Premier soir : chez vous ou chez elle ?

Publié dans Drague par Sélim

Premier soir chez vous ou chez elle Premier soir : chez vous ou chez elle ?

Vous sentez que la soirée touche à sa fin et qu’il va bientôt falloir bouger ailleurs sous peine de perdre l’intensité, sous peine de perdre son attention. Vous avez bien joué votre coup et vous avez déjà pris son numéro de téléphone.

C’est le meilleur moment. Celui où tout peut basculer.

« On va chez toi ou chez moi ? » Réponse à la question qu’on se pose tous en 5 points.

Les filles n’aiment pas les boulets. C’est un peu comme un papillon, une fille, elle aime bien pouvoir s’envoler quand bon lui semble. Elle aime bien s’écarter, et revenir quand ça lui chante. Ca vous rappelle le mouvement des marées ? C’est normal, la fille est lunaire…

Vous allez très vite comprendre pourquoi je suis supporter de la cause « on fait ça chez moi ». Un jour, j’étais chez une fille, je me suis fait dégager juste après l’avoir satisfaite. Ou pas satisfaite. Enfin, vous visualisez très bien la scène, on était à poil tous les deux dans son lit et elle me vire.

La première fois, ça fait bizarre, une fille qui agit comme un mec. Je suis un garçon difficile et exigeant, j’aime bien les câlins. Là, j’étais tombé sur ma première ourse. Elle te prend, elle te jette. Au final, ça ne devrait pas me choquer, mais la première fois, ça pique un peu l’égo !

Raison 1 : Plus facile à domicile

Un peu comme au foot, prendre des points à l’extérieur s’avère plus compliqué. Chez vous, vous connaissez l’environnement, vous savez à peu près ce qu’il va se passer. Vous savez où vous avez rangé les capotes.

Vous savez que si vous ramenez une fille pour un soir, vous pouvez lui offrir une douche et un petit-déj, vous savez que votre frigo est rempli pour les petits creux nocturnes. Alors qu’à l’extérieur, vous aurez l’impression de faire l’Irak ou l’Afghanistan.

Frigo vide, pas de Nutella, thé bio : rien à se mettre sous la dent. Comme s’il y avait une malédiction chez les filles. Je ne devais pas être là le jour où le frigo est devenu un objet décoratif…

Raison 2 : But en or si elle dort

Vous rentrez de soirée, je vous connais, il n’est pas minuit, pas deux heures. Il est quatre, cinq, six heures du mat’. Vous êtes crevé mais vous êtes un bonhomme, vous rentrez accompagné, bien décidé à coucher avec elle.

Manque de bol, elle n’a pas forcément votre résistance. Elle tient moins bien l’alcool, elle est super fatiguée, elle a eu une dure semaine ? Le taxi a un peu tardé, le trajet du retour a été plus long que prévu ?

Résultat : votre bien-aimée s’endort. Drame absolu ? Pas du tout ! Ne lui sautez pas dessus, laissez-la dormir, ça prouve que vous êtes en pleine possession de vos moyens, que vous n’êtes pas obnubilé par le game, que vous n’avez pas que le sexe en tête.

Vous contrôlez. Vous êtes le gars sérieux avec qui elle pourra plus facilement envisager une LTR parce que vous ne vous êtes pas uniquement intéressé à son cul.

Alors quitte à dormir, on est mieux chez soi, non ?

Raison 3 : Elle peut partir quand elle veut

Vous vous reposez après la tempête, et elle bondit du lit et se rhabille alors que vous attendiez un second match. Elle a eu ce qu’elle voulait, vous a utilisé comme un sex-toy et repart chez elle. Ca arrive.

Croyez-moi, ces filles qui ne s’attachent pas ou refusent de s’attacher ont un cœur aussi. Mais pas ce soir, il faut l’accepter. En venant chez vous, elle a la certitude de pouvoir repartir quand bon lui semble, c’est un confort non négligeable pour elle si elle ne supporte pas les câlins d’after-sex.

Raison 4 : Your roof, your rules !

Sous votre toit, faites respecter vos règles du jeu. Si comme moi vous préférez dormir seul, ayez au moins l’élégance de la raccompagner jusqu’à la porte.

Lui commander un taxi pour rentrer chez elle est une option que certaines apprécient, alors que d’autres vous diront : « Non mais tu m’as prise pour une p*te ou quoi ? ».

A vous de composer en fonction de l’état de fatigue, d’ébriété et l’égo de la fille.

Raison 5 : La LMR pépère

Argument du même acabit que si elle s’endort chez vous. Vous êtes chez vous, vous avez forcément autre chose à faire.

Elle ne veut pas coucher avec vous ? Et alors ? Votre freeze-out va être tellement tranquille pour vous. Télé, Playstation, série, sport, révisions pour vos partiels : chez vous, vous avez forcément autre chose à faire.

Alors que chez elle, vous seriez bien emmerdé… « Ah, et on fait quoi maintenant ? On compte nos dix doigts pour voir s’il n’en manque pas et on recommence toute la nuit ? ».

Conclusion : Votre lit, c’est le paradis.

Vous êtes mieux chez vous, vous le savez… Vous contrôlez la fraîcheur du frigo, la chaleur du chauffage, la propreté des lieux, la dureté du matelas : vous êtes comme un poisson dans l’eau, et c’est votre eau !

Et l’argument fatal qui finira de vous convaincre… L’argument qui fait que plus jamais vous ne lui proposerez un petit : « Je te raccompagne ? »… Chez vous, au moins, vous ne risquez pas de tomber sur un CHAT !

Rappel : voici une fille à chat. Vous êtes sûr de vouloir risquer votre vie ?

NB : pour ceux qui se demandent d’un point de vue technique comment on fait pour ramener une fille chez soi…

  1. : on la fait rire pendant la soirée
  2. : on pense au timebridge qui permettra de la ramener chez soi.
  3. : on réfléchit à ce qu’on a à montrer chez soi (collection de timbres, de chaussettes, pile de vaisselle à faire, tableau de peintre, DVD coréen hyper pointu, autographe de Ben Stiller…)
  4. : Stock de bouffe et de boissons (jus de fruits, alcool, thé, café, Evian, etc…)
  5. : on pense à la playlist, aux sons uniques qu’on a envie de lui faire découvrir.
  6. : La proposition : «Viens, on va prendre un dernier verre chez moi», « viens, je vais te faire écouter le dernier Michel Telo », « Viens, j’ai ramené un thé exceptionnel du Monoprix Tibet », « Je te jure que j’ai le lit le plus confortable au monde », « je te jure j’ai gagné le titre de meilleur masseur en prison en 2008 ».

Et vous, vous êtes plutôt match à domicile ou à l’extérieur ?

Sélim, player tout terrain (sauf quand il y a des chats).

banner parler aux femmes Premier soir : chez vous ou chez elle ?
banner parler aux femmes Premier soir : chez vous ou chez elle ?
Banner 50phrases Premier soir : chez vous ou chez elle ?
Banner 50phrases Premier soir : chez vous ou chez elle ?
Bann SexTalk 3 Premier soir : chez vous ou chez elle ?
Bann SexTalk 3 Premier soir : chez vous ou chez elle ?
Bann 16erreurs 1 Premier soir : chez vous ou chez elle ?
Bann 16erreurs 1 Premier soir : chez vous ou chez elle ?
Bann SMS1erRDV 1 Premier soir : chez vous ou chez elle ?
Bann SMS1erRDV 1 Premier soir : chez vous ou chez elle ?
Bann TechniqueAstucieuse v2 Premier soir : chez vous ou chez elle ?
Bann TechniqueAstucieuse v2 Premier soir : chez vous ou chez elle ?
100 COMMENTAIRES
  • Abouta dit :

    Merci pour ce excellent article.
    Moi j’ai un problème. Je suis tombé amoureux de la frangine de mon colocataire. Elle nous rendait visite souvent, une fois je l’ai invité, on est allé au cinéma. J’ai pas pu kiss closer, faute de courage. Après ,elle venu chez nous une fois sur ma demande,on a discuté, la discussion a fini sur mon lit,j’ai tenté le kiss close, ce fut un fail, on s’est endormi, il ne s’est rien passé. J’en ai parlé avec son frère, il pense que je suis un bon parti pour sa sœur.Après on a continué à s’appeler, à s’écrire. Je compte organiser un deuxième rencard, quels sont vos conseils?

    • lex dit :

      Abouta : Tu as lu quelques articles sur la tension sexuelle, ou la kino escalation ? T’en es à quel palier ? Comment s’est passé ce vent que tu t’es prit ? Est-ce qu’elle en a parlé à son frère ?

  • JC dit :

    Entre chez moi et chez elle, il y a l’hôtel. Mais s’il est facile de la faire venir chez soi, en prétextant de lui montrer une collection d’estampes japonaise, j’ai aujourd’hui une situation familiale qui m’en empêche. Et c’est aussi impossible d’aller chez elle pour des raisons analogues. Reste donc l’hôtel, mais comment le proposer (pas d’estampes japonaises à montrer !) ?

1 2 3 4

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)