Comment subtilement ignorer vos « ennemis » (sans passer pour un gamin !)

Publié dans Dynamiques sociales par
ArtDeSeduire.Com

Comment bien ignorer quelqu’un que vous détestez Comment subtilement ignorer vos ennemis (sans passer pour un gamin !)

Comment bien ignorer quelqu’un que vous détestez ?

Un lecteur, Josh, m’a envoyé ce mail :

« Salut Sélim, j’ai bien compris qu’il fallait être sympa en apparence pour maîtriser les dynamiques sociales. Mais là, je suis invité à une soirée et il y a un gars que je déteste, j’ai envie de le claquer, une vieille histoire. Comment je fais pour ne pas endommager ma réputation et sortir gagnant de cette soirée sans être hypocrite ? »

Tentative de réponse sur fond d’Inner Game : voici le mode d’emploi pour bien ignorer les cons !

Visiblement, la rancœur est tenace… On a beau lire ce qu’on voudra sur le concept de frontières (détaillé dans Inner Game Intense), certaines choses vous soûlent au point de devenir agressif.

Si vous savez que vous allez être confronté à une personne que vous ne pouvez pas encadrer à l’avance, c’est mieux, ça vous laisse le temps de vous préparer.

Fight or flight !

Face aux dangers, les Américains estiment qu’il y a souvent deux voies : la fuite ou le combat.

Là, dans une situation sociale (réunion de famille, fête entre potes, fête de fin d’année avec tous vos collègues), vous ne pouvez pas simplement aller voir votre némésis et lui casser la gueule. Trop facile, pas assez gentleman.

Surtout s’il ne fait rien pour vous provoquer…

Et si la solution résidait en l’évitement ? Il a baisé votre ex, a traité votre mère de #¤* et bien pire encore ? Évitez-le et restez dans un coin avec des amis et des personnes que vous appréciez.

Mais vous allez me dire que l’évitement, le coup de la cachette, ce n’est pas très Alpha Male… et vous aurez raison ! Pourquoi se cacher quand on peut la jouer fine ?

L’ignorer droit dans les yeux

Anecdote : je devrais être calme, posé, ne pas réagir à certaines attaques… mais je reste humain. Je n’ai pas beaucoup d’ennemis (déclarés), mais je me souviendrai toujours du fdp qui a joint un beau mollard dans mon dos en me traitant de « sale arabe ».

9 ans après, en soirée, un pote me présente son pote. Je le reconnais. Pas lui. Il me tend la main pour dire bonjour. Pas moi. Était-ce intelligent de ma part de le snober de la sorte ? Non.

Mais je ne pouvais pas me cacher dans un coin. En réfléchissant en mode « œil pour œil, dent pour dent », j’aurais pu lui cracher dans la main, mais ce n’est pas la solution.

(Conseil Inner Game : l’étape d’après, après la colère et le calme, c’est le pardon… Mais bon, « God forgives, I don’t » comme dirait Rick Ross…)

De manière beaucoup plus applicable pour vous, vous pouvez vous contenter d’ignorer le mec ou la fille envers qui vous avez une dent.

Ne pas le saluer s’il fait le premier pas et vous tend la main, devant témoins : mauvaise idée.

Ne réservez ce « vent » que si personne ne vous regarde ou s’il vient vous voir en privé.

Ignorer l’avorton en regardant ailleurs

Si vous êtes du genre papillon social et que cette personne ne représente rien à vos yeux, n’allez pas lui parler, c’est aussi simple que ça.

Dans une conversation de groupe, contentez-vous de répondre aux autres, et si vous pouvez éviter de lui répondre, faites-le, répondez aux autres et faites comme si vous ne l’entendiez pas.

Ignorer quelqu’un, au fond, c’est votre manière de lui faire comprendre que vous l’avez vu, mais que vous ne voulez rien faire avec lui, ni lui parler ni quoi que ce soit, et que vous ne voulez pas polluer votre journée / soirée avec cette personne.

Conclusion : ignorer, c’est trier

En vérité, ignorer quelqu’un qui nous déplaît, c’est être confronté à la réalité du monde adulte (et parfois du monde du travail). Quand on était gamin, on pouvait choisir nos potes plus ou moins facilement et exclure les vilains petits canards.

Devenus adultes, ces derniers se transforment parfois en sombres connards qui vous gâcheront votre journée au travail ou votre soirée entre amis si vous décidez d’y prêter attention.

La vraie solution, et dieu sait qu’elle est compliquée pour les nerveux, consiste à faire avec, et à encaisser trois ou quatre heures dans la même pièce que cette personne que vous préfèreriez décapiter…

80% des personnes présentes lors de cet évènement devraient vous apporter du plaisir, du bonheur, ne vous laissez pas distraire par les 20% gangrénés !

Allez, pour de vrai, on ne vit pas dans le Parrain ou les Soprano, on n’est pas des gangsters et on ne va pas laisser des questions d’honneur nous pourrir nos soirées, non ?

Ignorer quelqu’un, c’est le meilleur moyen de tourner la page, et de ne pas vous laisser empoisonner par les embrouilles du passé… Concentrez vos ressources mentales sur le présent, le futur, mais pas le passé !

Vous avez d’autres techniques à souffler à Josh pour ignorer ses ennemis ?

Sélim, coach caaaalme…

banner parler aux femmes Comment subtilement ignorer vos ennemis (sans passer pour un gamin !)
banner parler aux femmes Comment subtilement ignorer vos ennemis (sans passer pour un gamin !)
Banner 50phrases Comment subtilement ignorer vos ennemis (sans passer pour un gamin !)
Banner 50phrases Comment subtilement ignorer vos ennemis (sans passer pour un gamin !)
Bann TechniqueAstucieuse v2 Comment subtilement ignorer vos ennemis (sans passer pour un gamin !)
Bann TechniqueAstucieuse v2 Comment subtilement ignorer vos ennemis (sans passer pour un gamin !)
75 COMMENTAIRES
  • Amber dit :

    Cher Selim,

    Relativement a ton histoire, fais toi beau va a ta soiree et ignore le totalement, si tu lui parles, tu te mets a son niveau :) cela ne vaut pas le coup, ne perd pas ton temps, ta salive, concentre toi sur toi, ton future et les gens qui en valent la peine and stay always above !!!

  • sand dit :

    Merci pour cet article qui a confirmé ce que je pensais (moi c’est le super monde du taf où malheureusement on est plutôt 20% de « gentilles » contre 80% de connasses… dur dur). J’ai un point d’honneur => la politesse, même si je peux pas encadrer quelqu’un, ça me met tellement en boule de recevoir des regards noirs à la place d’un simple « bonjour ». Mais je prends sur moi avec un admirable sourire, je sais toujours pas comment j’ai la force de le sortir de ma poche.

    Je crois d’ailleurs que le sourire est la meilleure des armes. Même si ça paraît hypocrite, finalement ça me fait rire intérieurement de voir que je la/les saoule tellement qu’elle(s) n’arrive(nt) pas à faire pareil. C’est une sorte d’auto-contrôle de soi qui demande beaucoup de maîtrise surtout au bout de X années.

    Le mieux est que ces personnes habituées à ne pas se maîtriser font forcément un faux pas un jour ou l’autre lorsque « the boss » est dans les parages. Et là… C’est la joie au top maximum. C’est sûr c’est pas tous les jours, mais ça vaut bien des mois et des mois d’attente.

    Malgré tout, la gentillesse est une arme de taille. C’est une force bien plus difficile a canaliser que de s’énerver. Faut laisser couler, comprendre que la connasse est en fait une pauvre fille qui n’a pas de vie intéressante parce que si c’était le cas elle serait probablement plus épanouie et aurait autre chose à faire que chercher des noises à tout bout de champ. En gros pour « nous » (les 20%), les connasses sont des « mal baisées » ou pas du tout baissées d’ailleurs. Etonnant de constater que les 80% sont seules, en couple qui bat de l’aile ou fraîchement divorcée. A croire que le sexe a un intérêt particulier dans l’estime de soi et donc dans sa vision du monde et sa gestion des émotions. Faudrait qu’on leur offre des sex-toys ^^

    Ca fait du bien de vider son sac: merci et bonne journée!

1 2 3

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)