Connectez vous

Art de Séduire : Séduction

Pourquoi Lui et Pas Moi ? La Théorie VS La Pratique !

lui ou moi triangle amoureux

Aborder une fille

Pourquoi Lui et Pas Moi ? La Théorie VS La Pratique !

Pourquoi Lui et Pas Moi ? La Théorie VS La Pratique !

 Pourquoi Lui et Pas Moi ? La Théorie VS La Pratique !

C’est probablement l’un des meilleurs conseils en séduction que vous ayez jamais lu.

Mais la plupart des timides ou des introvertis se réfugient derrière des excuses pour ne pas aborder les filles.

Pour la plupart des timides, leur manque de succès auprès des femmes est lié au fait de ne pas savoir quoi dire.

« Je ne sais pas quoi dire pour aborder, je ne sais pas quoi dire pour enchaîner, je ne sais pas comment faire rire les filles… »

Tout ça pour moi, c’est vraiment des excuses.

Et j’en suis d’autant plus persuadé que cela fait des années que je vois défiler en face de moi des hommes que je trouve :

  • Intéressants
  • Drôles
  • Captivants

En tant que coach en séduction, j’agis d’abord avec eux comme un coach en conversation. Mon job est simple : les écouter parler un peu, et leur faire prendre conscience qu’ils ont des choses à dire !

J’ai coaché des avocats, des militaires, des jeunes mecs qui bossaient dans le cinéma, dans la musique, des pompiers, des mecs qui bossent en usine, des entrepreneurs, des étudiants, des mannequins, des sportifs et à la fin de la session, ils avaient tous compris que le souci n’était pas LA PAROLE.

Ce qui bloquait chez eux n’était pas le manque d’histoires à raconter.

Ils avaient entre 18 et 65 ans, ils avaient tous vécus des histoires qui pouvaient être utilisées pour séduire une femme.

Donc le souci, ce n’est pas « que raconter à une femme ? ».

Et ce n’est pas non plus le fait d’aborder une femme.

Croyez-moi : en une phrase, un « salut », un « bonsoir », un coucou de la main, la conversation est lancée.

Ce dont ils avaient besoin n’était clairement pas des phrases pour aborder les femmes, non…

Parce qu’à vrai dire, tous les openers, toutes les routines, ça marche rarement.

Quand on essaie de se souvenir de toutes ces techniques de drague, on se prend la tête, on oublie d’écouter la fille, on ralentit bêtement la conversation et on perd la vibe qu’on était en train de créer avec la fille.

Donc arrêtez VRAIMENT de vous prendre la tête sur la partie QUE DIRE AUX FEMMES !

En revanche, voici ce que vous pouvez faire pour améliorer vos résultats avec les femmes…

Des études scientifiques ont confirmé que pour intéresser une femme, il fallait qu’elle ressente quelque chose, n’importe quoi, mais qu’elle vibre, qu’elle ressente, qu’elle soit touchée.

Et le meilleur moyen pour qu’elle ressente quelque chose, c’est de toucher la femme.

Alors non, je ne vous parle pas de caresses érotiques et de tout ce que vous allez lui faire au lit, quand vous l’aurez séduite et conquise… Je ne vous parle pas de lui faire l’amour, non…

Mais je vous parle des endroits stratégiques où vous devez poser vos mains – sur son corps – surtout lors de votre première rencontre pour créer en elle un trouble certain

Quand les scientifiques se penchent sur la question du toucher…

Avant de vous parler de ces études scientifiques, je veux vous expliquer comment j’ai découvert la puissance du toucher.

C’est en observant un soir deux amis que j’ai été convaincu d’un truc : pour gagner le cœur d’une femme, pour conquérir son cerveau, il faut la toucher, vous n’avez pas le choix.

Appelons les « Djibril le tactile » et « Tristan le distant ».

L’un est un roublard, mec malicieux, sourire carnassier, ça se voit à mille kilomètres qu’il va bouffer la fille. Doté d’une intelligence pratique, il s’affale le soir devant TPMP et autres débileries télévisuelles, c’est Djibril.

L’autre est un dandy, un vrai gentleman, toujours bien habillé, érudit qui pourrait tenir des heures et des heures sur des sujets variés. Doté d’une intelligence livresque, il est plus branché LCP et Arte, c’est Tristan.

Et je vous promets que les voir les deux en soirée, en train de fondre sur les filles comme des oiseaux de proie, c’est un spectacle unique.

Les deux arrivent à leurs fins, séduisent, et réussissent soit à coucher avec les filles, soit à se mettre en couple avec elles mais il y a une différence majeure entre ces deux dragueurs : la fréquence du toucher.

Quand je vois la parade amoureuse de Djib, il parle à l’oreille des filles, il a ses mains sur leurs épaules, il change d’une oreille à l’autre, il est très tactile.

Et dix minutes après, il a sa langue dans la bouche de la fille. Qui s’avère être avocate, architecte, coiffeuse, banquière, danseuse, prof : no limit ! Il les touche et les atteint toutes !

Alors que quand on regarde Tristan le distant, on a l’impression de voir un collégien qui danse son premier slow, à bout de bras avec la fille. Pas trop proche… Comme si c’était de la TNT à manier avec précaution, comme s’il allait fondre ou exploser s’il la touchait ! Comme si se rapprocher de la fille était dangereux !

Et quand on en parle ensemble, on en rit toujours parce que Tristan ne voit pas ça comme un souci. Il dit être lent, il dit qu’il prend le temps, mais nous, on voit surtout ça comme un manque d’efficacité dans la drague.

Tristan nous disait souvent qu’on « n’était pas romantique », que « nous ne pensions qu’à l’efficacité ». Mais pourquoi attendre ? Telle était notre réponse !

Et un soir, l’avis de Tristan sur l’importance et l’efficacité de la kino escalation a basculé au moment où…

Il discutait de loin (1 mètre, 1,20m) comme d’habitude avec une fille, en misant tout sur sa logique et sa répartie et il est parti prendre un verre au bar… Bar bondé, ça n’avançait pas…

Et le temps qu’il revienne, la fille était en train d’embrasser sauvagement un mec qu’elle ne connaissait que depuis 10 minutes !

Il est resté sur le cul, il n’y croyait pas, parce qu’il pensait avoir fait le plus dur en la faisant rire, en étant intéressant et intelligent, en abordant de chouettes sujets de conversation…

Il pensait que la fille allait l’attendre mais il avait comme d’habitude négligé le toucher !

Cette leçon fondamentale, à savoir que le toucher accélère le processus de séduction, n’est pas nouvelle.

Elle a été confirmée par des études scientifiques qui prouvent que les femmes ont plus de récepteurs que les hommes au niveau de la peau.

Une autre étude des chercheurs de l’Université d’Oxford en Angleterre, menée sur 1300 hommes et femmes a permis de créer une véritable carte thermique des zones où l’on peut toucher les inconnues.

Et concrètement, le résultat de ces études montre que les femmes sont 10 fois plus réceptives que nous au toucher !

Mais attention à ne pas toucher une femme n’importe comment !

Si vous la touchez correctement, vos chances de la séduire et de coucher avec elle augmenteront de manière presque incroyable pour vous.

Les effets d’une pression, d’un contact, d’une caresse légère sont ressentis bien plus forts chez une femme que chez les hommes.

Et c’est à partir de ces conclusions sur le toucher physique que j’ai décidé de développer un programme pour aider tous les hommes à séduire les femmes et leur donner envie de coucher avec vous.

Cette formation s’appelle Séduire sans un mot et permet d’accélérer la phase de séduction.

Toutes les informations que vous trouverez dans cette formation vous aideront à séduire les femmes même si vous pensez ne pas avoir grand-chose à dire, même si vous n’êtes pas très à l’aise avec les mots.

Dans cette formation, vous découvrirez

  • Comment faire une bonne impression sur les femmes sans même ouvrir la bouche (et leur donner envie d’en savoir plus sur vous).
  • Pourquoi votre corps est un atout indéniable que vous devez entretenir pour plaire davantage aux femmes.
  • Une étude du Dr Hertenstein qui va définitivement changer votre rapport aux femmes et votre manière d’envisager la séduction (cette étude est aussi appelée le body language des gagnants, ce n’est pas pour rien).
  • Les quatre phases qui vont vous aider à passer de l’homme peu à l’aise physiquement, pas toujours confiant dans sa manière de toucher les femmes, au stade de dragueur naturel et magnétique auquel les femmes ne peuvent pas dire non.

Si vous voulez mettre toutes les chances de votre côté, regardez la présentation de la formation Séduire Sans Un Mot.

Sélim, votre coach en séduction

Lire la suite
14 Commentaires

14 Comments

  1. Kheldar

    26 juillet, 2017 à 20:42

    Depuis que j’ai commencé à séduire et à aborder les filles, j’ai toujours été très tactile avec les femmes. Avant j’étais vraiment paralysé par ma timidité, c’était maladif. Aujourd’hui, quand je discute avec une fille, je ne peux pas m’empêcher de la toucher, c’est maladif là aussi. Mais bien évidemment, il faut savoir où toucher la fille.

    Je confirme ce que dit Sélim par rapport aux 10 minutes. C’est devenu beaucoup plus rapide, beaucoup plus fluide même, beaucoup plus naturel. La conversation en elle même devient plus fluide et plus naturelle. Le toucher offre des occasions évidentes pour les compliments : la douceur de sa peau, de ses cheveux, l’odeur de son parfum dans le cou… J’adore toucher puis embrasser ses cheveux, avant de l’embrasser tout court. J’adore les beaux cheveux de toute façon. J’ai besoin de les toucher, c’est maladif.

    Comme quoi, la timidité s’est changée en un désir ardent de contact physique et de sensations charnelles…
    Bref, c’est maladif !

    • Sylvain

      27 juillet, 2017 à 15:26

      Hello Kheldar,

      De toute façon, pour créer de l’intimité avec une femme, il faut la toucher le plus tot possible et mettre en place la kino escalation. Mais il faut surtout travailler le timing. En clair, faire le bon kino au bon moment.

      C’est le travail que j’avais proposé dans cet article : http://www.artdeseduire.com/technique-de-drague/toucher-une-fille-kino

  2. Sam

    28 juillet, 2017 à 09:15

    Il faut voir ce que vous cherchez dans une relation également. Tristan a un profil intellectuel, il a peut être besoin d’une certaine profondeur d’esprit chez ses conquêtes. Donc sa méthode, certes moins efficiente pour faire du « chiffre » est peut-être plus adéquate pour sa satisfaction personnelle.
    Quand on veut bouffer pour bouffer, oui c’est mieux d’être no limit.
    Mais quand on veut construire quelque chose, marquer un esprit, donner une certaine profondeur à nos relations, il est parfois préférable de maîtriser la cadence, pas se comporter comme un gamin mais garder le rythme en main. Ça évite le sentiment d’insignifiance qu’on peut parfois ressentir quand on se retrouve « vidé » aux côté d’une charmante demoiselle dont on ne connait à peine le nom.

    Enfin malgré tout, la kino escalation que ce soit avec des conquêtes d’un soir ou des LTR, c’est inévitable et bien plaisant. Autant être efficace sur ce point, il y a bien d’autres choses sur lequel on peut contrôler la cadence.

    • Sylvain

      29 juillet, 2017 à 15:25

      Hello Sam,

      Comme toujours, tout est une question de calibration.

      D’abord à ton niveau personnel : qu’est ce que tu cherches avec cette fille? Un soir ou te plait elle suffisamment pour envisager autre chose?
      Ensuite au sien : comment reagit-elle? A t elle l’air open et réceptive? Est ce qu’elle cherche à ce que ça se passe vite? Existe t il un risque comme dans l’exemple de manquer une opportunité?

      Je pense comme toi que pour etre efficace, le séducteur doit etre le maitre du timing : faire la bonne action au bon moment. Après on pousse assez dans ce sens là car les apprentis séducteurs se loupent le plus souvent par immobilisme. ;)

  3. Lenal'airderien

    29 juillet, 2017 à 09:19

    Bonjour,

    Les femmes ont une longueur d’avances sur la « sociabilité »…

    Les hommes tactiles ils sont ou sérieux..? ,

    J’en rencontre pas , c’est pas si courant que cela .

    • Sylvain

      29 juillet, 2017 à 15:26

      C’est d’ailleurs bien cela tout l’objet de l’article ! Dévelopez votre coté tactile !

    • indiana007

      30 juillet, 2017 à 20:19

      Lenal: j’ai souvent l’impression que les femmes ont intuitivement une meilleure compréhension des codes sociaux que les hommes. Comme si ces derniers étaient davantage « autistes » en général.

      Les femmes elles même s’en plaignent en fait .

    • Sylvain

      31 juillet, 2017 à 13:05

      Disons qu’en tout cas, nous sommes globalement moins focalisés sur les codes sociaux. Ca necessite davantage d’apprentissage.

  4. indiana007

    30 juillet, 2017 à 20:11

    Je ne nie pas la dimension d’excuses dans le fait de dire qu’on ne sait pas quoi dire pour etre intéressant durant une conversation.

    Cela dit c’est parfois un authentique problème chez un profil d’homme ( dont je fais partie parfois). Quand on est enfermé dans son univers (de geek par exemple) sur ces centre d’intérêts, et qu’on a jamais que des trucs livresques ou intellectuels à raconter, c’est franchement difficile…

    L’ennui est que (et je me défends là de toute misogynie!)la plupart du temps les femmes n’aiment pas les conversations approfondies et de qualité. Sorti des soirées, des mecs, du shopping, il y a pas grand chose sur quoi on peut les brancher… A moins de tomber sur des filles avec lesquelles on a des choses vraiment en commun . Et évidemment plus on a des centres d’intérêt s’éloignant de la norme plus c’est rare. Le mieux étant de tomber sur des filles avec qui on a des gouts communs et sont suffisamment ouvertes. Ce qui fait déjà beaucoup de conditions…

    Donc ne pas savoir quoi dire n’est pas toujours une excuse. Il m’arrive de sentir mon cerveau vide parfois tellement je suis dans mon monde . On peut toujours faire parler la fille bien sur. Mais pas évident pour elle de s’ouvrir à u inconnu total

    Et puis quand on se rend compte qu’on a pas grand chose en commun avec la fille, qu’on connait peu le monde extérieur et qu’on s’intéresse plus de toute façon au monde l’esprit que faire? S’assumer comme on est? plutôt miser sur le fait de faire parler la fille?

    • Sylvain

      31 juillet, 2017 à 13:04

      Hello Indiana,

      Hum, à mon sens plusieurs choses :

      1/ Quand tu dis que les filles n’aiment pas les conversations approfondies, je dirais qu’elle ne les aime pas au début. Quand tu les rencontres, il faut effectivement savoir partir sur quelque chose de léger, soit autour des circonstances, soit autour de trucs fun que tout le monde connait. Et c’est une fois que tu commences petit à petit à rentrer dans sa sphère d’intimité que tu pourras avoir des conversations un petit peu plus approfondies.

      2/ Tu peux rencontrer des femmes autour de tes centres d’interet. Avec la magie d’internet, tu as des groupes et des rendez vous reels sur pratiquement toutes les thématiques du monde, y compris les plus farfelues.Après si la fille ne te plait pas et que tu trouves que tu n’as pas de point commun, c’est une autre question…

      Pour creuser le sujet, je te renvoie à cet article : http://www.artdeseduire.com/plaire-aux-filles/comment-seduire-quand-on-est-geek

    • Cassandre

      31 juillet, 2017 à 21:08

      @ Indiana007

      Les mecs qui se plaignent de ce que les autres n’ont pas de conversation sont généralement ceux qui n’en n’ont aucune. Par ailleurs, je lis souvent ici que les femmes sont hypergames mais il y a aussi beaucoup d’hommes qui préfèrent des nanas qui ne leur feront pas d’ombre d’où le goût assumé de certains pour les cruches ou les filles qui font les cruches et minaudent.

      @ Sylvain

      Tout dépend de ce que tu appelles sujet léger. Sans trop se prendre la tête on peu parler voyage, ceux qu’on a fait et ceux qu’on aimerait faire. L’air de rien, tu peux apprendre beaucoup choses sur une personne.

    • Sylvain

      1 août, 2017 à 11:23

      Hello,

      Assez d’accord pour l’hypergamie. Mais du coup, celui qui est dans cette recherche n’a objectivement aucune raison de se plaindre du manque de conversation :) D’autant plus si comme tu le soulignes, c’est assumé.

      Oui les voyages où n’importe quoi sur les gouts de chacun. De toute façon, cela débouche toujours sur des anecdotes ou des éléments qui vont te permettre de positionner la fille que tu as en face de toi :)

  5. Lavar_Boule

    31 juillet, 2017 à 13:25

    Les gens au sud de l’Italie et en Algérie n’ont aucun problème avec ça c’est même naturel.

    J’ai toujours eu des contacts physiques avec tout le monde, le truc faut que ce soit naturel et sincère sans avoir d’objectifs.

    Faut savoir apprécier le moment l’expérience que ce soit avec une femme ou une dame âgée qui a besoin d’aide.

    • Sylvain

      1 août, 2017 à 11:06

      Hello Lavar,

      Le nouveau papa terrible de la NBA ! Exactement, il faut l’intégrer dans ta façon d’être. Si les kino sont forcés, la fille va sentir que ce n’est pas naturel. Et si tu ne le fais qu’avec elle, elle va voir de suite qu’il y a anguille sous roche. Donc le mieux, c’est encore de l’intégrer à ton comportement habituel :)

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Lire plus Aborder une fille