Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation

Publié dans Field Reports par Sélim

Artdeseduire Anna Suède Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation

Eros is back, et vous offre un extrait de sa jeunesse sulfureuse en Suède…

A l’époque, on était jeune et fou. Moins de cheveux blancs, on dansait encore sur un mix de Justin Timberlake-Usher-Michael Jackson pour séduire les filles sur le dancefloor.

A Stockholm, malgré le froid ce soir-là, l’ambiance était chaude au Café Opéra. Ambiance blondes bronzées et mecs blindés, on n’avait clairement pas le niveau financier des players là-bas mais l’exotisme jouait en notre faveur : nous étions français.

Ou italiens, on a du mal à se souvenir des mensonges de 2008… Isabel et sa copine Tourvel nous trouvent sympas et décident de nous suivre dans un autre endroit, direction le bar le plus miteux et cheap de la ville.

Pour ceux qui suivent, vous savez que ce FR sent l’embrouille… 4 protagonistes et ça finit en plan à trois seulement ? Wait and see…

On faisait les troubadours. On racontait n’importe quoi. De mémoire ce soir-là, on était break-dancers en tournée à travers l’Europe pour un projet avec Justin Timberlake.

La brune Isabel était emo, ou gothique, un peu comme la fille de Millenium : sale. On avait envie de l’attraper à cause de ses longues jambes et ses fesses rebondies, mais pas vraiment envie de mesurer son potentiel viral… Cheveux corbeaux, ongles bleus fluo, et des piercings un peu partout.

Elle et sa copine Tourvel n’ont pas un rond. Nous non plus. On décide de les inviter dans un endroit moins stylé, moins cher, où on aura moins de concurrence.

On avoue, c’est un peu faible de notre part, mais l’Opéra Café c’est le repère des footballeurs… On pensait ne pas jouer dans la même catégorie à l’époque.

Bouncing pour s’adapter à nos moyens

Isabel et la Tourvel, vodka Red Bull en main, on danse dans un bar boîte qui sent la transpi mais ça a l’air de leur plaire. Règle numéro 1 : « La cliente est reine »

Va savoir ce qu’elles faisaient ensemble. Rien de plus opposé que Isabel la rebelle et l’agnelle Tourvel.

Oui, la Tourvel. Comme l’objectif de Valmont dans les Liaisons Dangereuses. Une dévote. Incroyable. On a beau avoir reçu une éducation religieuse dans notre enfance, on ne pensait pas tomber sur une fille comme ça en soirée.

Pas de chance pour Sélim, elle sera pour lui vu que Isabel et Eros dansent déjà en se roulant des pelles sur le dancefloor. La Tourvel a l’air choqué. 19 ans. 20 ans maximum.

La conversation est pénible, lente, lourde, la Tourvel ne s’investit pas, ne donne de réponses que minimes. N’a pas l’air de se sentir bien. Plutôt que de se fondre dans le décor, Sélim décide de faire parler les corps, direction dancefloor.

Boire et danser

A mesure que Sélim se rapproche de la Tourvel, Eros s’éloigne de Isabel. Enfin, pas volontairement. C’est elle… Sous l’effet de l’alcool, elle lui avoue qu’elle est bisexuelle et que là, elle a très envie de lécher la fille là-bas. On s’imagine des trucs sales qu’on pourrait raconter à nos enfants mais non… Le plan à 5 n’aura pas lieu. Pas cette fois…

Eros a continué de la maintenir en vie pendant une demie-heure le temps que Sélim réussisse à convaincre la Tourvel d’aller à l’hôtel tous ensemble.

« C’est fun, on a à boire, une télé avec MTV pour danser, et on pourra vous montrer nos meilleurs pas de danse, on est des break-dancers timides, on fait ça en petit comité. »

L’idée : si elles veulent voir, elles doivent nous suivre. Ceci est la définition, l’illustration d’un traquenard…

Elles hésitent, elles tergiversent, la tension sexuelle déjà pas bien élevée retombe comme un soufflé. Dans le taxi, deux filles inquiètes qui parlent suédois s’endorment pendant que deux players se disent qu’ils vont dormir sur la béquille si ça continue.

Ballet nocturne : la danse du wingman

On entre à quatre dans la chambre. Isabel s’allonge immédiatement sur le lit, elle est crevée, elle veut dormir. Eros : Game Over. Mais il va essayer de la ressusciter et de réveiller son désir avec des bisous dans le cou.

Sélim est face à un dilemme : rester dans la chambre, c’est s’exposer à un échec assuré. La Tourvel enchaîne les shit tests et un BL négatif depuis deux heures, répète qu’elle ne fera rien car elle doit aller à la messe dans quelques heures…

Le seul moyen, c’est le sacrifice utile. Sortir de la chambre pour aller chercher des glaçons dans le couloir. Accompagné de la Tourvel. Magie de l’isolation : dans le couloir elle se libère et accepte un baiser qu’elle rend fougueusement au coach en séduction.

Elle hésite, elle revient à la charge, elle s’arrête pour reprendre de plus belle. Cette fille est l’incarnation du push-pull, de cette stratégie qui consiste à souffler le chaud et le froid.

« Oui c’est bon… mmmmmmhhh… Non je dois aller à la messe demain matin… kiss me here… »

Elle rend fou, elle est légère, suffisamment légère pour que Sélim la porte et la coince contre un mur, ses mains sous ses fesses pour la tenir fermement. Pelotage intense, sexualisation avancée, elle gémit de plus belle quand Sélim lui caresse la ch…evelure. Et le drame surgit.

Le drame, ce sont les putains de voisin d’hôtel, qui eux aussi rentrent de boîte à 3H30 du matin. Elle descend immédiatement de sa position, rajuste sa jupe et file direction la chambre.

Texto à Eros : « Dude, on est de retour, foirage intense, les voisins… On peut entrer dans la chambre ? »

Pas de réponse, il ouvre directement, il est en train de se brosser les dents.

Eros : « Laisse tomber, elle dort à moitié… Bon et toi, tu veux la salle de bains pour régler ton business ? »

Sélim : « Non, elle culpabilise trop. Elle serait seule ça irait. Mais avec toi et le cadavre de Isabel, peu de chances… »

Eros : « Ah, et autre bonne nouvelle… Elles ne sont pas de Stockholm… Ce sont des provinciales, elles n’ont nulle part où dormir en fait. »

Sélim : « Elles peuvent dormir dans la baignoire ou par terre si elles veulent ? »

Eros : « T’es un grand malade. Elles dégagent ! On se rhabille, on ressort, y’a encore des filles dehors ! »

Moment pas très glorieux, on prétexte un troisième coloc qui doit arriver pour dormir, elles doivent partir. On n’aime pas les manipulatrices qui veulent seulement dormir avec nous : on dort mieux tout seul !

Une nuit à Stockholm avec Eros et Sélim, acte 2

On ressort. La rue, 4 heures et des poussières, sortie des bars. Un groupe cool de quatre filles dont une franco-suédoise qui nous valide auprès de ses copines. Et une fille avec un bonnet noir sur la tête.

C’est la seule qui a l’air réceptive. Qui a envie de nous parler, de rester avec nous alors que toutes ses copines rentrent dormir. Pas un message d’avertissement, pas de mise en garde : ce n’est pas la France, elles ne sont pas toutes parano.

Pas de copine reloue pour nous mettre des bâtons dans les roues.

Eros : « Tu as déjà écouté du rap français ? »

Marion : « Non. »

On lui chante du Doc Gynéco à quatre heures du mat’ dans la rue, tout est sous contrôle.

« C’est notre cousin. Il est very famous en France ! »

Eros : « Tu as déjà couché avec un Français ? »

Marion : « Non. » (sourire)

Sélim : « Et avec deux ? »

Marion : « Non plus… » (énorme sourire)

Eros : « Ecoute, on ne te promet rien parce qu’on est fatigué, mais on peut au moins t’offrir un French massage. Ça s’appelle un French massage parce que dans les ménages à trois, d’habitude, la femme et la maîtresse massent le mari en même temps. »

Marion : « Oh really ? »

Sélim : « Je serai ta femme. »

Eros : « Je serai ta maîtresse. »

Marion : rires

Sélim : « Taxi ! »

Trajet de 5 minutes en écoutant du rap français sur l’iPhone d’Eros. Arrivée à l’hôtel. Le réceptionniste hallucine de nous revoir avec une nouvelle fille. Verre de vodka, musique, massage à quatre mains, le reste de la nuit nous appartient.

Les enseignements de ce Field Report

Lutter contre la cohérence

Le principe de cohérence, dans la vie, consiste à dire que vous agirez dans le futur en fonction de vos actes passés, et que ce sera cohérent.

C’est un principe très utilisé au poker : on mise un peu, puis un peu plus, et de plus en plus. Plus on a investi sur les coups d’avant, plus on a envie que ça paye. On se dit qu’on ne peut pas avoir tout investi pour rien. (Le continuation bet pour ceux à qui ça parle)

Les manipulateurs maîtrisent très bien le principe de cohérence : « Chérie, tu ne peux pas me quitter, tu ne peux pas jeter tout ce qu’on a construit, tous nos souvenirs, tous nos amis, etc… »

Les manipulatrices, elles, pensaient que parce qu’on avait passé la soirée ensemble, on allait les laisser dormir dans notre lit. Manque de bol, on n’est pas des gentils…

La persévérance fait toute la différence

Qui est déjà ressorti après un échec à 3H30 du mat’ ? Qui ? Personne ! Eros est un fou. Le round n’est pas fini tant que la cloche n’a pas sonné. Le match de foot ne dure pas 90 minutes, mais jusqu’à la fin des arrêts de jeu.

La pensée positive, l’effort supplémentaire, la persévérance sont l’apanage des players qui réussissent.

Ce FR est truffé de fautes de game mais finit bien pour nous. Frustration, déception, mais indéfectible motivation !

Vous avez déjà réussi à conclure alors que c’était mal embarqué, grâce à votre « acharnement » ?

Sélim & Eros

banner parler aux femmes Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
banner parler aux femmes Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
Banner 50phrases Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
Banner 50phrases Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
Bann SexTalk 3 Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
Bann SexTalk 3 Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
Bann 16erreurs 1 Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
Bann 16erreurs 1 Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
Bann SMS1erRDV 1 Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
Bann SMS1erRDV 1 Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
Bann TechniqueAstucieuse v2 Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
Bann TechniqueAstucieuse v2 Field Report 26 : Marion, la fille qui teste ta motivation
91 COMMENTAIRES
  • Aristophane dit :

    Bonjour à toutes et à tous.

    @ Selim: je dois reconnaître, comme Hanneman, que « gamer » une demoiselle revêche et pas impliquée ne me tenterait pas vraiment non plus…

    A moins que son attitude ne soit, alors, que le reflet du manque d’intensité et de motivation de mon  » jeu »?

    Difficile à dire, pour un débutant comme moi… ;-)

    • selim dit :

      Oh non, là on sentait vraiment les « signaux mixtes ».
      Une vraie envie physique chez elle, mais une vraie contrainte morale.
      Il faut alors se transformer en l’autorité suprême pour lui donner le droit de se lâcher un peu…
      Ce n’était pas vraiment une erreur dans notre game, simplement des filles qui n’avaient pas envie de jouer à 100% !

  • Aristophane dit :

    @ Selim: selon vous, est-il possible de faire monter la tension sexuelle, au point que ce soit la demoiselle qui fasse le premier pas? Même lorsque l’endroit, et/ou les circonstances, ne s’y prêtent pas?

    En somme, lui donner, sans en avoir l’air, l’envie irrépressible de se jeter sur vous?

    J’ai réussi cela, par pur hasard, et sans le vouloir, avec plusieurs demoiselles, à une époque… Mais je veux désormais y parvenir intentionnellement.

    J’ai lu pas mal de livres électroniques, d’articles, de rapports de terrain,sur ce site, et sur d’autres, suis même sorti, seul, ou en groupe avec des gamers… Depuis août 2013, j’ai abordé 6 demoiselles: 6  » râteaux », mais sans rejet et avec le sourire des demoiselles à chaque fois… ;-)

    Et généré une très forte connexion deux fois, comme par hasard avec les deux demoiselles qui me plaisaient le plus! ;-)

    Je sais, il n’y a pas de hasard: la motivation et l’intensité sont les clés de voûte d’un  » jeu » puissant et cohérent.

    Je dois avouer que j’ai ressenti un mélange de crainte, mêlée à une forte excitation ( intellectuelle et physique), et que le fait d’aborder les femmes me procure de très fortes sensations..

    Je veux me servir de mes émotions, et modifier l’état psychique des demoiselles, en les faisant entrer dans ma réalité… Un travail de longue haleine! ;-)

  • Socrate dit :

    Très instructif sur la manière de faire…
    Et ce qu’il y a de bien c’est que toutes ses histoires ont débouché sur des mariages heureux avec plein d’enfants.

    La vie est bien faite non…

    • lex dit :

      Socrate : HAHA HAHA HAHA.
      Tu sais pourquoi les femmes regardent les porno jusqu’à la fin ?
      Elles croient qu’ils se marient.

      Ta vanne = Même level. J’adore.

  • Arthur dit :

    J’imagine tellement la tête de la réceptionniste ! Juste génial.

    • selim dit :

      Je ne sais pas s’il avait pitié de nous, des filles, ou s’il voulait nous dénoncer pour trafic de gens humains…
      Bon week-end Arthur !

  • Liltut dit :

    Ahah, à 4h du mat pas le temps de suivre les différents paliers de la séduction hein. Direct sexualisation puis ça passe ou ça casse.

    Mais juste une question, à la fin ça s’est vraiment fini telle « une mission accomplie » ou plutôt « mission à moitié accomplie » ?

  • JimmyJig dit :

    Vous êtes des grands malades les mecs, je kiffe.
    Entre le « dormir sur la béquille » et le style narratif très glauque d’un FR à 2, y’a de quoi se marrer : « Sélim la porte contre le mur, les mains sous ses fesses… » Je me suis demandé pendant tout l’article si y’avait pas un 3e mec qui vivait l’aventure caché derrière le coin du mur le calepin dans une main et la béquille dans l’autre… (voilà un rôle pour moi si vous décidez de faire un film sur vos aventures façon c’est arrivé près de chez vous).

    Toute cette histoire me rappelle une scène du film d’horreur en found footage VHS, où 3 mecs ramènent 2 nanas dans leur chambre d’hôtel, la première open puis ivre morte, la seconde timide puis…étrangement ouverte…

  • Erbane dit :

    Continuez comme ça, vous me faites rêver les gars, vos fields reports sont dignes de scènes de films cultes héhé !!

    Quand à la persévérance, c’est vrai qu’en séduction il en faut une bonne dose (rien n’est jamais perdu ça c’est vrai). Mais pas trop non plus: il faut parfois savoir rendre les armes au bout d’un moment, non ?

    • selim dit :

      C’est une des vidéos qu’on a tournées récemment qui se conclut ainsi : « savoir lâcher l’affaire ne fait pas de vous un loser, mais quelqu’un de clairvoyant… Votre temps vaut plus que votre argent, alors ne le dépensez pas bêtement ! »
      Savoir passer à autre chose, encore une caractéristique d’un bon player Erbane !

  • Emile dit :

    Bonjour à tous,
    Je suis actuellement en séjour linguistique (Nouvelle Zélande) depuis 3 mois, la drague c’était pas possible avec mon niveau d’anglais , mais maintenant que je maîtrise mieux je veux me lancer. Il y a une fille que j’aime beaucoup qui m’a abordée la première semaine par un « Are you really french ?? » « My mother loves french ! ». Je ne suis pas retourné la voir par peur de pas gérer l’anglais et de me retrouver à pas pouvoir parler. Maintenant je veux une copine, pas forcement cette même fille. Comme vous avez eu des expériences à l’étranger, j’aimerais savoir comment nous sommes vus (les français) par les filles du reste du monde et comment en tirer profit.
    Merci d’avance !

    • lex dit :

      Emile : tout dépend des pays. En NZ, je crois qu’on a plutôt bonne réputation.

      Pour le reste, si le seul truc qui te bloque est ton niveau d’anglais, dis toi que c’est un très bon atout. Manquer de vocabulaire, devoir parler avec les mains, et demander à une nana de t’apprendre des mots est un truc qui jouera en ta faveur..!

  • Emile dit :

    Merci beaucoup,
    il faut juste que je me lance, je viens de découvrir ce site, je n’ai rien appliqué pour le moment mais dans beaucoup de vos articles vous placez la conversation comme un point clé pour commencer à séduire une fille. Manquer de vocabulaire empêche justement d’aborder et de parler de chose qui ne sont pas demande une connaissance de la langue plus approfondie.
    Encore merci :)

1 2 3

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)