problème.

      Il est évident comme j’ai dit plus haut, qu’une fois la relation de couple « assumée et déclarée » les compliments et les aveux sont plus naturels, je suppose (parce que je ne l’ai pas vécu, la vraie relation longue).
      Moi je parle de la transition, le moment où j’ai réussi à draguer la fille en étant très détaché et en lui faisant des aveux uniquement en étant C&F (Genre je rencontre une fille qui vie à la campagne, je vais lui dire que c’est « Ma paysanne préférée »).
      A ce moment là, la fille attends plus, elle espère forcément un aveux réel, sans émojis ou blagues subterfuges.

      Bref de toute évidence je me pose trop de questions et je ferai mieux de dire ce que je veux dire, quand je veux le dire à une nana, mais d’un autre côté on sait tous que c’est pas aussi simple que ça.

      Le conseil du « Parle avec ton coeur », c’est le parfait conseil à donner pour devenir AFC ou OI, faut avoir assez de recul pour le faire. Au moins pendant la séduction.

  • Lenal'airderien dit :

    Lisa,
    Sauf que le gentil gars …lui n’a pas de copine ou reste sur la touche…C’est une réalité.

    • AL dit :

      En quoi être seul est un problème ?

      Tant que les gens considèreront que le bonheur passe par le couple, ils se condamnent à être malheureux.

  • Poltophagy dit :

    Merci Sylvain pour ta réponse/analyse, c’est bien noté.

    Salut Lisa,
    Si j’étais un peu condescendant je dirai que tu manques d’objectivité parce que t’es une femme :p
    Mais je le suis pas, et je pense aussi que ca sert à rien de tirer des généralités sur les femmes.

    En revanche, dans l’univers de la séduction, c’est un fait: adopter une attitude d’alpha, sur de soi, sociable et détaché; ça décuple ton capital attractif.

    La question c’est pas de savoir si je trouve normal de dire ou non à ma famille ou à des potes si ils me manquent ou si je les aime, les relations familiales ou amicales sont fort différentes, pour moi en tout cas.

    Une fois encore je le répète, une fois que la relation est assumée des deux côtés et que le statut de « couple » est là, c’est ,sans doute, tout à fait normal de parler avec son coeur et de pas se restreindre, tout en gardant une vie sociale à côté.
    Moi je parle des premières semaines d’une relation par exemple.

    Ouvrir son coeur c’est facile à dire, mais au début, quand tu n’as aucune certitudes sur l’implication réelle de la fille dans la relation, c’est aussi normal de craindre un décalage entre ce que tu ressens et ce qu’elle ressent.
    (Si t’es pas convaincu, tu peux essayer de te rappeler pourquoi tu ne parles plus à CE mec qui te harcelais y a 4 ans par message en te disant que t’étais la femme de sa vie alors que tu l’avais vu qu’une soirée ;p [Même si une fois encore, y a pas de généralités, vous êtes toutes différentes, etc.])

    • AL dit :

      « Ouvrir son coeur c’est facile à dire, mais au début, quand tu n’as aucune certitudes sur l’implication réelle de la fille dans la relation, c’est aussi normal de craindre un décalage entre ce que tu ressens et ce qu’elle ressent. »

      Non, ce n’est pas normal. C’est juste le signe que tu es sentimentalement insécurisé et que tu manques de confiance en toi. Point.

      Ouvrir son coeur, c’est prendre un risque. C’est jouer. C’est parier. Et parfois on perd. Parce que l’autre est différent, parce que l’autre (il ou elle) n’est pas sur la même longueur d’onde, a d’autres cartes en main… C’est justement ça qui est drôle et intéressant! Quel intérêt de jouer à un jeu dont on connaîtrait à l’avance l’issue de la partie ? Un jeu où on est sûr qu’on va gagner parce qu’on est bon ?

      Accessoirement, perdre est la meilleure chose qui peut nous arriver dans la vie : ce sont nos échecs qui nous font progresser. Les victoires ne sont que des récompenses pour nos efforts.

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Il faut effectivement accepter le risque d’être blessé. Et egalement agir avec discernement. Bien sur tu ne vas pas lui faire de grandes déclarations si tu la connais à peine. Mais dans ton cas, ca vaut le coup de s’ouvrir. Et si ca ne marche pas, c’est que globalement ca n’aurait sans doute pas marché. Ce n’est pas ce que tu auras pu dire qui aura à priori impacté le résultat à ce stade là

    • Poltophagy dit :

      « Non, ce n’est pas normal. C’est juste le signe que tu es sentimentalement insécurisé et que tu manques de confiance en toi. Point. »

      Ouai pourquoi pas, mais ça vient bien plus d’un manque d’expérience que d’un profond manque de confiance en soi.

      « Quel intérêt de jouer à un jeu dont on connaîtrait à l’avance l’issue de la partie ? Un jeu où on est sûr qu’on va gagner parce qu’on est bon ? »

      Tout se passe bien lorsqu’on arrive à être détaché et pas investi, quand t’abordes une nana dans la rue ou à un café, ou que tu captes une filles de Tinder, là tu peux aisément comparer à un jeu auquel faut accepter de perdre de temps en temps et de se manger des murs.

      Mais, là on parle d’un moment ou t’as basculé et t’es plus forcément lucide et objectif sur ta relation, elle t’affecte, et là tu le vis plus comme un jeu, d’où la difficulté à jouer et prendre des risques.
      Si tu compares au paris par exemple, tu vis pas le même stress quand t’as mis 2€ sur un combiné à la con ou 1000€ sur ton équipe de foot préféré. (Comparaison peu judicieuse, on peut pas comparer l’implication à une relation en argent, mais tu saisis le concept.)

      C’est la différence essentielle à mon avis entre les relations que tu enchaînes, par plaisir, défi, goût de l’approche et celles où tu es engagé.

      « En quoi être seul est un problème ?

      Tant que les gens considèreront que le bonheur passe par le couple, ils se condamnent à être malheureux. »

      Ca c’est selon ton prisme de valeur, y a des gens pour qui avoir quelqu’un à qui penser, partager des choses c’est primordial, et ça se situe en haut de leur « échelle » menant au résultat « bonheur ».
      Evidemment c’est une vision largement biaisée par les idéaux de la société actuelle, et rien n’est figé, on change sans cesse de valeurs.

    • AL dit :

      Poltophagy,

      « Mais, là on parle d’un moment ou t’as basculé et t’es plus forcément lucide et objectif sur ta relation, elle t’affecte, et là tu le vis plus comme un jeu, d’où la difficulté à jouer et prendre des risques. »

      Pour être passé par là, je vois ce que tu veux dire. Mais ça reste malgré tout un jeu. La différence de ressenti vient du fait que tu y place des attentes, tu y intègres des enjeux qui n’ont pas davantage lieu d’y être que pour un one-shot. Et c’est ça, qui t’embrouille l’esprit. Concrètement, tu remets ton bonheur dans les mains de cette fille = « si je merde, je la perd » = « si je la perds, je suis malheureux ». La démarche idéale serait « là, maintenant, tout de suite, avec elle, que puis-je faire pour que tout se passe du mieux possible, au cas où tout s’arrêterait demain ».
      Si tu as envie de lui dire ce que tu ressens, rien ni personne ne t’en empêche, à part toi. Peut-être qu’elle ne saura pas l’apprécier à sa juste valeur, mais ça deviendra son problème, pas le tien. Toi, tu auras fait ce en quoi tu croyais.

      « Ca c’est selon ton prisme de valeur, y a des gens pour qui avoir quelqu’un à qui penser, partager des choses c’est primordial, et ça se situe en haut de leur « échelle » menant au résultat « bonheur ». »

      Parce que c’est ce qu’on nous inculque. Je ne fais que constater que tout le monde nous vend le couple comme la relation d’une vie, mais que derrière, les gens en couple ne sont pas plus heureux que les célibataires. Ne pas être en couple n’empêche pas de penser à quelqu’un ni à partager des choses avec.

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Pour ma part je comprends très bien l’analogie avec le betting puisque c’est un domaine dans lequel je travaille aussi. C’est un peu le probleme. C’est comme ça qu on voit des séducteurs s’écrouler et perdre leur game une fois en couple. Tu as beau être un séducteur solide, ce n’est pas évident de garder la tête froide une fois engagé et de se dire que cette fille n’est qu’une parmi d’autres et que tout ira bien même si elle s’en va.

      La solution, c’est un peu de repenser la fin de ton message. Confier son bonheur à quelqu’un d’autre, c’est se condamner à la peur systèmatique de la perdre! Tant que tu n’es pas capable de te sentir épanoui seul, ce sera très difficile de ne pas perdre les pédales en couple! Plus facile à dire qu’à faire, je sais bien!

    • Poltophagy dit :

      AL => Je suis d’accord avec tout, la partie « Ne pas être en couple n’empêche pas de penser à quelqu’un ni à partager des choses avec. » reste discutable.
      Au sens propre, oui c’est sur que tu peux penser à quelqu’un et partager des choses avec sans être forcément en couple.
      Mais en pratique, je pense quand même que la complicité au sein d’un couple est particulière (Sans qu’elle soit universellement nécessaire au bien-être/bonheur personnel).
      Une fois encore, vu que je peux pas considérer avoir déjà été réellement en couple, c’est peut-être seulement l’idée que je m’en fait, mais je pense être assez réfléchi là dessus. J’ai aucun problème à être célibataire, ceci dit je peux largement comprendre qu’un mec de 40 piges qui n’a eu que des ONS ou même pas d’interaction avec des femmes puisse idéaliser les relations de couples et se dire que c’est la clé du bonheur.

      Sylvain => Oui, le betting y a pas mal de similitudes avec notre fameux game, la partie dépendance aussi je pense que y a de quoi disserter dessus :o)
      C’est un mot fort, surtout sur ADS :p, mais ce que tu décris ça doit être le facteur « Amour », pas facile à gérer.

      Pas de problèmes pour moi, mon bonheur ne passe pas nécessairement par les relations amoureuses, même si ça y contribue de temps en temps bien entendu.

      « Plus facile à dire qu’à faire, je sais bien! »

      Effectivement, même en étant convaincu que la vie en couple n’est pas une obligation et que le bonheur ne passe pas par autrui, j’ai des courts moments de faiblesses ou je me rends compte que j’avais malgré moi placé une part de mon plaisir dans les mains de quelqu’un d’autre…mais on arrive à se raisonner ! (:

    • Sylvain dit :

      Hello,

      Je suis assez d’accord avec toi. On partager des choses avec quelqu’un mais ce sera toujours moins intense que lorsque ça se passe en couple. Tu le vois bien quand tu dates. Tu partages ds choses avec la fille mais elle ne se livre pas totalement et continue de faire des rencontres à coté pour pouvoir se mettre en couple.

      A moins de tomber sur une fille qui ne veuille pas etre en couple, qui sort d’une rupture ou toute autre raison qui puisse faire qu’elle ne veuille pas de lien à la patte. Donc le partage hors couple est moins profond. EN couple, ce n’est pas forcement plus durable mais en général, la fille est pleinement engagée.

      Après dans l’absolu, le seul endroit ou l’étiquette « couple » change quelque chose, c’est dans la tete de la fille…

      Comme en betting, il faut éviter le tilt. Betting=envoyer gros sur n’importe quoi pour se refaire. Séduction = devenir needy parce qu’on panique.

    • AL dit :

      « ceci dit je peux largement comprendre qu’un mec de 40 piges qui n’a eu que des ONS ou même pas d’interaction avec des femmes puisse idéaliser les relations de couples et se dire que c’est la clé du bonheur. »

      ça, c’est parce que la société nous conditionne à croire ça. (j’étais dans le même cas)

      Après, tu soulignes une chose très vraie dans ton message : à deux, on peut faire les choses différemment, et d’autres choses.

  • Max dit :

    Bonjour,

    Je viens de découvrir ce site, très intéressant. J’adhère à la plupart des analyses et des conseils (qui ont le mérite d’aller à l’encontre du politiquement correct ambiant sur les relatons hommes / femmes), mais il y a un point que me dérange dans cet article. En effet, j’ai l’impression que pour vous, le couple ne marche ne marche un peu que dans un sens. Certes, l’alpha « domine », prend les initiatives, indique la direction à prendre, mais une relation reste basée avant tout sur la confiance, l’honnêteté et la communication.

    Si j’en crois cet article et d’autres (« comment ne pas être cocu ? », par exemple), la femme est réduite à un rôle complètement passif, et si le moindre truc la tracasse, si notre virilité connaît la moindre faiblesse, elle va nous tromper et on l’aura mérité, en gros. Il faut la satisfaire 100% du temps, sinon c’est logique qu’elle aille voir ailleurs. Donc tout est entre les mains de l’homme. Je caricature, et si j’ai mal saisi l’idée vous pouvez me reprendre, mais c’est ainsi que j’ai interprété l’esprit de certains de vos textes.

    Dans un couple, même l’alpha ne maîtrise pas tout. Et ce n’est pas parce qu’on est dominant que notre partenaire est exemptée de nous parler, d’être honnête, de nous dire ce qu’elle ressent pour nous aider à arranger les choses, au lieu d’aller dans les bras du premier venu. Je pense répondre globalement à votre caractéristique de l’alpha, mais pour autant, j’attends de ma partenaire qu’elle soit également capable de vertu, de soutien, etc, et pas qu’elle soit seulement une chose à satisfaire et à combler. On n’est pas des machines à faire jouir non plus.

    Voilà donc pour mon petit bémol. Cela dit, votre site est très bien, très instructif, et je suis d’accord avec 90% de vos analyses. Merci, et bonne continuation, donc ;-)

    • Sylvain dit :

      Hello Max,

      Disons que l’on se concentre sur ce que l’on peut totalement controler : notre comportement. Ce que l’autre t’apporte, c’est beaucoup plus difficile à controler. Donc bien sur, tu es en droit d’attendre un certain nombre de choses de la part de ta copine. C’est même plutot très positif d’avoir des standards. Et au final, si elle s’en va avec quelqu’un d’autre, c’est elle qui se tire une balle dans le pied toute seule en te prouvant qu’elle n’en valait pas la peine.

1 2

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)