Les pièges de la drague en club

Publié dans Drague par
ArtDeSeduire.Com

Les pieges de la drague en club Les pièges de la drague en club

Le club, autrefois appelé « boîte » (expression devenue ringarde ou réservée aux habitués d’une ancienne époque) est le théâtre de représentation de toutes les vanités.

Si vous voulez vous faire une idée de la fonction d’un club, imaginez un mini festival de Cannes, version quartier, où vous remplacez les célébrités par des habitués devenus stars d’un soir et vous aurez le meilleur scénario pour comprendre votre jeu de rôle du samedi soir.

Sachez que si vous vous croyez anonyme et discret du fait de ne pas être connu, vous avez tout faux.

Votre tenue, vos gestes, votre façon de consommer, votre entourage, la manière de vous présenter sont minutieusement décortiqués, depuis votre arrivé, par le physionomiste et par les autres habitués à l’intérieur. En quelques secondes vous pouvez tout gâcher. Quant à votre réussite, ça vous prendra plus de temps.

Certains viennent pour s’amuser, d’autres pour draguer. Beaucoup de femmes viennent pour se rassurer de leur capital séduction sans nécessairement « consommer » : femme ayant un compagnon occasionnellement pris ce samedi soir, femme ayant un compte à régler avec les hommes, femme dont le petit copain vient de la quitter et qui n’a la tête que pour se venger des hommes et de se rassurer dans son attitude à plaire ou simplement, lesbienne misandre (qui méprise les hommes, méfiez-vous il y en a de très belles !)…

Bref, la sempiternelle allumeuse. Reste la femme ouverte à toute nouvelle relation, occasionnelle ou pas, et qui selon son capital séduction peut placer la barre plus ou moins haute.

Hommes et femmes ont tous une chose en commun, se donner en représentation (peut-être pas vous) et vivre un rêve d’exhibition après une semaine vécue dans la frustration et l’anonymat.

Oubliez la communication, le bruit la rend impossible, sauf dans les bars lounge (club sans piste de danse) où la musique est moins forte.

C’est le royaume de la frime et du langage corporel, du geste (dans la mesure où la lumière permet de voir les visages), de la tenue vestimentaire et dans une moindre mesure (sauf dans les boîtes de rock de salsa ou de tango) de votre talent de danseur.

Les rituels, signes extérieurs de prestige sont au rendez-vous. Voitures de sport confiées ostensiblement au voiturier devant la file d’entrée, ouverture ostensible des bouteilles accompagnées d’un rituel plus ou moins spectaculaire en fonction du prix du contenu.

Autrement dit, plus vous vous approchez de l’idéal social : (grand, mais pas trop, habillé selon les codes vestimentaires du lieu, à l’aise dans votre corps et dans votre portefeuille) plus vous avez des chances.

Si vous êtes un intellectuel habitué à draguer en fac, continuez votre chemin. De même si vous n’êtes pas assez rapide pour profiter des opportunités qui peuvent se volatiliser en quelques secondes, vous partirez bredouille.

Le timing de la réussite sociale y est important. Comme dans la bourse, c’est un marché des personnalités où se côte la valeur séduction. Ceux qui viennent draguer visent au départ les partenaires les plus côtés pour ensuite baisser leurs prétentions à mesure que la soirée avance.

A la fin de celle-ci, les moins cotés ayant une « valeur séduction » équivalente, finissent peut-être par se rencontrer, si malgré tout ils se plaisent. Pour les autres, après une soirée peut-être bien arrosée, la frustration vient les gagner ; vous avez sans doute entendu parler des bagarres de samedi après minuit.

Quelques lignes de conduite à tenir pour avoir une chance

  • Si vous voulez bien draguer en boite, ne restez pas immobile, encore moins cloîtré à boire et à faire des blagues parmi vos amis sans décoller. Comment ? Bougez tout le temps à la recherche de contacts visuels. Investissez de temps en temps la piste de danse et dansez.
  • Ne partez pas tout de suite. Testez l’ambiance et observez l’évolution de la soirée. En quelques minutes la météo relationnelle peut changer, des partenaires se rendre disponibles, ou l’inverse. Mais sachez qu’à mesure que la soirée avance, l’alcool fait son travail et relâche les mœurs et les esprits. Pour certains ça peut-être bénéfique, mais les connaisseurs préfèrent un jeu loyal évitent ces situations qui de plus, apportent souvent des complications. A vous de juger.
  • Socialisez avec tout le monde, hommes et femmes. Ne soyez pas conventionnel, soyez original. N’attendez pas qu’on vous présente.
  • Restez à l’affût de toute opportunité et ne perdez pas du temps, sautez sur l’occasion. Pas de numéro de téléphone, pas de projets. Vous serez vite oublié. C’est le royaume de l’éphémère.
  • Si vous dénichez une partenaire, ne restez pas sur place. Éloignez-là du groupe. Des que possible, isolez-vous avec elle vers un endroit moins bruyant et moins fréquenté. Un coin du bar, une arrière boutique, une salle d’attente, le vestiaire, etc. Une partenaire qui reste avec vous quelques minutes est un signe que vous avez une chance.

DjyroscoLifestyle Conseil

banner parler aux femmes Les pièges de la drague en club
banner parler aux femmes Les pièges de la drague en club
Banner 50phrases Les pièges de la drague en club
Banner 50phrases Les pièges de la drague en club
Bann TechniqueAstucieuse v2 Les pièges de la drague en club
Bann TechniqueAstucieuse v2 Les pièges de la drague en club
11 COMMENTAIRES
  • Parme dit :

    C’est sûr, draguer en club c’est de la haute voltige surtout quand on n’habite pas une grande ville ! Personnellement, je préfère avoir des contacts féminins infiltrés et éviter d’être avec des mecs, 1 wingman suffit. Ensuite, je n’attends pas de résultat, semer des graines c’est déjà bien et en plus l’entrainement pour les openers etc sera hyper utile pour tous les autres lieux. Et s’il y a opportunité, je fonce mais je ne tente jamais plus de 2 coups pour ne pas être grillé. Ceci est valable dans les petites villes ou l’on est vite repéré. Dans les grandes villes, ce phénomène est quasi inexistant, il y a beaucoup plus de chances.

  • Casanova dit :

    Moi je pense qu’a force de veiller a ne pas faire ceci ou cela tout le temps, on finit par ne plus s’amuser. Ainsi, le jeu de la seduction perd son sens.

  • samtoo dit :

    Moi les boites j’y vais plus depuis longtemps c’est devenu synonyme
    de punition. Filles trop jolies et inaccessibles, donc frustration…

  • hé ouai dit :

    santo pense,filles trop jolies=pour moi=pas de frustration

    té moche,t’as pas d argent,té un peu con,té pas drole santo??

    si oui,y en a combien des gas comme ca qui sortent avec des jolies filles..
    Si tu crois pas en toi les filles ne croiront pas en toi..C’est la base..mec..
    Kénavo..

  • FrenchMikee dit :

    Parme: l’entrainement pour les openers etc sera hyper utile pour tous les autres lieux

    Attention, certains openers ne peuvent être congruents que pour une seule situation. Aussi, je n’utilise le GM Style qu’en soirée(et occasionellement) par exemple.

    Casanova:

    On ne veille pas à faire telle ou telle chose, ces choses font parti de nous, elles viennent donc naturellement. Il y a seulement quelques règles à connaitre.

    Samtoo: Je n’ai jamais vu de fille innaccessible, pourtant je sorts en boite régulièrement…
    AUCUNE fille n’est inaccessible, comme le dit héouai, c’est la base mec.

    Pour ma part, je trouve que cet article résume assez bien la sarge en club et ses travers. J’ai toujours appliqué ces principes et c’est très rentable.

    Mikee.

  • Fred dit :

    Hé bé… Ca n’a pas l’air « cool » vos soirées en boîte… Moi j’y vais plus depuis longtemps et je m’en porte pas plus mal.
    Tout est superficiel, pas mal vulgaire et on se pète les oreilles…
    Je laisse volontiers ça à ceux à qui ça plaît.

  • nicolas dit :

    oui moi j’aime bien les Club mais faut changer régulièrement de lieu et de ville si possible, sinon on se grille trop vite. Et les jolies filles sont plus ouvertes que ce que tu crois, elles aiment bien s’amuser aussi, par contre si ça marche pas le soir, y souvent la possibilité de garder contact après pour prendre un verre ! En fait on y arrive toujours, faut juste aller parler à la bonne personne, au pire à la 20ieme, ce sera positif !
    Courage ensemble nous allons repeupler la France :-p

  • Oz dit :

    Très interessant cet article,très bon rendu de la réalité en club.Un field particulier mais utile pour tester sont niveaux.Les rateaux sont plus dur a encaisser mais le taux d’opportunité est assez élevé.Et comme mentionné dans l’article il y a les détails qui vous grille en un éclair.Pas de superflus,dansez bougez soyez intense…

  • leonard dit :

    je veux 1 n amour

  • Alexcendres dit :

    Si vous saviez comme on se prend la tête nous les mecs. La fille du club regarde autour et se dit : oui…non…oui…non et attend que ça se passe, de toute façon il va se passer quelque chose et elle est même prête à sortir les griffes tellement le pari est gagné d’avance…Arrêtez de vous torturer, vous en attraperez un cancer. NOUS AUSSI on a le droit de rêver et de profiter de la vie comme bon nous semble. A quand une révolution sexuelle masculine !? et à bas les codes issus de la dérive gratuite du girl power !!! C’est vrai quoi, vous croyez vraiment que les hommes ont la toute puissance sur Terre ??

  • Lucky dit :

    Article excellent, attitude pathétique. C’est une vision très négative des clubs. Perso j’ai eu de très bonnes expérience dans les clubs et si on a une bonne attitude le pire qu’il peut arriver c’est de vous faire rejetter de manière subtile et pas irrespectueuse du genre « jai un copin » « désolé pas intéressée »…Ça fait pas si mal, suffit juste d’être direct sans être insistant et d’attendre le moins possible. Tu marche 1ere seconde tu la vois 2e seconde tu souris, 3e seconde tu approche, même si cest juste avec un simple « salut ». Si ça marche pas eh bin tu va t’en remettre crois moi.

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)