Comment mieux communiquer avec les filles ?

Publié dans Drague par
ArtDeSeduire.Com

mieux communiquer avec les filles Comment mieux communiquer avec les filles ?

S’il y a bien un domaine où l’on doit tous s’améliorer, c’est celui de la communication. La séduction, au fond, n’est rien d’autre qu’une forme spécifique de communication, où votre message doit trouver l’oreille et troubler l’esprit de la fille qui vous plaît tant.

Ce qui bloque le plus souvent dans la phase de séduction ou en couple : les attentes des uns et des autres, et le fait qu’elles ne soient pas en phase… Résultat : la communication ne passe pas !

Dans cet article, je reviens sur les bases de la communication interpersonnelle pour vous aider à mettre toutes les chances de votre côté quand vous voulez séduire une fille !

Intelligence. L’action de comprendre. Comprendre la fille assise en face de vous. Comprendre les motivations secrètes qui l’animent. Décrypter son discours, ses envies, sa manière de fonctionner dans la vie. Accéder au cœur de ses valeurs pour anticiper ses décisions et devancer ses désirs.

Les grands séducteurs ont ce trait en commun : ils savent lire clair dans le jeu des filles en face d’eux. Un bref rappel avant de commencer : on n’est pas là pour manipuler les filles, on est là pour séduire, pour jouer à deux, pour faire de vraies rencontres qui donneront de belles histoires d’amour.

Bien communiquer vous permettra à la fois d’améliorer vos chances avec les filles, mais aussi de mieux réussir vos entretiens d’embauche et d’avoir des rapports plus pacifiés, plus faciles avec TOUT le monde, du chauffeur de taxi à la dame du guichet en passant par vos profs et vos collègues de bureau.

Le schéma de la communication

Si vous tapez « schéma de la communication » sur Google, vous verrez une multitude de cartographies, de dénominations pour une même action. J’ai donc pris le schéma le plus simple pour nous.

Dans un contexte de séduction où vous voulez séduire la fille en face de vous, ça donne ça :

schema Shannon Comment mieux communiquer avec les filles ?

  • Le message codé dans votre tête, c’est « Jeune fille, tu me plais, et j’ai bien envie qu’on sorte ensemble. » C’est ce que vous voulez lui dire.
  • Le canal, ça peut être Tinder, des SMS ou de la communication verbale, en face à face.
  • Le décodage, c’est le processus nécessaire pour que la fille reçoive le message. Comment va-t-elle l’interpréter ? Comment va-t-elle l’apprécier ? Comment va-t-elle réagir ?
  • Les parasites. Enfin, le gros souci, l’incontrôlable souvent, ce sont les bruits parasites. En boîte de nuit, c’est tout ce qui va venir compliquer la réception de votre message, tout ce qui va détourner l’attention de la fille : musique trop forte, alcool, concurrence des autres mecs de la soirée, son téléphone qui vibre dans sa poche, ses copines qui veulent danser, son ex qui veut ressortir avec elle. Tous ces facteurs empêchent votre message d’arriver 100% pur dans sa tête…

On va prendre un exemple simple de communication qui a du mal à passer pour illustrer le schéma.

En boîte, vous abordez une fille, commencez à vous moquer d’un gars qui danse n’importe comment sur la piste et partez boire un verre avec elle.

  • Vous lui dites : « J’ai bien envie de te revoir ». Elle comprend : « J’ai envie de te baiser. »
  • Vous lui dites : « Tu es différentes des autres. » Elle comprend : « J’ai vraiment envie de te baiser. »

Je peux dérouler la liste à l’infini comme ça. Vous en avez forcément connues, des filles qui pensaient que vous étiez un beau parleur, un Don Juan qui ne pensait qu’au sexe. Pourquoi ?

Parce que le cadre ne joue pas en votre faveur. Une boîte de nuit, c’est rarement l’empire de la sincérité. Sur Tinder, c’est pareil : ça sent plus la consommation à la chaîne de plans culs que de rencontres sincères.

De plus, vous n’êtes pas le premier à l’aborder, elle a déjà vécu ce genre de situations, elle sait ce que ça veut dire et comment ça se finit.

Résultat : quel que soit votre niveau de sincérité, les bruits parasites dans sa tête l’empêchent de recevoir votre message d’origine, plein de bonnes intentions…

Mais alors, comment améliorer la communication pour séduire les filles ?

Etape 1 : Eviter les mensonges

Des études ont été faites sur les sites de rencontres et les profils des participants : tout le monde ment !

Confessions intimes : laissez-moi vous raconter pourquoi j’ai arrêté de mentir pour séduire. J’avais rencontré cette bombe en soirée, on s’était embrassé, on avait échangé nos coordonnées, et j’avais prévu de la revoir pour coucher avec elle.

C’est pas tous les jours que tu es sur le point de coucher avec une dauphine de Miss France quand même ! J’avais 23 ans, en 2008, et je lui avais dit que j’en avais 32… Elle en avait 28 je crois.

Elle a eu le réflexe que toutes les filles ont avant ou après un premier rendez-vous : elle a cherché mon nom sur Google. Et a bien vu que le CV mytho inventé et l’âge ne correspondaient pas à la réalité exposée sur LinkedIn ou Viadeo.

Résultat : quand je l’ai revu, j’ai juste eu l’air d’un mytho. Bien évidemment, rien ne s’est passé entre elle et moi : quand on détruit la confiance dès le début d’une relation avec une fille, il est impossible de la retrouver par la suite.

Les filles peuvent pardonner, mais n’oublient pas.

Si vous voulez vraiment vivre une histoire d’amour avec une fille, ne lui mentez pas, dès le début. Soyez clair sur vos intentions, même si vous ne voulez que coucher avec elle ! Certaines filles sont OK pour l’aventure, sortent de longues histoires et veulent s’amuser un peu aussi !

Pas la peine de leur faire croire que vous les aimez pour coucher avec elles !

Améliorer les bases de votre communication avec les filles

Les points communs pour mieux communiquer

Vous pensez avoir déjà tout bon dans votre storytelling ? Vous savez vous raconter sans vous la raconter, vous savez braquer les projecteurs sur les points-clefs de votre histoire ?

Ça ne suffit pas ! En relisant une étude sur les entretiens d’embauche, j’ai retrouvé les points suivants :

« Les candidats qui réussissaient le mieux étaient ceux qui avaient des points en commun avec les recruteurs, ceux qui avaient eu l’air sympathique, ceux qui avaient pris du temps pour dire du bien de l’entreprise pendant l’entretien. »

En gros, les bases des dynamiques sociales ! Je le répète, encore et toujours mais votre objectif est de tout faire (dans les limites de votre dignité) pour que la fille en face de vous se sente à l’aise en votre compagnie !

Ce que je vous recommande, sans aller relire tous les articles sur la PNL pour séduire : l’utilisation des points communs. C’est un des meilleurs moyens de se rapprocher d’une fille… en plus du rire !

Concrètement, même si vous êtes un expert en votre domaine, mais que vous n’avez absolument rien en commun, il va être dur de la séduire. Ou alors, elle sera complètement dans l’adoration, elle vous admirera, mais ça ne pourra pas être réciproque…

La solution : consacrer une demi-heure de temps à autre à la lecture de magazines féminins, ou d’articles de blogs de filles. Toujours sympa de voir ce que lisent les filles, ne serait-ce que pour se moquer gentiment après !

Rire et sourire pour mieux séduire

Vous n’imaginez pas le nombre d’apprentis séducteurs tétanisés par l’enjeu de la rencontre qui perdent tout simplement leur joie de vivre et leur sourire !

La rencontre, c’est avant tout une opportunité d’apprendre des choses ! De découvrir un nouvel univers ! Le sexe ne doit pas être une finalité qui vous paralyse.

Pour résumer, dans le grand jeu de la séduction, mieux vaut un comique intelligent et flexible en termes de conversation qu’un Terminator froid et préprogrammé qui oublierait de sourire !

Le bonheur est communicatif, le rire et le sourire aussi ! Au pire, allez faire un tour sur cet article : 30 blagues de secours pour faire rire une fille !

Émotions VS logique

Le dernier point que je soulignerai si vous souhaitez mieux communiquer avec les filles est plus compliqué à maîtriser.

Il va s’agir d’apprendre à éteindre votre cerveau. Apprendre à vous prendre moins au sérieux. Arrêter de tout analyser et profiter de l’instant présent. Je rencontre trop de jeunes séducteurs qui ont des séquences toutes prêtes dans leur tête mais qui n’arrivent pas à se laisser aller, qui n’arrivent pas à improviser.

Je vais prendre un exemple caricatural : un mec qui veut convaincre une fille de sortir avec lui. C’est son meilleur ami. Il croit la comprendre. Et veut prendre la place des bad boys qui brisent régulièrement le cœur de sa meilleure amie.

Ce qu’il croit comprendre : que la fille en a marre, qu’elle recherche de la stabilité, qu’il lui faut un mec comme lui.

Ce qu’elle dit vraiment : « J’adore t’avoir à mes côtés, tu es un garçon très logique, tu sais m’écouter, mais je préfère vivre des émotions fortes, bonnes ou mauvaises mais qui me transportent, qui me font me sentir vivante avec ces sales types. Avec toi, je pense que je m’ennuierais. »

L’exercice que vous devez faire : interrogez-vous sur votre capacité à laisser place aux émotions dans votre vie ! Des grandes joies devant le foot ? De grandes tristesses suite à des mauvaises nouvelles ? C’est tant mieux, c’est bien : vous êtes humain !

Les filles ont besoin d’hommes qui vivent leurs émotions, qui sauront communiquer avec elles, pas de robots froids, calculateurs ou manipulateurs !

Qu’est-ce qui vous bloque le plus quand il s’agit de communiquer avec les filles ? La confiance en vous ? Ou des choses à dire ?

Sélim, coach en séduction

banner parler aux femmes Comment mieux communiquer avec les filles ?
banner parler aux femmes Comment mieux communiquer avec les filles ?
Banner 50phrases Comment mieux communiquer avec les filles ?
Banner 50phrases Comment mieux communiquer avec les filles ?
Bann TechniqueAstucieuse v2 Comment mieux communiquer avec les filles ?
Bann TechniqueAstucieuse v2 Comment mieux communiquer avec les filles ?
66 COMMENTAIRES
  • Gecko dit :

    Cet article hyper-intellectualisé, que j’ai trouvé profondément ennuyeux à lire donc finalement nullement communicatif (pour moi) coupe les cheveux en quatre sur la communication comme n’importe quel esprit cartésien pourrait le faire de lui-même de manière stérile, pour finir sur seule une conclusion presque drôle par décalage au reste : ne soyez pas trop logique, ne soyez pas ennuyeux (alors que tout l’article l’était), soyez vous mêmes, soyez spontanés, soyez drôles.

    LOL en gros faites ce que je dis pas ce que je fais.

    Je dois faire quoi avec ça ? Des efforts pour devenir drôle ?
    Si j’ai pas envie de rire ni de faire rire, je dois jouer un rôle, me forcer à sourire pour imiter les « mecs marrants » ? (LOL : Etre Cocky & Funny …)
    S’il fallait contredire que séduire s’apprend tout en restant soi-même on est pas loin de l’évidence ici.

    Sa me rappelle un commentaire musicologique sur le final de la symphonie n° 5 de Chostakovitch. Le compositeur aurait lui-même déclaré plus tard : « Il ne s’agit évidemment pas d’une apothéose. Il faudrait être un parfait imbécile pour ne pas l’entendre. L’allégresse se trouve obtenue de force, sous la menace comme dans Boris Godounov. C’est comme si on nous frappait à coup de matraque tout en exigeant : vous devez vous réjouir, vous devez vous réjouir. »
    http://www.youtube.com/watch?v=T1h1NJMKtnc

    J’ai eu la chance – pour moi – d’écouter en concert cette symphonie interprétée par un talentueux chef d’orchestre français il y a bien 10 ans. J’étais allé seul à ce concert, sans aucun Social Proof (pourquoi donner des perles à des cochons qui n’y comprennent rien ?) et des guignols de mon entourage qui s’imaginaient vouloir mon bien en s’inquiétant à ma place de mon célibat tardif endurci devaient espérer que cette sortie exceptionnelle (pour l’époque) allait être l’occasion de ma rencontre avec l’ « âme sœur ». Comme par hasard, une HB 9 (et je suis sévère en notation) sortie seule aussi (on me croyait dupe ?) était assise à côté de moi – loi du point commun grossièrement arrangé. Sauf que j’étais tout vêtu de noir très sobre et d’une chemise blanche, et d’une écharpe rouge (c’était en hiver) son look était basé sur un bête jean’s bleu. J’aime les nanas cool mais CT pas le bon contexte… Sa puait juste l’entremise, la rencontre fabriquée, la violation collective et sociale de ma liberté de choix. Même si elle était belle et que je n’y étais pas insensible, elle sentait bien que j’étais juste + attentif à écouter la symphonie qu’à elle. Needie en désespoir de cause apparemment, à la fin la symphonie, voulant apparemment appuyer sur son enthousiasme à mes yeux alors que chacun, comme moi, bien qu’appréciant visiblement, applaudissait flegmatiquement, elle a cru bon de se lever en applaudissant et de lancer un « ouai-ai-ai » ce que dans ce contexte elle était seule à faire. Alors que je cherchais quand même un opener, je me suis dit « elle se croit au concert de Michael Jackson ? », je l’ai vraiment vue comme une conne qui simulait un intérêt, j’ai alors renoncé à lui adresser la parole et ne regrette (presque) rien.

    Certains mecs sont logiques, et pas marrants, et même volontiers pessimistes, ils sont comme ça, si ils ne sont pas séduisants comme ils sont, il n’y a rien à faire, un point c’est tout. A moins de renier ses valeurs, sa propre personnalité, ce qui ferait tomber l’Inner Game dans un potentiel de séduction moindre encore.

    Je raisonne comme un mâle dominant : c’est pas à moi de la faire rire si j’en ai pas envie, c’est à elle d’abord de me distraire, de m’attirer par ses vêtements, son attitude, son BL surtout en NPU. C’est à elle à m’amuser, à me stimuler pour me mettre naturellement dans le bon état d’esprit.
    Je n’ai pas besoin d’elle, donc si elle ne m’apporte pas un plus, la dynamique mentale de drague n’existe pas, on est dans la pure simulation, ne rien faire est presque mieux : c’est la communication du rien sans mensonge.

    Pas trop d’abordage systématique en rationnalisant les objectifs donc.
    Je dois l’attirer tel que je suis, même logique, pessimiste et sombre si c’est comme ça que je suis ou que j’ai envie d’être temporairement ou non, et c’est à elle de faire une forme de premier pas par des IOIs que je ne valide que si ils m’excitent vraiment, et c’est pas gagné d’avance, un point c’est tout, attraction is no choice.

    • k43l dit :

      « LOL en gros faites ce que je dis pas ce que je fais. »

      Un peu comme toi en faite non ?

    • Gecko dit :

      G écrit LOL en majuscule, k43l ;)

    • Etienne Ldva dit :

      Salut Gecko,
      Ton pseudo (probablement tiré de Gordon Gecko) m’a ravi, mais ton commentaire m’a déçu…

      L’article en lui-même. Il n’est pas mauvais mais n’approfondi pas réellement le pourquoi de certains points et c’est dommage. On voit encore une fois d’après moi un blog tenu par des passionnés qui aimeraient développer mais qui sont bridés par l’obligation d’une vulgarisation et d’un côté vendeur de manière à gagner leurs vies. Tu parles d’ailleurs toi même d’hyper intellectualisation ? Imagine si l’article avait été plus poussé ? A côté de ça cette article grâce aux remarques de Selim comme sur le fait de ne pas mentir montre enfin de la séduction et non plus de la drague (on drague avec des techniques, mais on séduit avec SA personnalité).

      Passons à ce qui m’a donné l’envie de te répondre brièvement : ton commentaire.

      – On décèle dans ton écriture une sorte de besoin de se mettre en avant. Tu me fais penser à une des nombreuses personnes en séduction qui n’ont aucune réflexion sociologique, philosophique ou encore psychologique nécessaire à « l’inner game » réel dont tu parles. Tu es probablement sans t’en rendre compte la marionnette des ton passé et de tes lectures. Une des nombreuses personnes s’étant créée une carapace par peur du réel. Je ne m’attend pas à ce que tu comprennes maintenant, mais je ne peux que te conseiller de commencer à travailler sur cela en te posant par exemple la question que je pose aux gens comme toi : est-tu sûr d’être une personne ayant confiance en soi ? Certain ? Tant mieux, tant que ce n’est pas à force de paraitre que tu as fini par réussir à croire ton propre mensonge c’est bien…

      – Toutes les personnalités sont capables de séduire tant que l’on pousse l’amélioration dans celle-ci. Le bad boy ou le nice guy peuvent séduire. La différence est que le bad boy devra apprendre que parfois il doit dévoiler son ressenti sur cette chose ou celle là pour que la fille puisse se rendre compte de qui il est vraiment alors que le nice guy devra par exemple apprendre à dire non. Ils ne trahissent pas leur personnalité profonde, ils ne font que réparer les erreurs du passé ayant laissé des traces !

      Bref, je pourrais en parler plus longtemps mais je suis pressé.
      Etienne

    • Gecko dit :

      Que tu sois pressé ou non, ne perds pas ton temps à m’en parler + longtemps, ici, Etienne. Si tu veux vraiment discuter personnel avec moi rejoins-moi sur le forum où j’ai le même pseudo.

      Tu me proposes un travail sur moi en me demandant si je suis sûr d’avoir confiance en moi ? Certain ?
      La réponse est « Oui. » et « Oui. ».
      Le travail est fini.

      Le coup de l’aliénation inconsciente, (être la marionnette de son passé, la carapace pour se protéger de la peur du réel), belle lurette que j’ai dépassé ce stade. Je suis conscient de mes carapaces, elles sont volontaires et j’assume les peurs de ce de quoi je veux me protéger.

      Mon honnêteté est telle vis-à-vis de moi comme des autres que j’ai conscience même de manquer de diplomatie dans cette intervention. Ce n’est pas pour me mettre en avant, mais pour contester une tendance à aliéner les personnalités au nom de la séduction en les mettant en quelque sorte sous tutelle.

      Je n’ai pas du tout choisi mon pseudo en fonction de Gordon Gecko du film Wall Street dont à l’époque je ne connaissais même pas l’existence, même si j’ai compris ensuite pourquoi beaucoup y ont pensé. Je l’ai choisi à cause de l’animal nocturne (NPU) aux pattes à ventouses (tactile en séduction), c’est aussi bête que ça, mais aussi parce que lézard est une façon de dire « erreur » « problème », il va dans les failles et signale leur existence. Il est aussi réputé paresseux, il lézarde : séduction basée sur l’Inner Game, méthode du séducteur paresseux selon John Alexander que je confirme. Je ne base pas mon Inner Game sur des connaissances universitaires en psychologie ou en sociologie, et approfondir ces sujets ne m’intéresse pas à mon niveau de séduction. Je considère que mon Inner Game est simplement naturel. Je m’oppose ainsi souvent au volontarisme en séduction, à la trop grande considération des résultats objectifs, au nom de la spontanéité. Il y a aussi l’allégorie de fascination négative du séducteur reptile aux yeux de serpent tentateur voire hypnotique, avec une idée de symbole phallique. Ce qui confirme d’ailleurs à quel point renier une certaine négativité personnelle rendrait mon jeu de séduction inauthentique, c’est l’idée-force de mon intervention. Il y a aussi que, étant passionné d’armements et de sujets militaires, Gecko est le nom de code d’un système russe de missiles anti-aériens (SA-8) dont j’apprécie l’utilité stratégique, faisant souvent le parallèle entre game de séduction et opérations militaires. Voilà tout le monde saura tout sur le choix de mon pseudo.

      Le mot réel que tu utilises plusieurs fois ne peut se référer qu’à ta propre perception du réel. La mienne me montre qu’elle est faillible d’entrée de jeu.

      Connais-toi toi-même à l’autre bout du net, me connaître moi-même je m’en charge.

    • Sélim dit :

      Hello Gecko,
      quand je lis tes déclarations, parfois, ça me déprime. Ce manque de flexibilité…
      J’ai beau te le répéter depuis quoi ? 3, 4 ans ? Cette négativité me gonfle.
      Quand je lis un programme aussi « figé » il faut être comme-ci, il faut être comme-ça, je me dis que tu passes à côté de vraies rencontres…
      L’Inner game et l’intelligence ont leurs limites.
      « L’homme n’est ni ange, ni bête, et le malheur veut que qui veut faire l’ange fait la bête. » Pascal

    • Gecko dit :

      Me montrer exaspérant n’est pas mon but en soi, Sélim.
      Mais « Ce manque de flexibilité… Cette négativité me gonfle. »
      Le désaccord est réel et bien résume là. El il ne porte pas sur le constat.

      Mon commentaire est un vrai coup de gueule vis-à-vis d’une tendance claire que je décèle à la fin de l’article à vouloir voir évoluer des gens (comme moi) d’une personnalité A à une personnalité B (rire et sourire et émotion vs logique) au nom de l’objectif séduction pour coller à un modèle (PUA).

      Ce serait aussi une façon de faire la bête en voulant faire une autre sorte d’ange. L’ange que je veux faire, je le choisis, je n’en changerai pas juste pour la séduction, et tu sais bien que j’ai raison sur ce point.

      Pour passer à côté d’une vraie rencontre, il faut des personnalités qui soient vraiment compatibles. Ce n’est pas en se forçant à des émotions ou de l’humour qui ne viennent pas de soi. Apprendre des techniques de drague est une chose. Aliéner, travestir sa sensibilité, sa façon de penser, son authenticité fut-elle obstinément « négative » en est une autre.

      Je préfère recadrer sur le principe ADSien de rester soi-même mais en mieux.

    • damub dit :

      Je pense qu’en fait tu as un type de tempérament qui n’est pas adapté à ce site. Tu parles toi-même de rationalité, je pense qu’il est important que tu apprennes plus de toi-même d’abord, par exemple en lisant le livre de Keirsey. Tu te rendras compte que la séduction telle qu’ADS la décrit est principalement une affaire d’Artisans et non pas de Rationnels. Une fois cette distinction comprise, on peut faire la part des choses.
      Maintenant l’article est intéressant car la communication est importante et c’est ce qu’il m’a manqué pendant pas mal de temps, amenant à des problèmes de communications entre moi, Rationnel, et les autres. La gestion des émotions est généralement le truc qui nous manque.
      Sinon, j’aurai fait la même chose que toi avec cette fille.

    • Gecko dit :

      Mon tempérament ne serait pas adapté à ce site ?
      J’en arrive à penser bien pire : il ne serait pas adapté à la séduction, et même, ne serait intrinsèquement pas séduisant.

      Je reconnais qu’il y a de ça, mais n’estime pas réaliste ni opportun de changer de personnalité. Ce caractère a même son charme à mon avis, un avatar spécial de bad boy.

      Sa ne m’a en effet pas empêché de séduire (closer) de temps en temps et de progresser à mon rythme, donc…

      Avec cette fille, je ne connaissais pas ADS, il y a 10 ans ça ne devait même pas exister, j’avais mes façons de draguer mais manquais de méthode et surtout de systématisme. Ce serait aujourd’hui, opener-neg 3SR : « On est pas dans un concert de Michael Jackson. » (et pan !) + essayer d’en savoir + sur ses goût en musique classique, l’inviter à illico prendre un café dans un bar tout de suite à la sorite du concert et demander son tél, pour un ADSien C pas sorcier, au lieu d’en rester sur un préjugé d’intuition sociale. Je risquais quoi ? Séduire c’est donc aussi une question de culture, pour avoir les bons réflexes dans les situations + ou moins inattendues. C’est pas tant la peur qui gène que la difficulté d’inventer l’eau chaude, la bonne manière de gérer la rencontre dans des circonstances imprévues.

      Cette anecdote n’en reste pas moins un contre-exemple à méditer en matière de communication, en particulier sur la spontanéité de la démarche, l’intuition sociale, le caractère parasite de la pression sociale et de la qualité du rapport à l’entourage social.

      Sélim a peut-être raison de considérer que je suis passé à côté d’une vraie rencontre pour ce coup là, mais par manque de technique et pas de personnalité. Par ailleurs, ADS n’existait pas donc voilà aujourd’hui je gèrerais autrement et ça serait en tout cas surement pas moins bien (et même probablement concluant pour un coup comme ça). ;)

      Il faut dire aussi qu’il y a 10 ans et +, les 06 étaient encore rares, j’en avais un des premiers, une énorme antiquité de technicien, CT pas encore pour les filles, elles avaient pas encore la culture là. Demander son tél à une femme ça l’impliquait bien +, les vieux tél fixes faisaient dring la nuit sans qu’on puisse trop mettre de messagerie, c’était pas discret vis-à-vis d’un éventuel compagnon etc… Donner son tel à plein de mecs comme aujourd’hui CT l’assurance de tomber vite sur un harceleur relou, les numéros s’affichaient pas, on pouvait pas savoir qui appelait, bref pour qu’une femme donne son tel y a + de 10 ans, fallait vraiment qu’elle soit amoureuse !

      Avec les mobiles et internet sans oublier les sites de séduction, la drague a quand même bigrement évolué en mieux. ;)

    • damub dit :

      Je n’irai pas aller jusqu’à dire pas adapter à la séduction, mais presque.
      Mais est-ce une tare ? Non ! Tout le monde n’a pas besoin de ce « jeu », du tableau de chasse, et il est parfois plus important d’avoir une connexion psychologique qu’une demi-molle.

    • Gecko dit :

      Oui la demi-molle en tant que but en soi et + s’obtient facilement devant un écran d’ordinateur (avec du porno). Et même seulement avec la main.
      La séduction n’entend pas se satisfaire de si peu, c’est clair…

    • Sélim dit :

      D’accord pour l’évolution de la drague, depuis mon premier 06, en 1998…
      Pour ce qui est de ton caractère : tu es comme tu es, soit.
      Nous, au fond, on s’en fout, c’est toi qui fais le choix d’être ainsi, de changer ou de ne pas changer.
      Les règles du jeu social, nous ne les écrivons pas : nous les constatons. Après, chacun est libre de s’adapter, et de créer SA propre réalité !

    • Gecko dit :

      Effectivement : voir « Comment Devenir un Mâle Alpha » par John Alexander,
      Chapitre 9 : « Créer Votre Propre Réalité Forte »
      ^^
      []<– Je sors…

    • LUCE dit :

      Gecko, me soûle… Il fait comme « un enfant capricieux » : je suis comme je suis… Je n’ai pas à changer d’un iota. bla bla bla. Un enfant, capricieux et égoiste.

    • Gecko dit :

      LUCE l’enfant n’est pas rationnel justement… Il est l’expression même du désir.
      Revoir la fin de l’article : un enfant capricieux va communiquer des émotions à la fille, au contraire d’un Nice-Guy, elle sera sûre de ne pas s’ennuyer. ^^

      Pour le psychanalyste Pierre Daco cependant, la fonction pensée (rationnelle, technicienne) est essentiellement virile, la féminité tendant vers les 3 autres fonctions : intuition, sentiment et sensation. Un mec « intellectuel » devenant facilement sérieux, austère et pessimiste, énervé par l’humour « bête », donc moins séduisant sur le mode C&F (c’est l’idée centrale de l’article, le fameux éteindre son cerveau) peut se rattraper par la virilité de sentiments « négatifs » (d’un point de vue souvent social – c’est l’attrait du bad boy) tels qu’un côté poète maudit, une certaine violence (surtout intellectuelle ou de sentiments), la confiance déterminée en ses propres idées, le calcul et le self-control.
      A condition que le désir soit présent et s’exprime.

      Dans mon premier commentaire, je n’ai pas pris l’exemple de Chostakovitch par hasard, ce compositeur cumulait bien tous ces caractères.
      De la vidéo proposée, un autre aspect non formalisé de mon intervention n’a pas été commenté : le potentiel communicatif de la musique et du BL, en particulier du regard pour exprimer de tels sentiments, modes communication d’émotions précieux vis-à-vis des femmes pour une vieille bête de NPU comme moi ou d’autres adeptes.
      http://www.youtube.com/watch?v=7w1Qo1awwI4

    • lex dit :

      Luce : Deux pseudo, même mail, même IP.
      LUCE et Mlikia sont la même personne.

      Ce genre de moyen subversif dans un débat, et de surcroit pour attaquer un membre n’est pas toléré ici.

    • Derek dit :

      Ok Gecko, je t’ai lu avec attention.

      Il y a beaucoup de choses qui posent soucis dans ton raisonnement.

      Le premier est que selon toi, tu ne devrais pas faire d’efforts pour séduire, que c’est à la fille de démontrer de hautes valeurs.

      Ce avec quoi je ne suis pas du tout d’accord.

      Une relation se construit à deux. Donc il n’y a pas qu’elle qui doit bosser.

      Si tu as bien saisi les dynamiques sociales, tu dois savoir qu’avec ton comportement, ta valeur sociale est faible, donc tu attireras d’autant moins les femmes naturellement que tu nous la joue exigeant.

      La guerre d’égo ça va bien 5 minutes. Mais à ce compte là, mieux vaut que tu restes seul, c’est encore le mieux…

      Avec ton attitude, tu ne mérites pas un plus grand cercle social qui te validerai comme tu le souhaite.

      Bref tu agis comme un enfant gâté, qui attend que tout lui tombe dans la bouche.

      On ne te demande pas de te soumettre à une femme, non. Juste d’avoir bien tendu toutes tes perches. Donc oui, de faire un certain travail. Et ce travail peut-être fait sans te vendre.

      Je connais des manières de faire un compliment à une fille, qui ne fasse pas needy. Ca existe, donc c’est possible, il faut juste s’en donner les moyens.

      Car là en gros, tu nous dis que tu accepteras le deal, uniquement si les conditions et la fille vont strictement dans le sens ou tu as pensé la séduction !

      Donc je te le dis direct : ça ne marche pas comme ça. Des fois les filles disent de la merde, font quelque chose qui va te sembler absurde. Est-ce que cela annule la relation et qu’on doit les prendre de haut ?

      Non.

      Donc sincèrement travaille ce point, sinon tu continueras de ne pas avoir de choix.

      L’attraction EST un choix. Tes actions allant dans un certain sens bénéfique à une noble construction sociale, tu nourris un bel innergame, ton visage s’anime, tu t’épanouis, et je t’assure que tu deviens attractif.

      En tout cas beaucoup plus attractif que ce que tu nous raconte comme histoire dans tes commentaires ! Et ça, l’état d’esprit fait tout.

      Intellectualiser le game à en devenir méprisant va juste te confronter à plus de frustration et d’impossibilité.

    • Gecko dit :

      Nan mais Derek, ça va.

      Tu dis m’avoir lu attentivement mais j’ai pas l’impression que tu ne m’as pas bien compris.

      G pas dit que j’avais aucun travail à faire, j’ai dit que j’agissais que si la fille me faisait vraiment envie.
      Si elle passe 2 heures devant son miroir avant de sortir par exemple, c’est que finalement, le vrai premier pas c’est elle qui le fait, se rendre attirante, c’est son rôle, et si le résultat n’est pas là, c’est un échec pour elle et moi je m’en fous et je ne vais pas l’aborder si elle ne m’attire pas, c’est une question d’authenticité, c’est tout. Je n’ai pas besoin d’elle. Il ne faut pas être needy.

      Tu penses que cette attitude ne me rends pas attractif, j’ai pourtant des résultats à mon actif sur le plan pratique, et sur le plan théorique, ça s’appelle le prizing. Tu peux nier le principe, je te confirme que pour moi ça marche à peu près comme je veux.

      Tu dis que je ne mérite pas un cercle social, si tu m’as lu attentivement, tu dois comprendre qu’à la base, j’en ai un tout petit peu rien à cirer de mériter un cercle social. Le social je le gère c’est tout, je sais que c’est important, je le travaille mais j’accepte pas de diktat, je reste indépendant, c’est mon choix parce que je pense que pour moi c’est mieux.

      Depuis internet, tu ne me connais pas, comment peux-tu juger ?
      Je relate une anecdote, tu as l’air de généraliser et d’en tirer des conclusions sur tout mon game et toute ma vie, et porter des jugements, autre erreur. Même si je parle d’une expérience, c’est pour illustrer un point de vue sur des principes généraux, pas pour faire étalage de ma personne, de mon game, ou demander des conseils personnalisés. Il y a le forum pour ça et j’y suis. Là je commente un article, ça devrait se limiter à ça.

      Enfin, « attraction is no choice » c’est une citation approximative de David DeAngelo. Si tu n’es pas d’accord avec David DeAngelo, vois avec lui, moi, ça va, je peux me tromper mais j’ai pour ma part l’impression d’avoir bien compris ce qu’il voulait dire.

      Donc Derek je te suggère d’approfondir certaines notions théoriques et pratiques de séduction pour rendre tes commentaires + crédibles.
      Et de redoubler d’attention pour être sûr de bien comprendre ce que tu lis.
      Et de rester dans le sujet de l’article et pas dériver sur des jugements personnels ou des conseils que je n’ai pas demandé.

    • mr.d dit :

      Bon tout d’abord Gecko laisse moi te dire bravo, tu enchaines les réponses intelligentes avec un parfait niveau de langue et une excellente culture. Tous cela me laisse penser que tu dois ètre quelqu’un de très intéressant dans la vie courante.
      Mais…
      Avec l’avis que j’ai pu me faire sur tes quelques réponses ( qui n’est donc pas forcément représentatif de la réalité ) je pense que tu possède un égo un petit peu trop important. En sois ce n’est pas un mal mais parfois il faut aussi savoir faire preuve d’humilité, savoir dire que meme si tu est plus intelligent/culturé/etc… que la personne en face de toi, tu vas lui laisser avoir raison meme si elle a tort, simplement pour t’éviter une discussion stérile et par la suite, perdre un/e futur/e ami/e ou target. Après je peux comprendre que tu n’en vois pas l’interet, mais s’est avec une logique pareil qu’on finit avec docteur House ( je caricature et oui mes références sont pourries ), un connard finit qui ne fait que rabaisser les autres et se faisant perd une grande partie de ses amis.

    • damub dit :

      Je ne pense pas qu’il faille voir ça comme un ego, mais comme un mode de vie. C’est le souci de ce type de personnalité (dont je fais partie). La majorité de la population ne nous comprend pas, mais on s’en moque.
      Le point crucial qu’on essaie de vous montrer, c’est justement que tout le monde ne fonctionne pas comme vous !

    • Derek dit :

      « Tu penses que cette attitude ne me rends pas attractif, j’ai pourtant des résultats à mon actif sur le plan pratique, et sur le plan théorique, ça s’appelle le prizing. Tu peux nier le principe, je te confirme que pour moi ça marche à peu près comme je veux. »

      -> Oui mais j’ai l’impression que tu ne travailles que les points du game qui se rapportent à ton égo. Qu’il est facile de tout miser sur le prizing quand on se sent au dessus de la masse. Cela paraît très attractif (pour le coup !) Cultiver ses point forts est très bien. Mais il vaut mieux travailler ses points faibles. Aller contre-courant. Quand on est dans un DP c’est indispensable. Se dépasser en quelque sorte. Mine de rien le prizing est juste la « technique » qui valide ton comportement d’exigence alors que tu devrais développer ton game dans l’ouverture. Avec des techniques comme le story telling par exemple. Captiver le plus de monde possible.

      Le game n’est pas un truc pour péteux qui se sentent supérieurs car ils « savent » tout des mécaniques relationnelles. Il faut un peu de magie et d’âme, de simplicité.

      Tu vas encore me dire que ça va changer ta personnalité. Au contraire… Tu vas la magnifier. Cette exigence que tu montres te servira pour lêcher la moindre partie de ton histoire (si on reste sur le ST) et du coup, ta personnalité sera au service de nouveaux outils. Des outils qui combleront les manquement éventuels de ton game actuel.

      « Depuis internet, tu ne me connais pas, comment peux-tu juger ? »

      -> Je ne te juge pas, je discute avec toi de ton état d’esprit. Un commentaire que tu le veuilles ou non dit beaucoup de choses, surtout quand ils sont développés dans la profondeur. Ne serait-ce que l’analyse que tu fais de ton anecdote.

      « Enfin, « attraction is no choice » c’est une citation approximative de David DeAngelo. Si tu n’es pas d’accord avec David DeAngelo, vois avec lui, moi, ça va, je peux me tromper mais j’ai pour ma part l’impression d’avoir bien compris ce qu’il voulait dire. »

      -> Je me méfie des gens se basant exclusivement sur la théorie pour défendre un point de vue. La plupart des conseils de ces mecs sont mal compris voire poussés à l’extrême. Chaque cas est différent. Moi je l’ai compris d’une certaine, toi d’une autre. c’est la vie. Mais pour le reste : en fin de commentaire, tu me suggère ni plus ni moins de réviser mes classiques.

      DeAngelo parlons-en, il a une technique qui permet de dire à la fille que tu restes ami avec elle, pour la désarçonner. Très bonne technique, sauf que dans 70 % des cas, ça tombera à l’eau par un effet contreproductif. Donc la théorie c’est bien, mais c’est loin de faire tout.

      Personne ne détient la vérité absolu, mon avis ne vaut que pour lui-même et n’entend pas être la vérité. Maintenant, tes réflexions ne vont pas dans le sens de la bonne entente. Je n’ai pas besoin d’avoir lu révélation pour « crédible » comme tu dis. Encore une fois, tu intellectualises beaucoup le game, mais ce n’est pas en étant extrême sur ce versant, que tu vas forcément progresser. C’est plutôt en faisant le bilan des améliorations possibles via les échecs enregistrés par toi, qui te sont tout à fait personnels.

    • Zélos dit :

      Mais Gecko, tu peux très bien garder ta profondeur d’esprit tout en perdant ce très vilain défaut qui s’appelle le mépris facile. Ta précieuse personnalité sera quasiment la même, le mépris facile en moins.

    • mlikia dit :

      Tu es pessimiste. Insuportable. Et, prétentieux. Tu finiras seul. Et, tu ne pourras t’en prendre qu’à toi-même. Finir seul, n’est pas forcément « grave » en soi. On peut être parfaitement heureux ainsi.

    • MidnightRambler dit :

      Un peu trop Nietzschéen comme réflexion. Toute personne dotée d’intelligence (un peu comme toi mon cher Gecko) devrait pouvoir trouver LE juste milieu, on a vu ça au tout début de la philosophie chez Aristote « ne peut être lâche, ne pas être casse-cou, mais être courageux » – l’extrême étant synonyme d’un dérèglement. Bah là ça pourrait être pareil : ne pas être ermite, ne pas être un collectionneur (?), mais être sociable. Cet enfermement aussi narcissique soit-il pourrait être la source d’un profond mal-être – en tout cas il t’apportera rien de bénéfique. Ignace Lepp disait dans l’art de vive de l’intellectuel, qu’un intellectuel ne s’épanouirait qu’en présence d’intellectuels et idem dans la vie « amoureuse »(logique). Seulement à rester dans ta bulle, jugeant autrui, tu te donnes l’impression d’être dans un certain « confort », mais tu dois surement rater pas mal d’occasion. Après si ton truc à toi c’est de prendre pour exemple les poètes maudits, les artistes incompris, c’est attractif certes, mais n’oublient pas qu’ils ont tous mal tourné ^^ ! (Désolé du tutoiement)

    • Sélim dit :

      Besoin de simplicité…
      Merci pour le rappel MidnightRambler !

    • Gecko dit :

      MidnightRambler, je t’accorde la nécessité réaliste de la modération sur le terrain. J’ai été caricatural ici pour mettre en évidence des tendances vraies, bien poser un problème.
      C’est indispensable à toute bonne pensée théorique : raisonner sur des modèles simples, la réalité étant + complexe ou + nuancée.

      Je ne reste pas dans ma bulle puisque je surfe ici (OK je suis devant mon PC) et que je pratique (par exemple) et que je sors beaucoup. Même si je reconnais une tendance CZ (logique pour moi) par rapport à la moyenne, que j’assume. On ne choisit pas son « profil mental », il est illusoire de vouloir le transformer radicalement, il faut savoir s’accepter. Bien entendu, je m’accorde mieux avec des gens cérébraux, bien entendu ils sont relativement rares et c’est dommage pour ma « séduction et dynamiques sociales ».

      Mais d’un côté il me faut m’accepter comme je suis et je voudrais que les autres m’acceptent aussi mieux comme je suis. De ça je pourrais effectivement souffrir si je ne m’en étais pas « blindé », d’être mal accepté COMME JE SUIS par les autres (et même les targets en séduction – mais encore une fois, pour passer à côté d’une vraie rencontre il faut des personnalités compatibles donc on tourne en rond, si d’emblée ça colle pas ça tiendra pas la route – logique) et d’un autre côté je fais des efforts conscients et mesurés (non extrêmes) pour améliorer mon potentiel et mes techniques relationnelles et de séducteur, y compris en travaillant sur moi. Difficile d’être + raisonnable, mesuré, motivé, équilibré. Qui dit mieux ?

      Après c’est chacun sa route, les poètes maudits qui ont mal tourné (la vie de Gainsbourg, moi elle m’irait aussi), je t’assure que je gère, mon intégration « sociétale » est en béton armé et mon « avenir » assuré point de vue survie à long terme.
      Le reste c’est de l’amusement, du loisir, de la distraction.

      Par contre effectivement, si je rencontrais une HB intello elle m’intéresserait particulièrement. Logique. Et j’en ai rencontré, y en a, des admirables mêmes (gare à l’OI, lol). J’ai gamé une centralienne HB11 dans le train quand j’étais étudiant (petite châtain frisée habillée en noir vamp), et j’en passe et des meilleures (façon de parler pour la centralienne – j’avais aucune chance, elle avait déjà un petit ami en HEC ! ) (C’est sûr que le tempérament HEC prédispose aussi à la séduction, je l’ai constaté dès la cour de récré en seconde au lycée, ceux qui m’ont piqué mes targets ont tous fait HEC, je caricature ;) ) (Ben oui sciences humaines, logique.) (Moi GT dans les microprocesseurs et l’informatique bien sûr, c’est vraiment trop injuste, lol.) (J’ai fait ce que j’aimais et savais bien faire au moins, à part les HB intello qui ne sont pas restées, c’est quoi d’autre réussir ?) (Si le sexe A2 sans cracher dessus CT pas ma priorité, y en a qui font ça un critère de réussite de vie, pas moi, ça reste du loisir, la cerise sur le gâteau, pas être needy, ben point barre. Au moins je suis cohérent.)

      Peace.

    • lex dit :

      Mlikia : ici, on ne tolère pas les attaques directes. Si c’est ton seul argument de débat, je ne pourrais plus t’accepter ici, merci.

  • Riton dit :

    Super article. Ne jamais mentir ? Même sur le fait qu’on ait jamais KC, jamais FC ? Toujours un sujet délicat à appréhender.

    Le dernier paragraphe est le plus dur. Comment devenir ces gars ? Qui vivent le moment présent, que s’ils ont envie de te dire merde, ils te le disent. S’ils te kiffent, ils te le disent etc … ?

    • Sélim dit :

      La confiance en soi. Ca vient avec l’âge. Quand tu as moins peur du regard des autres, moins peur du jugement des autres, quand tu réussis à t’affranchir de tout ça…

    • lex dit :

      Riton : Pour le KC et le FC, on a fait un article là-dessus.

      Pour le dernier passage : ça vient avec l’expérience ^^

  • MICK dit :

    Salut Selim , super article , ton shama de la communication ne serait pas de Shannon ou Laswell?

    • Sélim dit :

      Shannon surtout, la base !
      Pour ceux qui veulent effleurer les bases de la communication sans faire un MBA, allez jeter un coup d’oeil à la page Wikipedia, c’est toujours un bon premier pas.

  • Polka dit :

    ADS ou comment apprendre à draguer ET réviser ses cours de sémiotique avant la rentrée !

    • Sélim dit :

      Ca peut toujours servir pour tous les « communicants » !
      Tout est histoire de communication, et même nous, on se plante souvent !

  • Nicos dit :

    Article qui résume bien la chose me^me si je dois reconnaitre que Gecko n’as pas totalement tort sur le fait que l’article aurait pu être plus poussé.

    Mais finalement l’article se veut synthétique et on peut très facilement le compléter avec les articles plus techniques postés sur le site ^^

    Perso le gros souci que j’ai encore c’est le fait d’etre tétanisés par l’enjeu alors que ça peut très bien se passer avec une simple amie mais controler ses émotions n’est vraiment pas évident .

    • Sélim dit :

      HEllo Nicos !
      très dur de synthétiser TOUT. Il faut donner des pistes, et laisser chacun se faire son avis.
      La philosophie d’ADS, c’est plus d’aider les hommes à se faire leur avis, leur dire de creuser, de se cultiver. On est content de susciter le débat, même si on ne peut pas toujours être TOUS d’accord.
      Peace !

  • Manu dit :

    Je rebondis sur « Il va s’agir d’apprendre à éteindre votre cerveau ».
    La façon dont je – moi, personnellement, j’insiste – deal avec la séduction, est bien résumée avec cette phrase. Relâcher les tensions, adopter une respiration profonde et une bonne posture, détendre le système neuromusculaire, ressentir avec le corps, et éteindre le cerveau. Comprendre l’inconscient, le langage utilisé par le corps, m’a beaucoup aidé et continue de me montrer la voie.
    Exercez-vous physiquement, faites du yoga/qi gong/relaxation/stretching, et respirez.
    Peace.

  • Kamiel dit :

    J’ai trouvé l’article bien écrit, mais par contre assez redondant par rapport à ce que vous avez pu dire avant sur le site. J’ai pas l’impression d’avoir appris grand chose cette fois. C’est dommage, mais tous les articles ne peuvent pas être des chefs ďoeuvre. Et votre implication est toujours colossale, donc the show must go on. :)
    Sinon, je viens d’y penser, mais je me dis que maintenant que ADS est devenu le site de la séduction, et qu’on ne trouve pas plus exhaustif ailleurs, vous pourriez faire participer les visiteurs encore plus ! A titre personnel, j’aimerais bien connaître des profils de séducteurs (et apprentis) qui ne soient pas forcement les membres cadres du site ou du forum. A mon sens, il y a autant de manières de séduire qu’il y a ďhommes. Et on peut tous inspirer quelqu’un par notre parcours. Si vous avez peur de ne pas avoir le temps de vous y consacrer je suis même prêt à y participer. =p

  • Sloth dit :

    Salut tout le monde j’ai un gros problème pour conclure avec une fille pour KC à chaque j’ai une sorte de blocage et je me demandé qu’avec des phrases sa aller me donner un coup de pouce mais je me demande si les phrases du genre ‘si tu était blonde/brune je t’aurais déjà embrassé…’ les filles ne l’interprètent comme une sorte de provocation qui peut leur faire peur et je n’arrive pas à KC aussi parce que je ne sais pas à quelle moment le faire.

    • Sélim dit :

      Hello Sloth ! Ce sont juste des phrases nulles…
      « J’adore tes lèvres, elles ont quel goût ? » ça ne sert à rien… ça crée un peu de tension, la fille ne peut plus ignorer que tu vas l’embrasser…
      Pour certaines, c’est bien, c’est un signal.
      Pour d’autres, ça manque de spontanéité…
      Eye contact, puis tu t’approches…

    • lex dit :

      Sloth : Tape comment embrasser dans la barre de recherche ArtDeSeduire, tu trouveras ton bonheur ^^

  • heaven_ dit :

    salut Selim ! la notion de « débrancher le cerveau » et « vivre l’instant présent », c’est surement un des nombreux travaux interiéurs les plus difficiles, je suis sur qu’on est beaucoup dans ce cas…

    Est-ce qu’il existe un article ou un topic sur le forum qui en parle? Et pour les séducteurs chevronnés, comment êtes vous parvenus à vous débarasser des pensées parasites/négatives et faire le vide dans vos têtes ? Ca peut flinguer un inner-game même solide et surtout empêcher d’évoluer…

    J’insiste sur cette notion car elle dépasse le cadre de la séduction, c’est une chose qui peut pénaliser dans nos relations avec les gens au sens large, au travail, dans les situations de stress… Si on parvient à corriger ce défaut en dehors de la drague, les effets positifs se font ressentir comme par magie auprès des femmes (ca parait logique) !

    je repense à toutes ces femmes que je n’ai pas osé aborder à cause de cette barrière mentale, il faut que ca bouge ! pas d’évolution possible sans franchir ce cap !

    • Sélim dit :

      Hello heaven_, là, à mon avis, tu es plus sur un problème de peur d’aborder, plutôt que sur un problème de moment présent.
      Typiquement, on partage ce même souci mental avec le big boss d’ADS, Boris (MAXX, le fondateur).
      On voit toujours plus loin. Toujours après. Il est très dur pour nous de nous satisfaire d’un bon résultat quand on l’a atteint, on vise toujours la marche suivante…

      C’est ça le problème de moment présent. Un baiser ? Pas assez, on veut plus ! Coucher avec une fille ? pas assez, on veut plus ;)

      Il faut parfois un peu plus de volonté pour qu’on se rende compte que finalement, ce qu’on a devrait nous satisfaire… Comme le dit le grand philosophe Baloo dans le livre de la jungle « Il en faut peu, pour être heureux » !

    • heaven_ dit :

      c’est tres lié non? Je suis convaincu que justement la peur d’aborder, c’est entre autres du aux pensées parasites, au fait de ne pas savoir faire le vide et comme conséquence, ne pas vivre l’instant présent…

      Les séducteurs de haut vol ont arrêté depuis longtemps de se poser des tonnes de questions lorsqu’il s’agit d’aller ouvrir une conversation, si ce n’était pas le cas est ce qu’ils tenteraient malgré tout?

    • Gecko dit :

      Je ne veux plus trop intervenir sur cet article car j’ai déjà pris beaucoup de place, mais la même erreur que je dénonce intuitivement depuis le départ sévit ici sous une autre forme.
      En même temps, je développe les questions que pose Sélim en fin d’article :

      A mon avis, synthétiquement :

      On est en plein délire avec éteindre son cerveau. C’est un mythe.
      Un mythe trompeur de facilité mentale.

      Aborder n’est pas délirer, pour que ça marche et plaire à la fille, il faut d’abord garder les pieds sur terre et être observateur, même avec un peu d’humour seulement apparemment absurde, rester dans le cadre de la normalité. Une remarque sur ses vêtements, c’est un des coups classiques les moins compliqués – et déjà je ne trouve pas ça évident.
      Un peu d’humour apparemment absurde mais en fait pas innocent du tout et pas du tout fait au hasard peut aider à franchir les obstacles d’intuition sociale posés par la fille, c’est tout ce que je vois comme « délire autorisé », impossible à faire sans savoir où on va comme dans un jeu vidéo : les arrière-pensées sont reines dans un abordage efficace : objectif date ou NC. Pas question d’être dans je ne sais quel état second sans calcul et sans pensée et même arrière-pensée..

      On est pas du tout dans la spontanéité, mis à part que quelque chose fait que la fille nous plaît, tout simplement parce qu’on ne sait pas encore grand chose de la fille.
      Il convient dès lors non pas d’éteindre son cerveau mais bel et bien au contraire de l’allumer tous microprocesseurs à fond pour passer à l’action et conquérir le champ du réel. On est bien + dans le calcul et la manipulation consciente ou non à ce stade, en tout cas dans une démarche logique que dans une spontanéité mythique. Le désir est spontané, pas la méthode.

      Dans le même genre, la peur d’aborder est aussi un mythe.

      Cette fois, ce mythe n’incite pas la paresse intellectuelle du débutant mais vient à mon sens de ce que ceux qui sont plus à l’aise avec les femmes prennent les débutants de haut et on tendance subconsciemment à les rabaisser en présentant comme de la peur, sentiment honteux d’un point de vue viril, ce qui n’est en toute objectivité qu’une simple incapacité, un manque de technique.
      Comme dans ce que j’ai écrit + haut avec la fille à la sortie du concert il y a 10 ans..

      Le malaise lié à un abordage non réalisé vient bien moins d’une peur supposée que de la tension crée par le surgissement inattendu d’une cible plaisante, attirante, sans que se présente à l’esprit une démarche susceptible de créer une relation de manière assurée.

      L’apprenti player veut la fille, il sait qu’il n’a pas beaucoup de temps, et il sait qu’il n’a pas de méthode, et il sait que s’il ne trouve rien d’efficace rapidement, il va perdre sa cible.
      La tension, le malaise vient de là, un désir vif et une absence de solution évidente.
      Si en +, l’apprenti player se reproche une supposée peur, il ne fait que s’enfoncer dans des complexes qui n’ont pas lieu d’être, se dévalorise au risque de flinguer son Inner Game.
      Aussi, la peur d’aborder pour moi relève du mythe destructif.

      Quelqu’un qui sait comment réagir, il n’a en général pas peur, il réagit comme il sait.
      Quelqu’un qui ne sait pas, il ne réagit pas ou mal, pas parce qu’il a peur, mais parce qu’il ne sait pas, qu’il n’a pas la technique, les réflexes.

      Tu crois avoir peur d’aborder ?
      Marche dans la rue, et chaque fois qu’une femme te plaît un tout petit peu et que tu croises son regard, (EC), oblige-toi juste à lui dire « Bonjour. » normalement et agréablement, et compte le pourcentage de fois où tu as une réponse verbale, laquelle, seulement un bonjour, un sourire (des IOIs… lesquels…) (des SOIs, bcp + rare).
      Si tu n’as pas peur de faire ça, tu n’as pas peur d’aborder, déjà tu abordes.
      Masi tu restes frustré, pourquoi ? Parce que tu n’as ni un rendez-vous ni son numéro de téléphone, voilà le vrai, le seul vrai problème.

      Que tu lui aies dit bonjour ou n’importe quoi, ou que tu ne l’aies même pas abordé, le résultat est (presque) le même : cette nana qui te plait, il y a + de 9 chances sur 10 que tu ne la reverras plu jamais, le vrai problème, il est là.

      Aussi, quand j’aborde, je ne dis pas que je reste simple mais je vais au maximum droit au but, et déjà je trouve ça compliqué.
      Exemple théorique réduit à sa plus simple expression :
      « Bonjour. J’aime votre look (choisir un détail ou plusieurs qu’on aime vraiment ou votre attitude déterminée ou votre regard etc.. etc…) J’aimerais mieux vous connaître. Je voudrais vous offrir un café (au bar le + proche / chez moi parfois audacieux mais field testé avec succès en SPU – elle est venue – ce qu’on a fait nous appartient) mais (moins audacieux) je n’ai pas le temps (je dois prendre le bus le train j’ai un rendez-vous, un entretien). Si on échange pas nos téléphones on ne se reverra plus jamais. »
      La dernière phrase sonne comme une sentence, l’ultimatum de la vérité.
      Elle a quelque chose de romantique, d’intense et de vrai qui ne peut laisser la cible indifférente. Field testée, elle m’a valu bien des Num-Closes.

      Reviens sur Terre, heaven_ et reconnecte ton cerveau.
      L’humour, c’est pas la clé, et l’humour séducteur c’est pas un délire psychédélique, c’est juste un lubrifiant pour les rouages du jeu mental et communicatif compliqué de la séduction.
      Ceux chez qui ça a l’air naturel n’ont pas oublié leur cerveau, ils ont juste les bons réflexes. Comme des joueurs sur un terrain de foot.
      Attends d’arriver au lit avec ta target avant de te déconnecter (et encore si tu dois gérer une LMR…)

    • Gecko dit :

      Bonustrack fictif et humoristique (attention ce n’est pas du coaching réel) :
      https://www.youtube.com/watch?v=4YC7j6ejFpo#t=90

    • heaven_ dit :

      @gecko U

    • heaven_ dit :

      @gecko Bonjour, quand bien même, tu as déja « pris de la place » dans les commentaires, je trouve ta réponse pertinente, un son de cloche différent est toujours utile, je réfléchis donc à ces deux idées qui s’opposent, les deux ayant un raisonnement construit et qui tient debout…

      d’une part, il est vrai que « se déconnecter » pour vivre l’instant présent et communiquer dans les meilleurs conditions (en l’occurence on parle de l’abordage) est nécessaire pour ne pas être gêné par les pensées parasites/complexes/manque de confiance en soi… Quant à la spontanéité, je suis d’accord, elle est feinte, le projet en coulisses étant bel et bien présent… (NC/KC/FC peu importe…) Le tout étant de montrer qu’elle est un maximum naturelle (soyons honnêtes), dans le cas présent, ça s’apparente plus à la capacité d’adaptation/improvisation

      Se connecter et faire tourner le moulin cérébral a fond dans ce genre de situations est aussi important, remarquer le moindre détail sur lequel rebondir (la personne, l’environnement par exemple). Le fait d’avoir un plan bien construit ou d’improviser nécessite également une activité intense de la tête, j’en conviens

      Peut être que la clé se trouve justement au milieu dans l’équilibre de ces deux approches.

      Un plan trop carré, une femme qui le fait valser? incapacité de rebondir hors de la prévision
      Improvisation totale? Risques de manquer d’inspiration, des blancs dans la conversation, perte du « Mojo » …

      en tout cas ça reste un excellent sujet de reflexion, Merci =)

  • Clem dit :

    Article que je jugerais excellent dans son contenu mais moyen dans le sens ou effectivement c’est un peu trop théorique, mais bon ça ne fait jamais de mal.
    Mais pareil, je ne vois pas trop comment devenir comme ça le mec qui vit le moment présent sans se soucier des conséquences en éteignant son cerveau, ça me paraît compliqué.

    Sélim, help, je ne sais pas si tu te souviens, il y a quelques jours tu m’as donné une phrase pour souhaiter l’anniversaire d’une fille deux jours en avances, ce que je viens de faire, seulement elle a perdu tous ces numéros (passage de Android à iOS oblige) et donc du coup, je me demande si je dois jouer un peu et la laisser deviner avec des indices etc ou lui dire tout de suite qui je suis, tu en penses quoi ?
    Merci pour votre travail les gars (on ne vous le dis jamais assez) :)

    • Sélim dit :

      « Chère jeune femme, je me vois dans l’obligation de vous aider. En effet, vous venez de vous condamner à une vie avec Apple. Quelle tristesse… Pour égayer vos journées, fêtons votre anniversaire autour d’un jus de pomme, toi et moi, le XXX date YYY lieu. Bises, Clem »

      A votre service ! (impro totale, jamais facile de cerner complètement une fille sur deux trois commentaires !)

    • Clem dit :

      Alors là, tu m’as complètement beugé, je serais parti sur un peu de mystère à attendre avant de lui dire, la faire chercher un peu, mais la tu viens tellement de me donner une pu*$ù^ de réponse de malade que je sais même pas quoi faire
      le problème c’est que comme tu l’as dis, c’est compliqué de cerner quelqu’un qu’on ne connait pas, rien que là il y a un petit soucis, on habite très loin donc pour le lieu c’est plus compliqué, enfin ça ça peu se gérer. Ensuite, elle a un copain (donc encore plus dur à gérer) et bah, c’est beau quand même ta réponse. Donc bon bah on se lance ^^

    • Clem dit :

      Bon bah elle doit avoir décidé de ne pas me donner ma chance, elle ne sait pas qui je suis j’ai une réponse, je le lui dit, je n’en ai plus (pour la 2ème fois), ça va faire 24h j’imagine que c’est cuit (alors que le premier coup elle m’avait répondu en 2 min).
      Merci quand même Sélim, tes impros sont du génie !!

  • La_main-noire dit :

    Première remarque , sur l’article: le message à faire passer à la donzelle ne devrait pas plutôt être : « tu devrais coucher/sortir avec moi » et non pas « j’ai besoin de coucher avec toi » comme exposé.
    Deuxio pour répondre à Gecko ( peut être que quelqu’un le lui a déjà dit plus haut, j’ai pas pu tout lire) il devrait lire Robert green je crois. Ya plusieurs type de séducteur et franchement le comique ne peut pas être le style de tout le monde . Ça je le lui accorde. Mais quelque soit le type de séducteur qu’on veut ou pense être , ya des vérités avec lesquelles il faut composer pour plaire. Et honnêtement , faire appel au cerveau « cérébrale  » des femmes … Je trouve ça risqué et avec l’expérience , absurde.
    Très bon article. Même si j’ai l’impression de n’avoir pas appris plus.

    • Sélim dit :

      Hello la main noire !
      Ta conclusion est ce que je vais retenir (je retiens souvent ce qui m’arrange ;)) : essayer de PERSUADER une fille de coucher avec soi, ça tient du haut niveau de kamikaze…
      Pourquoi dirait-elle oui, alors qu’elle aurait tant d’autres options à exploiter si elle y réfléchissait SÉRIEUSEMENT !
      Et très bon rappel Robert Greene. Rien de tel qu’une relecture rapide, au moins des premières pages de chaque chapitre !

    • Gecko dit :

      J’ai beau me relire, je ne vois nulle part où j’ai écrit de faire appel au cerveau cérébral des femmes.
      Je me suis juste référé à Daco pour montrer que la pensée « cérébrale » est virile, elle devrait donc plaire mais subconsciemment, en contribuant à l’Inner Game.
      Evidemment pas en démontrant mathématiquement par a+b à une blonde que ce serait logique qu’elle couche avec moi…
      Faut pas me faire dire ce que j’ai pas dit ni écrire ce que j’ai pas écrit. ^^
      ( [] <– Cette fois c'est juré, je sors. ^^)

  • olivier dit :

    bonjour

    comment faire quand on est repéré par les filles ?
    je sors dans beaucoup de soirées , j’ai la sensation qu’elles m’évitent comme si elles vaient vu que j e voulais les draguer , du coup je suis un peu démoralisées ( je n’interesse personne )

    c’est normal ou c’est chez moi que ça cloche ?

    • lex dit :

      Olivier : change de spot, et tente de faire moins dragueur ! Et surtout : va en soirée avec des potes. Sinon, forcément, c’est louche.

    • olivier dit :

      ben Lex je ne sors jamais seul en general avec des potes
      mais je me demande si c’est pas eux un des problèmes il y vont que pour draguer ne sont pas fins , des qu’une fillle passe à côté ils l’abordent
      au final je sens qu’on passe pour des dragueurs

      ils ne parlent qu’ au filles
      être mal entourés influe pas mal sur la perception que l’on a de nous

    • lex dit :

      olivier : clairement, ils ne t’aident pas. Sors avec d’autres potes !

  • bat dit :

    salut à tous !

    je bloque sur la communication sms , une fille m’a laissé son numero au restau sur ma note avec un petit mot , et je n’ai absolument aucune répartie pour engager , des idées ?? :) sinon j’appellerais directement

    j’ai d’ailleurs toujours du mal avec les conversations téléphoniques , facebook etc … j’ai toujours l’impression que l’interlocuteur cherche à  » parler pour parler  » et que la discussion est plus fade qu’en vrai du coup je me sens beaucoup moins à l’aise , bien qu’il n’y est pas la pression de la personne en face . bref ça a ces avantages et ses inconvénients

    • Sélim dit :

      Hello bat ! La conversation n’est pas un truc « intelligent ». C’est fait pour passer le temps, pour s’évaluer, pour faire passer des émotions…
      Ne cherche pas à avoir des conversations folles, et ne juge pas tes interlocuteurs, sinon tu les perds. Adapte-toi à leur niveau si tu vois que ça ne décolle pas !
      Quant à ta serveuse : apéro chez moi, cette fois-ci c’est moi qui sers !

    • bat dit :

      haha ok même si pour le coup c’est moi le serveur au moins c’est simple et efficace merci et encore un bel article de la part de Selim j’ai surkiffé le fait que tu t’adapte au niveau . Merci !!!

    • lex dit :

      Bat : pose rapidement une date, c’est le plus simple..! ^^

POSTEZ VOTRE COMMENTAIRE




(Ne sera pas publiée)